Liutbert de Mayence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant allemand
Cet article est une ébauche concernant un homme politique allemand.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Liutbert († 888) fut archevêque de Cologne (842), puis archevêque de Mayence (863), abbé d'Ellwangen (Jagst) (874) et chancelier d'empire (887).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 870, Liutbert devient chapelain de Louis le Germanique puis de Louis le Jeune de 876 à 882[1]. D'après les Annales de Metz, Liutbert intronisa en 870 son successeur à Cologne, l'archevêque Willibert[2]. En 871, les Moraves se soulèvent contre la tutelle franque et les Sorabes leur emboîtent le pas le long de l'Elbe. Liutbert à la tête d'une armée les défait le long de la Waldaha (ou Moldau)[3].

Liutbert ne peut toutefois préserver sa position à la cour sous le règne de Charles III le Gros, et Liutward de Verceil prend sa succession[4]. Par suite de sa disgrâce de 882, Liubert devient un adversaire déclaré de Louis le Gros et s'oppose au projet du souverain de faire de son bâtard Bernard son héritier[5].

En 883, alors que les Vikings remontent le cours du Rhin et pillent la vallée, Liutbert les attaque et reprend leur butin[6]. Il reconstruit Cologne, qu'ils avaient incendiée. À la fin de l'année 884, les Vikings attaquent en Francie occidentale et passent l'hiver à Hesbaye. Au début de 885, Liutbert, avec Henri de Franconie et Charles le Gros les attaque par surprise et les force à fuir[7].

Au début de 887, Charles le Gros est contraint par les barons Alamans de démettre Liutward et de rappeler Liutbert à la chancellerie[8]. En 887, lorsqu’à la diète de Tribur les comtes déposent Charles III le Gros et proclament Arnulf de Carinthie comme nouveau Roi de Germanie, Liutbert vient supplier Arnulf de pourvoir à la subsistance de son oncle déchu[9].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les Annales Fuldenses ont été composées par Liutbert à partir des années 860, et de 882 à 887 (chronique appelée « continuation de Mayence ») il en a supervisé la rédaction[10]. On a suggéré que les portraits de Liutbert et de Liutward donnés dans les Annales de Mayence évoquaient les personnages de Mordecai et d’Haman dans le Livre d'Esther[11].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geneviève Bührer-Thierry, L’Europe Carolingienne 714-888, SEDES, , 192 p. (ISBN 2-7181-9058-2)
  • The Annals of Fulda (trad. Timothy Reuter), vol. II, Manchester, Manchester University Press, coll. « Manchester Medieval series, Ninth-Century Histories », (lire en ligne)
  • Timothy Reuter, Germany in the Early Middle Ages 800-1056, New York, Longman,
  • Simon MacLean, Kingship and Politics in the Late Ninth Century : Charles the Fat and the end of the Carolingian Empire. Cambridge University Press (2003).
  • James Westfall Thompson, Feudal Germany, Volume II. New York : Frederick Ungar Publishing Co., 1928.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. MacLean, p. 25.
  2. L'art de vérifier les dates... de Nicolas Vigton de Saint-Allais
  3. Thompson, 614.
  4. Dans une lettre datée de 882 à Weissenburg, Liutbert persiste toutefois à se faire appeler « archichapelain », ce qui montre qu'il n'accepte pas sa disgrâce : cf. MacLean, p.26.
  5. Cf. MacLean, p. 130.
  6. MacLean, pp. 38-39.
  7. Cf. Reuter, Germany, p. 106 et 118 ; MacLean, pp.44–45.
  8. Cf. Reuter, Germany, p. 119.
  9. J.C.L. Sismonde de Sismondi, Histoire de la chute de l'Empire Romain et du déclin de la civilisation de l'an 230 à l'an 1000, vol. 1, Bruxelles, Grégoir, Wouters et Cie, (lire en ligne), p. 153
  10. MacLean, p. 25. Reuter, AF, 8–9.
  11. Geneviève Bührer-Thierry : L'europe Carolingienne - 714-888.