Louis-Joseph Adhémar de Monteil de Grignan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monteil, Nettancourt et Haussonville.

Louis-Joseph Adhémar de Monteil de Grignan
Image illustrative de l’article Louis-Joseph Adhémar de Monteil de Grignan
Louis-Joseph Adhémar de Monteil de Grignan
par Hyacinthe Rigaud
Biographie
Naissance
à Grignan
Ordination sacerdotale
Décès (à 71 ans)
à Carcassonne
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Dernier titre ou fonction Évêque de Carcassonne
Évêque de Carcassonne
Évêque d'Évreux
Autres fonctions
Fonction religieuse
Agent général du clergé de France

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Louis-Joseph Adhémar de Monteil de Grignan, né à Grignan le et mort à Carcassonne, le , est un ecclésiastique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Louis-Joseph Adhémar de Monteil de Grignan, est un fils cadet de Louis Gaucher Adhémar, comte de Grignan, mestre de camp du régiment d'Adhémar († 4 août 1668) et de sa femme Marguerite d'Ornano. Selon Saint-Simon[1], Louis-Joseph fut « le dernier des Grignan, frère du feu comte de Grignan[2], chevalier de l'ordre, lieutenant général et commandant en Provence, gendre de Mme de Sévigné[3]. ».

Nommé à l'évêché d'Évreux dès 1680, mais n'y ayant pas été confirmé, il fut évêque de Carcassonne du à février 1722. Il avait pris comme coadjuteur son neveu, Louis-Joseph II de Châteauneuf de Rochebonne, alors aumônier du roi et doyen de l'église de Lyon et qui lui succédera d'ailleurs au trône d'évêque[4].

Louis-Joseph, « le plus joli abbé de France » selon la célèbre épistolière, était le fils de Louis Gaucher de Castellane-Adhémar de Monteil, avant-dernier comte de Grignan (v. 1599-1668), maître de camp du régiment d'Adhémar et de Marguerite d'Ornano (morte en 1655). La baronnie de Grignan, dans la Drôme, avait été érigée en comté par lettres patentes de juin 1558 en faveur de Louis d'Adhémar de Monteil, ambassadeur de France en Allemagne.

Il repose dans la chapelle du Sacré-Cœur située dans la basilique Saint-Nazaire à Carcassonne.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs portraits du prélat ont été réalisés et sont conservés actuellement, pour les principaux d'entre eux, au musée des beaux-arts de Carcassonne. Ils sont tous malheureusement anonymes.

L'un d'eux, cependant, peut-être attribué à Hyacinthe Rigaud[5]. En effet, dans les livres de comptes du peintre, on sait que l'artiste a peint un tel portrait, en buste valant 115 livres en 1690[6].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (Mémoires, 1722, XIX, 13)
  2. François de Castellane-Adhémar de Monteil, comte de Grignan (1632-1714)
  3. Par ses troisièmes noces, du , avec Françoise-Marguerite de Sévigné (1646-1705), fille de la marquise
  4. Réchard et Giraud, Bibliothèque sacrée ou dictionnaire universel [...] des sciences ecclésiastiques, Paris, 1827, t. 7, p. 215
  5. Huile sur toile ovale. H. 76 ; L. 61. Carcassonne, musée des Beaux-arts. Inv. N° D. 988.1.39. Dépôt de l’hôpital de Carcassonne, le 10 mars 1988. Cat. du musée 2004, no 150,p. 83, ill. p. 82.
  6. J. Roman, Le Livre de raison du peintre Hyacinthe Rigaud, Paris, 1919, p. 23 : « M. l’évesque de Carcassonne ».

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catalogue des Peintures de l'école française. 17e et 18e siècles. Musée des Beaux-arts de Carcassonne, Carcassonne 2004.
  • Abbé Léon Charpentier, Un évêque de l'ancien Régime, L.A. de Grignan, Paris, 1899.

Liens internes[modifier | modifier le code]