Loi 3 du football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Positionnement de deux équipes de onze joueurs

La loi 3 du football fait partie des lois du jeu régissant le football, maintenues par l'International Football Association Board (IFAB). La loi 3 se rapporte au nombre de joueurs des équipes.

Le nombre de joueurs par équipe en football est de onze maximum. Depuis le 17 juin 1967, des joueurs peuvent être remplacés sans limitation de motif en compétition officielle. Initialement de un puis de deux, le nombre de changements autorisés est monté à deux plus un gardien (en cas de blessure), puis à trois en 1995[1]. Aucun match ne peut avoir lieu si l'une ou l'autre équipe dispose de moins d'un certain nombre de joueurs (fixé par le règlement de la compétition, et au minimum sept).

Compétitions officielles[modifier | modifier le code]

Dans tout match disputé dans le cadre de compétitions officielles de la FIFA ou de compétitions organisées par les Confédérations et les Associations nationales, il y a onze joueurs maximum, dont un gardien, par équipe. Il est possible de recourir à trois remplaçants au maximum. Un joueur remplacé ne peut plus reprendre part au jeu.

Depuis 2015, les compétitions officielles amateurs organisées par les Confédérations et les Associations nationales peuvent déroger à ces deux règles : il est possible d'effectuer plus de trois remplacements et un joueur remplacé peut revenir en jeu. Il s'agit de l'officialisation d'une pratique courante et répandue depuis toujours au niveau des Ligues et District, mais pourtant jamais officiellement admise par le Board.

Dans tous les cas, le règlement de la compétition doit préciser le nombre de remplaçants — entre trois au minimum et soit sept pour les clubs soit douze pour les équipes internationales — qu’il est possible de désigner en tant que tels.

Matchs amicaux[modifier | modifier le code]

Dans les matchs amicaux entre équipes nationales A, il est possible d'avoir recours à 6 remplacements tout au plus.

Lors de toutes les autres parties amicales, il est possible d’avoir recours à des remplacements sans contraintes particulières pourvu que les deux équipes s’entendent sur le nombre maximum des remplaçants autorisés et que l’arbitre soit informé avant le début de la rencontre. Si l’arbitre n’a pas été informé ou si aucun accord ne survient avant le début de la rencontre, il ne sera pas possible de procéder à plus de trois remplacements.

Remplacements[modifier | modifier le code]

  • le remplaçant ne pénètre sur le terrain de jeu qu’au niveau de la ligne médiane et pendant un arrêt du jeu.
  • la procédure de remplacement s’achève au moment où le remplaçant pénètre sur le terrain de jeu. Cet aspect peut avoir de l'importance si le joueur venait à être exclu, pour injure par exemple. Un joueur qui insulterait son entraîneur avant que son coéquipier ait pris sa place est encore considéré comme en jeu. Il serait alors exclu et son remplaçant ne pourrait entrer ; l'équipe devant reprendre la match à dix. Si l'injure a lieu avant la reprise du jeu mais après l'entrée du remplaçant, le joueur est exclu du banc de touche mais l'équipe pourra quand même jouer à onze.
  • le joueur remplacé ne pourra plus prendre part au jeu, sauf chez les amateurs.

Remplacement du gardien de but[modifier | modifier le code]

Chacun des joueurs de champ peut remplacer le gardien de but pourvu que :

  • l’arbitre soit préalablement informé du remplacement envisagé,
  • le remplacement s’effectue pendant un arrêt du jeu. Si le remplacement du gardien intervient pendant un phase de jeu sans que l'arbitre le remarque, l'arbitre laissera le jeu se dérouler, mais avertira les deux joueurs au premier arrêt de jeu. Il est entendu que le gardien est toujours le joueur qui porte le maillot différend, et que si ce joueur touche la balle à la main il n'y a pas lieu de le sanctionner.

Remarque : La présence d'un gardien de but est obligatoire. Si un gardien de but est expulsé ou gravement blessé, il doit être immédiatement remplacé. De même, la présence d'un capitaine est obligatoire. Si un capitaine est expulsé, il doit être immédiatement remplacé

Infractions / Sanctions[modifier | modifier le code]

Si un joueur qui s'est absenté du terrain revient sur l'aire de jeu sans autorisation de l’arbitre :

  • le jeu est arrêté (sous réserve de l'avantage),
  • le remplaçant concerné est averti (carton jaune),
  • le jeu reprendra par un coup franc indirect accordé à l'équipe adverse, à exécuter depuis l'endroit où se trouvait le ballon au moment de l'interruption si le joueur n'a pas influencé le jeu. Si le joueur a influencé le jeu, le coup franc sera direct (ou pénalty) exécuté au lieu de l'influence. La même sanction est appliquée si un joueur ayant demandé à sortir intervient dans le jeu avant d'avoir quitté le terrain. Rapport

Si un remplaçant pénètre sur le terrain de jeu sans autorisation de l’arbitre :

  • le jeu est arrêté (sous réserve de l'avantage),
  • le remplaçant concerné est averti (carton jaune) et doit quitter le terrain de jeu,
  • Si le joueur a influencé le jeu (en jouant la balle, en gênant un adversaire...), le jeu reprendra par un coup franc direct ou un pénalty accordé à l'équipe adverse au lieu de l'influence. S'il a empêché un but, il sera exclu pour avoir empêché un ballon d'entrer en commettant une faute passible de coup franc direct.
  • Le jeu reprendra par un coup franc indirect accordé à l'équipe adverse, à exécuter depuis l'endroit où se trouvait le ballon au moment de l'interruption si le joueur n'a pas du tout influencé le jeu. Rapport

Si un joueur remplace le gardien de but sans que l’arbitre n’en ait été préalablement informé :

  • le jeu continue,
  • les deux joueurs concernés sont avertis (carton jaune) dès que le ballon aura cessé d’être en jeu
  • si le joueur avec le maillot de gardien touche la balle à la main, pas de faute
  • si l'arbitre interrompt le jeu, balle à terre

Expulsion de joueurs ou de remplaçants[modifier | modifier le code]

L'arbitre possède le pouvoir d'empêcher un joueur de disputer le match dès sa présence au stade.

Une personne (on ne peut alors parler de joueur sans feuille de match) qui commet une faute méritant l'expulsion avant l'établissement des feuilles de matchs sera interdit de participation. L'équipe pourra tout de même inscrire le bon nombre de joueurs sur la feuille de match.

Un joueur qui commet une faute méritant l'expulsion après l'établissement des feuilles de matchs sera expulsé, et son équipe ne pourra modifier la feuille de match. Elle pourra toutefois commencer la partie à onze (s'il était inscrit en titulaire, il peut être indiqué comme remplaçant, sans perdre un remplacement). Ce cas qui peut sembler théorique s'est produit le 2 novembre 2017 lors d'une rencontre de Ligue Europa entre Marseille et Vitória Guimarães alors que Patrice Evra est chambré par ses supporters pendant l’échauffement du match. Il donne un coup de pied à un de ces supporters, ce qui lui vaut de recevoir un carton rouge avant même le coup d’envoi du match.

Un joueur ou remplaçant qui a été expulsé après le coup d’envoi du match ne peut pas être remplacé. S'il était sur le terrain au moment des faits, l'équipe évoluera dans le jeu avec un joueur de moins.

Si un gardien de but est expulsé, un joueur de champ peut le remplacer ou un autre portier à condition qu'un co-équipier sorte du terrain pour lui céder sa place (si l'équipe dispose encore de remplacements).

Le capitaine doit désigner avant le début de la rencontre les onze joueurs titulaires, même si certains sont en retard.

Un joueur inscrit sur la feuille de match qui a été expulsé doit quitter le terrain. Il reste néanmoins sous l'autorité de l'arbitre, et est considéré comme un remplaçant, ce qui permet de siffler une faute pour l'équipe adverse s'il venait à en commettre. Dans ce cas rapport.

Parties débutant avec les mauvais joueurs[modifier | modifier le code]

Ce fait ne devrait normalement pas se produire, l'arbitre devant s'assurer de l'identité des vingt-deux joueurs débutant la rencontre. Comme le capitaine peut modifier les statuts titulaires/remplaçants jusqu'au coup d'envoi, dans l'hypothèse où ce cas se produit, l'arbitre laissera le jeu se dérouler et mettra en conformité la feuille de match dès que possible. Pas de faute.

Changements illégaux avec accord de l'arbitre[modifier | modifier le code]

Exemple : quatrième remplacement, remplacement d'un joueur que l’arbitre a oublié d'expulser après deux jaunes, retour d'un remplacé sur le terrain... Ces faits ne devraient normalement pas arriver, l'arbitre devant tenir avec rigueur les données administratives du match. Dans l'hypothèse où ce cas se produit, l'arbitre est autorisé a rétablir les conséquences de l'erreur, y compris si le jeu a repris. Il devra remettre la situation en conformité: en annulant le quatrième remplacement (mais le joueur sorti pourra revenir prendre part au jeu), en annulant le changement s'agissant du retour d'un joueur déjà sorti (mais le joueur sorti à sa place peut revenir prendre part au jeu et le changement n'est pas comptabilisé), ou en annulant le changement d'un expulsé et en refoulant son remplaçant (qui pourra rentrer si l'équipe dispose encore de changements), l'équipe devant reprendre le jeu avec un joueur de moins. Dans ce cas tous les faits de match (buts, cartons...) jusqu'au dernier arrêt de jeu restent acquis. Les joueurs ne seront pas avertis (car entrés avec accord de l'arbitre), et un coup franc indirect sera accordé (mauvais joueur, mais rentré avec accord de l'arbitre). Rapport.

Joueur avec identité négative[modifier | modifier le code]

Concernerait un joueur, avec maillot, dont on se rend compte que sa mauvaise identité ne lui permet pas de participer au match. Sur le plan administratif, considérant que le capitaine est responsable de la tenue de son équipe, il convient de refouler le joueur, et d'empêcher le capitaine de procéder à un remplacement : l'équipe en question devra ainsi jouer avec un joueur en moins. Avertissement au capitaine. Bien que sur le plan sportif, une faute ne puisse être sifflé que contre un acteur du jeu, il y a lieu dans ce cas particulier de considérer l’élément extérieur comme un joueur. Coup franc direct à l'endroit où la personne a influé sur le jeu. Rapport.

Identification des joueurs[modifier | modifier le code]

Présentation des licences Le capitaine signe la feuille de match (Prise de connaissance de la composition de l'équipe)
Absence d'une ou plusieurs licences Sur la feuille de match : - La signature du dirigeant licencié responsable suffit pour autoriser le joueur à participer (selon les Ligues et les Districts) Présentation d'une pièce d'identité officielle ou non officielle avec photo + Certificat médical d'aptitude (ou copie)
Piece d'identité officielle : Permis de conduire, Carte Nationale D'Identité, Passeport, Carte De Séjour, Permis De Chasse, Carte d'identité plastifié de fonctionnaire (militaire, police) -Inscription des références sur la feuille de match. - Signature du joueur à l'endroit prévu face à son nom.

En cas de réserve : interdiction de saisir cette pièce

Pièce d'identité non officielle : Cette pièce doit comporter une photo identifiable - Inscription des références sur la feuille de match.

En cas de réserve : saisie obligatoire de la pièce

L'arbitre retourne la pièce à l'organisme qui gère la compétition concernéee ( FFF, Ligue ou District), qui vérifiera la qualification du joueur. Pour les catégories de jeunes, 15ans, 18ans et 16ans Féminines, 18, 16 et 14 ans FFF, la réserve est signée par le dirigeant licencié responsable.

Si le joueur refuse de se dessaisir de sa pièce, il ne pourra pas jouer

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 06/11/1968 France - Norvège 0-1 », sur fff.fr (consulté le 15 août 2010)

Lien externe[modifier | modifier le code]