Liste des rois de Carthage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cette liste est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ».

Cette page est destinée à présenter la liste des rois de Carthage.

Jusqu'en 308, Carthage aurait été une monarchie, aux yeux des interlocuteurs étrangers, même si sa constitution pose de singuliers problèmes aux historiens. La question de la constitution de Carthage à la suite d'un texte extrêmement complexe d'Aristote semble avoir questionné les penseurs politiques depuis l'Antiquité. La liste ci-dessous est basée sur les travaux de Gilbert Charles-Picard, à la suite des travaux d'autres chercheurs, et elle n'est qu'une hypothèse parmi d'autres sur les institutions politiques carthaginoises. En effet, bien des spécialistes considèrent que cette interprétation est erronée et doit être abandonnée, en particulier Maurice Sznycer et Serge Lancel, et que les présumés rois étaient en réalité des magistratures élevées mais non un régime monarchique.

Didoiens[modifier | modifier le code]

Après le règne de la légendaire Didon se serait instauré un gouvernement républicain et oligarchique, constitué de deux suffètes (juges avec des pouvoirs exécutif, judiciaire et militaire), d'un sénat (assemblée délibérante) et d'un conseil aristocratique des Anciens (convoqué en cas d'événements graves).

Magonides[modifier | modifier le code]

Après la mort d'Hamilcar Ier, le roi perd la majeure partie de ses pouvoirs en faveur du conseil des Anciens.

Hannoniens ou Hannonides[modifier | modifier le code]

En 308, Bomilcar tente de rendre au monarque ses pleins pouvoirs mais échoue, ce qui fait que Carthage serait devenue aussi bien dans le nom que dans les faits une république.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Clément, L'Art de vérifier les dates, 1750, 4 volumes, rééd. Moreau, Paris, 1819
  • Dureau de la Malle [et al.], Afrique Ancienne, 2 volumes, coll. L'Univers, éd. Firmin Didot, Paris, 1844
  • Stéphane Gsell, Histoire ancienne de l'Afrique du Nord, 8 volumes, éd. Hachette, Paris, 1913-1929 (lire en ligne)
  • Auguste Pavy, Histoire de la Tunisie, éd. Bouslama, Tunis, 1977
  • Grand Larousse encyclopédique, éd. Larousse, Paris, 1960-1964

Voir aussi[modifier | modifier le code]