Lophocebus aterrimus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lophocèbe noir

Lophocebus aterrimus
Description de cette image, également commentée ci-après
Lophocebus aterrimus au zoo de Blindser Park.
Classification selon MSW
Règne Animalia
Sous-règne Bilateria
Infra-règne Deuterostomia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Infra-embr. Gnathostomata
Super-classe Tetrapoda
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Primates
Sous-ordre Haplorrhini
Infra-ordre Simiiformes
Super-famille Cercopithecoidea
Famille Cercopithecidae
Sous-famille Cercopithecinae
Tribu Papionini
Genre Lophocebus

Espèce

Lophocebus aterrimus
(Oudemans, 1890)[1]

Synonymes

  • Cercocebus aterrimus[2]
  • Cercopithecus aterrimus[2]
  • Lophocebus albigena aterrimus[2]
  • Lophocebus aterrimus aterrimus Oudemans, 1890[2]
  • Lophocebus aterrimus rothschildi (Lydekker, 1900)[2]
  • Lophocebus coelognathus Matschie, 1914[3]
  • Lophocebus congicus Sclater, 1900[3]
  • Lophocebus hamlyni Pocock, 1906[3]
  • Lophocebus rothschildi Lydekker, 1900[3]

Statut de conservation UICN

( VU )
VU  : Vulnérable

Lophocebus aterrimus est une espèce de singes catarhiniens de la famille des cercopithecidés. Il est communément appelé Cercocèbe noir[4],[5] ou Mangabey noir[4],[5] et plus récemment Lophocèbe noir[6] pour le différencier des vrais cercocèbes du genre Cercocebus.

Liste des sous-espèces[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (27 juin 2019)[7] :

Répartition[modifier | modifier le code]

Carte de répartition des sous-espèces (selon Butynski, Kingdon et Kalina, 2013).

Son aire de répartition se situe sur le territoire de l'Angola et de la République Démocratique du Congo.

L'un de ses principaux refuges est le Parc national de la Salonga, en République démocratique du Congo où, en dépit d'une pression de chasse illégale très importante, il survit encore (tout comme le Bonobo)[9].

Divers indices et plusieurs études laissent penser que la chasse (viande de brousse) et le braconnage sont l'une des premières menaces pour cette espèces (comme pour les Bonobo et tous les grands singes d'Afrique centrale, expliquant les lacunes apparentes dans leur aire de répartition historique[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Integrated Taxonomic Information System (ITIS), www.itis.gov, CC0 https://doi.org/10.5066/F7KH0KBK, consulté le 27 juin 2019
  2. a b c d et e BioLib, consulté le 27 juin 2019
  3. a b c et d Mammal Species of the World (version 3, 2005), consulté le 27 juin 2019
  4. a et b (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. (ISBN 0444518770), 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  5. a et b Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  6. UICN, consulté le 1 octobre 2017
  7. Bánki, O., Roskov, Y., Vandepitte, L., DeWalt, R. E., Remsen, D., Schalk, P., Orrell, T., Keping, M., Miller, J., Aalbu, R., Adlard, R., Adriaenssens, E., Aedo, C., Aescht, E., Akkari, N., Alonso-Zarazaga, M. A., Alvarez, B., Alvarez, F., Anderson, G., et al. (2021). Catalogue of Life Checklist (Version 2021-10-18). Catalogue of Life. https://doi.org/10.48580/d4t2, consulté le 27 juin 2019
  8. https://www.itis.gov/servlet/SingleRpt/SingleRpt?search_topic=TSN&search_value=944206#null
  9. a et b (en) John A. Hart, Falk Grossmann, Ashley Vosper et Jose Ilanga, « Human Hunting and its Impact on Bonobos in the Salonga National Park, Democratic Republic of Congo », dans Takeshi Furuichi et Jo Thompson, The Bonobos, New York, Springer, (ISBN 978-0-387-74785-9, 978-0-387-74787-3 et 978-1-4419-2572-5, OCLC 7331104630, DOI 10.1007/978-0-387-74787-3_13, lire en ligne), p. 245-271.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]