Lomela

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec la rivière Lomela (rivière).
Territoire de Lomela
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Province Kasaï-Oriental
District District de la Sankuru
Nombre
de députés
1
Démographie
Population 150 000 hab. (2006)
Densité 5,7 hab./km2
Langue nationale Ohamba, Ikela, Otetela, Onkutshu, Djoonga
Géographie
Coordonnées 2° 17′ S 23° 16′ E / -2.283, 23.2672° 17′ Sud 23° 16′ Est / -2.283, 23.267
Superficie 26 346 km2
Sources
Communes et Territoires - Villes - Provinces

Lomela, est une localité au centre du pays et administrativement, un territoire de la province du Kasai-Oriental en République démocratique du Congo.

C'est une zone rurale bâtie au milieu de la forêt équatoriale. C'est ce qui justifie la richesse de sa faune et flore existant dans un milieu hydrographique très dense. Plusieurs fleuves (grandes rivières) navigables y prennent leurs sources et le traversent. Il faut citer  : Lomela (rivière) ; la Tshuapa qui est un affluent même du fleuve Congo ; la Lonkonya ; la Looko ; la Loona ; la Loombo et la Salonga source.

Ces rivières forment un bassin central qui arrose toute l'étendue du territoire de Lomela et une grande partie des régions voisines du nord au sud et d'est à l'ouest. Lomela est l'une des zones du Congo dont la forêt vierge est encore protégée grâce à son enclavement malgré sa potion stratégique au centre du Congo. Actuellement, le développement social de Lomela n'est dû qu'aux actions sociales de développement initiées, à titre indicatif, par les acteurs de la société civile notamment les ONG comme : CPAD (Congo-Paix et Actions pour le Développement), la Folgas, l'Église Catholique locale, ADILO (Association pour le Développement Intégral de Lomela), Saint-Nicolas, etc.

Depuis le temps colonial belge jus qu' à une époque relativement récente de la fin des années 1980, Lomela était qualifié de poumon économique en devenir au Kasaï et vu encore comme le grenier du Sankuru grâce à l'industrialisation qui s'implantait rapidement et de toutes les potentialités naturelles et socio-économiques notamment la densité agricole, forestière et hydraugraphique.

Lomela a une population qui se répartie entre diverses tribus et ethnies présentes dans la zone. Ainsi, trouve-t-on :

  • Les Bahamba sont démographiquement l’ethnie la plus importante de Lomela. Ils peuplent deux collectivités-secteurs et vivent essentiellement du produit de l'agriculture et de la forêt. Ils cultivent le riz, le manioc, le maïs y compris le café et la récolte des noix de palmes qui poussent à l'état naturel. Ils se retrouvent au nord-est et au Centre de Lomela.  
  • Les Bakela sont le deuxième groupe ethnique du point de vue démographique après les bahamba. Comme ces derniers, ils vivent aussi du produit de l'agriculture et de la chasse. Ils vivent dans tout le sud-ouest.
  • Les Batetela constituent le troisième groupe ethnique selon l'ordre d'importance démographique à Lomela. Le Groupe mène une vie proche de celle des bahamba et se trouve disséminés dans les petits villages au centre et dans le secteur nord-est de Lomela.
  • Les Bankutshu sont minoritaires et plus nombreux que les djoonga et les pygmées. Ils mènent une vie identique à celle du second groupe, les bakela. Ils vivent en îlots au sud et vers le centre.                                                
  • Les Djoonga sont le groupe bantou le plus minoritaire à Lomela. Comme les autres groupes, ils vivent du produit de l'agriculture et de la chasse. Ils sont présents dans l'extrême Est de la zone de Lomela.
  • Les Pygmées forment le groupe ethnique le plus ancien et minoritaire à Lomela. Ils mènent une vie proche de différents groupes bantous de leur environnement. Ils vivent essentiellement du produit de la chasse, pêche, cueillette et ramassage forestier. La vie en forêt rentre dans leurs habitudes naturelles et développent les relations sociales avec les bantous vivant dans les villages environnant leurs campements forestiers. À l'heure actuelle, beaucoup d'acteurs locaux de la société civile s'intéressent à eux pour les inciter à la sédentarisation et au changement global de leur mode de vie.

Le taux d'analphabétisme est relativement bien développé et grimpe jusqu'à 60 % dans l'ensemble de la population. La zone vit le déficit éducatif que connaît la R.D. du Congo entière malgré la présence de quelques Unités scolaires de référence dont l'Institut Lolango, l'Institut Pelenge et le Petit Séminaire Saint Kizito. Trois écoles pilotes sont ainsi un nombre très insuffisant pour résoudre la problématique du marasme éducatif dans le territoire de Lomela.