Louis-Marie de Belleyme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis-Marie de Belleyme
Illustration.
Fonctions
Préfet de police de Paris
Prédécesseur Guy Delavau
Successeur Claude Mangin
Député de la Dordogne
Élection 4 juillet 1829
Législature IVe
Prédécesseur Jean d'Abzac
Élection 4 novembre 1837
Réélection 2 mars 1839
9 juillet 1842
1er août 1846
Législature IVe, Ve, VIe
Député de la Seine
Élection 28 septembre 1831
Législature IIe
Prédécesseur Casimir Perier
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès
Lieu de décès Paris

Louis-Marie de Belleyme est un juriste et homme politique français né à Paris le et mort dans la même ville le . Il fut l'avant-dernier préfet de police de Charles X.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Louis Marie Maurice de Belleyme voit le jour à Paris le . Issu d'une famille du Périgord, il est le fils de Pierre de Belleyme, un officier du génie, chef de la division topographique aux archives et collaborateur de Cassini.

Élève au collège des Quatre-Nations[1], puis de l'académie de législation, il fut reçu avocat à Paris le . Il s'avère être un improvisateur habile et d'un talent oratoire certain. Plein de tact et de maîtrise, il excelle dans son art. Il débute dans la magistrature sous la Restauration, comme substitut du procureur du roi à Corbeil le .

Débuts sous la Restauration[modifier | modifier le code]

Après avoir fait ses preuves, il devient successivement conseiller auditeur à la Cour royale de Paris, en 1815, procureur du roi à Pontoise, en 1816, à Versailles, en 1819, juge d'instruction et vice-président du tribunal de la Seine, en 1824, ainsi que procureur du roi au même tribunal, en 1826.

Louis-Marie de Belleyme est décoré de la Légion d'honneur, le [2]. Il est candidat aux élections du 17 novembre 1827, dans l'arrondissement de Périgueux, il est battu[3].

En novembre 1827, il fait preuve d'indépendance et de fermeté en prenant des sanctions à l'encontre des gendarmes qui avaient fait preuve de violences excessives lors de la fusillade de la rue Saint-Denis. Cette prise de position attire l'attention du nouveau cabinet Martignac. Ce dernier le nomme, le , préfet de police.

Médaille célébrant Louis-Marie de Belleyme, « député de la Seine, fondateur de la maison de refuge ».

Dès sa prise de fonctions, il abolit l'espionnage politique et donne un uniforme aux agents de la police secrète. Il aménage et réglemente les services de la voirie, des étalages, de la police des spectacles, des voitures de place et des approvisionnements. Il organise le corps des sergents de ville et fait établir les omnibus. Il travaille à l'extinction de la mendicité en créant notamment des maisons de refuge.

Portrait de Louis-Marie de Belleyme, par Charles Jalabert (1857).

Il est élu député et entre à la Chambre le , par le collège du département de la Dordogne[4]. Malgré les regrets du roi Charles X, il donne sa démission de son poste de préfet de Police. Il est nommé président du tribunal civil de la Seine le , ce qu'il reste pendant 28 ans, jusqu'à sa première retraite à 70 ans en 1857. À la Chambre, il siégea au centre droit, et ne signa pas l'adresse des 221. Après la dissolution de la Chambre, il n'est pas réélu.

Ralliement à la monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

Après les Trois Glorieuses, on le retrouve chef de bataillon dans la 7e légion de la Garde nationale de Paris. Il se présente aux élections du 5 juillet 1831, mais échoue[5]. Mais le 28 septembre suivant, il est élu dans la Seine en remplacement de Casimir Perier. Il échoua de nouveau en 1834[6] et 1837[7], mais il est élu le même jour en Dordogne[8], il sera réélu jusqu'en 1848, sans interruption[9].

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

À sa première retraite en 1857, le gouvernement impérial le nomme le conseiller à la Cour de Cassation. À 75 ans, il est admis pour la deuxième fois à la retraite le , un mois avant sa mort.

Louis-Marie de Belleyme meurt à Paris, la ville qui l'avait vu naître, le , à l'âge de 75 ans. Il est enterré au Père-Lachaise.

On lui doit des notes et plusieurs ouvrages de jurisprudence, notamment, des Ordonnances sur requêtes et sur référés selon la jurisprudence du tribunal en première instance du département de la Seine, un recueil de formules, suivies d'observations pratiques.

Famille[modifier | modifier le code]

Louis-Marie de Belleyme épousa en 1813 Amélie Guyot de Villeneuve (1797-1861), d'une ancienne famille parisienne qui avait donné plusieurs échevins à la capitale, fille de François Guyot de Villeneuve (1766-1848) et de Charlotte Goblet (1775-1851). Ils eurent deux fils[10] :

Décorations et honneurs[modifier | modifier le code]

Officier de l'ordre royal de la Légion d'honneur. Sous-officier de l'ordre de l'Aigle rouge.

Dès 1865, plusieurs rues du 3e arrondissement de Paris ont été regroupées pour former la rue Debelleyme.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les amis & passionnés du père Lachaise.
  2. Société française d'histoire de la police.
  3. Il échoua par 60 voix contre 145 données à l'élu, Jean-Joseph de Verneilh, et 72 au comte de Beaumont.
  4. Il est élu par 116 voix sur 160 votants et 293 inscrits, contre 31 voix à Thomas-Robert Bugeaud, en remplacement de Jean d'Abzac.
  5. Il échoue par 40 voix contre 98 données à l'élu, Alexandre de Garraube.
  6. Il échoue par 189 voix contre 405 données à l'élu, Alexandre de Laborde, et 146 à Louis Bérard.
  7. Il échoue cette fois par 402 voix coutre 501 à l'élu, M. Moreau.
  8. Il est élu par le sixième corps électoral de la Dordogne avec 159 voix sur 292 votants et 394 inscrits.
  9. Le même collège le réélit successivement :
  10. Geneanet.org.

Liens externes[modifier | modifier le code]