Lockheed Martin A-4AR Fightinghawk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir A-4.

Lockheed Martin
A-4AR Fightinghawk
Vue de l'avion.
Un A-4AR Fightinghawk, photographié pendant le meeting aérien Air Fest 2010.

Constructeur Drapeau : Argentine Lockheed Martin Aircraft Argentina SA
Rôle Avion d'attaque au sol
Statut Opérationnel
Premier vol
Mise en service
Date de retrait Toujours en service
Coût unitaire 5,46 millions de dollars[1]
Nombre construits 36 exemplaires convertis
(production : 1996–1999)

Le Lockheed Martin A-4AR Fightinghawk est un avion d'attaque au sol développé pour la force aérienne argentine, qui est entré en service en 1998. Il est une évolution majeure de l'avion américain Douglas A-4M Skyhawk, conçu par McDonnell Douglas au début des années 1950.

Le programme a reçu le nom de « Fightinghawk », en hommage au F-16 Fighting Falcon, qui est la source de sa nouvelle avionique[1].

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

La guerre des Malouines, en 1982, a fait des ravages dans les rangs de l'Aviation militaire argentine[1], qui a perdu plus de soixante appareils et 55 membres pendant le conflit[2]. En raison de la forte détérioration de la situation de l'économie nationale et de la perte de confiance politique envers les militaires, la force aérienne s'est vue refuser les ressources nécessaires au remplacement de ses pertes au combat.

La fourniture en avions de combat modernes était restreinte, depuis que les États-Unis avaient imposé un embargo sur les armes en 1978 pour violation des droits de l'homme[3]. Il y avait eu de nouvelles restrictions lorsque le Royaume-Uni avait également imposé un embargo sur les armes en 1982. Les seuls avions de combat que pouvait obtenir la force aérienne argentine étaient : 10 Mirage 5P, transférés de la force aérienne péruvienne, 19 Mirage IIICJ de la force aérienne israélienne, vétérans de la guerre des Six Jours, et 2 Mirage IIIB biplaces d'entraînement de l'Armée de l'air française.

En 1989, Carlos Menem a été élu Président de l'Argentine et a rapidement établi une politique étrangère pro-États-Unis, qui a permis au pays de gagner le statut d'allié majeur non membre de l'OTAN[4]. Toutefois, même si la situation économique était devenue meilleure, le pays ne disposait toujours pas des fonds suffisants pour l'achat d'avions de combat modernes, tels le Mirage 2000.

En 1994, les États-Unis ont proposé une offre alternative pour la modernisation de 36 A-4M Skyhawks ex-USMC, dans un contrat d'une valeur de 282 millions de dollars effectué par Lockheed Martin et ont inclus la privatisation de la Fábrica Militar de Aviones (FMA), renommée Lockheed Martin Aircraft Argentina SA[5] après la privatisation. Le , la FMA a été renationalisée et est revenue au gouvernement argentin, sous le nom de Fábrica Argentina de Aviones (FAdeA)[6].

Production[modifier | modifier le code]

Les techniciens de la force aérienne argentine ont choisi 32 A-4M, construits entre 1970 et 1976[7],[8], et quatre TA-4F[9] conservés en stockage à l'Aerospace Maintenance and Regeneration Center de la base aérienne Davis-Monthan, à Tucson, dans l'Arizona, pour les faire évoluer[10]. Les plans d'améliroation incluaient[10] :

Un Lockheed-Martin A-4AR Fightinghawk au décollage, en 2005.

Les cellules d'A-4M ont été initialement équipées de systèmes de poursuite TV et laser Hughes AN/ASB-19 (en) Angle Rate Bombing System (ARBS), mais ils ont été retirés après leur convertion en A-4AR (pour « ARgentine »), car le radar pouvait apporter les mêmes données aux systèmes de bord.

Le contrat stipulait que huit cellules devaient être rénovées à l'usine de Lockheed-Martin à Palmdale, en Californie, et les 27 cellules restantes à Córdoba, en Argentine, à l'usine de Lockheed Martin Aircraft Argentina SA (ex-Fábrica Militar de Aviones). Au-moins dix cellules de TA-4J et A-4M pour pièces détachées, huit moteurs supplémentaires et un nouveau simulateur de vol pour l'A-4AR ont également été livrés.

Carrière opérationnelle[modifier | modifier le code]

Survol de l'Obélisque de Buenos Aires, pendant la commémoration du Bicentenaire de la Révolution de Mai (es), en 2010.

Les Fightinghawks, ayant reçu leurs numéros de série de la force aérienne C-901 à C-936, ont vu un premier groupe arriver en Argentine le , et le premier A-4AR « argentin » est sorti de l'usine de Córdoba le . Le dernier appareil — le numéro C-936 — a été livré à la force aérienne en . Deux avions, un monoplace et un biplace, sont restés un temps aux États-Unis pour effectuer une homologation de l'armement. Tous les A-4AR ont été livrés à la cinquième brigade aérienne (V Brigada Aérea) à Villa Reynolds, dans la province de San Luis[11], où ils ont remplacé deux escadrons d'A-4P — localement désignés A-4B — et A-4C vétérans de la guerre des Malouines. Ils ont rapidement été déployés en patrouilles autour du pays, de Río Gallegos, au sud[12], à Resistencia, au nord, où ils ont été utilisés pour intercepter des contrebandiers et des avions participant au trafic de drogue[11].

En , peu après leur arrivée, puis à nouveau en 2001, des F-16 de la United States Air Force ont visité Villa Reynolds pour l'exercice conjoint Southern Falcon, connu sous le nom d'Aguila (« Aigle ») en Argentine[13]. En 2004, les A-4AR sont sortis du pays pour l'exercice conjoint Cruzex, avec des F-5 et Mirages de la force aérienne brésilienne, des F-16 de l'Aviation nationale du Venezuela et des Mirage 2000 français.

En , ils ont été déployés sur la base aérienne de Tandil pour contrôler une zone d'exclusion aérienne lors du 4e Sommet des Amériques (en)[14], puis ont rencontré plus tard des Mirage chiliens, des AMX brésiliens et des A-37 uruguayens à Mendoza, pour l'exercice conjoint Ceibo.

En , ils ont été déployés dans la province de Córdoba pour 30e sommet des présidents du Mercosur, tandis qu'en août et septembre, ils sont retournés vers le nord au Brésil pour l'exercice conjoint Cruzex III avec le Brésil, le Chili, la France, le Pérou, l'Uruguay et le Venezuela.

En , ils ont été déployés vers la province de Tucumán pour le sommet des présidents du Mercosur.

En , ils ont été déployés vers San Carlos de Bariloche pour le sommets des présidents de l'UNASUR. Plus tard ce même mois, ils ont participé à Reconquista à Pre-Salitre[15], un exercice de préparation pour l'exercice Salitre II du mois d'octobre suivant au Chili[16] avec le Chili, le Brésil, la France et les États-Unis[17],[18].

Le , ils ont participé à la présentation Air Fest 2010, sur l'aéroport et base aérienne de Morón (en)[19]. Le , trois A-4AR ont survolé l'Avenida 9 de Julio à l'occasion des représentations commémoratives du Bicentennaire de la Révolution de Mai (es)[20].

Survol de l'avenue Del Libertador, à Buenos Aires, en .

En , les avions ont contrôlé une zone interdite de survol à San Juan, pour le Sommet des présidents du Mercosur. En septembre, ils ont rejoint le reste des avions de la force aérienne à Reconquista, pour les manœuvres d'intégration ICARO III[21]. En novembre, ils se sont déployés vers la base aérienne de Tandil pour le vingtième Sommet ibéro-américain, tenu à Mar del Plata.

En , le Ministre de la Défense argentin Julio Martinez a confirmé que tous les A-4AR de la force aérienne avaient été cloués au sol. À l'origine, cela était dû à la péremption des cartouches explosives présentes dans leurs sièges éjectables, mais plus tard, il est devenu évident que d'autres problèmes étaient présents[22]. Dans tous les cas, il ne restait que quatre ou cinq appareils en état de vol, les autres étant placés en stockage à Villa Reynolds (en)[23].

En , ils ont participé à la célébration de l'anniversaire de la révolution de Mai[24].

Alors que les A-4AR auraient dû être retirés en 2018 selon des prévisions de 2016, et que quatre sont opérationnels en mars 2018, l'Argentine cherche à les maintenir en état pour la sécurité du sommet du G20 de 2018[25].

Versions[modifier | modifier le code]

  • A-4AR : Version monoplace, obtenue par conversion d'A-4M. 32 exemplaires ;
  • OA-4AR : Version biplace, obtenue par conversion de TA-4F. 4 exemplaires.

Accidents[modifier | modifier le code]

En , on dénombrait la perte de trois appareils, sur une carrière d'une quinzaine d'années :

  • Le , l'A-4AR numéro C-906 s'écrase près de Justo Daract, dans la province de San Luis. Le pilote, le lieutenant Horacio Martín Flores, décède à l'âge de 29 ans[26] ;
  • Le , l'A-4AR numéro C-936 s'écrase près de Río Cuarto, dans la province de Córdoba. Le pilote s'éjecte en sécurité[27] ;
  • Le , l'OA-4AR (biplace) numéro C-902 s'écrase à l'atterrissage à l'aéroport Vicecomodoro Ángel de la Paz Aragonés, près de Santiago del Estero. Les deux pilotes s'éjectent en sécurité[28].

Spécifications techniques (A-4AR Fightinghawk)[modifier | modifier le code]

A-4M Skyhawk 0014.jpg
Caza A-4AR Fightinghawk.jpg

Données de McDonnell Douglas A-4AR Fightinghawk[29]

Caractéristiques générales

Performances

  • Vitesse maximale : 1 080 km/h
  • Distance franchissable : 3 220 km
  • Plafond : 12 880 m
  • Taux de montée : 2 580 m/min
  • Charge alaire : 344,4 kg/m2
  • Rapport poids-poussée : 0,51

Armement


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (es) « Nuevos aviones para la Fuerza Aérea », La Nacion, (consulté le 29 juin 2018).
  2. (es) « Conflicto de Malvinas – Memoria de Caidos » [archive du ], Fuerza Aerea Argentina (consulté le 29 juin 2018).
  3. (en) Gareau 2004, p. 102.
  4. (en) « Overview of U.S. Policy Towards South America and the President's Upcoming Trip to the Region », OTAN : Committee on International Relations, (consulté le 29 juin 2018).
  5. (es) « El A-4M Skyhawk II y el A-4AR Fightinghawk », Taringa ! (consulté le 29 juin 2018).
  6. (es) « El gobierno nacional recupera la Fábrica Militar de Aviones de Córdoba » [archive du ], sur www.lacorrienteavanza.com.ar, (consulté le 29 juin 2018).
  7. (en) Joseph Baugher, « Douglas A-4M Skyhawk » [archive du ], (consulté le 29 juin 2018).
  8. (en) Wynn Foster, « Douglas A-4 Skyhawk Production History – Export Skyhawks » [archive du ], sur www.skyhawk.org (consulté le 29 juin 2018).
  9. (en) Joseph Baugher, « US Navy and US Marine Corps BuNos – Third Series (150139 to 156169) » [archive du ], (consulté le 29 juin 2018).
  10. a et b (es) Jorge di Paolo, « El programa A-4AR avanza » [archive du ], sur www.aeroespacio.com.ar (consulté le 29 juin 2018).
  11. a et b (es) « Aviones argentinos interceptarán aeronaves norteamericanas », La Nacion, (consulté le 29 juin 2018).
  12. (es) Luis Benítez et Ricardo Quiroga, « Halcones al Sur » [archive du ], sur www.aeroespacio.com.ar (consulté le 29 juin 2018).
  13. (es) « Ejercicio militar con los EE.UU. », La Nacion, (consulté le 29 juin 2018).
  14. (es) Daniel Gallo, « Habilitan un puente aéreo con EE.UU. », La Nacion, (consulté le 29 juin 2018).
  15. (es) [vidéo] Ejercicio "Pre-Salitre 2009" de la Fuerza Aérea Argentina sur YouTube YouTube.
  16. (es) [vidéo] FACH, ejercicio salitre 2009, Argentina sur YouTube YouTube.
  17. (es) « ejercicio pre salitre 2009 » [archive du ], Fuerza Aérea Argentina (FAA) (consulté le 29 juin 2018).
  18. (en) « "Airman Culture" key to exercise SALITRE success » [archive du ], Official Website of 12th Air Force, (consulté le 29 juin 2018).
  19. (es) [vidéo] A-4 razante y tonel - Argentina Airfest 2010 sur YouTube YouTube.
  20. (es) « A-4AR volando en el cielo del Bicentenario » [archive du ], Perfil Blogs (consulté le 29 juin 2018).
  21. (es) « Fuerza aérea realiza ejercicio ICARO III » [archive du ], Ministerio de Defensa, (consulté le 29 juin 2018).
  22. (en) Gabriel Porfilio, « Argentinian MoD confirms all fighters grounded » [archive du ], IHS Jane's Defence Weekly, (consulté le 29 juin 2018).
  23. (es) Edgardo Aguilera, « No queremos una Armada que no navegue ni una Fuerza Aérea que no vuele », Diario Ambito Financiero, (consulté le 29 juin 2018).
  24. (es) « Veteranos de Malvinas fueron ovacionados durante el desfile por el aniversario del 25 de Mayo », sur www.telam.com.ar, Télam, (consulté le 29 juin 2018).
  25. (en) Santiago Rivas, « Argentina seeks to recover its A-4AR Fightinghawk fleet », sur Jane's Information Group, (consulté le 11 juillet 2018).
  26. (es) « Accidentes aéreos en San Luis » [archive du ], El diario de la Republica (consulté le 29 juin 2018).
  27. (es) « Se estrelló un A-4AR de la FAA » [archive du ], SAORBATS (consulté le 29 juin 2018)
  28. (es) « Milagro en Santiago del Estero tras la caída de un avión de la Fuerza Aérea », (consulté le 29 juin 2018).
  29. (es) « McDonnell Douglas A-4AR Fightinghawk » [archive du ], Fuerza Aéréa Argentina (consulté le 29 juin 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.