Louis-Charles Fougeret de Monbron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis-Charles Fougeret de Monbron
Biographie
Naissance
Décès
(à 53 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
M. de ***
M. de M**Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Le Cosmopolite ou le Citoyen du Monde de Fougeret de Monbron (1750).

Louis-Charles Fougeret de Monbron (aussi orthographié Montbron), né le à Péronne et mort le à Paris, est un homme de lettres français.

Il est le second fils de Jean Fougeret, financier péronnais, receveur des Fermes, et de Marie Parvillers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Grand voyageur, Fougeret de Monbron met à profit ses voyages dans toute l’Europe pour rédiger Le Cosmopolite ou le Citoyen du Monde (1750). Il y énonce cette maxime passée en proverbe : « L’univers est une espèce de livre dont on n’a lu que la première page quand on n’a vu que son pays[1] ».

Il est l'auteur, entre autres, de La Henriade travestie (Berlin [Paris], 1745, in-12), sans doute l'ouvrage burlesque le plus diffusé du siècle des Lumières, où il s’est livré à une parodie presque vers par vers de l’original de Voltaire.[réf. nécessaire]

Il a également laissé deux pamphlets, le Préservatif contre l'anglomanie (1757) et La Capitale des Gaules ou la Nouvelle Babylone (1759), visant respectivement l’Angleterre et Paris[2].

On suppose qu'il a traduit Fanny Hill de John Cleland, sous le titre de La Fille de joie (1751)[3]. On lui doit aussi des récits libertins comme Le Canapé ou Le Canapé couleur de feu (1741), une réponse au Sopha de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon, qui circulait alors en manuscrit; ou Margot la ravaudeuse (habituellement datée de 1750, mais plus vraisemblablement parue en 1753 après une première tentative d'édition avortée en 1748).

Arrêté une première fois le , et incarcéré au For-l'Évêque jusqu'au suivant, Fougeret de Monbron est arrêté une seconde fois à Toulouse, le , d'où il est transféré à la Bastille, lieu de sa nouvelle incarcération du au .

Réception[modifier | modifier le code]

Pour Denis Diderot, il est l’« auteur de quelques brochures où l’on trouve beaucoup de fiel et peu, très-peu de talent »[4]. C'est à la suite de cette évocation que Diderot rapporte que Fougeret de Montbron se présenta à lui comme un homme au « cœur velu », insensible, en particulier, à un morceau pathétique de Lully qu'ils venaient d'entendre ; Diderot ne s'approprie donc ni ce second jugement, ni la formule, mais surpris par cette insensibilité ajoute : « Je frissonne ; je m’éloigne du tigre à deux pieds ».

Œuvres personnelles (premières éditions)[modifier | modifier le code]

  • Le premier livre de Fougeret de Monbron a connu deux éditions sous deux titres différents la même année, en 1741 :
    • Le Canapé, par M. de ***, La Haye, Popi, s.d. [1741, date vraisemblable]
    • Le Canapé couleur de feu, par M. de ***, Amsterdam [Paris], Compagnie des Libraires, 1741
  • Fougeret de Monbron a écrit une ode en 1744, connue sous trois titres :
    • Ode dans le goût des autres, s. l. n. d., [1744], 4 p. in-8°
    • Ode dans le goust des autres, Metz, Imprimerie de Jean Antoine, s. d., [1744], 4 p., in-4°
    • Ode comme les autres, s. l., 1744, 6 p., in-4°.
  • Discours prononcé au Roy par un paysan de Chaillot, signé Guillot le Bedaut, s. l., 1744.
  • La Henriade travestie en vers burlesques, Berlin [Paris], 1745.
  • Le Cosmopolite, ou le Citoïen du Monde, s. l. [La Haye], s. n. [Pierre Gosse ?], 1750.
  • Margot la ravaudeuse, par Mr de M**, A Hambourg, MDCCC [1753]
  • Préservatif contre l’anglomanie, A Minorque, [Paris, Duchesne], 1757.
  • La Capitale des Gaules, ou La Nouvelle Babilonne, La Haye, 1759.

Éditions modernes[modifier | modifier le code]

Margot la ravaudeuse (1753)
  • Le Cosmopolite ou le Citoyen du monde, suivi de La Capitale des Gaules ou la Nouvelle Babylone, intro. et notes par Raymond Trousson, Bordeaux, Ducros, 1970
  • Margot la ravaudeuse, Euredif, coll. « Aphrodite classique » no 42, 1977
  • Margot la ravaudeuse (intro., édit. et notes par Raymond Trousson) dans R. Trousson (éd.), Romans libertins du XVIIIe siècle, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1993, p. 659-737
  • Le Canapé couleur de feu : histoire galante, Toulouse, Ombres, coll. « Petite bibliothèque Ombres » no 132, 2000 (ISBN 978-2-84142-121-3)
  • Margot la ravaudeuse, Le Canapé couleur de feu, éd. Catriona Seth, Paris, Le Monde et Classiques Garnier, 2010
  • Le Cosmopolite, ou Le Citoyen du monde, éd. Édouard Langille, Londres, Modern Humanities Research Association, 2010 (ISBN 9781907322044)
  • Le Cosmopolite, ou Le Citoyen du monde, Rivages, coll. « Petite bibliothèque », 2014 (ISBN 978-2-7436-2680-8)
  • Margot la ravaudeuse, Gallimard, coll. « Folio » no 5899, 2015 (ISBN 978-2-07-046262-9)

Traductions des œuvres de Fougeret de Monbron[modifier | modifier le code]

  • Le Canapé couleur de feu a été traduit en anglais : The Settee, or, Chevalier Commodo’s metamorphosis, by Monsieur de ******, from the French, London, s. n., 1742
  • Le Cosmopolite a été traduit en allemand : Der Cosmopolit, oder Der Weltbürger, aus dem Französischen des Herr Monbrun, Francfurt, 1758
  • La Capitale des Gaules a été traduit en allemand : Die Hauptstadt der Gallier oder das neue Babylon, Aus dem Französischen erßekt, und mit Unmerfungen begleitet. Erster Theil. Ulm, 1761. Aus Rosten der Bartholomäischen handlung, 183 p. [contient les 2 parties de La Capitale des Gaules et L’Anti-Babylone [Das Anti-Babylon, oder Antwort an den Berfasser der Hauptstadt der Gallier] d’Ange Goudar, pagination continue : 1-42; 43-136 et 137-182 pour les trois composantes respectives]
  • Margot la Ravaudeuse a été publié plusieurs fois en allemand : Margot die Flickschusterin (traduit par Helmuth Leonhardt), illustrations de Margrit Behnemann, Hambourg, Kala Vael, 1964 ; Margot die Flickschusterin (éd. Peter Schalk), Munich, Heyne, 1978 ; Margot die Flickschusterin : galante Abenteuer im Frankreich des 18. Jh., Munich, Heyne, 1979
  • Margot la Ravaudeuse a été publié plusieurs fois en espagnol : Margot la remendona (Historia de una prostitua) Novela filosofica-erotica, una de las mas celebres publicaciones libertinas del siglo XVIII frances. Lo escribio de Fougeret de Montbron, y lo peso por primera vez en castellano Joaquin Lopez Barbadillo que la imprimio a su costa, Madrid, 1923 (préface de Jose Bruno) ; Margot la remendona, Madrid, Akal, 1978 ; Margot la remendona, Barcelone, Libro y publicaciones periodicas, 1984 ; Margot la remendona, Madrid, Ediciones Koty, 2000
  • Margot la Ravaudeuse a été traduit plusieurs fois en italien : Margot la conciacalze e le sue avventure galanti, s. n., « Biblioteca galante » no 7, 1861 ; Margot, Rome, Editori associati, 1969 ; Avventure galanti di Margot (pref., trad. et notes d’Alberto Mittone), Milan, Lo Zodiaco, 1970 ; Margot la rammendatrice (trad. Robert Gaudio), Milan, Olympia Press, 1988 ; Margot la rammendatrice (intro. Giovanna Angeli, trad. et notes de Fabio Vasari), Florence, Le Lettere, 1991
  • Margot la Ravaudeuse a été traduit en russe dans un recueil contenant ausis des œuvres qui lui sont attribuées sans être de lui : История моя и моей любовницы: Фелисия, или Мои проказы. Марго-штопальщица. Фемидор, или История моя и моей любовницы, Moscou, 2000.
  • Margot la Ravaudeuse a été traduit en serbo-croate : Margo krparka, Belgrade, Prosveta, Biblioteka "Erotikon", 1983
  • Margot la Ravaudeuse et Le Canapé couleur de feu ont été traduits en anglais : The Amorous Adventures of Margot and The Scarlet Sofa (trad. Mark Alexander et L.E. LaBan.; Introduction par Hilary E. Holt), North Hollywood, Brandon House, 1967 ; Margot la Ravaudeuse a de nouveau été traduit en anglais : Margot la Ravaudeuse (trad. E. Langille), MHRA, 2015
  • Margot la Ravaudeuse et Le Canapé couleur de feu ont été traduits en hollandais : Margriet uit de ton, gevolgd door [suivi de] De Rode Sofa (postface de Henny Scheepmaker), Amsterdam, Uitgeverij de Arbeiderspers, 1968
  • Le Canapé couleur de feu a été traduit en tchèque : Rudá pohovka, Prague, Nákl Vl., 1928 ; rééd. 1938 ; rééd. Prague, Dybbuk, 2008
  • Le Canapé couleur de feu a été traduit en espagnol : El hombre que fue Canapé, Séville, ed. Renacimiento, 1999
  • Le Cosmopolite a été traduit en espagnol : El cosmopolita o el ciudadano del mundo, trad. et postface Julio Seoane Pinilla, Laetoli, 2012
  • Le Canapé couleur de feu a été traduit en grec : Ο καναπες στο χρωμα της φωτιας [O kanapes sto chroma tis fotias], trad. Kalliopi Mandilara, Potamos, 2019
  • Le Préservatif contre l'anglomanie a été traduit en espagnol : Preservativo contra los ingleses, trad. Jaime Rosal del Castillo, Barcelone, Sd Edicions, 2019

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Article[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel Boussuge, Fougeret de Monbron à la Bastille, et dans ses archives, Revue d'histoire littéraire de la France, 2006, no 1, p. 157-166. Lire en ligne.

Sur Wikisource[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis-Charles Fougeret de Monbron, Le Cosmopolite, ou Le Citoyen du monde, .
  2. Davdid A. Bell, The Cult of the Nation in France: inventing nationalism, 1680-1800, 2009.
  3. Montague Summers, A Gothic Bibliography, Books on Demand 2020, p. 394-5
  4. Satire première: lire dans Wikisource.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876, p. 1321.

Liens externes[modifier | modifier le code]