Louis-François Raban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis-François Raban
Alias
Comte de Barins
Naissance
Damville (Eure)
Décès (à 74 ans)
Paris
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Louis-François Raban, plus connu sous le nom de plume de « comte de Barins », né le à Damville et mort le à Paris, est un romancier, essayiste et pamphlétaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raban s’enrôla, âgé de 19 ans, dans les artilleurs, en 1814 et participa, avec l’École polytechnique, à la défense de Paris. Il suivit l’Empereur à Fontainebleau après la prise de la capitale, et fut licencié, ainsi qu’une grande partie de l’armée de la Loire. Il conserva toute sa vie la nostalgie de la grandeur de l’Empire. Vouant un culte à Napoléon, il lui consacra une biographie : Napoléon, la France, l’Angleterre, l’Europe : Histoire de Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République française, comprenant la vie civile, politique et militaire du prince, depuis sa naissance jusqu’à ce jour (Pick, 1852).

Il se livra dès lors exclusivement aux lettres, publia un nombre considérable de romans, quelques pamphlets politiques et des compilations historiques. Doué d’une extrême facilité, il débuta, dès 1816, par la publication de quelques pamphlets politiques qui obtinrent du succès, notamment Cadet vilain (1816) et le Petit Jésuite (1826), des brochures, des biographies et des compilations historiques. Auteur prolifique, il est l’auteur de plus de 200 ouvrages écrits sous différents pseudonymes, et on a publié, sous son nom, plusieurs romans qui ne sont pas de lui.

Ce fut dans le roman qu’il chercha surtout à se faire une place : de 1819 à 1838, il parut sous son nom plus de cinquante ouvrages désavoués en partie par lui, et dont quelques-uns lui ont attiré des condamnations. comme offensants pour la morale publique. Malgré ses nombreuses publications, Raban connut la misère toute sa vie et mourut dans un extrême dénuement. Rival de Pigault-Lebrun, avec moins de verve et de gaieté, il avait autant de hardiesse dans le langage, de licence dans les tableaux et d’exagération dans la peinture des mœurs de certaines classes.

Pseudonymes[modifier | modifier le code]

Damville, Louis-François de Raban ; Robert Macaire ; Paul Robert ; M. Rab ; le comte Félix ; le comte Fœlix ; le comte de Barins ; Un descendant de Rivarol ; Monsieur de Barins ; Monsieur de Boissi ; Horace Raisson ; Horace Raison.

Bibliographie partielle[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Le Curé capitaine, ou les Folies françaises, 2 vol. in-12, Paris, Davi et Locard, 1819 ;
    La seconde édition, datant de 1825, de cet ouvrage fut saisie à la requête du procureur du roi, avec Mon cousin Mathieu.
  • Les Deux Eugène, ou Dix-Sept pères pour un enfant, etc., 1819, Paris, 3 vol. in-12 ;
  • L’Époux parisien, ou le Bonhomme, Paris, 1820, 3 vol. in-12 ;
  • Alexis, ou les Deux frères, Paris, 1820, 2 vol. in-12 ;
  • Les cuisinières, macédoine en deux volumes, avec Prosper Mars, Tenon, 1823
  • Mon cousin Mathieu, Paris, 1824, 2 vol. in-12, fig. ;
    Ce roman fut saisi, avec le Curé-Capitaine, par la police, en 1825, comme contenant des outrages à la morale publique et religieuse, et ils valurent à leur auteur une condamnation à un mois de prison.
  • Le Normand gentilhomme, Paris, 1829, 4 vol. in-12.
  • La Jeune fille qui mangeait de l’herbe, ill. Charlotte des Ligneris, coll. Mouckins, Paris, Mouck, 2009, 44 p. (ISBN 978-2-917442-09-8).

Pamphlets[modifier | modifier le code]

  • Discussion sur le droit d’aînesse entre cadet Vilain et Vilain l’aîné, 1816, in-32 ;
  • Oraison funèbre de l’infortuné droit d’aînesse, etc., Paris, 1826, in-32 ;
  • Les Ministres en robe de chambre, Paris, 1826, in-32 ;
  • Le Nain bleu, Paris, 1826, in-32 ;
  • Le Nain rouge, Paris, 1826, in-32 ;
  • Histoire d’une paire de ciseaux, suivie d’une petite Biographie des censeurs, Paris, 1832, in-32.

Principales compilations historiques[modifier | modifier le code]

  • Petite Biographie des Députés, Paris, 1826, in-32 ;
  • Petite Biographie des Pairs, Paris, 1826, in-32 ;
  • Petite Biographie des rois de France, Paris, 1826, in-32 ;
  • Petite Biographie militaire, 1826, in-32 ;
  • Galerie des Enfants célèbres, 1836, 2 vol. in-12.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Théodore-Éloi Lebreton, Biographie normande : recueil de notices biographiques et bibliographiques sur les personnages célèbres nés en Normandie et sur ceux qui se sont seulement distingués par leurs actions ou par leurs écrits, vol. 3, Rouen, A. Le Brument, , 611 p. (lire en ligne), p. 293-4.
  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains : contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, t. 3, Paris, Louis Hachette, , 1802 p. (lire en ligne), p. 1422-3.

Liens externes[modifier | modifier le code]