Liste des objets artificiels sur d'autres corps célestes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article recense les objets artificiels ayant atterri à la surface de corps extraterrestres (planètes, satellites, astéroïdes).

Liste[modifier | modifier le code]

Vénus[modifier | modifier le code]

Module d'atterrissage de Venera 9, avant son départ vers Vénus.

15 missions spatiales ont déposé des objets à la surface de Vénus, le premier étant Venera 3 qui s'y est écrasé en 1966. La première sonde à atterrir en douceur à la surface de la planète est Venera 7, en 1970. La dernière sonde à avoir atteint la surface de Vénus est Vega 2, en 1985.

Du fait des températures et pressions élevées de l'atmosphère vénusienne, toutes les missions d'atterrissage n'ont résisté que peu de temps aux conditions locales (certaines ayant d'ailleurs été détruites avant même leur contact avec le sol) ; toutes ont été abandonnées une fois leur mission terminée.

Outre les modules d'atterrissages, la plupart de ces missions comprenaient également des boucliers thermiques et des parachutes.

Lune[modifier | modifier le code]

Rover lunaire d'Apollo 15, dans sa configuration finale sur la Lune.

Du fait de sa proximité, la Lune est le corps céleste qui a été atteint par le plus de missions spatiales : 36 d'entre elles ont atteint sa surface d'une façon ou d'une autre, entre Luna 2 en 1959 et SMART-1 en 2006. Le premier atterrissage sur la Lune réussi a été effectué par Luna 9 en 1966.

Six missions Apollo ont également permis a des êtres humains d'atteindre la surface lunaire. Ils y ont déposé un ensemble varié d'objets (expériences scientifiques, rovers, drapeaux, voire balles de golf et une sculpture).

Mars[modifier | modifier le code]

Module d'atterrissage du rover Spirit sur Mars.

Entre Mars 2 en 1971 et Mars Science Laboratory en 2012, 11 missions spatiales ont atteint le sol de Mars, Mars 3 réalisant le premier atterrissage en douceur en 1971. Comme pour Vénus, ces missions incluent des boucliers thermiques et des parachutes en plus des modules d'atterrissages.

En plus de ces missions, le destin de la sonde Beagle 2 n'est pas connu avec certitude. Il est possible qu'elle se soit écrasée à la surface de Mars, qu'elle ait rebondi sur son atmosphère ou qu'elle ait complètement manqué la planète.

Les deux rover Curiosity et Opportunity sont en activité à la surface de Mars.

Autres corps[modifier | modifier le code]

Objets relativement intacts[modifier | modifier le code]

Maquette à l'échelle de la sonde Huygens qui a atterri sur Titan.
  • Éros : la sonde NEAR Shoemaker a atteint la surface de l'astéroïde le 12 février 2001, bien que n'ayant pas été spécifiquement conçue en ce but.
  • Titan : la sonde Huygens, partie de la mission Cassini-Huygens, a atteint avec succès la surface de ce satellite de Saturne le 14 janvier 2005.
  • Itokawa : la sonde Hayabusa a déposé un marqueur à la surface de l'astéroïde le 19 novembre 2005.

Objets détruits ou vaporisés[modifier | modifier le code]

  • Jupiter : la sonde Galileo a lâché une sonde dans l'atmosphère de Jupiter en 1995, avec bouclier et parachute. Sa mission dura 1h environ pendant la descente, à la fin la sonde fut écrasée par la pression, puis fondue et « dissoute » par la température du fluide interne. Le module principal est resté en orbite autour de la planète jusqu'en 2003 et fut délibérément plongé dans son atmosphère pour éviter une contamination accidentelle du satellite Europe. Sans bouclier thermique, la sonde s'est désintégrée en quelques secondes lors de son entrée atmosphérique.
  • 9P/Tempel : un projectile lancé par la sonde Deep Impact a frappé le noyau de la comète 9P/Tempel le 4 juillet 2005.

Masse[modifier | modifier le code]

Au total, plus de 200 tonnes de matériel ont été déposées à la surface d'autres corps célestes, réparties de la façon suivante :

Voir aussi[modifier | modifier le code]