Liste des primates décrits par Carl von Linné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le naturaliste suédois Carl von Linné a fondé les bases du système moderne de la nomenclature binominale. En 1758, dans la dixième édition de son « Système de la nature », il introduit l'ordre des primates, qui comprend quatre genres : Homo (les humains), Simia (les singes), Lemur (les lémuriens) et Vespertilio (les chauve-souris).

Genre Homo[modifier | modifier le code]

1758[1] 1766[2] Nom binominal Variété Nom commun
1 1 Homo sapiens Homo ferus Homme sauvage
Homo americanus Homme américain
Homo europaeus Homme européen
Homo asiaticus Homme asiatique
Homo afer Homme africain
Homo monstruosus Homme monstrueux
2 2 Homo troglodytes[a]

Genre Simia[modifier | modifier le code]

Divisions 1758[1] 1766[2] Nom binominal Nom commun[b] Illustration[4] Équivalent actuel
(MSW 2005)
Habitat
Sans queues

« Singes »
(Simiae)

1 1 Simia satyrus Troglodyte

(ou Pongo)

Le pongo.jpg
Pan troglodytes Afrique
Simia satyrus Orang-outang

(ou Jocko)

Le jocko.jpg
Pongo pygmaeus Indes
Simia pygmaeus
Simia lar[c] Gibbon
Le gibbon.jpg
Hylobates lar
2 2 Simia sylvanus Pithèque Macaca sylvanus Afrique
3 Simia inuus Magot
Le magot.jpg
Queues courtes

« Babouins »
(Papiones)

4 Simia nemestrina Maimon
Le maimon.jpg
Macaca nemestrina Indes
4 5 Simia apedia Babouin
à queue très courte
Saimiri sciureus Amériques
3 6 Simia sphinx Papion
Le papion.jpg
Mandrillus sphinx Afrique
Queues allongées

« Guenons »
(Cercopitheci)

7 Simia maimon Mandrill
Le mandrill.jpg
11 8 Simia hamadryas Hamadryade Papio hamadryas
9 Simia veter Lowando Macaca silenus Indes
5 10 Simia silenus Ouandérou
L'ouandérou.jpg
6 11 Simia faunus Malbrouck Cercopithecus diana Afrique
12 Simia belzebul Ouarine Alouatta belzebul Amériques
13 Simia seniculus Alouate
L'alouate.jpg
Alouatta seniculus
7 14 Simia paniscus Coaïta
Le coaïta.jpg
Ateles paniscus
16 15 Simia cynomolgus Macaque Macaca fascicularis Indes
16 Simia cynocephalus Cynocéphale
8 17 Simia diana Diane
La diane.jpg
Cercopithecus diana Afrique
18 Simia sabaea Callitriche
Le callitriche.jpg
Chlorocebus sabaeus
9 19 Simia cephus Moustac
Le moustac.jpg
Cercopithecus cephus
20 Simia trepida Trembleur Cebus apella Amériques
10 21 Simia aygula Aigrette
L'aigrette.jpg
Macaca fascicularis Indes
22 Simia pithecia Saki
Le saki.jpg
Pithecia pithecia Amériques
23 Simia nictitans Hocheur
Le hocheur.jpg
Cercopithecus nictitans Afrique
Simia sinica[c] Bonnet-chinois
Le bonnet-chinois.jpg
Macaca sinica Indes
Simia nemaeus[c] Douc
Le douc.jpg
Pygathrix nemaeus
12 24 Simia jacchus Ouistiti
L'ouistiti.jpg
Callithrix jacchus Amériques
13 25 Simia oedipus Pinche
Le pinche.jpg
Saguinus oedipus
26 Simia rosalia Marikina
Le marikina.jpg
Leontopithecus rosalia
Simia argentata[c] Mico
Le mico.jpg
Callithrix argentata
14 Simia aethiops Mangabey
Le mangabey.jpg
Chlorocebus aethiops Afrique
15 27 Simia midas Tamarin
Le tamarin.jpg
Saguinus midas Amériques
28 Simia fatuellus Petit-fou

(ou Sajou cornu)

Le sajou-cornu.jpg
Cebus apella fatuellus
17 29 Simia apella Sajou
Le sajou.jpg
Cebus apella
19 30 Simia capucina Saï
Le saï.jpg
Cebus capucinus
20 31 Simia sciurea Saïmiri
Le saïmiri.jpg
Saimiri sciureus
18 32 Simia morta Monkie
21 33 Simia syrichta Syricta Tarsius syrichta Indes

Genre Lemur[modifier | modifier le code]

1758[1] 1766[2] Nom binominal Nom commun[b] Illustration[4] Équivalent actuel
(MSW 2005)
Habitat
1 1 Lemur tardigradus Loris
Le loris paresseux.jpg
Loris tardigradus Indes
2 Lemur mongoz Mongous
Le mongous.jpg
Eulemur mongoz Afrique

(Madagascar)

3 Lemur macaco Vari
Le vari.jpg
Eulemur macaco
2 4 Lemur catta Mococo
Le mococo.jpg
Lemur catta
3 5 Lemur volans Maki volant Cynocephalus volans Indes

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s'agit d'un amalgame entre des descriptions très fantasques de l'orang-outan et les récits de voyageurs rapportant l'existence de « nègres blancs ».
  2. a et b Ces noms, empruntés à Buffon, sont ceux de la 13e édition de Systema Naturae traduite par Joseph van der Stegen de Putte, ancien bourgmestre de Bruxelles, en 1796[3].
  3. a b c et d Espèces ajoutées dans l'appendice du Mantissa Plantarum de 1771[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (la) Carolus Linnæus, Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, vol. 1, Stockholm, Laurent Salvius, , 10e éd., 824 p. (lire en ligne)
  2. a b et c (la) Carolus Linné, Systema naturæ per regna tria naturæ, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, vol. 1, Stockholm, Laurent Salvius, , 12e éd., 532 p. (lire en ligne)
  3. Charles Linné (trad. Joseph van der Stegen de Putte), Système de la Nature, vol. 3, Bruxelles, Emmanuel Flon, , 13e éd., 461 p. (lire en ligne)
  4. a et b Jean-Baptiste Audebert, Histoire naturelle des singes et des makis, Paris, Desray, 1799-1800 (lire en ligne).
  5. (la) Carolus Linné, Mantissa plantarum, Stockholm, Laurent Salvius, (lire en ligne), p. 521