Loïc Decrauze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loïc Decrauze
Description de cette image, également commentée ci-après

Loïc Decrauze à "La Voile rouge" (Hérault) en Août 2016

Naissance 6 octobre, 1969
Tours (Indre et Loire) Drapeau de la France France.
Activité principale
Ecrivain, formateur.
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Loïc Decrauze se définit comme un diariste pamphlétaire français né le 6 octobre 1969 à Tours.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il vit quelques années de son enfance (de septembre 1978 à juillet 1981) au château d'Omiécourt (département de la Somme) occupé par Michel-Georges Micberth, période qu’il évoque dans l’article "Alain l'enChanteur et le château d'O"[1]. Au collège de Conflans-Sainte-Honorine, il découvre l’écriture grâce à un professeur de français, Jean Roncière. À partir de 1984, il rédige textes et poèmes : certains seront publiés chez l’éditeur Res Universalis[2], il n'a pas encore 18 ans. En 1988, il collabore à la revue Regards sur Micberth[3], puis prend part au premier journal télématique créé sur le site Mégalo[4]. De cette activité minitellienne naîtra l'ouvrage Micberth et les gros niqueurs [5] auquel il contribue.

En parallèle de ses études de droit à la Sorbonne-Paris I, Loïc Decrauze participe dès 1989 à la collection Monographies des villes et villages de France. De 1991 à 1993, il prend la gérance de la maison d’édition Res Universis spécialisée dans le régionalisme. Certaines de ses initiatives éditoriales sont saluées comme, en 1995, l'ouvrage Souvenirs de Saintes[6] de Robert Rivaud, préfacé par Madeleine Chapsal qui constate : « Il fallait un jeune collaborateur courageux de cet éditeur pour publier ce texte oublié même de son auteur. J'ai le préjugé, d'autres l'ont sans doute, que les jeunes dédaignent le passé qui s'est fait sans eux, pour ne s'intéresser qu'aux brumes du futur dans lequel ils comptent s'inscrire. Eh bien, certains d'entre eux, comme Loïc de Crauze, savent que la conservation (...) de notre histoire nous enrichit d'une façon si fastueuse qu'elle fait tremplin pour l'avenir. »

En plus de ses activités éditoriales, il prépare un mémoire de lettres modernes (sous la direction de Marc Dambre) publié en 1996 chez Lorisse sous le titre L’Aristocratie libertaire chez Léautaud et Micberth[7]. Il confirmera son intérêt pour l’écrivain Paul Léautaud en 2009 dans un film documentaire de Benjamin Roussel, Paul Léautaud à Fontenay-aux-Roses[8]

Installé à Lyon depuis 1998, il anime deux ans l'association Histoire locale éditrice d'ouvrages sur la région lyonnaise[9]. À partir de l’an 2000, il prend ses distances avec M.-G. Micberth, ce qu’il souligne dans l’article « Tribune libre pour Micberth en liberté »[10]. Il se tourne alors vers l’enseignement privé et la formation professionnelle.

Son Journal est publié sur Internet via des blogs : la période 1991-1999 est rassemblée sous le titre Journal à œillères et celle de 2000 à 2009 sous le titre Journal à taire. En 2010, il commence la rédaction de son Journal en retrait. En 2014 il conçoit, sur sa page tweeter, son premier acrostweet dont il donne la définition suivante : "acrostiche se prenant pour un acronyme par contrainte spatiale". Il les réunit dans son « Répertoire des noms peu communs et des non-propres ». A l'été 2016, il rend accessible le blog « Micberth alias Heïm le maudit» qui révèle "les coulisses sordides d'un anarchiste de droite".

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • Les Boyaux de la Pomme à Guillaume, Res Universalis, 1987.
  • Micberth et les gros niqueurs (ouvrage collectif), Res Universis, 1990.
  • L'Aristocratie libertaire chez Léautaud et Micberth, Lorisse, 1996.

Œuvres et articles publiés sur internet[modifier | modifier le code]

Articles sur ses écrits parus sur internet[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alain l'Enchanteur et le château d'O.
  2. Les Boyaux de la Pomme à Guillaume, Paris, Res Universalis, 1987, ISBN 2 - 904951 - 33 - 4
  3. Bimestriel, Commission paritaire n°51481
  4. Site Minitel, ancêtre d'Internet, qui succéda au site Mimi, à la fin des années 80.
  5. Paris, Res Universis, 1990, ISBN 2 - 87760 - 567 - 1
  6. Paris, Office d'édition du livre d'histoire, 1995, ISBN 2 - 84178 - 039 - 2
  7. Paris, Lorisse, 1996, ISBN 2 - 84178 - 109 - 7
  8. Paul Léautaud, un lieu, un destin. Intervenants : Philippe Barthelet, Loïc Decrauze, Philippe Delerm, Michel Déon, Isabelle Gallimard, Christian Marin, Jean Petit, Denise Rigal, Martine Sagaert.
  9. Par exemple L'enseigne à Lyon de John Grand-Carteret, Lyon, Histoire locale, 1999, ISBN 2 - 84448 - 007 - 1
  10. "Tribune libre" pour Micberth en liberté.