Ville nouvelle (Maroc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’architecture ou l’urbanisme image illustrant le Maroc
Cet article est une ébauche concernant l’architecture ou l’urbanisme et le Maroc.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Le principe de ville nouvelle n'est pas une nouveauté de la politique urbaine menée au Maroc. Il remonte au début du XXe siècle, lorsque des « villes nouvelles » (européennes) furent adjointes à des « villes anciennes » (médinas)[1]. Par exemple, l'extension du centre-ville de Rabat, qui constitue aujourd'hui la majeure partie de l'arrondissement Hassan où se situe entre autres l'Avenue Mohamed V et le Parlement, est issu de la période du protectorat.

Les dernières « villes nouvelles » créées, amenées à devenir « anciennes », font partie d'un vaste programme lancé en 2004, en prévoyant quinze à l'horizon de 2020[2]. Huit ans après, à mi-parcours d'ici 2020, seule l'existence de quatre d'entre elles a pu être constatée : Tamansourt, Tamesna, Lakhyayta et Chrafat[2].

À noter toutefois la construction prochaine d'une éco-cité nommée Zenata, en pleine agglomération casablancaise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les villes nouvelles au Maroc : Quelles perspectives ? », ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de l'Aménagement du territoire (consulté le 23 novembre 2012)
  2. a et b Mohamed Amine Hafidi, « Seules 4 villes nouvelles ont vu le jour », Le Soir Échos,‎ (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]