Litchi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Litchi chinensis

Le Litchi de Chine (Litchi chinensis), ou plus simplement Litchi, ou Letchi, est un arbre fruitier de la famille des Sapindaceae, qui produit le fruit comestible du même nom. Cet arbre tropical est la seule espèce du genre Litchi.

L'arbre est originaire des provinces du Guangdong, Fujian et du Yunnan de la Chine où sa culture est attestée depuis plus de 2 100 ans[1]. La partie consommée est l'arille juteux qui entoure une graine unique. Le litchi ressemble, par sa structure, à d'autres fruits tropicaux de la même famille : le longane (ou longani), le ramboutan (ou « litchi chevelu »), le quenettier. Le litchi est le plus important sur le plan économique.

Originaire du Sud-Est de la Chine et d’Asie du Sud-Est, la sous-espèce chinensis a été introduite pour la production fruitière dans d'autres régions tropicales comme au Cambodge, en Inde, au Vietnam, à Madagascar, en Thaïlande, à Hawaii, à La Réunion (où le fruit est appelé letchi et l'arbre pied de letchi), à Mayotte, à Maurice, aux Comores, en Nouvelle-Calédonie (réputée pour ses letchis de Houaïlou), en Martinique et en Guadeloupe, où il reste rare et où les difficultés d’acclimatation ne permettent qu’une maigre récolte à peu près tous les 5 ans, au Brésil dans l'État de São Pauloetc.

La Chine est le principal pays producteur, suivie de loin par l’Inde, le Vietnam, Taïwan, et Madagascar.

Dans l’hémisphère nord, les litchis sont consommés en Asie à la saison chaude, à leur époque de production en mai-juin-juillet, alors qu’en Europe, ils sont consommés à la saison froide au moment des fêtes de fin d’année, approvisionnées par des fruits importés de l’hémisphère sud.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot français litchi est un emprunt au chinois : 荔枝 ; pinyin : lìzhī ; cantonais Jyutping : lai6 zi1, par l’intermédiaire des récits de voyage portugais et espagnols où il est attesté sous la forme lechia, respectivement en 1541 et 1585[2]. En français, on le relève d’abord en 1588 sous la forme lechia dans une traduction de l’espagnol, puis en 1665 sous la forme li-ci, dans une traduction du latin[3],[4] (voir ci-dessous la planche de Flora Sinensis), et en 1696, sous la forme létchi et enfin litchi (1721).

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Litchi.
Illustration de P. Sonnerat

Le naturaliste Pierre Sonnerat, au retour d’un voyage en Asie de 1774 à 1781, publie un ouvrage où il rassemble toutes les observations qu’il a pu faire sur place. Le Voyage aux Indes orientales et à la Chine (1782) connaitra un immense succès de librairie. Cet ouvrage offre la première description scientifique de nombreuses espèces animales et végétales dont celle d’un arbre fruitier qu’il nomme Litchi chinensis[5].

Synonymes[modifier | modifier le code]

Selon Tropicos[6], les synonymes sont des descriptions postérieures à celle de Sonnerat:

  • Dimocarpus lichi João de Loureiro, 1790
  • Litchi chinensis var. euspontanea H.H. Hsue, 1983
  • Nephelium chinense (Sonn.) Druce, 1917
  • Nephelium litchi Cambess., 1829
  • Scytalia chinensis (Sonn.) Gaertner, 1788

Dénominations[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

L'arbre[modifier | modifier le code]

Feuille pennée caractéristique
Silhouette ronde de l'arbre
Inflorescences de litchi
Écorce lisse mais de surface très irrégulière au niveau du tronc

Le litchier est un arbre à feuilles persistantes, de taille moyenne qui peut atteindre une hauteur de 15 à 20 m[18] voire 30 m[19]. La silhouette générale est assez ronde, le feuillage est dense et bien couvrant. Le tronc est souvent ramifié à faible hauteur du sol. L'écorce est grisâtre, lisse mais la surface du tronc est très irrégulière, côtelée ou cannelée.

Il possède des feuilles composées, alternes, de 15 à 25 cm de long. Elles sont paripennées, ce qui signifie qu'elles sont formées d'un nombre pair de folioles et qu'il n'y en a pas une en position terminale. Les folioles, au nombre de deux à huit par feuille, mesurent chacune de 6 à 15 cm de longueur sur 2 à 4 cm de large. Le limbe est lancéolés ou ovales-lancéolés[20]. Le dessus du limbe est d'un vert assez foncé et d'aspect vernissé, le dessous est plutôt grisâtre et d'aspect mat. Avant d'atteindre cette coloration à plein développement, les jeunes feuilles présentent une teinte rouge cuivré brillant puis vert tendre.

Les inflorescences terminales sont des thyrses (grappes de cymes), dressés pouvant atteindre 30 cm de long, très ramifiées. Les fleurs sont de petite taille (4 à 5 mm de diamètre chacune) et de couleur blanc rosâtre à blanc verdâtre, sans pétale. L’espèce est monoïque: les fleurs sont unisexuées soit mâles et comportant de 6 à 8 étamines entourant un carpelle stérile, soit femelles et formées d’un ovaire courtement pétiolé, à 2 (ou 3) loges, avec un ovule par loge[21], et 6 staminodes (étamines atrophiées)[20]. La fécondation est assurée par les insectes, principalement par les abeilles (Apis mellifera, A. dorsata, A. cerana indica, A. florea), les mouches et les guêpes. La pollinisation par les abeilles domestiques est un moyen efficace pour améliorer le rendement et la qualité des fruits [22].

Le fruit[modifier | modifier le code]

Le fruit est globuleux - une sphère ou sphéroïde - de 3 à 4 cm de diamètre, parfois un peu en forme de cœur, entourée d'une enveloppe assez coriace d'aspect écailleux qui prend une couleur rose à rouge à maturité. Il est profondément divisé en 2 ou 3 schizocarpes, généralement seulement 1 ou 2 développés, ovoïdes ou subglobuleux[20].

Sur la photo du centre, ci-dessous, on voit 3 schizocarpes différents: 1) avec 2 méricarpes bien développés, 2) avec un des deux méricarpes atrophié 3) ou disparu. Généralement, sur les deux ovules présents dans l’ovaire, un seul est fonctionnel, l’autre dégénère plus ou moins.

Les fruits sont portés par des grappes pendantes. Chaque grappe compte de quelques unités à quelques dizaines de litchis. Après cueillette, la coque brunit assez rapidement mais la saveur et la qualité du fruit se maintiennent au-delà de ce brunissement.

L'intérieur du fruit contient une partie pulpeuse, de couleur blanc vitreux, parfumée et juteuse, riche en vitamine C, qui est en fait un arille, une excroissance produite au niveau de la bordure du hile, la cicatrice nourricière de la graine.

Bien qu'il lui ressemble, le litchi n'est donc pas une drupe car le mésocarpe, au lieu d'être développé et charnu, ne forme que la mince pellicule médiane de la coque.

Au centre du fruit se trouve la graine unique, de forme oblongue, de couleur brun vernissé, qui ressemble à un petit marron d'Inde allongé. Cette graine est toxique et ne doit pas être consommée.

Sous-espèces et variétés[modifier | modifier le code]

Litchi: feuilles, fruits, fleurs

Il existe trois sous-espèces de Litchi chinensis[23]

  • Litchi chinensis subsp. chinensis, originaire du Sud de la Chine et de l’Indochine ; c’est le litchi commun cultivé ; feuilles à 4 à 8 folioles (rarement 2), rameaux minces, fruits lisses ou avec des tubercules de 2 mm ;
  • Litchi chinensis subsp. philippinensis (Radlk.) Leenh., originaire des Philippines (où elle est commune mais rarement cultivée) et de Papouasie-Nouvelle-Guinée (Indonésie) ; les feuilles ont 2 à 4 folioles (rarement 6), les rameaux sont plus minces, les fleurs ont 7 étamines parfois 6, les fruits sont allongés munis de tubercules atteignant 3 mm
  • Litchi chinensis subsp. javensis Leenh., originaire de l’île de Java, à fruits presque lisses et arille plus fin, et rameaux plus épais ; elle est cultivée dans l’ouest de Java et le sud de l’Indochine[24].

Divers cultivars ont été développés. Ils sont généralement multipliés par marcottage. Les cultivars ont été sélectionnés pour la petitesse de leur noyau, l’abondance et la douceur de leur pulpe comestible.

Les Chinois qui cultivent le litchi depuis des siècles, possèdent une dizaine de cultivars importants[20]. Parmi ceux-ci, les meilleurs sont 桂味 guìwèi , « Parfum d’osmanthe », et 糯米糍 nuòmǐcí « Galette de riz gluant », cultivés dans les environs de Canton, à maturité début juillet. La variété la plus précoce est 三月红 sanyuehong « Rouge du 3e mois », à maturité le troisième mois lunaire (sanyue). Sans oublié 妃子笑 Fēizixiào « Sourire de la concubine », un clin d’œil aux vers célèbres de Du Mu 骑红尘妃子笑,无人知是荔枝来 « À la poussière rouge soulevée par les cavaliers, la concubine sourit, personne ne sait que les litchi arrivent » (voir ci-dessous la section histoire).

Distribution[modifier | modifier le code]

L’espèce est originaire de la Chine du Sud-Est, du Laos, de la Malaisie, de la Thaïlande, du Vietnam, de Java, des Philippines et de Nouvelle Guinée[23].

Elle a été introduite au Bangladesh, Cambodge, Himalaya oriental, Inde, île Maurice, La Réunion etc.

Histoire culturelle[modifier | modifier le code]

par des Chinois[modifier | modifier le code]

Yang Guifei,
la Beauté sublime.

La première mention textuelle du litchi se trouve dans une œuvre poétique de Sima Xiangru 司马相如 (-179 ; -117) intitulée Shanglin fu 上林賦 portant sur la réserve impériale de chasse de l’empereur Han Wudi[25],[1]. L’arbre est désigné par les deux caractères 离支 lízhī, homophone du terme moderne 荔枝 lìzhī (sauf pour le ton de la première syllabe). La morphologie de 离支 est « laisser.rameau » parce que les anciens récoltaient le fruit avec le rameau qui le porte, afin de prolonger sa période de fraicheur. Sinon « séparé de son rameau, le fruit en un jour change de couleur, en deux jours il change son parfum et en trois jours il change de goût » dira le poète Bai Juyi.

Pour les Chinois, le litchi évoque aussitôt le cliché de « la concubine Yang Guifei mangeant des litchis », associé à des poèmes de Du Mu 杜牧 et de Su Shi 苏轼. L’extraordinaire beauté de Yang Guifei 杨贵妃 (VIIIe siècle), la concubine favorite de l'empereur Xuanzong de la dynastie Tang, ne pouvait venir que par « sympathie mimétique » des litchis qu’elle adorait manger. En effet, en s’en régalant, sa peau allait garder le parfum et la fraîcheur des fruits et son teint devenir semblable à la blancheur translucide de la pulpe[n 1]. Les fruits ne poussaient que dans le sud de la Chine, et disait-on, étaient livrés par les messagers impériaux qui se relayaient à cheval jour et nuit pour apporter la précieuse denrée à la capitale Chang'an[24]. Le poète Du Mu (IXe siècle) a évoqué cette histoire dans les vers célèbres « À la poussière rouge soulevée par les cavaliers, la concubine sourit, personne ne sait que les litchi arrivent »[n 2].

Sous les Song du Nord, le poète Su Shi (1037-1101), qui vivait plus de trois siècles après Yang Guifei, fut exilé à Lingnan (en), un pays reculé à l'extrême sud-est de la Chine, considéré par la cour impériale comme une terre barbare tropicale. Fin gourmet, Su Shi lorsqu'il mangea des litchis pour la première fois, connut comme une révélation. Il produisit sur le champ un poème pour célébrer les litchis, avec deux vers très célèbres, devenus une référence littéraire toujours citée « Si je mange 300 litchis par jour, je suis prêt à vivre à Lingnan pour toujours »[n 3]. Dans le poème « Lamentation des litchis » 荔枝叹, Su Shi dénonce la cruauté du pouvoir, prêt à sacrifier des vies humaines pour satisfaire les caprices de la concubine favorite[26],[27]:

Encore dix li, et une auberge baignée de poussière, 十里一置飞尘灰
Encore cinq li, et un relais de poste pour activer les coursiers 五里一堠兵火催
Comme des mouches, meurent les hommes au bord des routes... 颠坑仆谷相枕藉...
Tout cela pour conquérir un sourire de la Beauté du Palais 宫中美人一破颜
Même au prix du sang et d’une souffrance inoubliable... 惊尘溅血流千载 ...

Depuis des siècles, on a débattu pour savoir d’où venaient les litchis consommés par la concubine Yang. Certains historiens ont remarqué que les litchis pouvaient provenir du pays de Shu (Sichuan), situé à environ 1 000 kilomètres (2 000 li) de la capitale, mais s’ils provenaient de Lingnan 岭南 à l’extrême sud-est du pays, où était relégué Su Shi, c’était deux fois plus loin et donc très peu vraisemblable[27].

Sous les Song (960-1279), le haut fonctionnaire Cai Xiang 蔡襄 publie la première monographie consacrée au litchi : 荔枝譜 Lìzhī pǔ[28]. Il existe 32 variétés réputées de litchi. Elles sont produites dans les quatre pays de le côte.

En 1593, le médecin Li Shizhen donne un ouvrage de matière médicale magistral, qui se propose de reprendre tout le savoir médical accumulé au cours de la longue tradition des bencao (matière médicale), complété par le savoir encyclopédiste non médical des meilleurs spécialistes. Dans la longue notice sur le litchi[29], il indique que l’arbre pousse dans le sud du pays et qu’il a commencé à être récolté et cultivé sous la dynastie Han.

par des Européens[modifier | modifier le code]

Li-ci 荔枝
Planche de Flora Sinensis (1656), de Michał Boym.

La première mention connue du litchi par un Européen est celle rapportée par Michał Boym (ca.16121659), un jésuite polonais missionnaire en Chine, naturaliste et géographe, dans son ouvrage en latin Flora Sinensis[3]. Dans la traduction en français de l’ouvrage en 1696, il est dit « Les Chinois des Provinces Australes font sécher ces fruits,& les transportent durant l’Hiver dans d’autres Provinces ; ils font aussi un vin fort agréable...ils meurissent au mois de Juin et Juillet, la poudre de leur noyaux est en usage dans leur médecine » (Flora sinensis, ou traité des Fleurs, des Fruits, des Plantes et des Animaux, particuliers à la Chine, œuvre située à la fin de du recueil Relations de divers voyages curieux[4]).

Un autre missionnaire jésuite, le père d'Incarville, collectera le litchi et l'enverra dans un herbier à Bernard de Jussieu en 1740.

Le litchi a été ensuite décrit en 1782 par Pierre Sonnerat au retour de son voyage en Asie du Sud-Est et en Chine.

Il a été introduit à La Réunion en 1764 par Pierre Poivre et Joseph-François Charpentier de Cossigny de Palma. Sur l'île de la Réunion, on l'appelle letchi où cette ancienne prononciation a été conservée. De là, il fut planté à Madagascar, qui est devenu un des plus grands producteurs de litchis.

Production[modifier | modifier le code]

Tri des litchis à Hainan (Chine)
Production de litchis[24]
(2000-2009 en tonnes)
Chine 1 450 000
Inde 429 000
Vietnam 156 000
Taïwan 109 000
Madagascar 100 000
Thaïland 43 000
Mexique 16 000
Afrique du Sud 15 000
Népal 14 000
Bangladesh 13 000
La Réunion 12 000
Australie 6 000
Maurice 4 000

Le litchi originaire de Chine est maintenant l’objet d’une culture commerciale dans plus de 20 pays. La sous-espèce Litchi chinensis subsp. chinensis est la seule à être cultivée[30]. Les litchis les plus réputés sont ceux de la province du Guangdong.

La Chine est le principal pays producteur et exportateur, suivie par l’Inde, le Vietnam, Taiwan et Madagascar. Les litchis sont également cultivés aujourd'hui en Afrique du Sud, à La Réunion et, en grande quantité, à Madagascar, pays dans lequel la majeure partie de la production est exportée en France. Il est également important de noter une production notable de litchis en Nouvelle-Calédonie, particulièrement dans la région de Houaïlou, dans le nord de l'île, où a lieu tous les ans la Fête du letchi. Organisée au mois de décembre, pendant la saison chaude, la fête accueille en général entre 1 000 et 2 500 visiteurs.

En 2020, la production totale estimée de litchi en Chine est d'environ 2,55 millions de tonnes, en hausse de 11,3 % par rapport à 2019 et à peu près égale à la production de 2018 (environ 2,6 millions de tonnes) [31]. La Chine exporte une partie de sa production vers la Malaisie et les États-Unis[32].

La surface cultivée des litchis est estimée à 533 000 ha. Entre les latitudes de 19° et 24 ° N, les provinces productrices chinoises sont: le Guangdong, Guangxi, Fujian, Hainan, Yunnan et Guizhou, quoique au Sichuan, en raison d’un micro-climat particulier dans les xian de Yibin et Dukau, à des latitudes de 28–29 ° N, des litchis soient cultivés[33]. De 1949 à 1982, la production annuelle chinoise était très modeste, environ 40 000 tonnes. Après la réforme économique chinoise des années 1980 de Deng Xiaoping, la production connut une croissance exponentielle.

En Inde, 721 000 tonnes de litchis ont été produits en 2019, sur 96 000 ha. La production se fait principalement dans le Bihar (80 %) puis dans le Jharkhand, le Chhattisgarh, et l’Assam[34],[32].

Pour la saison 2018-2019, 80 % des importations européennes du fruit proviennent de Madagascar, ce qui représente un quart des 100 000 tonnes produits annuellement par le pays. Le fruit calibré est acheté 20 centimes le kg dans les ports de Madagascar. À Marseille, les grossistes au sortir du navire le vendent 3 euros le kilogramme. Il existe un apport accessoire de l'île Maurice, de La Réunion. Le litchi d'Afrique du Sud qui ne peut produire avant les fêtes de Noël n'arrive sur le marché européen qu'en janvier. Le fret est maritime pour environ 95 %, en navire frigorifique ; il est complété par des expéditions aériennes de fruits frais cueillis à pleine maturité, les productions mauriciennes et réunionnaises étant ainsi exclusivement acheminées par avion[35].

Les litchis asiatiques arrivent à maturité en mai-juin-juillet mais grâce aux cultivars plus ou moins précoces, il est possible d’en avoir d’avril à août. Ils sont donc consommés en Asie à la saison chaude. Dans l’hémisphère sud, comme à Madagascar, la saison de la récolte est de novembre à février. Ils sont donc consommés en Europe, dans la saison froide. Le marché européen est approvisionné de novembre à février. La consommation passe par deux pics : les fêtes de fin d’année et le Nouvel an chinois.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Fruits[modifier | modifier le code]

Culture de litchis sur une coulée de lave (Hainan)

Les fruits sont consommables crus, cueillis à maturité.

Comme celle des cerises, la production des litchis, que l'on appelle parfois « cerises de Chine », est saisonnière : en juin-juillet dans l'hémisphère nord, en décembre-janvier dans l'hémisphère sud. Juteux, sucrés, doux et agréablement parfumés, faciles à décortiquer et à déguster en une ou deux bouchées, les litchis sont des fruits qui sont généralement appréciés d'un grand nombre de personnes.

Après cueillette les litchis conservent leur bel aspect rouge assez peu de temps. Exposés à la chaleur et à la lumière, ils brunissent en quelques heures ce qui les rend moins attractifs quoique encore très savoureux. Pour prolonger la tenue des fruits, ils sont cueillis en grappes avec branches et feuillages et protégés de l'exposition au soleil. À La Réunion, les branchages sont ainsi fourrés dans de grands ballots en tissage grossier de vacoa et les marchands ne les sortent pour les placer sur leurs étals qu'au fur et à mesure de la vente[36]. Les litchis se conservent bien pendant plusieurs jours s'ils sont enveloppés dans du papier et placés au réfrigérateur.

Pour l'exportation, les litchis sont généralement conditionnés dans des cartons et maintenus au frais, ce qui suffit à une bonne conservation de quelques jours dans le cadre d'expéditions rapides. Les meilleurs fruits sont ceux qui sont cueillis à maturité. Les fruits de bas de gamme que l'on trouve en masse sur les marchés européens sont souvent cueillis encore trop verts, ils sont plus aptes à voyager mais ils conservent une très forte acidité. La prolongation de la durée de conservation et de la coloration est parfois obtenue par fumigation à l'anhydride sulfureux suivi d'un trempage dans un bain acide, mais ce traitement actuellement légal fait l'objet de sérieuses réserves pour la santé publique[37].

Les litchis se prêtent bien à la congélation. On peut congeler soit les fruits entiers, soit seulement la pulpe. On trouve aussi abondamment des litchis au sirop en conserve appertisée.

Si les litchis sont d'abord appréciés frais et nature, ils peuvent être accommodés en cuisine de nombreuses manières : crus dans des salades de fruits, cuits en pâtisserie ou en accompagnement de viandes.

Ils sont à la base de diverses préparations : sorbets, confitures, jus de fruit,... De nombreuses marques proposent également des canettes de thé glacé aromatisé au jus de litchi et même certains brasseurs, notamment à La Réunion[38], ont élaboré des bières de Noël parfumées au litchi.

Les pulpes de litchi peuvent servir à confectionner un rhum arrangé par simple macération dans le rhum.

Le jus de litchi peut être transformé en vin de litchi. Michał Boym en 1656 signalait déjà cette pratique en Chine[39].

Enfin la méthode traditionnelle chinoise de conservation des litchis est de les faire sécher. Ils constituent alors une friandise populaire très appréciée et sont par exemple utilisés pour sucrer le thé.

Valeur nutritionnelle et toxicité[modifier | modifier le code]

Litchi, pulpe crue
Valeur nutritionnelle moyenne
pour 100 g
Apport énergétique
Joules 344 kJ
(Calories) (81 kcal)
Principaux composants
Glucides 16,1 g
Amidon ? g
Sucres 15,7 g
Fibres alimentaires 2 g
Protéines 1,13 g
Lipides <0,5 g
Eau 80,5 g
Cendres totales 0,43 g
Minéraux et oligo-éléments
Calcium 3,6 mg
Cuivre 0,2 mg
Fer 0,26 mg
Iode <0,02 mg
Magnésium 18 mg
Manganèse 0,1 mg
Phosphore 27 mg
Potassium 200 mg
Sélénium <0,02 mg
Sodium <5 mg
Zinc 0,23 mg
Vitamines
Vitamine B1 <0,015 mg
Vitamine B2 <0,01 mg
Vitamine B3 (ou PP) 1,06 mg
Vitamine B5 0,055 mg
Vitamine B6 0,12 mg
Vitamine B9 28,3 mg
Vitamine C 19,2 mg
Vitamine E <0,08 mg
Acides aminés
Acides gras

Source : Table Ciqual de l’anses[40]

Le litchi est un fruit riche en vitamine C, en vitamine B9 et en glucides[41].

Une étude du Lancet a révélé que la consommation de litchi par une personne n'ayant pas mangé la veille pouvait être toxique et provoquer une encéphalopathie, en raison de la présence dans le fruit d'hypoglycine A et de MCPG (méthylènecyclopropyl glycine), des molécules aggravant l'hypoglycémie[42].

Miel[modifier | modifier le code]

Le litchi est une plante mellifère de qualité. La fécondation des fleurs est assurée par les abeilles. L'installation de ruchers à proximité de vergers de litchis permet à la fois d'améliorer la production fruitière et de récolter un miel de litchi, à la saveur douce et délicatement parfumée.

Bois[modifier | modifier le code]

Le bois de litchi, malgré ses formes souvent irrégulières et sa dureté qui le rend difficile à travailler, est recherché par les ébénistes et les tourneurs pour la finesse de son grain et sa coloration chaleureuse. Il sert à fabriquer meubles et objets divers.

Usages médicinaux[modifier | modifier le code]

Les litchis contiennent une levure nommée Saccharomyces boulardii qui peut maintenir et restaurer la flore intestinale du gros intestin ainsi que celle de l'intestin grêle. Le litchi peut donc avoir un effet probiotique.

Les graines qui contiennent des saponosides et sont riches en acides gras cyclopropaniques sont également reconnues dans la pharmacopée chinoise. Elles sont est recommandées pour leurs propriétés astringentes, antalgiques, stomachiques (douleurs gastriques, transit intestinal) et tonique.

Semen Litchi 荔枝核 lizhihe

La Pharmacopée chinoise moderne[43] indique la poudre du noyau de litchi

  • Fonctions
    • Active le flux du qi et calme la douleur.
    • Réchauffe l’abdomen et chasse le froid.
    • Dissipe la stagnation.
  • Indications
    • Distension douloureuse du bas-ventre.
    • Douleurs testiculaire et hernie inguinale.

Culture[modifier | modifier le code]

Germination de litchi
Noyau de Litchi et racine principale

Le litchi nécessite un environnement humide et le substrat ne doit jamais être entièrement sec. La plante est très sensible au manque d'eau. Il est possible de cultiver le litchi en plantant deux clous au sommet d'un noyau (en veillant à ne pas l'endommager trop en profondeur) et en mettant la base du noyau dans l'eau. La racine sort du côté plat du noyau au bout de quelques semaines. L'eau doit être changée régulièrement et la racine peut mettre plusieurs mois avant de vraiment démarrer sa croissance. On peut ensuite transplanter le noyau dans un substrat aéré et humide. La racine étant très fragile, il faut bien faire attention lors de cette opération.

Les fruits n'apparaissent qu'après 4 à 5 ans. On peut également faire germer des litchis dans un pot en plastique avec du coton humide. Une fois que la graine a germé, la planter dans un pot de terreau à l'abri du froid et avec beaucoup d'humidité et de soleil.

La production des fruits est sensible à l'alternance bisannuelle, la floraison étant contrôlée par des phytohormones cycliques et sensible aux températures diurnes[44].

Conservation et traitement industriel des fruits[modifier | modifier le code]

Conservation[modifier | modifier le code]

La température optimale pour la conservation est °C, avec une marge à 10 °C selon le cultivar et la durée de stockage voulue. Les agents pathogènes causant la pourriture incluent: Alternaria sp., Aspergillus sp., Botryodiplodia sp., Colletotrichum sp. et des levures variées. Le contrôle de la pourriture peut être effectué en réduisant les dégâts physiques des fruits et en assurant un refroidissement rapide et en maintenant la température et l’humidité relative optimales (90-95 %) durant la commercialisation du litchi. Maintenir une humidité relative élevée est essentiel pour la réduction de la perte en eau et le brunissement, qui est le symptôme majeur de détérioration. D’autres traitements de contrôle de la pourriture sous considération incluent l’utilisation d’atmosphère enrichie en 10-15 % de CO2 et la lutte biologique.

Traitements industriels[modifier | modifier le code]

Le blanchissement par fumigation au SO2 suivi par une immersion dans de l’acide chlorhydrique dilué peut préserver la couleur des litchis ; cependant, ce traitement peut causer un après-goût indésirable et n’est pas autorisé dans le cas des litchis commercialisés aux États-Unis. L’irradiation à 0,3 kGy peut être utilisée pour la désinfestation contre les insectes sans effet néfaste sur les litchis. L’exposition à une chaleur de 45 °C pendant 30 minutes peut être utilisée pour contrôler quelques insectes des litchis. Des températures plus élevées et/ou des durées d’exposition plus longues sont néfastes pour le fruit.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Nephelium litchi Cambess.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Fabrice Le Bellec, Valérie Renard-Le Bellec, Le grand livre des fruits tropicaux, CIRAD et éditions Orphie, éditions 1997 et 1999 (ISBN 2-87763-050-1), nouvelle édition 2007 (ISBN 978-2-87763-377-2)
  • Fabrice et Valérie Le Bellec, Le verger tropical : Cultiver les arbres fruitiers, Saint-Denis (Réunion), Orphie, , 266 p. (ISBN 978-2-87763-384-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans la première pharmacopée chinoise, le Shennong bencao jing, le principe de magie sympathique, permet d’expliquer l’efficacité de nombreux remèdes, cf. Histoire de l'utilisation du musc.
  2. 一骑红尘妃子笑,无人知是荔枝来
  3. 日啖荔枝三百顆,不辭長作嶺南人, Rì dàn lìzhī sānbǎi kē, bùcí zhǎng zuò lǐngnán rén ; voir Poème de Su Shi 《惠州一絕》

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) FAO : d'après Xuming Huang in Lychee production in China, citant un registre royal de la dynastie Han en 111 av J.C.
  2. Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française (tome I, II), Le Robert,
  3. a et b Michael Boym, Flora Sinensis, fructus floresque humillime porrigens, Rictius Matthaeus, imprimeur à Vienne, (lire en ligne).
  4. a et b Thévenot, Melchisédec, 1620-1692; Moette, Thomas, Relations de divers voyages curieux : qui n'ont point esté publiées, est qu'on a traduit or tiré des originaux des voyageurs françois, espagnols, allemands, portugais, anglois, hollandois, persans, arabes & autres orientaux, A Paris : Chez Thomas Moette Libraire, ruë de la vieille Boucherie, (lire en ligne)
  5. Pierre Sonnerat, Voyage aux Indes orientales et à la Chine, tome 2, chez l’auteur rue Saint-André-des-Arts, Frouillé, librairie, pont Notre-Dame, , https://fr.wikisource.org/wiki/Voyage_aux_Indes_orientales_et_%C3%A0_la_Chine/Livre_V/03
  6. (en) Référence Tropicos : Litchi chinensis Sonn. (+ liste sous-taxons)
  7. a b et c USDA, Agricultural Research Service, National Plant Germplasm System. Germplasm Resources Information Network (GRIN-Taxonomy). National Germplasm Resources Laboratory, Beltsville, Maryland., consulté le 9 avril 2016
  8. Le Litchi dans Voyage aux Indes orientales et à la Chine... par Pierre Sonnerat, 1782.
  9. Tela Botanica (Antilles), consulté le 9 avril 2016
  10. a b c d e f et g Nom en français d'après l'Inventaire National du Patrimoine Naturel, sur le site Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)
  11. a b c d et e Meyer C., ed. sc., 2015, Dictionnaire des Sciences Animales. [lire en ligne]. Montpellier, France, Cirad. [12/05/2015].
  12. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « letchi » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  13. a b et c Nom en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  14. a b et c Nom en français d'après le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française.
  15. a et b Nom en français d'après Dictionary of Common (Vernacular) Names sur Nomen. [lire en ligne]
  16. Bernard Boullard, [Plantes médicinales du monde: croyances et réalités], ÉditeurDe Boeck Secundair, 2001, (ISBN 2843711177), 9782843711176. Page 319.
  17. Définitions lexicographiques et étymologiques de « ponceau » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  18. Jean-Max Hoarau, Mireille Burglin, Guide des fruits tropicaux, pp.96-97, Azalées Éditions, Sainte-Marie, 2002
  19. Collectif (trad. Michel Beauvais, Marcel Guedj, Salem Issad), Histoire naturelle [« The Natural History Book »], Flammarion, , 650 p. (ISBN 978-2-0813-7859-9), Litchi page 189
  20. a b c et d (en) Référence Flora of China : Litchi chinensis Sonnerat
  21. (en) Référence Flora of China : Litchi Sonnerat
  22. Jasra Anjum, Rafiq Lone, and Khursheed Ahmad Wani, « chap. 14. Lychee (Litchi chinensis): Biochemistry, Panacea, and Nutritional Value », dans M. Kumar, V. Kumar, N. Bhalla-Sarin, A. Varma (Editors), Lychee, Disease, Management, Singapore, Springer, (ISBN 978-981-10-4246-1)
  23. a et b (en) Référence Plants of the World online (POWO) : Litchi chinensis
  24. a b et c Michel Chauvet, Encyclopédie des Plantes alimentaires. 7 000 espèces du monde entier, 1 700 dessins, Belin, , 878 p.
  25. Knechtges, David R, « Sima Xiangru 司馬相如 », dans Knechtges, David R.; Chang, Taiping (eds.), Ancient and Early Medieval Chinese Literature: A Reference Guide, Part Two, Leiden, Brill,‎ (ISBN 978-90-04-19240-9)
  26. trad. en italien Fazzioli, trad. en français B. Leblond, Les jardins secrets de l’Empereur (trad. 本草品汇精要 Essentiel de la Matière médicale, 1505), La Maison Rustique,‎ .
  27. a et b kknews, « 日啖荔枝三百颗的苏轼,为什么指责杨贵妃:一骑红尘妃子笑祸国 ? » (consulté le )
  28. 蔡襄, 荔枝譜, 《百川學海》本《荔枝譜+橘錄+南方草木狀+竹譜》,‎ 宋, https://ctext.org/wiki.pl?if=gb&chapter=97397#%E7%AC%AC%E4%B8%80
  29. 李时珍, 《本草纲目》, 《钦定四库全书》本,‎ ming (lire en ligne)
  30. Renu Soni, Shachi Agrawal, « Litchi chinensis: Taxonomy, Botany and Its Cultivars », dans Manoj Kumar, Vivek Kumar, Neera Bhalla-Sarin, Ajit Varma, Lychee Disease Management, Springer,
  31. Thanh Nguyễn, Thanh Thuy (17/05/2020), « If the output of Chinese lychee increases by more than 11%, should Vietnamese lychee be worried about a “slump”? », sur CustomsNews (consulté le )
  32. a et b « Lychee market – growth, trends, covid-19 impact, and forecast (2021-2026) », sur Modor Intelligence (consulté le )
  33. Xuming Huang, « Lychee production in China » (consulté le )
  34. HP Singh, S. Barbita, « Lychee production in India » (consulté le )
  35. Centre technique horticole de Tamatave : La lettre du litchi 2008-2009
  36. (fr) Aurélie Laglantine, Franck Bel, Petits durs à chair tendre, reportage paru dans la revue "Mon jardin et ma maison"
  37. CIRAD, Marie-Noelle Ducamp-Collin, Nouvelles techniques de conservation du litchi, revue Fruitrop (85), pp. 22-23, Journée professionnelle Technofruits du 5 septembre 2001 à Montpellier
  38. Brasseries de Bourbon
  39. Michał Boym Flora Sinensis, page C: «Vinum etiam ex fructu utroque suave conficiunt » (Ils <les Chinois> font aussi un vin fort agréable de l'un <le litchi>et de l'autre<le longani>).
  40. anses, « Litchi, pulpe, cru », sur Ciqual (consulté le )
  41. « Le litchi : composition énergétique et atouts nutritionnels - Interfel - Les fruits et légumes frais », sur www.lesfruitsetlegumesfrais.com (consulté le )
  42. (en) Aakash Shrivastava et al., « Association of acute toxic encephalopathy with litchi consumption in an outbreak in Muzaffarpur, India, 2014 : a case-control study », Lancet,‎ (DOI 10.1016/S2214-109X(17)30035-9, lire en ligne)
  43. Université de médecine traditionnelle chinoise de Nanjing et Shanghai (trad. You-wa Chen), La pharmacopée chinoise. Les herbes médicinales usuelles 中药学, Éditions You Feng,‎ , 468 p.
  44. « ScienceDirect », sur www.sciencedirect.com (consulté le )