Louis-Marie Baudouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le catholicisme
Cet article est une ébauche concernant le catholicisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Louis-Marie Baudouin
Image illustrative de l'article Louis-Marie Baudouin
Vénérable
Naissance 2 août 1765
Montaigu
Décès 12 février 1835 
Chavagnes-en-Paillers

Louis-Marie Baudouin, né le 2 août 1765 à Montaigu (Vendée) et décédé le 12 février 1835 à Chavagnes-en-Paillers (Vendée), est un prêtre français, fondateur des Fils de Marie Immaculée et des Ursulines de Jésus. Il est déclaré vénérable par le pape Benoît XVI le 20 décembre 2012[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir passé son enfance à Montaigu, Louis-Marie Baudouin fit ses études pendant sept années au grand séminaire de Luçon[2]. Il est ordonné prêtre le 19 septembre 1789 à Saint-Malo.

En 1790, le Père Baudouin refuse de prêter serment à une Constitution civile du clergé du gouvernement révolutionnaire. Peu de temps après la nomination de l'évêque constitutionnel Rodrigue le 12 juin 1791, le Père Baudouin est appréhendé et conduit à la prison de Fontenay-le-Comte où il y demeurat sept mois. Relâché puis arrêté à nouveau et il est reconduit à la même prison.

Il part en exil avec son frère Martin Baudouin, curé de Luçon, en Espagne le 9 septembre 1792 avec 74 prêtres de la Vendée et de la Saintonge. Il accostera le 14 septembre à Saint-Sébastien. Il restera 4 ans à Tolède. Le 15 août 1797, Louis Marie Baudouin revient en France, et vivra clandestinement pendant 2 ans aux Sables-d'Olonne dans la maison de Melle Guinemant.

En 1799, Bonaparte rend libre l'exercice du culte après la fin des guerres de Vendée. Le Père Baudouin est nommé à la paroisse de la Jonchère puis le 31 juillet 1801 à Chavagnes-en-Paillers.

En 1803, un séminaire nait à Chavagnes. En 1805, début de la petite société des Enfants de Marie.

En octobre 1812, le séminaire de Chavagnes est transféré, sur l'ordre de Napoléon, en partie à La Rochelle et en partie à Saint-Jean-d'Angély. Louis Marie Baudouin part donc à la Rochelle où il est nommé supérieur du Grand séminaire et Vicaire général du diocèse. En 1821, le diocèse de Luçon est rétabli, il y devient de nouveau supérieur du Grand Séminaire et Vicaire général du diocèse.

En 1822, en parallèle, il organise un petit séminaire dans l'ancien monastère des bénédictines aux Sables-d'Olonne.

En 1829, Louis Marie Baudouin se retire à Chavagnes-en-Paillers. Il y meurt à l'âge de 70 ans[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décrets de la Congrégation pour les causes des saints », Vatican Information Service,‎ (consulté le 20 décembre 2012)
  2. Louis-Marie Baudouin et ses disciples, livre de Maurice Maupilier, consacré à l’œuvre et à l'influence pastorales de ce prêtre vendéen (372 pages, 1973, imprimerie Saint-Paul, Bar-le-Duc n°i6726523).
  3. Le Vénérable Louis-Marie BAUDOUIN par le Père Marie-Alphonse, éditeur Carmel de Chavagnes-en-Paillers, 1924

Sources[modifier | modifier le code]

  • Louis-Marie Baudouin et ses disciples, livre de Maurice Maupilier, consacré à l’œuvre et à l'influence pastorales de ce prêtre vendéen (372 pages, 1973, imprimerie Saint-Paul, Bar-le-Duc n°i6726523).