Liste des noms français de toponymes italiens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Cette liste comprend la quasi-totalité des toponymes italiens qui existent sous une forme lexicalisée (exemple : Trieste, identique à l'écrit dans les deux langues mais qui donne Triestin) ou nettement francisée (exonymes), en Italie, en Suisse italienne et dans les zones où l'italien a eu une forte influence sur les toponymes (Suisse italienne, Carniole, Corse, Grèce insulaire et Chypre, Malte, Monténégro, Somalie notamment). Lorsque le nom francisé est d'usage courant, il constitue un lien avec le titre de l'article correspondant. Quand le nom est devenu désuet ou seulement historique, il ne constitue pas de lien.

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Q[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

U[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source Larousse encyclopédique [1]
  2. [2]
  3. [3]
  4. [4]
  5. [5]
  6. [6]
  7. [7]
  8. Source L'Express, [8]
  9. [9]
  10. a, b, c, d, e, f et g Carte figurant p. 74 dans Michel Chivalier, « L'évolution de la frontière entre les Escartons briançonnais et la SAvoie/Piémont entre 1343 et 1947 », Histoires d'une frontière - 150e anniversaire de l'annexion du Comté de Nice à la France, Actes du Colloque de Puget-Théniers 9-11 octobre 2009 coédition Roudoule, écomusée en terre gavotte - Amont, Association Montagne et Patrimoine - ADTRB, (ISBN 2-9520869-7-4)
  11. [10]
  12. [11]
  13. [12]
  14. [13]
  15. [14]
  16. [15]
  17. [16]
  18. [17]
  19. [18]
  20. [19]
  21. [20]
  22. [21]
  23. [22]
  24. [23]
  25. [24]
  26. [25]
  27. [26]
  28. [27]
  29. a et b [28]
  30. [29]
  31. [30]
  32. a et b [31]
  33. [32]
  34. a et b [33]
  35. [34]
  36. Bien que l'étymologie soit incertaine, la forme francisée vient bien de l'italien.
  37. [35]
  38. [36]
  39. [37]
  40. [38]
  41. [39]
  42. [40]
  43. [41]
  44. [42]
  45. [43]
  46. [44]
  47. [45]
  48. [46]
  49. [47]
  50. [48]
  51. [49]
  52. [50]
  53. [51]
  54. Source Le Temps [52]
  55. [53]
  56. [54]
  57. [55]
  58. Sénatus-consulte de 1802
  59. [56]
  60. [57]
  61. [58]
  62. [59]
  63. [60]
  64. [61]
  65. [62]
  66. [63]
  67. [64]
  68. [65]
  69. [66]
  70. [67]
  71. [68]
  72. [69]
  73. [70]
  74. [71]
  75. [72]
  76. [73]
  • Les noms donnés en lien bleu figurent également en entrée principale dans l'ouvrage suivant : André Cherpillod : Dictionnaire étymologique des noms géographiques (Masson, 1986), à l'exception notamment de petites communes des Escartons. Les pages correspondantes de l'ouvrage se trouvent en page de discussion.

Articles connexes[modifier | modifier le code]