Lotfi Achour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Achour.
Lotfi Achour
Description de cette image, également commentée ci-après
Lotfi Achour lors du tournage de Demain dès l'aube en 2016.
Nationalité Drapeau de France Français
Drapeau de Tunisie Tunisien
Profession Auteur
Metteur en scène
Producteur
Films notables Ordure
Père
La Laine sur le dos
Demain dès l'aube

Lotfi Achour (arabe : لطفي عاشور), né à Tunis[1], est un auteur, metteur en scène et producteur de théâtre et de cinéma franco-tunisien[2]. Il est l’auteur de plus de 25 créations théâtrales sur différentes scènes, son dernier spectacle ayant été coproduit par la Royal Shakespeare Company pour les Jeux olympiques d'été de 2012.

Au cinéma, il réalise trois courts métrages primés dans plusieurs dizaines de festivals, dont Père en lice pour les Césars 2017 et La Laine sur le dos, en compétition officielle au Festival de Cannes 2016 et en lice pour les Oscars 2017. En 2016, il réalise son premier long métrage, Demain dès l'aube avec Anissa Daoud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lotfi Achour est né à Bab Souika, un quartier de la médina de Tunis, et fait ses études primaires à Tunis. Il suit ses études secondaires au collège Sadiki[3]. Après son baccalauréat, il s’inscrit à la faculté de droit et de sciences économiques de Tunis où il poursuit des études d'économie[4]. Cependant, il doit emmener son jeune frère de 14 ans, gravement malade, à Grenoble pour le faire soigner ; celui-ci meurt deux mois après. Après plus d’un an de deuil, il réalise qu’il veut devenir acteur et commence, à 21 ans, sa formation au conservatoire de Grenoble et se forme au théâtre et au cinéma à l'Institut d'études théâtrales de la Sorbonne[5].

Particulièrement attiré par la création contemporaine, il s’associe rapidement à l’auteure Natacha de Pontcharra, avec qui il crée une dizaine de textes en résidence dans différents centres dramatiques et scènes nationales, notamment à chartreuse Notre-Dame-du-Val-de-Bénédiction, où il réalise trois spectacles, parmi lesquels L’Angélie[6] créé au Festival d'Avignon 1998 et considéré par Le Soir comme « le meilleur spectacle du Festival d’Avignon » cette année-là[7]. Lotfi Achour devient ainsi le premier metteur en scène tunisien à se produire dans le In d’Avignon. La forte collaboration au théâtre, avec Natacha de Pontcharra, dure dix ans et continue au delà au cinéma[8].

Travaillant en arabe et en français, il conçoit et réalise des projets internationaux, faisant appel à des collaborations artistiques entre artistes de différents pays et différentes disciplines. Il dirige durant quatre ans le Théâtre Le Rio à Grenoble, en faisant un lieu exclusivement destiné à la création contemporaine et aux auteurs vivants.

Il réalise une installation pour la Nuit blanche à Paris en 2006[9].

En 2009, il s’associe à Anissa Daoud, comédienne et auteure, et crée les Artistes producteurs associées, au sein desquels ils écrivent et produisent divers projets de cinéma et de théâtre.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Lotfi Achour est le père de la comédienne et réalisatrice Doria Achour, née en 1991, et d'Iskander Achour qu'il a eus avec l'auteure et dramaturge d'origine russe, Natacha de Pontcharra[10],[1],[11],[12].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Demain dès l’aube

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1991 : Cet assassin-là vous aime [18] (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 1993 : Œil de cyclone (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 1994 : La Gazelle et l'enfant (texte d'Abdelwahab Meddeb) ;
  • 1994 : Portrait d'art, baptême et mariage (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 1995 : Zeyneb (Texte d'Aroussia Nalouti) ;
  • 1996 : Mickey la torche (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 1997 : La Trempe (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 1998 : L'Angélie (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 2000 : Dancing (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 2000 : Les Brûlants ;
  • 2000 : Les Ratés[19] (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 2000 : Essbaïhi (texte de Taoufik Jebali) ;
  • 2002 : La Franchise c'est bien (texte de Natacha de Pontcharra) ;
  • 2002 : Oum[20] (texte d'Adel Hakim) ;
  • 2006 : Ichkabad (texte de Taoufik Jebali et Mohamed Raja Farhat) ;
  • 2007 : La Comédie indigène[21] ;
  • 2009 : Hobb Story, Sex in the (Arab) City[22] ;
  • 2012 : Macbeth, Leïla and Ben: a Bloody History[23] (coproduction de la Royal Shakespeare Company).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lotfi Achour sur Africultures
  2. Odile Quirot, « Le théâtre prend le voile (suite) », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2016)
  3. Raouia Kheder, « Homme du mois : Lotfi Achour, l’âge du cinéma ! », sur femmesdetunisie.com, (consulté le 19 décembre 2016)
  4. Justine Spiegel, « Lotfi Achour, bretteur en scène », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2016)
  5. Jacques-Alexandre Essosso, « Lotfi Achour, cinéaste du monde à Cannes », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2016)
  6. Alain Dreyfus, « Festival d'Avignon. Un conte envoûtant de Natacha de Pontcharra sur l'enfance retrouvée. L'Angélie onirique. L'Angélie, de Natacha de Pontcharra. Mise en scène de Lotfi Achour. Tinel de la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon. Tous les soirs à 22 h jusqu'au 22 juillet », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2016)
  7. Jean-Marie Wynants, « L'Angélie à Avignon Ziza se sent pousser des ailes », sur lesoir.be, (consulté le 20 octobre 2016)
  8. Catherine Robert, « Lotfi Achour / entre l'œuvre et l'histoire », La Terrasse, no 216,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2016)
  9. « Le blog programme », sur v2asp.paris.fr (consulté le 19 octobre 2016)
  10. « Le temps de compter de Frédéric de Pontcharra », sur lekaleidoscopededelphine.wordpress.com, (consulté le 27 novembre 2016)
  11. Jacques-Alexandre Essosso, « Doria Achour, un travelling entre Paris et Tunis », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2016)
  12. « Doria Achour », sur voici.fr (consulté le 3 novembre 2016)
  13. Ordure (Le Dépôt) sur Africultures
  14. (ar) « Ordure », sur youtube.com (consulté le 29 novembre 2016)
  15. « Le film tunisien Père de Lotfi Achour en compétition pour le César du court métrage 2017 », sur tekiano.com, (consulté le 20 octobre 2016)
  16. (ar) « Père », sur youtube.com (consulté le 29 novembre 2016)
  17. « La Laine sur le dos », sur festival-cannes.com (consulté le 19 octobre 2016)
  18. « Cet assassin-là vous aime », sur repertoire.chartreuse.org (consulté le 20 octobre 2016)
  19. « Les Ratés de Natacha de Pontcharra », sur theatreauvent.blog.lemonde.fr, (consulté le 19 octobre 2016)
  20. « Oum ou la vie fascinante de la diva égyptienne », sur ladepeche.fr, (consulté le 19 octobre 2016)
  21. « La Comédie indigène », sur letarmac.fr (consulté le 19 octobre 2016)
  22. Marc Daou, « Hobb Story - Sex in the (arab) city : sexe, amour et télévision », sur france24.com, (consulté le 19 octobre 2016)
  23. « Macbeth, Leïla and Ben: a Bloody History », sur letarmac.fr (consulté le 19 octobre 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]