Logis du Maine-Giraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logis du Maine-Giraud
Image illustrative de l’article Logis du Maine-Giraud
Façade principale de l'édifice
Nom local Le Maine Giraud
Type manoir
Début construction XVIe siècle
Destination actuelle habitation privée
Protection  Inscrit MH (1967)[1]
Site web http://www.mainegiraud.com
Coordonnées 45° 29′ 49″ nord, 0° 01′ 45″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Commune Champagne-Vigny
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Logis du Maine-Giraud
Géolocalisation sur la carte : Charente
(Voir situation sur carte : Charente)
Logis du Maine-Giraud

Le logis du Maine-Giraud est situé sur la commune de Champagne-de-Blanzac, rebaptisée Champagne-Vigny, en Charente.

Historique[modifier | modifier le code]

Le manoir du Maine-Giraud date du XVIe siècle[1].

Il a appartenu à Alfred de Vigny de 1827 à 1863 et il y a vécu de 1850 à 1853. Le manoir était déjà au centre d'une propriété et Vigny allait négocier la vente de son vin à Blanzac à l’hôtel Monte-Christo, rue de la Voûte.

Son grand-père, le marquis de Baraudin, avait acheté le Maine-Giraud en 1768 puis la propriété est revenue à sa « douce et spirituelle » tante, Sophie de Baraudin, chanoinesse de l'Ordre souverain de Malte. Alfred de Vigny s'y rend la première fois en 1823, et il écrit alors: « Je fus épris de son aspect mélancolique et grave et en même temps je me sentis le cœur serré à la vue de ses ruines. » Dans ses Mémoires inédits[3], il écrit aussi : « Le souffle de la Terreur avait traversé cette demeure. »

Il refuse de vendre la propriété, la restaure peu à peu, remet les terres en valeur, achète un alambic d'occasion, répare le manoir, reconstruit l'une des tours. Il méditait et écrivait dans la tourelle, dans une petite pièce en haut de l'escalier en colimaçon.

Il lègue le Maine-Giraud à Louise Lachaud, fille de madame Ancelot, qui tenait un salon littéraire parisien. Il passe ensuite aux Philippon, puis est acheté en 1938 par la famille Durand, qui a replanté et développé le vignoble.

Architecture[modifier | modifier le code]

Au centre du logis, une tour polygonale, couverte en ardoise, est datée 1464 à l'intérieur. Elle renferme un escalier à vis en pierre. Elle est accompagnée d'une tourelle en encorbellement.

Une tour carrée est située à l'ouest.

Façades et toitures ont été inscrits monument historique par arrêté du 13 novembre 1967[1].

Le logis est entouré de bâtiments agricoles et d'un vignoble comme au temps de Vigny.

Visites[modifier | modifier le code]

Le logis se visite ainsi que la distillerie. La propriété produit pineau et cognac et pratique la vente directe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Logis de Maine-Giraud », notice no PA00104277, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées contrôlées avec Géoportail
  3. Alfred de Vigny, Mémoires inédits. Fragments et projets, 460 p. Édité par Jean Sangnier, Paris, Gallimard, 1958.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]