Liste des rhopalocères de France métropolitaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article recense les rhopalocères (ou « papillons de jour ») de France métropolitaine (Corse comprise)[1], c'est-à-dire les lépidoptères appartenant aux familles des Hesperiidae, Papilionidae, Pieridae, Riodinidae, Lycaenidae et Nymphalidae.

La rhopalofaune française est bien connue ; en fonction des sources, on compte entre 250 et 265 espèces de rhopalocères en France métropolitaine. La variation de ce nombre s'explique d'une part par le choix d'y inclure ou non des espèces de présence occasionnelle ou douteuse, et d'autre part par le statut taxinomique ambigu de certains taxons qui sont considérés parfois comme sous-espèce, parfois comme espèce à part entière. La Liste rouge publiée en 2012 par l'UICN dénombre 253 espèces, dont 16 sont menacées de disparition de métropole (catégories CR, EN ou VU), et 18 autres quasi menacées (catégorie NT)[2].

26 espèces de rhopalocères font l’objet d’une protection à l’échelle nationale sur le territoire français, au titre de l’article 2 ou de l’article 3 de l’arrêté ministériel du 23 avril 2007[3]. La Loi interdit la capture et le commerce de ces espèces, ainsi que, pour certaines, la destruction de leurs biotopes. D’autres espèces bénéficient d’une protection à l’échelle régionale.

Dans ce qui suit, la liste principale se limite aux espèces sédentaires ou migratrices régulières sur le territoire français métropolitain, classées par familles et sous-familles, suivant l’ordre usuel de la systématique. Les espèces de présence occasionnelle ou douteuse sont traitées séparément en fin d'article. Les sigles à deux lettres indiquent la catégorie de l’UICN attribuée à chaque espèce dans la liste rouge des espèces menacées en France[4].

Famille des Hesperiidae[modifier | modifier le code]

Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae)

Sous-famille des Pyrginae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Heteropterinae[modifier | modifier le code]

Sylvaine (Ochlodes sylvanus)

Sous-famille des Hesperiinae[modifier | modifier le code]

Famille des Papilionidae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Parnassiinae[modifier | modifier le code]

Machaon (Papilio machaon)

Sous-famille des Papilioninae[modifier | modifier le code]

Famille des Pieridae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Dismorphiinae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Pierinae[modifier | modifier le code]

Souci (Colias crocea)

Sous-famille des Coliadinae[modifier | modifier le code]

Lucine (Hamearis lucina)

Famille des Riodinidae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Riodininae[modifier | modifier le code]

Famille des Lycaenidae[modifier | modifier le code]

Thècle du prunier (Satyrium pruni)

Sous-famille des Theclinae[modifier | modifier le code]

Cuivré commun (Lycaena phlaeas)

Sous-famille des Lycaeninae[modifier | modifier le code]

Azuré bleu céleste (Polyommatus bellargus)
Azuré des orpins (Scolitantides orion)

Sous-famille des Polyommatinae[modifier | modifier le code]

Famille des Nymphalidae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Libytheinae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Danainae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Charaxinae[modifier | modifier le code]

Sylvain azuré (Limenitis reducta)

Sous-famille des Limenitidinae[modifier | modifier le code]

Sous-famille des Apaturinae[modifier | modifier le code]

Petit nacré (Issoria lathonia)

Sous-famille des Heliconiinae[modifier | modifier le code]

Paon du jour (Aglais io)

Sous-famille des Nymphalinae[modifier | modifier le code]

Tircis (Pararge aegeria)
Petit agreste (Arethusana arethusa)

Sous-famille des Satyrinae[modifier | modifier le code]

Espèces de présence occasionnelle[modifier | modifier le code]

Les espèces suivantes ne résident pas de façon permanente sur le territoire français, mais elles l’atteignent parfois spontanément, par erratisme ou à l'occasion de migrations exceptionnelles :

Cela ne doit pas être confondu avec les quelques observations sans lendemain d'espèces exotiques introduites par l'Homme, qui ne sont pas recensées ici.

Espèces de présence douteuse[modifier | modifier le code]

Les espèces suivantes, présentes et sédentaires dans des pays limitrophes, sont citées dans certaines listes des rhopalocères de France métropolitaine, mais leur appartenance à la faune de France est contestée. Ces citations reposent souvent sur des observations uniques, possiblement erronées ou jamais confirmées par la suite :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tristan Lafranchis, Les papillons de jour de France, Belgique et Luxembourg et leurs chenilles, Biotope, coll. « Parthénope », (ISBN 9782951037922)
  • Tristan Lafranchis, Papillons de France : Guide de détermination des papillons diurnes, Diatheo, (ISBN 9782952162050)
  • Tom Tolman et Richard Lewington, Papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 9782603020456)
  • UICN France, MNHN, OPIE & SEF, La Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Papillons de jour de France métropolitaine, Paris, France, (ISBN 978-2-918105-37-4)
  • Pascal Dupont, David Demerges, Eric Drouet et Gérard Chr. Luquet, Révision systématique, taxinomique et nomenclaturale des Rhopalocera et des Zygaenidae de France métropolitaine. Conséquences sur l’acquisition et la gestion des données d’inventaire., Rapport MMNHN-SPN 2013 - 19, , 201 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]