Lobby pro-israélien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'expression lobby pro-israélien désigne les groupes de pression et d'influence pro-israéliens.

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Plusieurs groupes de pression pro-israéliens existent aux États-Unis. Certains sont issues de la communauté juive, d'autres de communautés chrétiennes[1].

La question de l'importance du lobby pro-israélien aux États-Unis fait régulièrement l'objet d'articles et d'analyses géo-politique[2],[3].

En 2006, la publication d'un article[4], puis d'un livre[5] de John Mearsheimer et Stephen Walt a généré une controverse sur le poids de ce lobby sur la politique des États-Unis au Moyen-Orient. La thèse que Noam Chomsky privilégie est que les intérêts stratégico-économiques de l'État et du monde des affaires dirigent davantage la politique étrangère des États-Unis que le lobby pro-israélien[6].

L'AIPAC[modifier | modifier le code]

Pour l'article détaillé sur l'AIPAC, voir : American Israel Public Affairs Committee.

Né en 1951 aux États-Unis, l'AIPAC ou « American Israel Public Affairs Committee » est un groupe de pression visant à soutenir Israël. L'AIPAC travaille avec les démocrates, républicains et indépendants pour adopter des politiques publiques qui améliorent la relation américano-israélienne[7].

Le JINSA[modifier | modifier le code]

Pour l'article détaillé sur le Jewish Institute for National Security Affairs, voir : JINSA.

Né en 1976 aux États-Unis, le JINSA ou « Jewish Institute for National Security Affairs » est un groupe formé d'hommes politiques et de généraux américains favorable au rapprochement d'Israël et des États-Unis et proche du néoconservatisme. On trouve parmi ses membres et sympathisants l'ancien administrateur américain de l'Irak Jay Garner et des proches du président George W. Bush comme Richard Perle et Dick Cheney.

Autres[modifier | modifier le code]

Pour l'article détaillé sur B'nai B'rith , voir : B'nai B'rith.
  • B'nai B'rith est une organisation juive des droits de l'homme[8]. Elle est engagée dans une grande variété de services communautaires et d'activités de soutien, incluant la promotion des droits pour les communautés juives, l'assistance aux hôpitaux et aux victimes de catastrophes naturelles[9]et la lutte contre l'antisémitisme, le racisme et la xénophobie à travers sa Ligue anti-diffamation. La devise du B’nai B’rith est « Bienfaisance, Amour Fraternel et Harmonie »[10]. L'organisation est parfois qualifiée de lobby pro-israélien.[Informations douteuses] [?]

En France[modifier | modifier le code]

  • Le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) dit s'être donné parmi ses axes de mission « d'affirmer sa solidarité envers Israël et son soutien à une solution pacifique au conflit du Proche-Orient ». Cette solidarité se manifeste aussi lors des guerres de cet État[11]. Il lutte contre le racisme et l'antisémitisme et milite pour la transmission de la mémoire du peuple juif[12].

L'organisation est parfois qualifiée de lobby pro-israélien.[Informations douteuses] [?]

  • La LICRA est une organisation opposée au racisme et à la banalisation des actes xénophobes, en apportant une aide juridique aux victimes, souvent mal informées de leurs droits[13].
Bruno Guigue critique l'organisation dans une tribune intitulée « Quand le lobby pro-israélien se déchaîne contre l'ONU » sur le site oumma.com, que Luc Rosenzweig a qualifié de « torchon antisémite » sur le site de l'Association France-Israël[réf. incomplète].

L'organisation est parfois qualifiée de lobby pro-israélien.[Informations douteuses] [?]

En Suisse[modifier | modifier le code]

En 2011, la CICAD est mise en cause par Dominique Ziegler dans une tribune d'opinion publiée dans le journal le Courrier[15], où il affirme que cette organisation est un lobby pro-israélien[pertinence contestée]. La CICAD réagit en accusant Ziegler « d'être enfermé dans une idéologie haineuse envers Israël et d'instrumentaliser le conflit israélo-palestinien »[16]. La même année, Hani Ramadan critique à son tour l'organisation. [17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple les millénaristes, mentionnés dans Ibrahim Warde, « Il ne peut y avoir de paix avant l’avènement du Messie », Le Monde diplomatique, septembre 2002
  2. Serge Halimi, Le poids du lobby pro-israélien aux États-Unis, Le Monde diplomatique, août 1989.
  3. Serge Halimi, Aux Etats-Unis, M. Ariel Sharon n’a que des amis, Le Monde diplomatique, juillet 2003
  4. John Mearsheimer, Stephen Walt, The Israel Lobby, London Review of Books, 23 mars 2006.
  5. John Mearsheimer et Stephen Walt (trad. N. Guilhot, L. Manceau, N. Marzouki, M. Saint-Upéry), Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine [« The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy »], Paris, La Découverte, coll. « Poche », (1re éd. 2007), 504 p., Poche (ISBN 978-2-7071-5701-0)
  6. Noam Chomsky, The Israel Lobby?, mars 2006, traduction en français
  7. www.aipac.org/
  8. (en) « B'nai B'rith International », sur le site du B'nai B'rith
  9. Encyclopaedia Judaica, 1970
  10. « Le B'nai B'rith Europe », sur le site du B'nai B'rith Europe
  11. Lors de la guerre de Gaza 2008-2009, le président du CRIF a déclaré au Figaro que 95 % des Juifs de France était en accord avec les opérations armées israéliennes. Il a depuis lors[Quoi ?]nuancé cette affirmation
  12. http://www.crif.org/fr
  13. Tribune, 28 février 2008
  14. « Mobilisation générale : Manifestation de soutien jeudi 31 juillet devant l’Ambassade d’Israël », Tribune juive (France), (consulté le 30 juillet 2014)
  15. Dominique Ziegler, Manœuvre perverse, 19 octobre 2011, le Courrier
  16. [1]Basse attaque contre la CICAD[2]
  17. la CICAD ne se démarque pas de ce qu'il appelle les « crimes commis par le gouvernement israélien » selon Hani Ramadan, Lutter contre la violence sioniste et condamner l’antisémitisme, 10 novembre 2011, Le Temps (la copie web est en accès limité)
  18. Texte de l'article sur le blog de Hani Ramadan

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • [vidéo] Marije Meerman, Amérique : le lobby pro-israélien, 2007