Lou Deprijck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Francis « Lou » Deprijck
Surnom Lou De Prick
Nom de naissance Francis Deprijck
Naissance (75 ans)
Lessines, Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale Interprète, compositeur et producteur

Francis « Lou » Deprijck, aussi connu sous le nom Lou De Prick[1], né le [2] à Lessines, est un interprète, compositeur et producteur belge. Il est connu principalement pour la chanson Ça plane pour moi.

Parcours[modifier | modifier le code]

Fonctionnaire de la Régie des télégraphes et des téléphones de Bruxelles, Francis Deprijck a été à l'origine de plusieurs succès pop d'importance vers la fin des années 1970 et 1980, en tant qu'interprète ou producteur. Ses principaux groupes sont Lou and the Hollywood Bananas et Two Man Sound, il collabore avec Plastic Bertrand et Viktor Lazlo[3].

En 1984, il réalise sous le pseudonyme « Vanhouten » l'album Collures en duo avec Boris Bergman dont a été tiré le 45 tours Hold-up Sentimental / Fille du fleuve[4].

En 1998, il participe au single Le bal des gueux d'Alec Mansion au profit de l’Opération Thermos, qui distribue des repas pour les sans abris dans les gares. Cette chanson est interprétée par trente-huit artistes et personnalités dont Toots Thielemans, Stéphane Steeman, Marylène Bergmann, Armelle, Jacques Bredael, Alec Mansion, Muriel Dacq, les frères Taloche, Morgane, Nathalie Pâque, Frédéric Etherlinck, Richard Ruben, Christian Vidal, Marc Herman, Jeff Bodart, Jean-Luc Fonck, Benny B et Daddy K. Il réside également à Pattaya en Thaïlande, où il a tenu une friterie appelée Frietkot, et sorti plusieurs disques en thaï, dont une adaptation de sa chanson Kingston, renommée Pattaya Pattaya [5]. Depuis 2012, il est revenu vivre en Belgique « par amitié pour le Crique »[6], puis a brigué un poste politique lors des élections communales de Lessines de 2012, pour le Mouvement réformateur[7].

Ça plane pour moi : polémique[modifier | modifier le code]

Lou Deprijck compose, produit et chante le tube Ça plane pour moi, dont le chant est construit sur une note unique (à l'exception d'une courte vocalise dans le refrain) pour parodier certains morceaux punk. Il invente pour l'occasion un personnage virtuel, Plastic Bertrand. Le succès du morceau l'oblige à faire incarner ce personnage, il fait appel pour cela à Roger Allen François Jouret, qui connaîtra ensuite une carrière durable sous ce pseudonyme[8].

La polémique sur l'interprète réel de Ça plane pour moi est apparue en 2006 à l'occasion d'un procès sur le statut formel d’« interprète légal » de la chanson. Pourtant, la paternité de Lou Deprijck était connue dans les années 1980 et n'avait pas été contestée par Plastic Bertrand. Dans un arrêt du , la Cour d’appel de Bruxelles a clairement indiqué « que juridiquement seul Plastic Bertrand a la qualité d’artiste interprète de la chanson Ça plane pour moi »[9], mais cet arrêt porte uniquement sur le statut légal (comme Plastic Bertrand était signataire du contrat, il est l'interprète légal de la chanson) et ne tranche pas sur la réalité des faits. En 2010, un rapport d'expert ayant analysé la prononciation des différents phonèmes considère que l'interprète original de la chanson Ça plane pour moi ne pouvait être que picard - ce qui est le cas de Lou Deprijck, originaire du sud de la Belgique, mais certainement pas de Plastic Bertrand qui est bruxellois[10]. Ce rapport a provoqué des réactions diverses de Plastic Bertrand, reconnaissant qu'il n'est pas le chanteur même s'il est l'interprète légal, puis niant à nouveau[11],[12]. L'un des aspects déterminants de l'affaire est que tous les musiciens et tous les techniciens impliqués dans l'enregistrement original de 1977 ont témoigné (y compris sous serment pour ceux qui ont été convoqués au procès de 2010) que c'est bien Lou Deprijck qui chantait Ça plane pour moi, tout comme l'intégralité des 4 premiers albums de Plastic Bertrand[13].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Autorité BnF pour Lou De Prick
  2. Autorité BnF pour Lou Deprijck
  3. Bruno Deheneffe, « Lou Deprijck, un mégatube, «Ça plane pour moi». », sur lesoir.be, Le Soir,
  4. Robert Wangermée (dir.) et Jean Brumioul (dir.), Dictionnaire de la chanson en Wallonie et à Bruxelles, Mardaga (éditions), , 363 p. (lire en ligne), p. 133
  5. Enfants de chœur, émission en radio diffusée le 01/11/2015 sur VivaCité
  6. Surnom de Claudy Criquielion, ancien coureur cycliste et échevin de Lessines
  7. « Lou Deprijck, sur la liste MR Ensemble », [[Le Soir|Le Soir]],
  8. José-Alain Fralon, « La vraie voix », Le Monde,‎
  9. page 10 de l’arrêt
  10. « Plastic Bertrand n'aurait pas chanté « Ça plane pour moi » », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. Vanessa Ferrere, « Plastic Bertrand avoue qu'il n'est pas le chanteur de Ça plane pour moi », L'Express,‎ (lire en ligne)
  12. « Plastic Bertrand vire sur l'aile: «Je suis l'interprète de Ça plane pour moi» », Libération,‎ (lire en ligne)
  13. Nicolas Dewaelheyns, « Ça plane pour Lou ! », sur http://www.dhnet.be, dhnet.be, (consulté le 26 juillet 2010)