Loguivy-Plougras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Loguivy-Plougras
Loguivy-Plougras
L'église Saint-Émilion.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Intercommunalité Lannion-Trégor Communauté
Maire
Mandat
Jean-François Le Gall
2020-2026
Code postal 22780
Code commune 22131
Démographie
Gentilé Loguivien, Loguivienne
Population
municipale
813 hab. (2019 en diminution de 11,34 % par rapport à 2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 31′ 22″ nord, 3° 29′ 12″ ouest
Altitude 205 m
Min. 102 m
Max. 321 m
Superficie 47,68 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Plestin-les-Grèves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Loguivy-Plougras
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Loguivy-Plougras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loguivy-Plougras
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loguivy-Plougras
Liens
Site web http://www.loguivy-plougras.fr

Loguivy-Plougras [lɔgivi plugʁas] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Loguivy-Plougras est une commune du Trégor située aux confins des Côtes-d'Armor et du Finistère, en Argoat.

La forêt de Beffou couvre une colline de 326 m de haut, cette forêt de plus de 600 ha est la plus élevée de Bretagne. Le point culminant de la commune qui se situe donc en haut du « Pavé », nom donné à la voie romaine qui traverse la forêt, est plus élevé que le Menez Bré. L'Aulne prend sa source en Beffou.

Le bourg est situé dans la vallée verdoyante du Saint-Émilion, rivière qui le traverse. Il est entouré de sept collines. C'est une autre rivière, le Guic, qui sépare le territoire communal de celui de Plounérin et Plounévez-Moëdec en contournant Loguiviy-Plougras par le Nord. Le pont construit sur le Guic à Kerguélen pourrait dater du XVIe siècle ou du XVIIe siècle[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 1 074 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 15,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Louargat », sur la commune de Louargat, mise en service en 1987[8] et qui se trouve à 12 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11 °C et la hauteur de précipitations de 1 013,3 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 47 km[11], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[12] à 11,2 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Loguivy-Plougras est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,2 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (70,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (44,5 %), forêts (29 %), terres arables (13,7 %), prairies (11 %), zones urbanisées (1,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Locquyvi en 1426, treff de Locyvy en 1455, Locivy Ploegroes en 1477, Locquivy en 1481, Locyvy Ploecroas en 1557[22].

Le nom Loguivy est composé de lok (lieu où on honore) et de Ivy et signifie « Lieu dédié à saint Ivy » où on honore ce saint majeur de la chrétienté bretonne, né au nord du pays de Galles[22]. Lokivi/Logivi en breton est un lieu consacré à Ivi/Ivy, car Ivi/Ivy est un saint du 6ème siècle et les Lok-s ont été nommés ainsi après l'an 1000 (attesté en 1455)

Plougras tire son nom de Ploe (paroisse) et du vieux breton croes ou Kroaz (croix)[22].

Le nom du hameau de Trégonven est composé de Trè- (trève, mot féminin occasionnant une mutation dans Konven > Gonven), et de Konven et signifie donc « trève de saint Conven ». Ce saint breton y aurait vécu ses derniers jours[23].

Histoire[modifier | modifier le code]

La forêt de Beffou[modifier | modifier le code]

La forêt de Beffou située sur la commune est traversée par une voie romaine, construite en l'an 50 avant Jésus-Christ par les soldats de Jules César voie romaine qui traversait la Bretagne du Yaudet à Vannes en passant par Carhaix (Vorgium).

On dit que Yvi de Bretagne serait passé par cette voie romaine et aurait marqué les gns du pays au poin où en 1455 ils donnèrent son nom à Loguivy, du Breton lok qui signifie lieu consacré et dédié à Ivi/Ivy. Ce saint aurait ensuite séjourné à Pontivy.

Charbonniers et sabotiers étaient nombreux les siècles passés (jusque dans les premières décennies du XXe siècle) en forêt de Beffou[24].

L'if est particulièrement présent dans les sous-bois des 600 hectares de la forêt de Beffou, en raison à la fois de son humidité et de son altitude[25].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

Les guerres du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le monument aux Morts porte les noms de 190 soldats morts pour la Patrie[26] :

  • 149 sont morts durant la Première Guerre mondiale.
  • 36 sont morts durant la Seconde Guerre mondiale.
  • 3 sont morts durant la Guerre d'Algérie.
  • 2 sont morts durant la Guerre d'Indochine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Joseph Le Guyader    
1971 1983 Guillaume Henry    
1989 2001 Émile Le Gall DVD Agriculteur
mars 2001 2008 Thérèse Perron DVG  
mars 2008 En cours Jean-François Le Gall DVD Transporteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 8801 8752 1232 0742 5412 9893 0843 3033 315
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2783 1983 0673 4253 5833 2123 1772 9692 957
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9673 0202 9532 8152 6512 5972 5442 2701 987
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 8331 6041 3671 1901 0211 002986963959
2014 2019 - - - - - - -
903813-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Saint Émilion est patron de la paroisse. Son culte remonte au XVe siècle. À cette époque, Alain de Plougras, seigneur de Trogorre, en Loguivy, s'en alla combattre les Anglais en Guyenne avec l'armée du comte de Penthièvre dont il était le vassal, et avec les troupes des comtes de Dunois, de Foix et d'Armagnac, envoyés par Charles VII. Il livra bataille sous les murs de Saint-Émilion près de Bordeaux. Il séjourna ensuite dans cette ville avec le comte de Penthièvre.

Heureux de trouver si loin une ville qui portait le nom d'un saint breton, Alain de Plougras aurait décidé de lui édifier à son retour, un sanctuaire. En effet saint Émilion est né à Vannes, il fut intendant général du duc de Vannes. L'histoire raconte qu'il dérobait les biens de son maître pour les donner aux pauvres. Il partit dans le Bordelais et se fit ermite. Il mourut en 787.

Saint Émilion est prié pour obtenir de belles moissons. La statue est encadrée d'une gerbe de froment. Le pardon a lieu le dernier dimanche du mois d'août.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune abrite trois monuments historiques :

Autres sites et monuments[modifier | modifier le code]

  • Un sentier d'interprétation dans la forêt du Beffou, réalisé par l'office national des forêts permet de découvrir l'allée couverte du Brohet et l'ancienne voie gallo-romaine qui surplombe la commune.
  • La motte castrale du Beffou.
  • La motte féodale de Trogorre, dont le château aurait été détruit, selon la tradition, pendant la guerre de succession de Bretagne entre 1341 et 1364. Le site conserve les traces d'une basse-cour[32].
  • La chapelle Saint-Ivy, dédiée à saint Ivy, est l'ancienne église paroissiale et présente une architecture très ouvragée. Reconstruite en 1860-1864 à la place d'une ancienne église de style Beaumanoir, restaurée en 1935, elle comprend un fenestrage du XVIe siècle. La balustrade formant l'entrée de l'ancien cimetière qui l'entoure est constituée par les pierres de l'ancien ossuaire datant du XVIIe siècle[33].
  • Chapelle Sainte-Catherine de Kerroué.
  • La maison du Dresnay, ancien manoir qui a lui-même succédé au château éponyme, détruit lors de la guerre de Succession de Bretagne, berceau de la famille du Dresnay, puis passé aux mains de la famille de Quelen à la fin du XIVe siècle à la suite du mariage de Marie du Dresnay avec un seigneur de Quelen[34].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sous la direction de Catherine Tosser et Jean-Jacques Rioult, "Architecture rurale en Bretagne", Lieux-dits Éditions, 2014, (ISBN 978-2-36219-099-5).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Louargat - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Loguivy-Plougras et Louargat », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Louargat - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Loguivy-Plougras et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  22. a b et c infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de loguivy-plougras ».
  23. René Largillière, Les saints et l'organisation chrétienne primitive dans l'Armorique bretonne, Plihon et Hommais, Rennes, 1925.
  24. Michel Duval, "Forêts bretonnes en Révolution. Mythes et réalités.", Nature et Bretagne, 1996, Spézet, (ISBN 2-852570-80-7).
  25. Daniel Giraudon, "Le chêne vénérable et sacré", revue ArMen n° 214, septembre-octobre 2016.
  26. « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le ).
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  29. Modèle:Lérimée.
  30. Notice no PA00089310, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. Notice no PA00089312, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. http://bibliotheque.numerique.sra-bretagne.fr/files/original/1aaa74cbb6ca62b153dc795eea2520a6.pdf
  33. http://fr.topic-topos.com/chapelle-saint-ivy-loguivy-plougras
  34. http://fr.topic-topos.com/maison-du-dresnay-loguivy-plougras

Liens externes[modifier | modifier le code]