Lords of the Realm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le jeu vidéo
Cet article est une ébauche concernant le jeu vidéo.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) (voir l’aide à la rédaction).

Lords of the Realm
Éditeur Impressions Games[1]
Daze Marketing (Amiga)[2]
Développeur Impressions Games
Concepteur Christopher J. Foster
David Lester
Musique Jason P. Rinaldi

Date de sortie 15 juin 1994 (PC)
Décembre 1994 (Amiga)
Genre Jeu de gestion
Stratégie tour par tour
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme PC, Amiga, Amiga AGA[1]
Média CD-Rom, Disquettes
Langue Multilangue
Contrôle clavier, souris

Lords of the Realm est un jeu vidéo de gestion développé par Impressions Games et publié par Sierra On-Line en 1994 sur PC et Amiga. Le jeu se déroule au Moyen Âge et relate les affrontements entre plusieurs seigneurs lors d'une guerre de succession. Le joueur y incarne un prétendant au trône qui doit gérer l’économie, l’agriculture, l’industrie et la population de ses comtés afin de constitué une armée pour conquérir les territoires de ses adversaires. Outre ces phases de gestion, qui se déroulent au tour par tour, le jeu incorpore un système de combats en temps réel.

À sa sortie, Lords of the Realm est globalement bien accueilli par la presse spécialisée qui met en avant la qualité, la profondeur et la diversité de son système de jeu. Avec plus d’un millions d’exemplaires vendus, le jeu est le plus gros succès critique et commercial du studio au moment de son rachat par Sierra On-Line en 1995. Malgré ce succès, son concepteur David Lester le considère comme imparfait. Il décide donc d’en développer une suite avec pour objectif d’améliorer les aspects les moins réussis du jeu, comme son interface graphique ou son système de combat. Baptisé Lords of the Realm II, celle-ci est publiée par Sierra On-Line en 1996. Aprèsd la sortie de son extension, le studio développe un nouveau jeu de gestion basé sur le même principe que son prédécesseur mais se déroulant dans un univers médiéval-fantastique. Baptisé Lords of Magic, celui-ci est publié par Sierra en 1997. Le jeu a également bénéficié d’une troisième suite, baptisée Lords of the Realm III, qui est publié en 2004.

Trame[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule en 1268, dans un Moyen Âge hypothétique mais réaliste. Il relate les affrontements entre plusieurs seigneurs lors d'une guerre de succession pour le contrôle de l'Angleterre. Le joueur incarne l'un de ces seigneurs et affronte jusqu'à quatre adversaires contrôlés par l'ordinateur : le baron, la comtesse, l’évêque et le chevalier[3].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le jeu fonctionne en tour par tour, un tour représente une saison. Seules les batailles peuvent se jouer en temps réel. Il n'y a pas d'alliances prédéterminés, chaque Seigneur à sa propre stratégie et l'emplacement de départ est choisi aléatoirement. Le jeu comporte obligatoirement 6 joueurs (IA ou humains) et peut être joué jusqu'à 6 personnes (humaines) sur le même PC ou via réseau RS232. À partir de 2 joueurs les batailles sont en mode de résolution automatique.

La version PC comporte un exécutable supplémentaire (lordsddr.exe) qui lance le jeu avec une carte Ouest-Allemande au lieu de l'Angleterre, les sauvegardes ont également une terminaison différente (*.svg au lieu de *.sav)

Contenu[modifier | modifier le code]

Avant de penser à assiéger les châteaux des seigneurs rivaux, il faudra gérer ses propres terres de façon judicieuse et éviter toute révolte paysanne. Les serfs à disposition rempliront diverses tâches, comme la mise en valeur des champs, la récolte des matériaux (pierre, bois, fer) et la fabrication d'armes.

Pour ces dernières taches, les serfs se spécialisent avec le temps, ils deviennent de plus en plus efficaces et donc de plus en plus précieux.

Le jeu est doté d'un éditeur de Château qui permettra de construire du modeste fort à la citadelle imprenable. Le cout en matériaux est si exorbitant qu'il est possible de construire de petites extensions au fur et à mesure.

Une fois que plusieurs comptés sont en votre possessions, il est possible de transférer des biens non stratégiques (blé, vache, mouton, laine) d'un comté à l'autre, les ressources stratégiques (bois, pierre, fer, armes) sont directement apportées à votre trésor.

Il est possible également dans une certaine mesure de déplacer la population d'un comté à un autre à l'aide d'un bug exploit : conscrire 5 fois 50 hommes dans le même tour a un impact minime sur le bonheur, conscrire 250 serfs d'un coup à un impact plus significatif (cela a été corrigé dans LOTR 2). Tout dépend du ratio nombre d'hommes conscrit / population du Comté. Attention, des serfs conscrits sont ajoutés à la population que s'ils sont dispersés sur leurs comté d'origine : il faut donc jouer avec les fusions / divisions de troupes.

À chaque tour, les Comtés ont un événement aléatoire. Il peut être positif (apport de blé), négatif (pertes de vaches) ou neutre. D'une manière générale ces événements sont en lien avec la météo très importante pour la culture du blé. Par ailleurs, le temps est uniformément réparti sur la carte : il est impossible d'avoir un Comté inondé et son voisin victime de sècheresse.

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Lords of the Realm
Média Nat. Notes
AllGame US 4.5/5[4]
Amiga Action GB 86 %[5]
Amiga Concept GB 82 %[6]
Amiga Format GB 80 %[2]
Amiga Power GB 80 %[7]
Computer Gaming World US 90 %
CU Amiga GB 87 %[8]
Gen4 FR 71 %[3]
Joystick FR 75 %[9]
The One Amiga GB 84 %[10]

Ventes[modifier | modifier le code]

D'après David Lester, le concepteur du jeu, Lords of the Realms s'est vendu à plus d’un millions d'exemplaires et est le plus gros succès critique et commercial du studio au moment de son rachat par Sierra On-Line en 1995[11],[12].

Postérité[modifier | modifier le code]

Bien Lords of the Realm soit le plus gros succès critique et commercial du studio au moment de son rachat par Sierra On-Line en 1995, son concepteur le considère comme imparfait. Il décide donc d’en développer une suite avec pour objectif d’améliorer les aspects les moins réussit du jeu, comme son interface graphique, son système de combat et sa réalisation[12]. Baptisé Lords of the Realm II, celle-ci est publiée par Sierra On-Line en 1996[13]. Après la sortie de son extension, le studio développe un nouveau jeu de gestion basé sur le principe de son prédécesseur mais se déroulant dans un univers médiéval-fantastique. Baptisé Lords of Magic, celui-ci est publié par Sierra On-Line le 19 novembre 1997[14]. Le jeu se déroule dans le monde d'Urak dans lequel s'affrontent huit seigneurs représentant chacun un élément. Comme Lords of the Realm II, il combine des éléments de stratégie au tour par tour avec des combats se déroulant en temps réel. Son système de jeu se distingue néanmoins de celui des Lords of the Realm par l’ajout d’un système de héros inspiré des jeux de rôles. Une suite baptisée, Lords of the Realm III et développée par Impressions Games, à également été publié par Sierra en mars 2004. Contrairement à ses prédécesseurs, celui-ci se déroule entièrement en temps réel[15],[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche technique de Lords of the Realms », sur Jeuxvideo.com.
  2. a et b (en) Steve McGill, « Lords of the Realms Review », Amiga Format, no 66,‎ , p. 64.
  3. a et b Jean-Loup Javanovic, « Lords of the Realms – Seigneur d’Angleterre », Gen4, no 71,‎ , p. 122-123.
  4. (en) Michael L. House, « Lords of the Realms Review », sur AllGame.
  5. (en) Steve McNally, Paul McNally, « Lords of the Realms Review », Amiga Action, no 65,‎ , p. 50.
  6. (en) Farid Berrais, « Lords of the Realms Review », Amiga Concept, no 11,‎ , p. 30-31.
  7. (en) Rich Pelley, « Lords of the Realms Review », Amiga Power, no 44,‎ , p. 74-76.
  8. (en) Alan Dykes, « Lords of the Realms Review », CU Amiga,‎ , p. 47-48.
  9. Moulinex, « Lords of the Realms », Joystick, no 54,‎ , p. 98.
  10. (en) Matt Broughton, « Lords of the Realms Review », The One Amiga, no 75,‎ , p. 58-59.
  11. (en) Mathew Aitken, « Real Business Case Study: David Lester », sur Companies Made Simple.
  12. a et b (en) Todd Capute, Lords of the Realms II Manual, Sierra, , 137 p., « Designer’s Notes », p. 123-124.
  13. Olivier Canou, « Lords of the Realms 2 : Perfide Albion », Gen4, no 94,‎ , p. 128-130.
  14. (en) « Lords of Outpost », sur Sierra Entertainment.
  15. (en) Brett Todd, « Lords of the Realms III Review », sur GameSpot.
  16. (en) Superpanda, « Test de Lords of the Realms III », sur Jeuxvideo.com,‎ .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.