Lit à baldaquin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l'ameublement
Cet article est une ébauche concernant l'ameublement.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne pas confondre avec le lit à colonnes (en anglais : four poster bed), dont le ciel est tenu par quatre colonnes.
Lit à baldaquin

Un lit à baldaquin est un lit dont la forme, adoptée vers 1490 dans les maisons riches, consiste en un baldaquin en bois ou en métal d'où descend un drapé (voilure accrochée en rideau, en simple liseré ou suspendue en ciel de lit) et en un châlit fait à l'origine de colonnes de bois ou quenouilles à chaque angle (ce qui le rapproche du lit à colonnes) puis le plus souvent d'un ciel tenu au mur, en porte-à-faux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lit à baldaquin se développe essentiellement dans les pays aisés à la fin du XVe siècle à la Renaissance. Il a à l'origine un rôle plus utilitaire que décoratif : les courtines, rideaux qui peuvent clore complètement le lit (tentures en tissus mats et d’une matière assez lourde) sont utilisées par les seigneurs et les nobles dans l'Europe médiévale[1] pour conserver la chaleur et préserver l'intimité car leurs serviteurs dorment souvent dans la même pièce. Il est conçu de manière que l'on puisse dormir en position assise, avec des coussins pour surélever la tête, ce qui explique la longueur restreinte des lits de cette époque. Jusqu'au XVIe siècle, ce lit est assez simple et sobre, même celui utilisé par les nobles. Lié à la notion de prestige, il devient à cette époque plus ouvragé, le luxe de la maison se concentrant notamment sur la literie : les armoiries des propriétaires s'étalent sur le ciel de lit, le dossier, les oreillers ; les travaux sculptés sur la tête de lit et les colonnes deviennent fréquents[2]. Ce lit peut même devenir un meuble d'apparat. Exécuté dans des bois précieux et souvent placé sur une estrade dans la salle d'apparat, il a pour but de donner une impression de faste et de somptuosité. Il sert également aux puissants qui donnent audience allongés sur leur lit de jour (à l'origine du lit de justice du roi)[3].

Il devient courant dans tous les milieux sociaux au XVIIe siècle[4].

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Avant le baldaquin, ces courtines étaient suspendues au mur ou au plafond.
  2. Rêves d'alcôves : la chambre au cours des siècles, Union centrale des arts décoratifs, , p. 46.
  3. Jacques Thirion, Daniel Alcouffe, Le mobilier du Moyen Âge et de la Renaissance en France, Éditions Faton, , p. 56.
  4. Danièle Alexandre-Bidon, exposition « Au lit au Moyen Âge ! » dans la Tour Jean-sans-Peur, 2011
  5. réplique réalisée par les Ateliers allot frères

Source[modifier | modifier le code]

  • Havard, Dictionnaire de l'ameublement.

Sur les autres projets Wikimedia :