Lizac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lizac
Lizac
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Canton Moissac
Intercommunalité Communauté de communes Terres de confluences
Maire
Mandat
Bernard Garguy
2014-2020
Code postal 82200
Code commune 82099
Démographie
Gentilé Lizacais
Population
municipale
507 hab. (2016 en augmentation de 0,8 % par rapport à 2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 06′ 22″ nord, 1° 11′ 15″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 168 m
Superficie 9,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Lizac

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Lizac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lizac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lizac

Lizac est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située entre Moissac et Lafrançaise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lizac est limitrophe de cinq autres communes, dont Lafrançaise en deux endroits.

Carte de la commune de Lizac et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Lizac[1]
Lafrançaise Meauzac
Moissac Lizac Lafrançaise
(enclave)
Les Barthes Labastide-du-Temple

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Tarn et son affluent le Lemboulas.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 942 hectares ; son altitude varie de 63 à 168 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la SNCF en gare de Castelsarrasin, par l'autoroute A62 et les routes départementales D 101 et D 927.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Lizacais.

Les formes anciennes sont les suivantes : Lizag, en 1085-1115, villa de Liciaco, en latin, en 1091-1092, Lizago, en 1090-1093, sancti Stephani de Liciaco, en latin, en 1096, Lizag, en 1109-1110 et en 1126, de Liciaco, en latin, en 1130, Lizac, en 1130 et en 1200, Lisiaco, en latin, en 1202 e 1212, Sancti Stephani de Lizaco, en latin, en 1240, Lizaco, Lhisaco, en latin, en 1268, Lizacum, en latin, en 1270, mansis de Lisaco, en latin, en 1271, capellania de Lhisaco, en latin, en 1326 et vers 1400, Lizac, en 1526, Sanctus Martialis de Lizaco, aliter de Liciaco, en latin, en 1580, Sancti Martialis de Lizaco, en latin, en 1640. Le nom de Lizac devrait venir d'un nom latin d'homme *Lisius, pas attesté, avec le sufixe gaulois -āco(n) (selon Dauzat, Nègre, puis Burgan et Lafon)[3],[4], ou d'un nom gaulois d'homme Lētios, selon Delamarre (Letius, « le gris », attesté)[5]. De toute façon, Lizac était probablement un ancien grand domaine antique qui avait comme maître *Lisius ou Lētios.

Sancti Stephani est le nom d'une ancienne église Saint-Étienne, disparue. Sancti Martialis représente l'église plus récente et celle actuelle, Saint-Martial. Les formes Lizag, avec finale sonore, représentent une ancienne prononciation[3] : L... -āco(n) > Lizago (sonorisation de la sourde [-k-] en position intervocalique) > Lizag (amuïssement de la finale atone) > Lizac (assourdissement des finales consonantiques sonores). La finale -g peut rester quelque temps dans l'écriture après son assourdissement effectif.

Signalons une étymologie populaire (voir paragraphe suivant) : le nom est censé venir de la lisa ['lizɔ], « limon, boue ».

Histoire[modifier | modifier le code]

L’étymologie (populaire) parle d’elle-même : ce village est un enfant de la lise, terre fertile et limoneuse du Tarn généreux, pourvoyeuse séculaire de fruits charnus et de ceps enviés. Si une ancienne occupation préhistorique puis gallo-romaine du site est attestée, c’est au Moyen Âge que le bourg prend son essor au milieu de marais relativement insalubres assainis par des moines. La terre, fécondée par la rivière, au gré des crues, se pare à l’envi de blés dans la plaine ; tandis que les coteaux se couvrent peu à peu de vignes bariolées. Symbiose excellente qui se parachève avec un XIXe siècle triomphal, qui est couronné le 3 novembre 1863 par une accession, difficile mais méritée, à l’indépendance sous l’égide de la famille De Saint Cirq : la simple paroisse Saint-Martial de Lizac devient commune coupant résolument le double cordon ombilical qui la reliait administrativement à Moissac et à Lafrançaise.

Avec le XXe siècle, Lizac semble prendre le parti des mutations tous azimuts : la rivière prend moins d'importance ; on la délaisse d’autant plus que les inondations de 1930 ont fait des ravages. Les orpailleurs ont quitté les lieux et les passeurs qui rendaient si proches les communes de l’autre rive ne sont plus, laissant la place aux touristes. On se tourne désormais, le réseau routier et le chasselas aidant, vers la capitale économique, vers Moissac. En 1994, un jumelage avec la bretonne Quelneuc, rendue indépendante la même année, semble venir couronner le millénaire, parachevant ainsi une volonté non dissimulée de marier tradition et modernité dans un élargissement inexorable, mais nécessaire d’horizons restés jusque-là un peu limités.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 100 et 499, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de onze[6],[7].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la deuxième circonscription de Tarn-et-Garonne de la communauté de communes Terres des Confluences et du canton de Moissac (avant le redécoupage départemental de 2014, Lizac faisait partie du canton de Moissac-2).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1863 1874 Bernard Falguieres    
1874 1876 Antoine Belloc    
1876 1878 Bernard Falguieres    
1878 1884 Raymond Nougayrede    
1884 1892 Bernard Falguieres    
1892 1937 Eugène Falguieres    
1937 1977 Frédéric Saintemarie    
1977 mars 2001 Maurice Chauderon    
mars 2001 mars 2008 Guy Tauriac    
mars 2008 En cours Bernard Garguy PRG Cadre supérieur
[8]Président de la Communauté de communes
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2016, la commune comptait 507 habitants[Note 1], en augmentation de 0,8 % par rapport à 2011 (Tarn-et-Garonne : +5,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
769758705628602577585547560
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
550520525590531489506472455
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2016 -
418445452414439482501507-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 86 106 83 89 94 99 99 97
Nombre de communes du département 195 195 195 195 195 195 195 195

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lizac fait partie de l'académie de Toulouse.

École communale de type alsacien (reconstruction suite aux inondations de 1930).

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Salle des fêtes polyvalente,

Lieu de tournage du film Le Lieu du crime.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, pêche,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martial.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. a et b Paul Burgan, André Lafon, Toponymie du Tarn-et-Garonne, Association Antonin Perbosc, 2006, p. 193
  4. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des Noms de Lieux en France, Librairie Guénégaud, réédition 1984, p. 400, à Lézan
  5. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, Éd. Errance, 2012, p. 175, 300 et 353
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031416.html.
  8. http://abonnes.lemonde.fr/languedoc-roussillon-midi-pyrenees/tarn-et-garonne,82/lizac,82099/
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).