Louis-Marie Baudouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le catholicisme
Cet article est une ébauche concernant le catholicisme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Louis-Marie Baudouin
Image illustrative de l'article Louis-Marie Baudouin
Prêtre, fondateur, vénérable
Naissance 2 août 1765
Montaigu
Décès 12 février 1835 
Chavagnes-en-Paillers
Nationalité Drapeau : France Français
Béatification cause en cours
Vénéré par l'Église catholique
Fête 12 février

Louis-Marie Baudouin, né le 2 août 1765 à Montaigu (Vendée) et mort le 12 février 1835 à Chavagnes-en-Paillers (Vendée), est un prêtre catholique français, fondateur des Pères de Chavagnes (également nommés Fils de Marie Immaculée, ou FMI) et des Ursulines de Jésus. Il est déclaré vénérable par le pape Benoît XVI le 20 décembre 2012[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir passé son enfance à Montaigu, Louis-Marie Baudouin fit ses études pendant sept années au grand séminaire de Luçon[2]. Il est ordonné prêtre le 19 septembre 1789 à Saint-Malo.

En 1790, le Père Baudouin refuse de prêter serment à une Constitution civile du clergé du gouvernement révolutionnaire. Peu de temps après la nomination de l'évêque constitutionnel Rodrigue le 12 juin 1791, le Père Baudouin est appréhendé et conduit à la prison de Fontenay-le-Comte où il y demeurat sept mois. Relâché puis arrêté à nouveau et il est reconduit à la même prison.

Il part en exil avec son frère Martin Baudouin, curé de Luçon, en Espagne le 9 septembre 1792 avec 74 prêtres de la Vendée et de la Saintonge. Il accostera le 14 septembre à Saint-Sébastien. Il restera 4 ans à Tolède. Le 15 août 1797, Louis Marie Baudouin revient en France, et vivra clandestinement pendant 2 ans aux Sables-d'Olonne dans la maison de Melle Guinemant.

En 1799, Bonaparte rend libre l'exercice du culte après la fin des guerres de Vendée. Le Père Baudouin est nommé à la paroisse de la Jonchère puis le 31 juillet 1801 à Chavagnes-en-Paillers.

En 1803, un séminaire nait à Chavagnes. En 1805, début de la petite société des Enfants de Marie.

En octobre 1812, le séminaire de Chavagnes est transféré, sur l'ordre de Napoléon, en partie à La Rochelle et en partie à Saint-Jean-d'Angély. Louis Marie Baudouin part donc à la Rochelle où il est nommé supérieur du Grand séminaire et Vicaire général du diocèse. En 1821, le diocèse de Luçon est rétabli, il y devient de nouveau supérieur du Grand Séminaire et Vicaire général du diocèse.

En 1822, en parallèle, il organise un petit séminaire dans l'ancien monastère des bénédictines aux Sables-d'Olonne.

En 1829, Louis Marie Baudouin se retire à Chavagnes-en-Paillers. Il y meurt à l'âge de 70 ans[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décrets de la Congrégation pour les causes des saints », Vatican Information Service,‎ (consulté le 20 décembre 2012)
  2. Louis-Marie Baudouin et ses disciples, livre de Maurice Maupilier, consacré à l’œuvre et à l'influence pastorales de ce prêtre vendéen (372 pages, 1973, imprimerie Saint-Paul, Bar-le-Duc n°i6726523).
  3. Le Vénérable Louis-Marie BAUDOUIN par le Père Marie-Alphonse, éditeur Carmel de Chavagnes-en-Paillers, 1924

Sources[modifier | modifier le code]

  • Louis-Marie Baudouin et ses disciples, livre de Maurice Maupilier, consacré à l’œuvre et à l'influence pastorales de ce prêtre vendéen (372 pages, 1973, imprimerie Saint-Paul, Bar-le-Duc n°i6726523).