Lothrop Stoddard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lothrop Stoddard
Portrait of Lothrop Stoddard.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
États-UnisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Anthropologue, politologue, historien, journaliste, journaliste d'opinionVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Theodore Lothrop Stoddard, né le à Brookline (Massachusetts) et mort le à Washington, D.C., est un historien, journaliste, eugéniste et politologue américain.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Stoddard naît à Brookline (Massachusetts), fils de John Lawson Stoddard, célèbre écrivain et conférencier, et de son épouse Mary H. Stoddard[1]. Il est étudiant du Harvard College dont il est diplômé magna cum laude en 1905 puis étudie le droit à l'université de Boston jusqu'en 1908. Stoddard obtient un Ph.D. en histoire de l'université Harvard en 1914[2].

Mort[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, les théories de Stoddard sont jugées trop étroitement alignées avec celles des nazis aussi connaît-il une forte baisse de popularité[3]. Sa mort d'un cancer en 1950 passe presque inaperçue malgré son influence antérieure auprès d'un large public[4].

Vie personnelle et professionnelle[modifier | modifier le code]

Stoddard était membre de l'American Historical Association, l'American Political Science Association et l'Academy of Political Science (en). Il a été nommé au conseil d'administration de l'American Birth Control League, prédécesseur de la Planned Parenthood de Margaret Sanger[5]. Il était également un enthousiaste philatéliste.

Écrits[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Articles (sélection)[modifier | modifier le code]

Additionally, Stoddard wrote several articles for the Saturday Evening Post[8],[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cox, Michaelene (2015). The Politics and Art of John L. Stoddard. Lanham, Maryland: Lexington Books, p. 36–38.
  2. Gossett, Thomas F. (1963). Race, the History of an Idea in America. Dallas: Southern Methodist University Press, p. 391.
  3. Guterl, Matthew Pratt. The Color of Race in America, 1900-1940, Harvard University Press, 2004.
  4. Fant, Jr. Gene C. Stoddard, Lothrop, American National Biography Online, 2000.
  5. Weingarten, Karen (2011). Bad Girls and Biopolitics: Abortion, Popular Fiction, and Population Control, Literature and Medicine 29 (1), pp. 81–103.
  6. "Defining the Stakes of the War," The New York Times, September 15, 1918.
  7. Stone, Shepard. "Mr. Hitler's 'New Sparta'," The Saturday Review, June 29, 1940.
  8. "Stoddard, Lothrop," The Fiction Mags Index.
  9. "New-York Tribune," November 02, 1922.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bachman, James Robert. Theodore Lothrop Stoddard: The Bio-sociological Battle for Civilization, University of Rochester. Department of History, 1967.
  • Bertonneau, Thomas F. American Nietzsche, Part II, The Alternative Right, mars 2010.
  • Frank, Glenn. The Literature of Despair, The Century Magazine, juillet 1925.
  • L'Aminot, Tanguy, « Lothrop Stoddard : Sous-hommes en octobre », La Pensée, n° 390 : Miroirs philosophiques de 1917, 2017, p. 107-113.
  • L'Aminot, Tanguy, « Rousseau fut-il le véritable fondateur de la science du sous-homme ? La réponse de Lothrop Stoddard », Rousseau Studies, n° 5 : Rousseau et les sciences de l’homme, 2017, p. 157-176.
  • Locke, Robert. Wahhabism, China, Mass Immigration: Lothrop Stoddard Rediscovered, V Dare, 21 février 2004.
  • McDaniel, George. America's Racialist Moment: Racism as Reform, The Occidental Quarterly, vol. VI, no 1, 2006, pp. 38–54.
  • Newby, Idus A. Jim Crow's Defense: Anti-Negro Thought in America, 1900-1930, Louisiana State University Press, 1965.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source de la traduction[modifier | modifier le code]