Lorenzo (rappeur)

Cette page est en semi-protection longue.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lorenzo
Description de cette image, également commentée ci-après
Lorenzo en 2016
Informations générales
Surnom Larry Garcia, l'Empereur du Sale, Lucien Boursin, Joe la Crapule
Nom de naissance Jérémie Serrandour
Naissance (27 ans)
Brest, Finistère
France
Activité principale Rappeur
Activités annexes Réalisateur, monteur
Genre musical Hip-hop français, dirty rap, comedy rap, troll rap
Instruments Voix, Guitare
Années actives Depuis 2016
Labels MFC
Site officiel loloetrico.store

Lorenzo, de son vrai nom Jérémie Serrandour, né à Brest, dans le Finistère[1],[2], est un rappeur français. Il fait partie du collectif de rap rennais Columbine sous l'alias de Larry Garcia. Lorenzo s'auto-proclame « Empereur du sale » lors de la sortie de sa première mixtape du même nom le [3].

Biographie

Lorenzo en concert au Festival de Bobital 2017.

Avant de devenir rappeur, Jérémie Serrandour suit une terminale littéraire option théâtre et cinéma au lycée Bréquigny de Rennes[4], il y obtient son diplôme du baccalauréat en 2013. C'est là qu'il rencontre les membres du groupe Columbine[5].

Sous le nom de Larry Garcia, il réalise la plupart des clips du collectif Columbine. Il surnomme plusieurs de ses amis dans le même esprit que son personnage[6].

En 2016, Lorenzo commence sa carrière en postant ses chansons humoristiques sur YouTube et se fait notamment connaître à travers le single Freestyle du sale, mais aussi grâce à ses « émissions du sale »[7],[8]. Il décide de sortir un seul et unique disque de l'album Empereur du sale qu'il grave sur un CD puis décore au marqueur. Il met l'annonce en vente sur eBay et, en quelques minutes, le prix dépasse les 50 000 €. Le site supprime l'annonce une première fois du fait de la représentation d'un pénis sur la couverture[réf. nécessaire].

Il travaille avec plusieurs labels comme Initial Artist Services ou encore Digital Distribution Serbia, qui contribuent à son album, Rien à branler, sorti le , précédé par le single Carton rouge[9]. L'album est certifié disque de platine[10]. Le single Fume à fond est certifié disque d'or deux mois après sa sortie puis disque de diamant en [10].

Son troisième album, Sex in the City, sort le . La précommande du CD sur son site internet donnait une chance de gagner un abonnement à vie au site pornographique Marc Dorcel[11] et les exemplaires vendus à la FNAC sont compris avec un préservatif[12].

Image

Lorenzo est un personnage de rappeur à la voix nasillarde et à l'accent banlieusard fou de cannabis et accro au porno, incarné par Jérémie Serrandour qui dissimule sa véritable personnalité, y compris lorsqu'il est interviewé sur Skyrock dans Planète Rap ou dans Tracks sur Arte[réf. nécessaire].

Lorenzo est critiqué à plusieurs reprises par des militantes féministes pour ses textes pornographiques et sexistes[4].

Discographie

Albums Studio

Apparitions

2016 : Colombine (Sully, Foda C, Yro & Lorenzo) - Zone 51 (sur l'album Clubbing for Columbine)

2019 : Hooss - Caleçon feat. Lorenzo (sur l'album French Riviera, Vol. 3)

2020 : Caballero & JeanJass - Boozillé feat. Lorenzo (sur la mixtape High & Fines Herbes)

2020 : Les Anticipateurs - Donne-moi ton Corps feat. Lorenzo (sur l'album Dieux du Québec)

Notes et références

  1. « Lorenzo, le phénomène rennais du rap crade », sur France3 Régions, (consulté le )
  2. « Lorenzo, Da Silva... Ces artistes qui sont passés par Dinan », sur Ouest-France, (consulté le )
  3. Empereur du sale de Lorenzo extraits, cover et tracklist (lire en ligne)
  4. a et b « Avant la hype et la polémique, Lorenzo n'était qu'un lycéen en option ciné », Greenroom,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Bravo Jeremie SERRANDOUR Admis BAC 2013 ! Le Parisien Etudiant », sur etudiant.aujourdhui.fr (consulté le )
  6. François-Luc Doyez, « Columbine, le collectif qui met un coup de vieux au rap français », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  7. « Qui est vraiment l’empereur du sale du rap français ? », Ulyces,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. « Qui est Lorenzo « L'empereur du sale » ? », sur Booska-p, (consulté le )
  9. « Lorenzo a été la victime d'un gamer accro », sur 20 minutes, (consulté le )
  10. a et b Les Certifications, SNEP.
  11. « Lorenzo vérifie des trucs à l’usine de CD de son pote Zarma », sur Mouv', (consulté en )
  12. Emeline Laurence, « Lorenzo a glissé des capotes dans la version physique de son album Sex In The City », sur Mouv', (consulté en )