Loi Loucheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le [[droit <adj>]] image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant le droit français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loucheur.

La loi Loucheur du 13 juillet 1928, votée à l'initiative de Louis Loucheur, ministre du Travail et de la Prévoyance sociale entre 1926 et 1930, a prévu l'intervention financière de l'État pour favoriser l'habitation populaire.

Axes principaux de la loi[modifier | modifier le code]

Jusqu'alors, il s'agissait d'initiatives privées, ou, depuis la Loi Bonnevay, d'interventions communales, en ce qui concerne les habitations à bon marché (HBM).

La loi élargit notamment le rôle de la Caisse des dépôts, qui, depuis 1905 est chargée de financer le logement social[1].

Les particuliers pouvaient emprunter à taux réduit afin d'acheter un terrain et d'y faire construire un pavillon ou une maison. Tout en laissant chaque propriétaire libre de choisir l'entrepreneur, le matériau et le plan de sa future maison, l'État mandate un de ses architectes pour suivre et vérifier la qualité de la construction.

La loi prévoyait également le financement de la construction de 200 000 logements HBM et de 60 000 logements à loyer moyen.

Un exemple de réalisation près de Roubaix[modifier | modifier le code]

Dans le Nord de la France, aux confins du territoire de Wasquehal et de Flers-lez-Lille (aujourd’hui Villeneuve-d'Ascq), entre Lille et Roubaix, à l’endroit où s’étendait dans les années 1920 la rase campagne, un nouveau quartier (Le Sart) a vu le jour en 1930. De vingt-six maisons nouvelles construites dès les années 1920, ce nombre est passé à quatre-vingt-sept en 1930 qui étaient habitées à la fin de l’année. Rapidement des commerces se sont implantées ; à l’angle d’une rue une épicerie (alimentation générale) faisait face à une boucherie-charcuterie, un peu plus loin une boulangerie-pâtisserie faisant pendant à un café-brasserie (le Rond-Point), et à l’angle de rue suivant prenait place une droguerie. L’entrepreneur local prévoyait déjà la construction de soixante autres habitations sur des terrains annexes[2].

Références[modifier | modifier le code]


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stephen D. Carls, Louis Loucheur, 1872-1931, ingénieur, homme d’État, modernisateur de la France (1872-1931).Presses Universitaires du Septentrion , 2000
  • Journal de Roubaix du 1er décembre 1930

Liens externes[modifier | modifier le code]

Le Mouvement Social