Louis-Georges de Bréquigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis-Georges de Bréquigny
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Membre de

Louis-Georges de Bréquigny ou Louis Georges Oudard Feudrix de Bréquigny ( à Granville[1] - à Paris) est un historien et paléographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1754 lui vient donnée la mission de compléter le travail de Eusèbe de Laurière, continué ensuite par Denis-François Secousse, sur les Ordonnances des Rois de France de la 3e Race. Secousse avait publié neuf volumes et Bréquigny en publia encore cinq jusqu'à 1790. En 1811, Emmanuel de Pastoret publie les onze derniers volumes de l'Histoire de la législation[2].

En 1764, il est chargé à nouveau par le gouvernement d'une mission à Londres, où il restera trois ans, consistant à compulser les archives britanniques en vue de publier l’ensemble des sources diplomatiques de l’histoire de France contenues dans la tour de Londres et que Thomas Carthe avait mis en catalogue. Bien que leur publication ait été interrompue par la Révolution, les documents rapportés par Bréquigny lui permettront de contribuer de nombreux mémoires à l'Académie des inscriptions, où il avait été reçu en 1759 grâce à un mémoire sur Mahomet où il confuta les idées extravagantes qui circulaient à l'époque, défendant ses capacités de législateur et sa religion[2]. Les importantes recherches historiques qu'il effectue parallèlement dans plusieurs autres domaines lui valent d'être élu membre de l'Académie française en 1772. Les documents diplomatiques objet de ses recherches en Angleterre sont publiées finalement en 1791, en trois volumes in-folio, avec l'aide de Laporte du Theil[2].

Les manuscrits de la correspondance et des travaux historiques de Bréquigny sont conservés à la Bibliothèque nationale de France, où ils forment une collection de 165 volumes.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Ordonnances des Rois de France de la 3e Race, recueillies par ordre chronologique, avec des renvois des unes aux autres, des sommaires, des observations sur le texte et cinq tables (22 vol., 1723-1814-1849). Recueil commencé par Eusèbe de Laurière et continué par Denis-François Secousse, Louis-Guillaume de Vilevault, Louis George Oudard Feudrix de Bréquigny et Pastoret.
  • Vie des anciens orateurs grecs (2 vol., 1750)
  • Histoire des révolutions de Gênes depuis son établissement jusqu'à la conclusion de la paix de 1748 (3 vol., 1750)
  • Catalogus manuscriptorum codicum Collegii Claromontani, quem excipit catalogus mssrum domus professae Parisiensis (1764). En collaboration avec François Clément.
  • Table chronologique des diplômes, chartes, titres et actes imprimés concernant l'histoire de France (8 vol., 1769-1876)
  • Mémoires concernant l'histoire, les sciences, les arts, les mœurs, les usages des Chinois, par les Missionnaires de Pekin (16 vol., 1776). En collaboration avec Charles Batteux.
  • Diplomata, chartae, epistolae, et alia documenta, ad res Francicas spectantia, ex diversis regni, exterarumque regionum archivis ac bibliothecis, jussu regis christianissimi, multorum eruditorum curis, plurimum ad id conferente congregatione (3 vol., 1791). En collaboration avec Gabriel de La Porte du Theil.
  • Lettres de rois, reines et autres personnages des cours de France et d'Angleterre depuis Louis VII jusqu'à Henri IV tirées des archives de Londres (2 vol., 1839-47). Complété par Jacques-Joseph Champollion.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bréquigny, Louis George Oudard Feudrix de (1714-1795), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 20 octobre 2016)
  2. a, b et c (it) Gioacchino Maria Olivier-Poli, Continuazione al Nuovo dizionario istorico degli uomini che si sono renduti piu' celebri per talenti, virtu', scelleratezze, errori, ec., la quale abbraccia il periodo degli ultimi 40 anni dell' era volgare, vol. 2, R. Marotta et Vanspandoch, (lire en ligne), p. 76-80.

Liens externes[modifier | modifier le code]