Lotus Esprit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lotus Esprit
Lotus Esprit
Lotus Esprit S1 (1976)

Marque Drapeau : Royaume-Uni Lotus
Années de production 1976 - 2004
Production 10.675 exemplaire(s)
Classe Coupé
Moteur et transmission
Énergie Essence
Position du moteur Central arrière
Cylindrée Turbo : 2.174 cm3
Puissance maximale Turbo : à 6.000 tr/min : 213 ch DIN
Couple maximal Turbo - à 4.000 tr/min : 265 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports
Poids et performances
Poids à vide 1.220 kg
Vitesse maximale 246 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 5,6 s
Consommation mixte 10 / 12 L/100 km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé 2+2
Châssis Poutre centrale et châssis treillis
Suspensions 4 roues indépendantes - bras oscillants et amortisseurs hydrauliques - barre stabilisatrice à l'avant
Direction Crémaillère
Freins 4 freins à disque
Dimensions
Longueur 4.191 mm
Largeur 1.854 mm
Hauteur 1.118 mm
Empattement 2.438 mm
Voies  AV/AR 1.537 mm  / 1.554 mm
Chronologie des modèles
Lotus Esprit S4

La Lotus Esprit est une automobile du constructeur britannique Lotus. Voiture de sport deux places, elle est dérivée d'un concept car d'Italdesign présenté à Turin en 1972, avec moteur à l'arrière, un châssis-poutre en acier, et une carrosserie en polyester stratifié. Fabriquée de 1976 à 2004, c'est une des voitures de sport les plus longtemps fabriquées de l'histoire de la construction automobile de série. Elle a connu 24 variantes.

Toutes les Esprit étaient assemblées à la main et cela représentait environ 560 heures de travail. Plus de 80 % des pièces étaient produites par Lotus.

Histoire et évolution[modifier | modifier le code]

L'Esprit fut conçue comme un dérivé agrandi et plus sportif de l'Europe. Elle reprenait le principe du châssis-poutre élargi à l'arrière pour recevoir la mécanique, le moteur Lotus 2 litres 16 soupapes de 160 ch type 907. Ce moteur, le premier de conception 100 % Lotus, avait été inauguré en 1972 sur le cabriolet Jensen-Healey. La boîte de vitesses est fournie par Citroën (SM).

Bien que destinée à l'origine pour un usage exclusif à Colin Chapman, l'Esprit devint l'atout commercial de Lotus pour lutter contre les Porsche 911 et les Ferrari 308 d'alors. La première version portera ultérieurement la désignation « S1 ». Son design, très proche de celui du concept car d'ItalDesign, est d'une grande pureté, et se distingue entre autres des séries suivantes par un « spoiler » avant séparé, l'absence d'écopes latérales, et la présence de feux arrière empruntés à la Fiat X 1/9.

Le moteur évolua alors, sa cylindrée portée à 2 174 cm3, pour gagner en couple, la puissance restant inchangée (S2). Les feux arrière sont repris à la Rover SD1 et le spoiler avant est intégré au pare-chocs. Les défauts de jeunesse (refroidissement insuffisant du moteur, mécanique très présente dans l'habitacle…) sont peu à peu éliminés, tandis que les performances, jugées à l'origine tout juste acceptables au regard de l'agressivité de la ligne, progressent, notamment avec l'arrivée d'une version Turbo (2 174 cm3 développant 210 ch, 0 à 100 km/h en moins de 6 s), en hommage au titre constructeur acquis en F1 avec au total sept titres de champion du monde pour le Team Lotus. Avec la version S3, l'acheteur aura le choix entre le moteur atmosphérique et le moteur suralimenté, équipant une voiture homogène et fiabilisée. Puis vint une version HC (High Compression) qui atteint 240 ch en turbo et 180 ch en atmosphérique. L'injection est apparue autour de ces versions.

Le style fut repris en 1988 par Peter Stevens, arrondissant le style de Giugiaro. Dès lors, l'Esprit recevra une boîte Renault. En 1989 sortit la version SE, avec un 2 174 cm3 au turbo refroidi par eau de 264 ch. Un aileron arrière fera alors son apparition pour renforcer l'appui aérodynamique, devenu impératif avec les très hautes vitesses que l'Esprit pouvait dorénavant atteindre sur circuit. La puissance du moteur sera ensuite portée à 300 ch avec la X180-R qui s'illustra brillamment dans les compétitions aux États-Unis et donna une série limitée Sport 300 produite jusqu'en 1995 à 64 exemplaires numérotés. En 1994 apparut une évolution S4 qui fut produite jusqu'en 1995, bénéficiant de la direction assistée et d'un développement aérodynamique de l'effet de sol dont l'inventeur était Colin Chapman. La S4S a été l'ultime version sport de l'Esprit avec 298 ch. Les ultimes modifications sur le moteur 2,2 L portant sur l'alimentation furent faites sur les dernières S4 et S4S. Pour répondre aux attentes du marché américain, elle sera équipée ensuite d'un moteur V8 « maison » biturbo de 3 500 cm3, développant 350 ch. Le quatre cylindres sera alors redescendu à 2 000 cm3 pour 240 ch avant de disparaître du catalogue en 1999.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1952 : Fondation de la marque Lotus par Colin Chapman.
  • 1971 : Au milieu de l'année, Colin Chapman commande une étude à Italdesign pour une berlinette 2-places à moteur central arrière.
  • 1972 : En mars, au salon de Genève, la Jensen-Healey dispose en première mondiale du moteur Lotus type 907. En novembre, au salon de Turin, Italdesign présente le premier prototype de la future Lotus Esprit.
  • 1975 : Au salon de Paris, en septembre, Lotus dévoile sa toute nouvelle Lotus Esprit S1 (moteur quatre cylindres 2 litres tout alu 160 ch).
  • 1991 : Lotus lance sur le marché italien une Lotus Esprit SE avec un moteur à la cylindrée réduite à deux litres (type 920).
  • 1996 : Lotus présente sa nouvelle auto dotée d'un moteur V8 biturbo maison : l'Esprit V8. La Lotus S4S est commercialisée : il s'agit d'une Sport 300 avec l'allure et le look de la S4.
  • 1996 : En octobre, présentation au salon de Paris de l'Esprit GT3.
  • 1997 : Commercialisation de la Lotus Esprit GT3, une version plus « économique » à prix étudié. Présentation spécifique avec « strippings » GT3.
  • 1999 : Arrêt de la version GT3.
  • 2003 : Lotus décide de stopper définitivement la fabrication de l'Esprit.
  • 20 février 2004 : la dernière Esprit sort des chaînes de production après 10.675 exemplaires produits, tous modèles confondus[1].
  • 2008/2009 : Une nouvelle « Esprit » devait voir le jour, la voiture a en fait été baptisée Evora.


Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Dans le tableau ci-dessous sont réunis les types, modèles, années de production et quantités produites[2],[3].

Année S1 S2 S2.2 S3 X180 Turbo S4 / S4s / GT3 S300 V8 / V8 GT S350 Production
1976 134 134
1977 580 580
1978 180 373 553
1979 474 474
1980 80 57 137
1981 134 31 20 116 301
1982 57 103 205 365
1983 84 343 427
1984 104 418 522
1985 127 324 451
1986 72 382 454
1987 78 384 462
1988 176 882 1.058
1989 90 787 877
1990 22 757 779
1991 125 125
1992 173 4 1 178
1993 62 233 25 320
1994 340 30 370
1995 377 8 385
1996 59 260 319
1997 102 177 279
1998 60 241 301
1999 13 158 39 210
2000 219 3 222
2001 101 101
2002 157 157
2003 119 119
2004 16 16
Total 2.919 5.021 1.188 64 1.441 42 10.675

Apparitions de la Lotus Esprit[modifier | modifier le code]

L’Esprit de L’Espion qui m’aimait à Beaulieu (Royaume-Uni), mars 2013.

Elle devient célèbre après son apparition dans le film de James Bond L'Espion qui m'aimait, où elle est convertible en sous-marin de poche (Esprit S1). Elle fait alors une belle carrière au cinéma, avec notamment une nouvelle apparition aux mains de 007 dans Rien que pour vos yeux (S3 et S3 turbo) ou dans Basic Instinct et Pretty Woman (Esprit SE « Stevens »).

Un jeu vidéo de course édité par Gremlin Graphics Software sous licence de Lotus Cars, dont le 1er épisode est sorti en 1990, met en scène l'Esprit Turbo SE : Lotus Esprit Turbo Challenge. Dans le jeu vidéo Grand Theft Auto: Online La Stromberg allusion au personnage de méchant Karl Stromberg du film L'Espion qui m'aimait est directement inspiré de la Lotus Esprit[4].

En septembre 2013, le très médiatique Elon Musk, co-inventeur de Paypal, propriétaire de la marque de voitures électrique Tesla et de la société spatiale SpaceX a acquis l'Esprit S1 submersible de 007, en indiquant qu'il allait tout faire pour la rendre réellement transformable. Il utilisera pour cela le système de traction électrique développé par Tesla pour ses automobiles. Elon Musk a dû débourser près d'un million de dollars pour s'offrir le petit sous-marin autrefois développé par la firme Perry Oceanographics pour les besoins du film[5].


Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rémy Solnon, Lotus Esprit : le grand tourisme à l'anglaise, Les Presses Littéraires, , 208 p. (ISBN 978-2-3507-3144-5)

Lien externe[modifier | modifier le code]