Logique ternaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les mathématiques image illustrant la logique
Cet article est une ébauche concernant les mathématiques et la logique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2017).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

 Ne doit pas être confondu avec sortie à trois états.

La logique ternaire, ou logique 3 états, est une branche du calcul des propositions qui étend l'algèbre de Boole, en considérant en plus des états VRAI et FAUX l'état INCONNU.

Tables de vérité[modifier | modifier le code]

Dans la logique ternaire de Stephen Cole Kleene, les tables de vérité des fonctions de base sont les suivantes :

A B A OU B A ET B NON A A implique B
Vrai Vrai Vrai Vrai Faux Vrai
Vrai Inconnu Vrai Inconnu Faux Inconnu
Vrai Faux Vrai Faux Faux Faux
Inconnu Vrai Vrai Inconnu Inconnu Vrai
Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu Inconnu
Inconnu Faux Inconnu Faux Inconnu Inconnu
Faux Vrai Vrai Faux Vrai Vrai
Faux Inconnu Inconnu Faux Vrai Vrai
Faux Faux Faux Faux Vrai Vrai

D'une certaine manière, ces propriétés correspondent à l'intuition : par exemple, si on ignore si A est vrai ou faux, son inverse est tout aussi incertain.

Les autres fonctions logiques se déduisent de par leur définition, la distributivité continuant à s'appliquer. Par exemple A NAND B, si A est Faux et B Inconnu, vaut NON(A ET B), soit NON(Faux), donc Vrai.

En électronique[modifier | modifier le code]

Article connexe : VHDL.

En électronique numérique, une sortie vaut 0 quand elle est connectée à la masse, 1 quand elle est connectée à la source de tension.

En cas de panne d'un composant ou d'une liaison, un ou plusieurs composants peut délivrer un résultat qui ne répond pas à l’algèbre booléenne. L’objectif d'un système fiable est de réussir a identifier ce problème et faire qu'il n'est pas de conséquence sur le résultat final en introduisant, entre autres des redondances. Ceci est particulièrement vrai en aéronautique avec les commandes de vol électriques et d'autant plus dans les avions militaires.

En informatique[modifier | modifier le code]

En SQL, les variables de type booléen peuvent prendre, en plus des valeurs vrai et faux, la valeur NULL. Une variable booléenne non initialisée, ou une opération avec une variable numérique elle-même non initialisée (dont la valeur est aussi appelée NULL) renvoient le booléen NULL (4<NULL, NULL étant ici le NULL des nombres, renvoie le NULL des booléens).

Quand on manipule un NULL booléen dans les opérations logiques, la logique ternaire s'applique. "IF A THEN [instructions]" conduit à ne pas exécuter les instructions si A est NULL.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]