Lodewijk de Vadder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant un graveur
Cet article est une ébauche concernant un peintre et un graveur.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lodewijk de Vadder
MSK Lodewijk de Vadder Het Zoniënwoud met marktkramers 17-03-2009 11-39-39.JPG

Lodewijk de Vadder: Forêt Sonienne avec des paysans.

Naissance
Décès
Activités

Lodewijk de Vadder (, Bruxelles, Bruxelles) est un peintre, graveur et dessinateur flamand baroque, spécialisé dans la peinture de paysages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lodewijk de Vadder, fils puîné de Gilles (Gielken) de Vadder et de Marguerite (Margret) Cocx[1], est né à Bruxelles en 1605[2] dans la province du Brabant flamand en Belgique. Le il épouse à Bruxelles Susanna Tack[3]. Il devient membre de la Guilde de Saint-Luc d'Anvers en 1628, et apprend la peinture auprès de son père et ses frères. Il se spécialise dans la peinture des paysages forestiers, à la manière du peintre contemporain Jacques d'Arthois et de son élève Lucas Achtschellinck[4]. Ils sont en général mentionnés comme les peintres de la Forêt de Soignes. Le il est privilégié par la ville de Bruxelles en qualité de peintre de cartons de tapisserie[5].

Jugements critiques[modifier | modifier le code]

Paysage avec chasseurs, huile sur panneau, 39 x 65 cm, Madrid, Musée du Prado.

Dès le XVIIIe siècle, le talent de de Vadder est reconnu. Aussi, Jean-Baptiste Descamps écrit en 1753: Vadder [sic] était un grand paysagiste : il eut soin d'observer souvent dans les campagnes le lever du soleil écartant les vapeurs et les brouillards, et développant peu à peu les lointains. Ses tableaux sont d'une grande vérité : il a su donner la vapeur de l'air à ses ciels dans ses ouvrages. Ses arbres sont de bon goût, bien touchés, et agréablement réfléchis dans les ruisseaux dont il a embelli ses paysages.[6] Alphonse Wauters confirme les qualités de l'artiste au siècle suivant : L'histoire a parfois d'étranges oublis. Ainsi, c'est avec force éloge qu'elle nous transmet les noms de Van Uden et de Wildens, et c'est à peine si elle prononce celui de de Vadder. Et cependant Louis de Vadder est un paysagiste de grande race. Dans l'école de Rubens, il n'en est pas qui ait marché sur les traces du maître avec plus d'effet et de brio, avec un coloris plus puissant, une lumière plus abondamment et savamment distribuée, une facture plus magistrale.[7]Wauters appuie son propos : Louis de Vadder est l'une des gloires de l'ancienne école des paysagistes flamands [...]. Après la mort de Rubens, il était regardé comme le meilleur artiste du pays[8]. Adolphe Siret pour sa part considère : Cet artiste a excellé à rendre la brume et les piquants effets de lumière. Il s'approcha de Rubens pour la richesse et la vivacité du coloris, pour la largeur de la touche et la belle manière de distribuer sa lumière[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Lieux de conservation[modifier | modifier le code]

En Belgique :

  • Paysage avec cavaliers, aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles.
  • Paysage, aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles.
  • Bâtiment dans un paysage boisé : un prieuré de la Forêt de Soignes ?, aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles.
  • Paysage boisé, aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles.
  • Paysage boisé avec chemin creux, aux Musées royaux des beaux-arts de Belgique, à Bruxelles.
  • Het Zoniënwoud met marktkramers, au Musée des beaux-arts de Gand.
  • Holle weg met figuren in het Zoniënwoud, au Musée des beaux-arts de Gand.
  • Landschap met hoeve, au Musée des beaux-arts de Gand.
  • Landschap met hoeve, au Musée royal des beaux-arts d'Anvers.

En Espagne :

  • Paisaje con cazadores (inventaire Po2746), au Musée du Prado à Madrid.
  • Paisaje con cazadores (inventaire Po2747), au Musée du Prado à Madrid.

Aux États-Unis :

En France :

  • Vue de plaine avec talus en premier plan, au Musée du Louvre.
  • Vue des environs de Bruxelles avec pâtres et étangs, au Musée du Louvre.

Aux Pays-Bas :

En Russie :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conjoints unis avant 1588, ils font baptiser au moins trois autres enfants à Bruxelles : Égide le 19 mars 1588 à la paroisse des Saints Michel et Gudule, Sebastien le 27 mai 1600 et Raphaël le 7 août 1602 à la paroisse Notre Dame de la Chapelle - Actes de baptêmes conservés aux Archives Générales du Royaume (AGR)
  2. Actes de baptêmes Paroisse Notre Dame de la Chapelle, baptême le 8 avril 1605 de "Ludovicus de Vadder, fils de Gielis et de Margret Coxc" 126/187 (AGR)
  3. Actes de mariages et promesses Paroisse Saints Michel et Gudule, mariage le 15 octobre 1626 de "Ludovici de Vadder et de Susanna Tack" 125/212 (AGR)
  4. Biographie de Lowys de Vadder dans De groote schouburgh der Nederlantsche konstschilders en schilderessen (1718) par Arnold Houbraken, Bibliothèque Numérique pour la littérature néerlandaise
  5. Alphonse Wauters, Ville de Bruxelles : inventaire des cartulaires et autres registres faisant partie des archives anciennes de la ville, vol.1, fas.01, p.306
  6. Jean-Baptiste Descamps, La vie des peintres flamands, allemands et hollandais avec des portraits, Paris, 1753, vol.1, p.236
  7. Alphonse Wauters, La peinture flamande, Bruxelles, 1883, p.326
  8. Alphonse Wauters, Ville de Bruxelles : inventaire des cartulaires et autres registres faisant partie des archives anciennes de la ville, vol.1, fas.01, p.320
  9. Adolphe Siret, Dictionnaire historique et raisonné des peintres de toutes les écoles, depuis l'origine de la peinture jusqu'à nos jours, Bruxelles, 1883, vol.2, p.417

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]