Loi de Dalton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Illustration de la loi de Dalton en utilisant les gaz de l'air ambiant : la pression de l'air est égale à la somme des pressions partielles de ses composants.

La loi de Dalton, ou loi des pressions partielles, est une loi de thermodynamique concernant les mélanges de gaz parfaits. Elle est nommée en l'honneur de John Dalton, qui en a fait la découverte empirique en 1801.

Énoncé[modifier | modifier le code]

Le physicien britannique John Dalton découvre cette loi en 1801 et la publie en 1802[1].

La loi de Dalton stipule que la pression au sein d'un mélange de gaz parfaits est égale à la somme des pressions partielles de ses constituants[2] :

avec la pression partielle du gaz , c'est-à-dire la pression qu'aurait ce gaz s'il occupait seul tout le volume, à la même température que le mélange. est appelée « pression totale » pour la distinguer des pressions partielles. Par exemple, l'air ambiant (s'il contient très peu de particules liquides ou solides) est constitué de diazote (N2) à 78 %, de dioxygène (O2) à 21 % et d'autres gaz à 1 % : la pression du mélange provient à 78 % du diazote, à 21 % du dioxygène et à 1 % des autres gaz (argon et autres gaz rares, vapeur d'eau, dioxyde de carbone...)[3]. La loi de Dalton est un composant de la loi des gaz parfaits[4]. Elle suppose que chacune des molécules qui constituent le mélange gazeux n'interagit avec les autres molécules du gaz que par des chocs élastiques.

La pression exercée par un gaz est directement proportionnelle au nombre de molécules (ou de moles) du gaz[5] :

,

avec la pression totale du mélange gazeux, la quantité de matière (ou nombre de moles) totale du mélange, la quantité du gaz .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J. Dalton, « Essay IV. On the expansion of elastic fluids by heat », dans Memoirs of the Literary and Philosophical Society of Manchester, vol. 5, The Society, (lire en ligne), p. 595–602
  2. Cyr 2016, p. 104
  3. Cyr 2016, p. 103-104
  4. Cyr 2016, p. 98 et 103
  5. Cyr 2016, p. 104

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]