Liste des manifestations les plus importantes en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette liste des manifestations les plus importantes en France recense les manifestations s'étant déroulées en France et ayant mobilisé le plus grand nombre de participants, par ordre chronologique.

Commentaire sur les chiffres[modifier | modifier le code]

En France, les évaluations sur le nombre de participants à une manifestation résultant d'un mouvement social diffèrent souvent très fortement entre les chiffres des organisateurs et ceux de la police. Les organisateurs sont accusés de surévaluer les chiffres, tandis que la police est accusée de les minimiser[réf. nécessaire].

À titre d'exemple, lors de la manifestation parisienne du contre la réforme des retraites, là où les syndicats annoncent 330 000 manifestants à Paris et la police 89 000, divers organismes indépendants donnent leurs propres estimations qui se révèlent non seulement inférieures à celles des organisateurs mais aussi aux chiffres officiels :

  • la société espagnole Lynce-ExactCrowd, à l'aide d'un logiciel comptant individuellement les manifestants à partir de photos aériennes, donne le chiffre de 73 027 avec une « correction éventuelle à la hausse de 10 % », soit au plus 80 330 personnes[1].
  • le site web d'information et d'opinion Mediapart estime selon son propre comptage sur le terrain les manifestants à 76 000, mais reconnaît le caractère approximatif de sa méthode[2].

En 2015, une commission valide les comptages effectués par la police lors de manifestations parisiennes[3].

Liste[modifier | modifier le code]

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Année Motif Organisateurs[Note 1] Participants Bilan[Note 2] Image
Fête de la Fédération Assemblée nationale constituante Entre 400 000 et 600 000[4],[5] Cette grande fête commémore le premier anniversaire de la prise de la Bastille et symbolise la réconciliation du peuple français et de son roi Louis XVI, qui sera finalement guillotiné le .
Elle se déroule dans une véritable ferveur populaire.
Depuis 1880, à l'initiative du député Benjamin Raspail, le est la fête nationale française, en référence à la fois à la fête de la Fédération et à la prise de la Bastille.
La fête de la Fédération, tableau de Charles Thévenin
Fête de l'Être suprême Maximilien de Robespierre 400 000[6] à Paris, des milliers dans toute la France Malgré sa grandiloquence, la fête échoue à unir le peuple et contribue à l'émergence de la crise politique
qui aboutira à la chute de Robespierre[réf. nécessaire]
Vue du Champ-de-Mars le 8 juin 1794

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Année Motif Organisateurs[Note 3] Participants Bilan[Note 4] Image
Funérailles du général Lamarque Société des amis du peuple (Organisatrice de l'insurrection consécutive aux funérailles) Entre 150 000 et 200 000[7] Insurrection républicaine jusqu'au , réprimée par les troupes royales du maréchal Mouton.
Trente ans plus tard, l'événement servira de toile de fond à une partie du roman Les Misérables de Victor Hugo.
Retour des cendres de Napoléon Louis-Philippe Ier et Adolphe Thiers Entre 800 000 et 1 000 000[réf. nécessaire] L'objectif politique d'améliorer l'image de la monarchie de Juillet échoue. L'important dispositif militaire visant à éviter tout débordement et le peu de respect témoigné par les officiels à la dépouille de l'Empereur ne font qu'accentuer le fossé entre la population, qui voit Napoléon en héros populaire, et son gouvernement.[réf. nécessaire]
Cortège à Paris
Funérailles d'Adolphe Thiers 1 000 000[8] Le 1er président de la Troisième République est célébré à son décès comme un héros national par la presse et ses contemporains républicains. Léon Gambetta lui-même (qui le surnomme le « libérateur du territoire ») marche en tête du cortège funéraire qui se dirige vers le cimetière du Père-Lachaise[8].
Par la suite, l'image de Thiers est ternie par à la fois les monarchistes qui lui reprochent son ralliement à la République et les socialistes qui lui reprochent sa répression sanglante de la Commune.
Funérailles de Victor Hugo Gouvernement Henri Brisson 2 000 000[9] L'événement est l'occasion pour la jeune République de retransformer l'église Sainte-Geneviève en Panthéon. Victor Hugo est le premier panthéonisé depuis 1829.
Sa très grande popularité auprès de ses contemporains ne s'est pas démentie depuis et il reste considéré comme l'une des grandes figures de la littérature française.
Cortège à Paris
Funérailles du président Sadi Carnot Gouvernement Charles Dupuy Environ 2 000 000[10]
Cortège funéraire à Paris

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Année Motif Organisateurs[Note 5] Chiffres des organisateurs Chiffres officiels Bilan[Note 6] Image
Funérailles nationales du maréchal Joffre Gouvernement Théodore Steeg Environ 1 000 000[11]
Réaction à la crise du 6 février 1934 SFIO et PCF Union de la gauche qui aboutira à la création du Front populaire
Manifestation d'unité de la gauche Front populaire près de 500 000[12] 100 000[12]
Commémoration de la Commune de Paris Front populaire 500 000[13]
Mai-juin 1936 Victoire du Front populaire aux élections législatives Front populaire 6 millions[réf. nécessaire]
Descente des Champs-Élysées par le général de Gaulle et les unités de la 2e division blindée au lendemain de la libération de Paris - - 1 000 000[14] Paris est rétablie comme capitale de la République française
Les Champs Élysées le 26 août 1944.
Funérailles des victimes de violences policières lors de la manifestation du 8 février Entre 500 000 et 1 000 000[7] 150 000[7]
Mai 68 200 000 à 1 million[réf. nécessaire]
Marche de soutien au gouvernement après les événements de Mai 68 300 000 à 1 500 000[15]
Du au Marche pour l'égalité et contre le racisme ou « Marche des Beurs  » Diverses personnes issues du quartier des Minguettes dont le père Christian Delorme 100 000[16] -
Opposition au projet de loi Savary remettant en cause l'autonomie des écoles privées Mouvement de l'École libre 800 000[17] 600 000[17] Retrait du projet de loi le et démission du ministre de l'Éducation nationale Alain Savary[18]
2 000 000[19] 850 000[19]
Opposition au projet de loi Devaquet sur les universités Syndicats étudiants 1 000 000[19] 200 000[19] Retrait du projet de loi le et démission du ministre de l'Enseignement supérieur Alain Devaquet
Hommages à Malik Oussekine et Abdel Benyahia, victimes de violences policières - 600 000[20] 126 000[20] Les deux policiers impliqués dans la mort de Malik Oussekine sont jugés et condamnés, leur bataillon dissous
Célébration du bicentenaire de la Révolution française - 1 000 000[21]
Opposition au projet de loi Bourg-Broc révisant la loi Falloux sur le financement de l'école privée Syndicats et Comité national d'action laïque 1 000 000[19],[21] 260 000[19],[21] La loi est adoptée par le Parlement mais son article 2, qui suscitait la plus grande polémique, est censuré par le Conseil constitutionnel le . La loi ainsi modifiée est promulguée le [22].
Opposition au plan Juppé sur les retraites et la sécurité sociale Syndicats 2 200 000[23] 1 000 000[23] Retrait du plan au profit d'un transfert de compétences vers l'exécutif[réf. souhaitée]
Nuit du 12 au Victoire lors de la coupe du monde de football de 1998 - - 1 500 000[14] -

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Année Motif Organisateurs[Note 7] Chiffres des organisateurs Chiffres officiels Bilan[Note 8] Image
Réaction à l'accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle - 900 000[19] 400 000[19] Jacques Chirac est élu président de la République le avec 82,21 % des suffrages exprimés[24]
Manifestation à Paris
Opposition au projet de loi Fillon sur les retraites Syndicats 2 000 000[23] 1 130 000[23] La loi est adoptée par le Parlement puis promulguée le
1 500 000[23] 300 000[23]
Opposition au projet de loi instaurant le contrat première embauche (CPE) Mouvement contre le CPE 1 500 000[23] 500 000[23] La loi est adoptée par le Parlement puis promulguée le . Cependant, à la demande du Président de la République Jacques Chirac, la loi devra être modifiée afin de satisfaire aux principales revendications des manifestants. Le , le Premier ministre Dominique de Villepin estime que « les conditions ne sont pas réunies » pour que le CPE s'applique.
Manifestation à Paris le 18 mars
3 000 000[23] 1 055 000[23]
Défense de l'emploi et du pouvoir d'achat menacés par la crise financière Syndicats 2 500 000[23] 1 080 000[23] -
3 000 000[23] 1 200 000[23]
Opposition au projet de loi Woerth sur les retraites Mouvement social 800 000[25] 395 000[25]
(dont 31 000 à Paris)
La loi est adoptée par le Parlement puis promulguée le
Manifestation à Paris le 2 octobre
1 000 000[26] 395 000[26]
2 000 000[23] 797 000[23]
Entre 2 500 000 et 3 000 000[23] 1 120 000
3 000 000[27]
(dont 300 000 à Paris)
997 000[27]
(dont 65 000 à Paris)
3 000 000[28] 899 000[28]
3 500 000
(dont 330 000 à Paris)
1 230 000
(dont 89 000 à Paris)
Entre 2 500 000 et 3 000 000[29] 825 000[29]
3 500 000[30] 1 100 000[30]
2 000 000[31] 560 000[31]
1 200 000[32] 375 000[32]
Opposition au projet de loi Taubira ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe La Manif pour tous 800 000[19] 340 000[19] La loi est adoptée par le Parlement puis promulguée le [33]
Manif pour tous le 24 mars
1 400 000[19] 300 000[19]
1 000 000[34] 150 000[34]
Défense de la « famille traditionnelle » et opposition à la PMA, la GPA et la « théorie du genre » La Manif pour tous 540 000[35]
(500 000 à Paris et 40 000 à Lyon)
100 000[35]
(80 000 à Paris et 20 000 à Lyon)
-
530 000[36].
(500 000 à Paris et 30 000 à Bordeaux)
77 500[36]
(70 000 à Paris et 7 500 à Bordeaux)
10 et « Marches républicaines » en hommage aux victimes des attentats des 7, 8 et 9 janvier et pour la défense de la liberté d'expression - Les organisateurs ont cessé de donner des chiffres assez tôt dans l'après-midi, faute de moyens humains suffisants. 700 000 le 10 janvier
Au moins 3 700 000 le lendemain[37]
(dont entre 1 500 000[38] et 2 000 000[39] à Paris et 330 000 à Lyon[40]), le ministère précisant cependant que l'ampleur de la manifestation rend le comptage imprécis[41]
Marche à Paris.
31 mars 2016 Opposition au projet de loi El Khomri sur la réforme du Code du travail Syndicats étudiants, lycéens et traditionnels 1 200 000 390 000[42]
14 juin 2016 Opposition au projet de loi El Khomri instituant de "Nouvelles libertés et protections pour les entreprises et les actif-ve-s" Syndicats étudiants, lycéens et de salariés 1 300 000, dont 1 000 000 à Paris 125 000, dont 80 000 à Paris[43]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette colonne indique le nom du principal mouvement retenu par les sources pour décrire les manifestants, indépendamment de leur adhésion personnelle à ce mouvement.
  2. Cette colonne renseigne les suites de la situation, indépendamment du fait que la manifestation en question ait ou non influencé ce bilan.
  3. Cette colonne indique le nom du principal mouvement retenu par les sources pour décrire les manifestants, indépendamment de leur adhésion personnelle à ce mouvement.
  4. Cette colonne renseigne les suites de la situation, indépendamment du fait que la manifestation en question ait ou non influencé ce bilan.
  5. Cette colonne indique le nom du principal mouvement retenu par les sources pour décrire les manifestants, indépendamment de leur adhésion personnelle à ce mouvement.
  6. Cette colonne renseigne les suites de la situation, indépendamment du fait que la manifestation en question ait ou non influencé ce bilan.
  7. Cette colonne indique le nom du principal mouvement retenu par les sources pour décrire les manifestants, indépendamment de leur adhésion personnelle à ce mouvement.
  8. Cette colonne renseigne les suites de la situation, indépendamment du fait que la manifestation en question ait ou non influencé ce bilan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Comment nous avons compté les manifestants du mardi 12 octobre », France-Soir, 14 octobre 2010.
  2. Le site Internet a précisé que sa méthode de calcul était approximative : « La méthode ? À l'aide de compteurs à main, ces “clics-clics” utilisés par exemple dans les avions pour compter les passagers […] Notre chiffre est donc de toute évidence sous-estimé, certainement de plusieurs milliers, voire d'une ou deux dizaines de milliers ». Voir Le Père Vert Pépère, « Selon Médiapart, la police gonfle les chiffres des manifestations », 14 octobre 2010.
  3. « Manifestations parisiennes: les chiffres de la police sont justes », L'Express, 13 avril 2015.
  4. « Les 100 000 fédérés »
  5. « La Fête de la Fédération », Max Gallo, dans Le Figaro, 1er janvier 1970.
  6. « L'histoire de France en 1000 citations » (consulté le 29 avril 2015).
  7. a, b et c « Les grandes manifestations en France », sur Parti de gauche - Midi-Pyrénées, (consulté le 15 janvier 2015).
  8. a et b Funérailles de Monsieur Thiers : [étampe 1877], sur le site de Gallica
  9. Hugo au fil du temps, 22 mai 1885, les funérailles, sur le site du Ministère de la Culture.
  10. (Salomé 2012, p. 53)
  11. Funéraille du Maréchal JOFFRE : film Film Pathé Baby 9.5. 1931 sur Youtube
  12. a et b Jacques Fauvet, Histoire du parti communiste français, Fayard, 1977
  13. Jean-Louis Robert, Le « ministère des masses » ou la montée au mur des Fédérés en 1936, L'Humanité, 24 mai 2012
  14. a et b « Contre le terrorisme, la plus grande manifestation jamais recensée en France », sur Le Monde, (consulté le 11 janvier 2015).
  15. Franck Georgi - Le pouvoir est dans la rue. 30 mai 1968 la « manifestation gaulliste » des Champs-Élysées, p. 51
  16. Vincent Ferry et Piero-D. Galloro (dirs), De la discrimination dite « ethnique et raciale » : discours, actes et politiques publiques, entre incantations et humiliations, éd. L'Harmattan, 2009, p. 119 ; Alain Battegay et Ahmed Boubeker, Les images publiques de l'immigration : média, actualité, immigration dans la France des années 1980, éd. L'Harmattan, 1993, p. 69
  17. a et b [1] in « Manifestation à Versailles le 4 mars 1984 en faveur de l'école privée », sur INA (consulté le 19 janvier 2015).
  18. Journal de 20 heures d'Antenne 2, 17 juillet 1984.
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Nombre de manifestants dans les cortèges parisiens depuis 1984 selon les chiffres de la police et des organisateurs in Samuel Laurent, « Les mathématiques démentent le comptage des organisateurs de la « Manif pour tous » », sur Le Monde, (consulté le 11 janvier 2015).
  20. a et b « Manifestation Paris : « Plus jamais ça » » [vidéo], sur ina.fr, Journal de 20 heures d'Antenne 2, (consulté le 29 février 2012).
  21. a, b et c « Les 10 plus grandes manifestations à Paris depuis la Libération », sur Le Huffington Post, (consulté le 17 janvier 2015).
  22. Décision du 13 janvier 1994, Conseil const.
  23. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q « Les 10 plus grandes manifestations en France depuis 15 ans », sur Le Nouvel Obs, (consulté le 17 janvier 2015).
  24. « Résultats définitifs du second tour - 5 mai 2002 », sur Conseil constitutionnel, (consulté le 11 janvier 2015).
  25. a et b (fr) Manifestations : plus que le 1er mai, moins que fin 2009
  26. a et b (fr) Retraites : Thibault appelle à la résistance sur www.liberation.fr
  27. a et b (fr) « Retraites: 2,9 millions de manifestants (CFDT) », sur www.lejdd.fr (consulté le 26 octobre 2010)
  28. a et b (fr) « Le mouvement contre la réforme des retraites ne s'essouffle pas », sur www.rue89.com (consulté le 26 octobre 2010)
  29. a et b (fr) « Retraites: entre 825.000 et trois millions de manifestants ce samedi en France, selon les sources », sur tempsreel.nouvelobs.com (consulté le 26 octobre 2010)
  30. a et b (fr) « Mobilisation en recul selon la police, stable pour la CGT », sur www.lefigaro.fr (consulté le 26 octobre 2010)
  31. a et b (fr) « France: 560.000 manifestants (Intérieur) », sur AFP sur lefigaro.fr (consulté le 28 octobre 2010)
  32. a et b (fr) « Retraites : le reflux de la mobilisation se confirme », sur lefigaro.fr (consulté le 6 novembre 2010)
  33. « Le "mariage pour tous" définitivement adopté à l'Assemblée », sur Le Monde, (consulté le 11 janvier 2015).
  34. a et b http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/26/des-manifestants-anti-mariage-homosexuel-interpelles-sur-les-champs-elysees_3417612_3224.html
  35. a et b La Manif pour Tous se remobilise contre la familiphobie, francetvinfo.fr, consulté le 3 février 2014
  36. a et b Manif pour tous : au moins 70 000 personnes dans les rues de Paris, LeMonde.fr, consulté le 11 octobre 2014
  37. Estimation du ministère de l'intérieur, compte Twitter du ministère, 11 janvier 2015.
  38. « Contre le terrorisme, la plus grande manifestation jamais recensée en France », sur Le Monde, (consulté le 11 janvier 2015).
  39. « 2 millions de Français dans la rue : Paris, capitale du monde », sur Zinfos 974, (consulté le 11 janvier 2015).
  40. « De Lyon à Nouméa, près de trois millions de manifestants », sur Le Monde, (consulté le 11 janvier 2015).
  41. "4 millions de personnes en France pour la marche républicaine", par L'Obs du 11-01-2015 [2]
  42. Le Monde
  43. Samuel Laurent, « Manifestation du 14 juin contre la loi travail : les calculs fous des militants », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)