Louis-Auguste Boileau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boileau.

Louis-Auguste Boileau
Présentation
Naissance
Paris
Décès (à 83 ans)
Paris
Nationalité française
Mouvement historicisme
Œuvre
Réalisations Église Saint-Eugène-Sainte-Cécile
Entourage familial
Famille fils : Louis-Charles Boileau
petit-fils : Louis-Hippolyte Boileau

Louis-Auguste Boileau (1812-1896), est un architecte français

Inscrit dans le courant néo-gothique, il est le père de l'architecte Louis-Charles Boileau (1837-1914) et legrand-père de l'architecte Louis-Hippolyte Boileau (1878-1948).

Biographie[modifier | modifier le code]

Controverse avec Viollet-le-Duc[modifier | modifier le code]

C'est un grand admirateur d'Eugène Viollet-le-Duc, dont il a lu et vu la majorité des projets. À cette époque, ce dernier préconise l'emploi des nouveaux matériaux, comme le fer et le verre, en les utilisant mieux pour de meilleures performances, les laissant apparaître, tout en gardant le style gothique, style qu'il étudie et met en pratique depuis de nombreuses années.

Louis-Auguste Boileau mettra donc en pratique les idées de son maître spirituel en construisant à Paris, de 1854 à 1856, l'église Saint-Eugène-Sainte-Cécile avec des matériaux de la révolution industrielle.

Eugène Viollet-le-Duc réagira alors en s'attaquant à son projet en le ridiculisant et en se moquant de ces nouveaux matériaux (« Pourquoi vouloir singer le style du passé ? Pourquoi ne pas utiliser ces matériaux à la façon des ingénieurs ? »[réf. nécessaire]), sans suggérer de référence architecturale.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Article biographique sur André-Jacob Roubo, dans la série « Portraits et histoire des hommes utiles » publiés par la Société Montyon et Franklin, Paris, 1836, 4 pages Sur le site Gallica (BNF).
  • « Nouvelle Forme architecturale composée par M. Boileau, Exposé, notes et appréciations. », Paris, 1853, Gide et J. Baudry, 1 volume. 75 pages, planches, In-quarto. Sur le site Gallica (BNF).
  • « Le Fer, principal élément constructif de la nouvelle architecture. Conclusions théoriques et pratiques pour servir de clôture au débat ouvert en 1855, sur l'application du métal (fer et fonte) à la construction des édifices publics. » Paris, 1871, 1 volume, 114 pages, in octavo.
  • « La Halle-Basilique : principes et exemples d'architecture ferronnière : les grandes constructions édilitaires en fer. », Paris, 1881, Eugène Lacroix, 1 volume, 40 pages, figures, tableau, planches, In-quarto. Sur le site Gallica (BNF).
  • « Histoire critique de l'invention en architecture : classification méthodique des œuvres de l'art monumental, au point de vue du progrès et de son application à la composition de nouveaux types architectoniques dérivant de l'usage du fer. », Paris, 1886, Veuve C. Dunod, 168 pages, in-folio. Sur le site Gallica (BNF).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La querelle du fer : Eugène Viollet-Le-Duc contre Louis Auguste Boileau, présentation de Bernard Marrey, Éditions du Linteau, 2002, broché, 120 pages, (ISBN 978-2910342241).

Liens externes[modifier | modifier le code]