Liste des sous-marins de la Force maritime d'autodéfense japonaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Drapeau de la force maritime d'autodéfense japonaise

Liste des sous-marins conventionnels de la Force maritime d'autodéfense japonaise (JMSDF), ou de la marine de guerre des Forces japonaises d'autodéfense depuis 1954, à la suite du statut particulier du Japon depuis 1945.

Généralités[modifier | modifier le code]

En 1976, il avait été décidé que le format de la flotte serait dix-huit sous-marins dont deux bâtiments destinés à l’entraînement[1].

Au , 15 unités sont en service totalisant un tonnage de 29 420 tonnes[2]. Au , l'effectif est de 17 unités pour 41 350 tonnes[3].

Au , 18 unités sont en service totalisant 49 400 tonnes avec une durée de service d'environ 20 ans[4]. Ces effectifs devraient être porté à 22, voire 25 à plus long terme, avec un allongement de la durée de service[5].

Préfixe[modifier | modifier le code]

Le préfixe des navires de la force maritime d’autodéfense est JDS (Japanese Defense Ship) pour tous les bateaux entrés en service avant 2008. À partir de cette année-là, les navires n’utilisent plus que les lettres JS (Japanese Ship) pour marquer la promotion de l’agence japonaise de Défense en ministère de la Défense.
Pour les sous-marins, le préfixe TSS (Training Submarine) est celui des sous-marins reconvertis en sous-marin école, et le préfixe ATSS (Auxilary Training Submarine) celui des sous-marins reconvertis en sous-marins auxiliaires.

Liste en 2012[modifier | modifier le code]

Le JS Zuiryū (SS-505) en construction en 2012 dans un chantier naval à Kobe de Mitsubishi Heavy Industries.
    • JDS Sōryū (SS-501) - 2007-
    • JS Unryū (SS-502) - 2008-
    • JS Hakuryū (SS-503) - 2009-
    • JS Kenryū (SS-504) - 2010-
    • JS Zuiryū (SS-505) - 2011-
    • JS Kokuryū (SS-506) - 2013-
    • JS Jinryū (SS-507) - 2014-
    • 4 unités en construction : SS-508, SS-509, SS-510 et SS-511.
  • Classe Oyashio : (11 unités)
Le Oyashio (SS-590).
    • JDS Oyashio (SS-590) - 1998-
    • JDS Michishio (SS-591) - 1999-
    • JDS Uzushio (SS-592) - 2000-
    • JDS Makishio (SS-593) - 2001-
    • JDS Isoshio (SS-594) - 2002-
    • JDS Narushio (SS-595) - 2003-
    • JDS Kuroshio (SS-596) - 2004-
    • JDS Takashio (SS-597) - 2005-
    • JDS Yaeshio (SS-598) - 2006-
    • JDS Setoshio (SS-599) - 2007-
    • JDS Mochishio (SS-600) - 2008-
Le Harushio (SS-583).
Le Mochishio (SS-574).
    • JDS Yūshio (SS-573/ATSS-8006) - 1980-1996
    • JDS Mochishio (SS-574/ATSS-8007) - 1981-1997
    • JDS Setoshio (SS-575/ATSS-8008) - 1982-2001
    • JDS Okishio (SS-576/TSS-3603) - 1983-2003
    • JDS Nadashio (SS-577) - 1984-2006
    • JDS Hamashio (SS-578/TSS-3604) - 1985-2006
    • JDS Akishio (SS-579) - 1986-2004 (Musée à Kure)
    • JDS Takeshio (SS-580) - 1987-2005
    • JDS Yukishio (SS-581/TSS-3605) - 1988-2008
    • JDS Sachishio (SS-582) - 1989-2006
Le Uzushio (SS-566).
  • Classe Uzushio : (7 unités)
    • JDS Uzushio (SS-566) - 1971-1987
    • JDS Makishio (SS-567) - 1972-1988
    • JDS Isoshio (SS-568/ATSS-8001) - 1972-1992
    • JDS Narushio (SS-569/ATSS-8002) -1973-1993
    • JDS Kuroshio (SS-570/ATSS-8003) - 1974-1994
    • JDS Takashio (SS-571/ATSS-8004) - 1976-1995
    • JDS Yaeshio (SS-572/ATSS-8005) - 1978-1996
  • Classe Asashio : (4 unités)
Le JDS Arashio (SS-565)
    • JDS Asashio (SS-562) - 1966-1983
    • JDS Harushio (SS-563) - 1967-1984
    • JDS Michishio (SS-564) - 1968-1985
    • JDS Arashio (SS-565) - 1969-1986
  • JDS Ōshio (SS-561) - 1965-1981
  • Classe Natsushio : (2 unités)
    • JDS Natsushio (SS-523) - 1963-1978
    • JDS Fuyushio (SS-524) - 1963-1980
  • Classe Hayashio : (2 unités)
    • JDS Hayashio (SS-521) - 1962-1977
    • JDS Wakashio (SS-522) - 1962-1979
  • JDS Oyashio (SS-511) - 1960-1976
  • JDS Kuroshio ex-USS Mingo (SS-261) - 1955-1966

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Japon : accroissement des capacités sous-marines », sur DSi, (consulté le 15 janvier 2014)
  2. Jean Labayle-Couhat, Les Flottes de combat 1986, Paris, Éditions maritimes et d'outre-mer, , 892 p., p. 157
  3. Bernard Prézelin, Les Flottes de combat 2002, Rennes, Éditions maritimes et d'outre-mer, , 1153 p. (ISBN 2-7373-2887-X)
  4. « État de lieux des marines à travers le monde », sur Mer et Marine, (consulté le 10 mars 2013)
  5. « Focus : La marine japonaise à la 4ème place mondiale », sur Mer et Marine, (consulté le 10 mars 2013)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :