Llewellyn Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Llewellyn Thomas
Description de cette image, également commentée ci-après

Copenhague, 1926

Naissance
Londres, Royaume-Uni
Décès (à 88 ans)
Raleigh, Caroline du Nord, Etats-Unis
Influencé par Wallace John Eckert
Distinctions Prix Smith (1925)

Llewellyn Hilleth Thomas est un physicien et mathématicien appliqué anglais né le 21 octobre 1903 et mort le 20 avril 1992[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Londres, il a étudié à l'Université de Cambridge et a obtenu ses diplômes en 1924, 1927 et 1928. Lors d'un séjour académique en 1925-1926 à l'Institut Niels Bohr à Copenhague, il a proposé la précession de Thomas en 1926, pour expliquer la différence entre les prédictions faites par la théorie de couplage entre spin et orbite et les observations expérimentales[2]. En 1929, il est devenu professeur de physique à l'Université de l'État d'Ohio, où il est resté jusqu'en 1943. Il a épousé Naomi Estelle Frech en 1933. En 1935, il a dirigé la thèse de Leonard Schiff, qui a été publiée en collaboration avec lui. De 1943 à 1945, il a travaillé sur la balistique à l'Aberdeen Proving Ground dans le Maryland. En 1946, il est devenu un membre du groupe du laboratoire d'informatique du Thomas J. Watson Research Center à l'Université de Columbia où il est resté jusqu'en 1968. En 1958, il a été élu à l'Académie nationale des sciences (États-Unis). En 1963, il a été élu parmi les responsables du Thomas J. Watson Research Center. En 1968, il est devenu professeur à l'Université d'État de Caroline du Nord jusqu'en 1976. En 1982, il a reçu le prix Davisson et Germer. Il est mort en 1992 à Raleigh en Caroline du Nord[3].

Travaux[modifier | modifier le code]

Il est connu pour ses contributions à la physique atomique, en particulier[4]:

Son nom est aussi rattaché à une méthode d'élimination de Gauss pour les matrices tridiagonales, l'algorithme de Thomas.

En 1938, il propose de dépasser les limites relativistes de l'énergie des particules dans un cyclotron en faisant varier le champ magnétique avec le rayon et avec l'angle azimutal des trajectoires. Ce dispositif de modulation du champ magnétique par secteur est maintenant adopté dans tous les cyclotrons modernes[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Peter J. Price, Hommage à Llewellyn H. Thomas, Physics Today, septembre 1994.
  2. John David Jackson, Llewellyn Hilleth Thomas (1903-1992), Biographical Memoirs, Académie nationale des Sciences, Washington, 2009.
  3. Llewellyn Thomas, Array of Contemporary American Physicists.
  4. Llewellyn Hilleth Thomas papers (1921-1989)
  5. (en) L.H. Thomas, « The paths of ions in the cyclotron. I. Orbits in the magnetic field », Phys. Rev. Vol. 54 n°8,‎ , p. 580-588