Lizinska de Mirbel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mirbel (homonymie).
Lizinska de Mirbel
Lizinska de Mirbel.jpg

Antoine Laurent Dantan, Madame de Mirbel (1852), Amiens, musée de Picardie.

Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Cherbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Maître
Conjoint

Lizinska Aimée Zoé de Mirbel, née Rue le à Cherbourg et morte le à Paris, est une miniaturiste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayant étudié avec le peintre Jean-Baptiste Augustin, Lizinska Rue se spécialise dans le genre de la miniature où elle s’illustre, ce qui lui valut d’être nommée, sous la Restauration, peintre de la maison de Louis XVIII et de Charles X. C'est le roi Louis XVIII qui lui fait épouser le botaniste Charles-François Brisseau de Mirbel le 18 mai 1824[1].

Ses portraits, qui se distinguent par leur finesse et la correction du dessin, par la fraîcheur et l’harmonie du coloris, eurent un grand succès[2]. Elle peignit plusieurs souverains et un grand nombre de personnalités de son temps. Les suivants furent la plupart exposés à divers Salons : Charles X, Le Duc de Fitz-James (1827), Le Duc Decazes, La Princesse de Chalais, Le Comte Demidoff (1834), Louis-Philippe, La Reine des Belges (1835), Le Duc d’Orléans, Le Comte de Paris, Fanny Essler (1839), Le Général Gourgaud (1841), Mesdames Guizot et Martin du Nord, (1844), La Duchesse de Trévise (1845), La Maréchale de Reggio (1847), M. Émile de Girardin (1848), etc.

Lizinska de Mirbel a également peint des portraits à l’aquarelle. Elle a reçu trois médailles, dont une de première classe. Elle eut Louise Pauline Vaillant[3] et Sidonie Berthon pour élèves. Elle meurt à Paris le 31 août 1849, lors d'une épidémie de choléra.

Nathalie Lemoine-Bouchard révèle qu'elle aurait été une rivale de Madame du Cayla, maîtresse du souverain[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Schidlof, dans son ouvrage La Miniature en Europe, affirme que son mariage fut décidé par Louis XVIII.
  2. Ferdinand Hoefer, Nouvelle Biographie générale, t. 35-36, Paris, Firmin-Didot, 1861, p. 660.
  3. Mère du peintre Albert Besnard
  4. Nathalie Lemoine-Bouchard, Les Peintres en miniature actifs en France, 1650-1850, Éditions de l'Amateur, Paris, 2009, p. 385-387.

Liens externes[modifier | modifier le code]