Liste rouge régionale des bryophytes du Nord-Pas-de-Calais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cette liste rouge régionale des Bryophytes est issue du travail du Conservatoire botanique national de Bailleul (CBNBL)(Lecron, Toussaint et Hauguel 2013)[1]. Son élaboration « a été piloté par le CBNBL, avec l’appui du réseau de botanistes et de bryologues régional. Il a bénéficié d’une valuation par le comité français de l’UICN et d’une validation par le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel des Hauts-de-France »[1].

Cette liste regroupe des mousses (au sens strict), des hépatiques et des anthocérotes ; elle comprend 18 taxons disparus régionalement, 62 présumés disparus au niveau régional, 27 en danger critique, 23 en danger et 91 vulnérables.

En 2013, 18 % des bryophytes du Nord–Pas-de-Calais étaient déjà considérés comme éteint dans ces deux départements (RE + CR*) et près d'un tiers étaient classés menacées (VU + EN + CR) (Lecron, Toussaint et Hauguel 2013). Pour rappel les 5 départements de la région Hauts-de-France comptent en 2019 548 espèces de bryophytes (544 espèces indigènes et 4 espèces naturalisées selon la base de données du CNBL[2]).

Taxons disparus au niveau régional (RE)[modifier | modifier le code]

Un taxon est considéré comme éteint au niveau régional (RE) s’il n’a pas été observé depuis plus de 50 ans ou si les stations qu’il occupait ont été visitées à plusieurs reprises dans le but de le retrouver sans y parvenir. (Lecron, Toussaint et Hauguel 2013). On estime en 2019 concernant l'échelle régionale Hauts-de-France que les bryophytes inventoriés par les botanistes du passé (encore disponibles en herbier en général) et classés disparus se sont éteints dans la région avant 1950. Dix-neuf espèces sont par ailleurs signalées comme présumées disparues des Hauts-de-France car non-revues récemment[1]. Dans les Hauts-de-France, « 47 bryophytes, soit 8,8 % du total des espèces, ont disparu du territoire depuis le début des recensements »[1].

Taxons présumés disparus au niveau régional (CR*)[modifier | modifier le code]

Sphagnum magellanicum, considérée comme ayant récemment disparu
Cephalozia lunulifolia, associée au bois-mort en putréfaction, et aujourd'hui considérée comme ayant disparu au moins dans le nord, le Pas-de-Calais et en Normandie

.

Taxons en danger[modifier | modifier le code]

En 2019 selon le CBNBL, sur 369 espèces de bryophytes indigènes répertoriées dans le Nord, 13,6 % étaient menacées à échelle de la région Hauts-de-France [3] ; « Plusieurs espèces y trouvent leur ultime population dans le département du Nord, tel le Lycopode des sols inondés (Lycopodiella inundata), sorte de fougère primitive rencontrée dans les landes sur sol acide et oligotrophetrès pauvre en matières nutritives. »[3] ;
Et sur 340 espèces de bryophytes indigènes répertoriés dans le Pas-de-Calais, 14,4 % étaient menacées à l'échelle de la région Hauts-de-France[3].

Taxons en danger critique (CR)[modifier | modifier le code]

Ce sont les taxons confrontés à un risque très élevé de disparition.

Taxon en danger (EN)[modifier | modifier le code]

Mnium stellare

Espèces confrontées à un risque élevé de disparition

Taxons vulnérables (VU)[modifier | modifier le code]

Sphagnum squarrosum

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Michel Lecron, Benoît Toussaint (coord. scientif.) et Jean-Christophe Hauguel, Inventaire des Bryophytes du Nord-Pas de Calais : statuts, rareté et menace, Centre régional de phytosociologie agréé Conservatoire botanique national de Bailleul, avec la collaboration du Collectif des Bryologues du Nord-Ouest de la France, , 1a éd. (lire en ligne)
  • Hauguel J-C & Toussaint B (coord.) (2019) La Liste rouge des espèces menacées en Hauts-de-France : Flore vasculaire et bryophytes. Conservatoire botanique national de Bailleul, éditée avec le soutien de l’Union européenne, de l'État (DREAL Hauts-de-France), du Conseil régional des Hauts-de-France et des Conseils départementaux de l’Aisne, du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais et de la Somme, 36 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Hauguel J-C & Toussaint B (coord.) (2019) La Liste rouge des espèces menacées en Hauts-de-France : Flore vasculaire et bryophytes. Conservatoire botanique national de Bailleul, éditée avec le soutien de l’Union européenne, de l'État (DREAL Hauts-de-France), du Conseil régional des Hauts-de-France et des Conseils départementaux de l’Aisne, du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais et de la Somme, 36 p.
  2. Source : Hauguel J-C & Toussaint B (coord.) (2019) La Liste rouge des espèces menacées en Hauts-de-France : Flore vasculaire et bryophytes. Conservatoire botanique national de Bailleul, éditée avec le soutien de l’Union européenne, de l'État (DREAL Hauts-de-France), du Conseil régional des Hauts-de-France et des Conseils départementaux de l’Aisne, du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais et de la Somme, 36 p. voir p4/19
  3. a b et c voir p 7/19, in Hauguel J-C & Toussaint B (coord.) (2019) La Liste rouge des espèces menacées en Hauts-de-France : Flore vasculaire et bryophytes. Conservatoire botanique national de Bailleul, éditée avec le soutien de l’Union européenne, de l'État (DREAL Hauts-de-France), du Conseil régional des Hauts-de-France et des Conseils départementaux de l’Aisne, du Nord, de l’Oise, du Pas-de-Calais et de la Somme, 36 p.