Louis Albert Necker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Necker.

Louis Albert Necker-de Saussure, (10 avril 1786 à Genève20 novembre 1861 à Portree en Écosse), est un naturaliste, géologue suisse, professeur de géologie et de minéralogie à l'Académie de Genève.

Il est le fils du botaniste Jacques Necker (lui-même fils du mathématicien Louis Necker, dont le nom reste associé à une illusion d'optique, connue sous le nom de cube de Necker) et d'Albertine de Saussure (fille de Horace Bénédict de Saussure).

Après avoir fréquenté l'Académie de Genève, il étudie la géologie à Edimbourg auprès de Playfair et de James Hall (1806-08) et dresse une carte géologique de l'Ecosse. De retour à Genève, il est nommé professeur adjoint de minéralogie et de géologie (1810) et supplée ainsi son oncle Nicolas-Théodore de Saussure, qui convoitait la chaire de chimie. Il continuera à enseigner sporadiquement jusqu'en 1835.

Après la puvlication de son Voyage en Ecosse et aux Iles Hébrides (1821), il s'attaque à l'étude de la chaîne alpine du point de vue lithologique et structural, fixant plus particulièrement son attention sur les parties orientales et occidentales du massif, dont l'étude avait été relativement négligée par son grand-père Horace-Bénédict de Saussure. D'autres travaux concernent le magnétisme terrestre et ses éventuels rapports avec la stratigraphie et les températures (lignes isothermes), les aurores boréales et le phénomène de parhélie. Dans le domaine minéralogique, Necker élabore une classification naturaliste des minéraux, fondée sur les caractères extérieurs (Le Règne minéral ramené aux méthodes de l'histoire naturelle, 1835). Il mit également au point une "boussole" pour l'étude des pendages géologiques (1832).

En 1841, Necker retourne en Ecosse et s'installe sur l'île de Skye.

Necker était aussi un passionné d'ornithologie, dont il fit une riche collection de specimens.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Mémoire sur les oiseaux des environs de Genève, Genève : Chez J.J. Paschoud, 1823. (OCLC 12072634)
  • Voyage en Écosse et aux Iles Hébrides. Genève, Paris, J.J. Paschoud, 1821. (OCLC 3759700)
  • Memoire sur la vallée de Valorsine, Genève : J. Barbezat et comp., 1828. (OCLC 30521860)
  • Mémoire sur le Mont Somma. Genève. : Barbezat et Delarue. 1828. (OCLC 68706185)
  • Le règne minéral ramené aux méthodes de l'histoire naturelle, Paris : Levrault, 1835. (OCLC 8739030)
  • Études géologiques dans les Alpes, Paris : Pitois : Langlois et Leclercq ; Strasbourg : Levrault, 1841. (OCLC 77840885)

Minéralogie[modifier | modifier le code]

On lui doit la publication d'espèces minérales

Source[modifier | modifier le code]