Lo guarracino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lo guarracino
Image illustrative de l’article Lo guarracino
Chromis chromis en latin, castagnole en français, castagnola en italien, guarracino en napolitain

Genre Musique populaire napolitaine : tarentelle
Musique Anonyme du XVIIIe siècle
Texte Idem
Langue originale Napolitain
Airs
O' Guarracino che jéva pe mare
le venne voglia de se 'nzorare

Lo guarracino (O' Guarracino en napolitain) est une chanson napolitaine populaire écrite sous la forme d'un virelangue de dix-neuf strophes et composée sur un rythme soutenu de tarentelle par des auteurs inconnus au XVIIIe siècle. Elle raconte une histoire d'amours et de querelles entre poissons de la baie de Naples.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Guarracino (la castagnole) veut se marier. Il tombe amoureux de la Sardella (la sardine) et demande à la Vavosa (la blennie) d'arranger le mariage. La Patella (la patelle), qui les a espionnés, apprend ces nouvelles amours à l'Alletterato (la thonine), ancien petit ami de la Sardella, ce qui déclenche une bagarre entre les deux fiancés. La querelle s'étend à tous les poissons de la parentèle et du voisinage des deux factions opposées qui se trouvent chacun une bonne raison de se bagarrer. La chanson ne se termine pas complètement car le chanteur est à bout de souffle et demande à l'aimable assistance de l'autoriser à boire à la santé de toutes et de tous.

Transcriptions[modifier | modifier le code]

Avant d'être fixé et codifié dans le répertoire de la chanson napolitaine par l'imprimerie, le guarracino s'est transmis par la tradition orale sans qu'il puisse être remonté à son auteur originel du XVIIIe siècle dont il est toutefois possible d'affirmer la familiarité avec le milieu marin de la baie de Naples autorisant seule une telle connaissance de ses habitants[1]. Le premier à avoir transcrit le texte est Wilhelm Müller lors de son bref voyage en Italie en 1817 au cours duquel il a recueilli nombre de poésies et de chansons populaires publiées en 1829, deux ans après sa mort, par son ami Oskar Ludwig Bernhard Wolff (de) sous le titre d'Egeria[2]. Le texte de Müller qui provient de la tradition orale est fidèle à la forme des authentiques chants populaires : c'est un langage dialectal non littéraire et tant la musique que le texte sont pratiquement oubliés. C'est Guillaume Louis Cottrau qui a publié pour la première fois, cette même année 1829, dans la troisième édition de ses Passatempi musicali, le texte bien plus littéraire et complet que l'on connaît, virelangue de dix-neuf strophes accompagné d'un arrangement pour piano et titré Canzone sulla tarentella[1].

Bernhard Rode, Mädchen mit Tamburin (1785), musée de l'Ermitage (Saint-Pétersbourg).

Interprétations[modifier | modifier le code]

Parmi les interprétations remarquables de la chanson se trouvent celles de Sergio Bruni, dans une première anthologie en 1956 avec un orchestre symphonique dirigé par Giuseppe Anepeta (it)[3], insérée par la suite dans le recueil Pentagramma Napoletano[4] puis dans l'Antologia della Canzone Napoletana, rélisée entre 1984 et 1991, celle de Roberto Murolo dans son Antologia napoletana[5], celle de Fausto Cigliano accompagné par Mario Gangi (it)[6], celle de la Nuova Compagnia di Canto Popolare, avec les voix polyphoniques, les instruments à plectre et les percussions de l'ensemble musical[7], celle de Marco Beasley et Pino De Vittorio (it) avec l'ensemble Accordone[8] ou encore celle du Neapolis Ensemble[9],[10].

Michelangelo Fornaro a réalisé un court métrage inspiré de la chanson, lauréat du David di Donatello pour le meilleur court métrage 2005 (it)[11],[12].

Dans les pages du Goût de Naples consacrées à la résurrection des villanelles et des tarentelles par Roberto De Simone, Pascale Lismonde précise que le très célèbre Guarracino, chanson satirique (de) du répertoire traditionnel, raconte l'opposition du peuple napolitain aux Bourbons régnant sur la cité parthénopéenne[13].

Texte de la chanson et illustration des organismes marins énumérés[modifier | modifier le code]

La chanson énumère, en napolitain, le nom de nombreuses variétés de poissons, mollusques et crustacés et autres organismes marins. Inventaire original de la faune marine de la baie de Naples, elle répertorie près d'une centaine d'organismes qui peuplaient les eaux du golfe dans la période où elle a été écrite. Le naturaliste Arturo Palombi (1899-1986)[14] est l'un des premiers à avoir associé chacun des organismes cités avec les espèces scientifiques correspondantes. Plus récemment, la biologiste marine Maria Cristina Gambi[1], chercheuse au laboratoire d'écologie du benthos du Conseil national de la recherche d'Ischia en a identifié, à partir d'une enquête auprès des pêcheurs de l'île, quatre-vingt-quatorze espèces différentes, dont quatre-vingt-treize avec précision[15]. Les paroles sont traduites en français par Jean Guichard[16] pour le livret de l'enregistrement du Neapolis Ensemble[17].

Texte en napolitain Illustration des organismes marins
I
O' Guarracino che jéva pe mare
le venne voglia de se 'nzorare,
se facette nu bello vestito
de scarde de spine pulito pulito
cu na perucca tutta 'ngrifata
de ziarèlle 'mbrasciolata,
co lo sciabò, scolla e puzine
de ponte angrese fine fine.
Lo Guarracino.
II
Cu li cazune de rezze de funno,
scarpe e cazette de pelle de tunno,
e sciammeria e sciammereino
d'aleche e pile de voje marino,
co buttune e bottunera
d'uocchie de purpe, secce e fera,
fibbia, spata e sciocche 'ndorate
de niro de secce e fele d'achiate.

Tunno. Aleca. Voje marino. Purpo. Seccia. Fera. Achiata. Conchiglie. Aluzze.

III
Doje belle cateniglie
de premmone de conchiglie,
no cappiello aggallonato
de codarino d'aluzzo salato,
tutto pòsema e steratiello,
ieva facenno lo sbafantiello
e gerava da ccà e da llà;
la 'nnammorata pe se trovà!

Anonyme, Danseurs de tarentelle (1828). Attilio Pratella, Pescatori a Napoli (XIXe siècle).

IV
La Sardella a lo barcone
steva sonanno lo calascione;
e a suono de trommetta
ieva cantanno st'arietta:
«E llarè lo mare e lena
e la figlia da sià Lena
ha lasciato lo nnamorato
pecché niente l ha rialato».

Sardella.

V
Lo Guarracino 'nche la guardaje
de la Sardella se 'nnamoraje;
se ne jette da na Vavosa
la cchiù vecchia maleziosa;
l'ebbe bona rialata
pe mannarle la mmasciata:
la Vavosa pisse pisse
chiatto e tunno nce lo disse.

Vavosa.

VI
La Sardella 'nch'a sentette
rossa rossa se facette,
pe lo scuorno che se pigliaje
sotto a no scuoglio se 'mpizzaje;
ma la vecchia de la Vavosa
subbeto disse: «Ah schefenzosa!
De sta manera non truove partito
'ncanna te resta lo marito.

Anton Romako, Tarantellatänzer und Mandolinenspieler (vers 1889). Oswald Achenbach, Am Strand von Neapel (XIXe siècle).

VII
Se aje voglia de t'allocà
tanta smorfie non aje da fa';
fora le zeze e fora lo scuorno,
anema e core e faccia de cuorno».
Ciò sentenno la sié Sardella
s'affacciaje a la fenestrella,
fece n'uocchio a zennariello
a lo speruto 'nnammoratiello.

Thomas Uwins, Napolitains dansant la tarentelle (XIXe siècle). Friedrich Thøming, Pêcheurs à Naples (1848).

VIII
Ma la Patella che steva de posta
la chiammaje faccia tosta,
tradetora, sbrevognata,
senza parola, male nata,
ch'avea 'nchiantato l'Alletterato
primmo e antico 'nnamorato;
de carrera da chisto jette
e ogne cosa 'lle dicette.

Patella. Alletterato.

IX
Quanno lo 'ntise lo poveriello
se lo pigliaje Farfariello;
jette a la casa e s'armaje e rasulo,
se carrecaje comm'a no mulo
de scoppette e de spingarde,
povere, palle, stoppa e scarde;
quattro pistole e tre bajonette
dint'a la sacca se mettette.

Andrea di Bonaiuto, Farfarello, détail de la fresque de la Chapelle des Espagnols, basilique Santa Maria Novella (Florence).

X
'Ncopp'a li spalle sittanta pistune,
ottanta mbomme e novanta cannune;
e comm'a guappo pallarino
jeva trovanno lo Guarracino;
la disgrazia a chisto portaje
che mmiezo a la chiazza te lo 'ncontraje:
se l'afferra p' 'o crovattino
e po lle dice: "Ah malandrino!

Anonyme, Napolitains en fête (XIXe siècle). Giuseppe Carelli, Vue de Naples (XIXe siècle).

XI
Tu me lieve la 'nnammorata
e pigliatella sta mazziata".
Tuffete e taffete a meliune
le deva pàccare e secuzzune,
schiaffe, ponie e perepesse,
scoppolune, fecozze e conesse,
scerevecchiune e sicutennosse
e ll'ammacca osse e pilosse.

Carte postale, Naples, Tarentelle (1903). Attilio Pratella, Pêcheurs à Naples (XIXe siècle).

XII
Venimmoncenne ch'a lo rommore
pariente e amice ascettero fore,
chi co mazze, cortielle e cortelle,
chi co spate, spatune e spatelle,
chiste co barre e chille co spite,
chi co ammennole e chi co antrite,
chi co tenaglie e chi co martielle,
chi co torrone e sosamielle.

Pietro Fabris, Tarantelle au palais de donn'Anna avec le Vésuve en fond (XVIIIe siècle). Giuseppe Carelli, Pêcheurs dans le golfe de Naples avec le Vésuve en fond (XIXe siècle).

XIII
Patre, figlie, marite e mogliere
s'azzuffajeno comm'a fere.
A meliune correvano a strisce
de sto partito e de chillo li pisce
Che bediste de sarde e d'alose!
De palaje e raje petrose!
Sarache, dientece ed achiate,
scurme, tunne e alletterate!

Sarda. Alosa. Palaja. Raja petrosa. Saraco. Dientece. Achiata. Scurmo. Tunno. Alletterato.

XIV
Pisce palumme e pescatrice,
scuorfene, cernie e alice,
mucchie, ricciole, musdee e mazzune,
stelle, aluzze e storiune,
merluzze, ruongole e murene,
capodoglie, orche e vallene,
capitune, auglie e arenghe,
ciefere, cuocce, tracene e tenche.

Pisce palummo. Pescatrice. Scuorfeno. Cernia. Alice. Mucchia. Ricciola. Mazzune. Stella. Aluzzo. Storiune. Merluzzo. Ruongolo. Murena. Capodoglio. Orca. Vallena. Capitune. Auglia. Arenga. Ciefero. Cuoccio. Tracena. Tenca.

XV
Treglie, tremmole, trotte e tunne,
fiche, cepolle, laune e retunne,
purpe, secce e calamaro,
pisce spate e stelle de mare,
pisce palumme e pisce martielle,
voccadoro e cecenielle,
capochiuove e guarracine,
cannolicchie, ostreche e ancine,

Treglia. Tremmola. Trotta. Tunno. Fica. Cepolle. Launo. Retunno. calamare. Pisce spata. Pisce martielle. Voccadoro. Stella de mare. Capochiuooe. Cannolicchie. Ostreca. Ancine.

XVI
Vongole, cocciole e patelle,
pisce cane e grancetielle,
marvizze, marmure e vavose,
vope prene, vedove e spose,
spinole, spuonole, sierpe e sarpe,
scauze, nzuoccole e co le scarpe,
sconciglie, gammere e ragoste,
vennero nfino co le poste.

Vongola. Cocciola. Pisce cane. Grancetiello. Marvizzo. Marmura. vopa. Spinola. Spuonelo. Sierpo. Sarpa. Sconciglie. Gammero. Ragosta. Capitune. Sauro.

XVII
Capitune, saure e anguille,
pisce gruosse e piccerille,
d'ogni ceto e nazione,
tantille, tante, cchiu tante e tantone!
Quanta botte, mamma mia!
Che se devano, arrassosia!
A centenare le barrate!
A meliune le petrate!

« La tarentelle », scène du ballet de Nicolò Gabrielli, L'Étoile de Messine (1861) à l'Opéra de Paris. Oswald Achenbach, Coucher de soleil sur la baie de Naples.

XVIII
Muorze e pizzeche a beliune !
A delluvio li secozzune!
Non ve dico che bivo fuoco
se faceva per ogne luoco!
Ttè, ttè, ttè, ccà pistulate!
Ttà, ttà, ttà, ccà scoppettate!
Ttù, ttù, ttù, ccà li pistune!
Bu, bu, bu, llà li cannune!

Henrique Bernardelli, Tarantella (détail, vers 1886). Franz Ludwig Catel, Pêcheurs à Mergellina (XIXe siècle).

XIX
Ma de cantà so già stracquato
e me manca mo lo sciato;
sicché dateme licienzia,
graziosa e bella audenzia,
nfi che sorchio na meza de seje,
co ssalute de luje e de leje,
ca se secca lo cannarone
sbacantànnose lo premmóne.

Karl Briullov, Tarantelle (XIXe siècle). Carl Blechen, Trois pêcheurs devant le golfe de Naples (ver 1829).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (it) Maria Cristina Gambi, Gli organismi marini ne Lo Guarracino: un primo inventario completo della specie marine presenti nell'antica canzone napoletana, Naples, G. Macchiaroli, , 93 p. (ISBN 88-85823-12-2, lire en ligne)
  2. (de + it) Wilhelm Müller et Oskar Ludwig Bernhard Wolff (de) (notes et présentation), Egeria, sammlung italienischer volkslieder, aus muendlicher ueberlteferung und fliegenden blaettern, begonnen von Wilhelm Mueller, vollendet, nach dessen tode herausgegeben und mit erlaeuternden anmerkungen versehen von dr. O.L.B. Wolff, professor am gymnasium zu Weimar / Egeria: Raccolta di poesie italiane popolari, cominciata de Guglielmo Mueller, dopo la di lui morte terminata e pubblicata da O.L.B. Wolff, Liepzig, Ernst Fleischer, (lire en ligne)
  3. « Sergio Bruni - Lo guarracino, Versione con Orchestra » [audio], sur Youtube
  4. « Sergio Bruni - Lo guarracino » [audio], sur YouTube
  5. « Lo Guarracino Murolo » [audio], sur YouTube
  6. « Cigliano Fausto - Lo guarracino » [vidéo], sur YouTube
  7. « NCCP - Lo Guarracino » [audio], sur YouTube
  8. « Accordone - 'o Guarracino », sur Youtube
  9. « Lo guarracino. Neapolis Ensemble » [audio], sur Youtube
  10. « Lo guarracino — Chants napolitains du XVIe au XVIIIe siècle par le Neapolis Ensemble [à 1h2mn45s — attention : l'énumération des espèces de poissons est tronquée] », sur France Musique,
  11. (it) « Michelangelo Fornaro.Lo Guarracino »
  12. « 'O Guarracino HD - di Michelangelo Fornaro Stop motion Animation » [vidéo], sur YouTube
  13. Pascale Lismonde, « Roberto de Simone. La chatte Cendrillonne », dans Le Goût de Naples, Paris, Mercure de France, coll. « Le Petit Mercure », , 126 p. (ISBN 978-2-7152-2392-9, notice BnF no FRBNF39010987), p. 102-104
  14. (it) « Società dei Naturalisti in Napoli Biografie di Soci illustri Arturo Palombi (1899-1986) », sur societanaturalistinapoli.it
  15. (it) Vincenzo Boccardi, « Una finestra sulla biodiversità di un ecosistema marino », Didattica Delle Scienze, La Scuola, nos 224, 5-12,‎ février 2003 (lire en ligne)
  16. Jean Guichard (notice BnF no FRBNF12002995)
  17. « Le vocabulaire italien. Vocabulaire thématique : 5d. poissons et crustacés - 2 Lo guarracino », sur italie-infos.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]