Lizardite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la minéralogie
Cet article est une ébauche concernant la minéralogie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet minéraux et roches.

Lizardite
Catégorie IX : silicates[1]
Lizardite

Lizardite
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique (Mg)3Si2O5(OH)4
Identification
Couleur blanche, jaune ou vert
Système cristallin triclinique
Réseau de Bravais microcristaux
Clivage net à {001}
Habitus petites masses interstitielles
Échelle de Mohs 2,5 à 3,5
Éclat vitreux, gras ou soyeux
Propriétés chimiques
Densité 2,57
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La lizardite est un des polymorphes de la serpentine. Elle a un grain extrêmement fin et est squameuse (aussi appelé orthoantigorite) comprend une grande partie de la serpentine présente dans les marbres serpentins. Il est triclinique, a une direction de clivage parfait et peut être de couleur blanche, jaune ou vert. La lizardite est translucide, tendre (dureté 2,5) et a une densité moyenne de 2,57. Il peut être pseudomorphes à la place de l'enstatite, de l'olivine ou de pyroxènes, dans lesquels cas le nom bastite est parfois utilisé. La bastite peut avoir un lustre soyeux.


Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La lizardite est nommée ainsi d'après sa localité type.

Topotype[modifier | modifier le code]

Tregonwell Mill, Manaccan, Lizard Peninsula, Cornouaille, Royaume-Unis.


Cristallochimie[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Gîtologie[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Variétés[modifier | modifier le code]

Gisements[modifier | modifier le code]

Critères de déterminations[modifier | modifier le code]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Angeles Gavira et Peter Frances, Smithsonian Institution, Rocks and Minerals, The definitive visual guide [« Rock and Gem (2005) »], Londres, Dorling Kindersley Limited, , 364 p. (ISBN 978 1 4053 2831 9) (RoMiGuide)


Sur les autres projets Wikimedia :