Liste des édifices religieux de Nantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article recense les lieux de culte des différentes religions sur la commune de Nantes, dans le département français de la Loire-Atlantique.

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Nantes possède un patrimoine religieux important avec un grand nombre de lieux de culte. Les églises, érigées avant la séparation de l’Église et de l’État (1905), appartiennent à la ville de Nantes. Celles postérieures à cette date appartiennent aux diocèses[N 1],[1].

NB : Les bâtiments classés comme monuments historiques sont marqués ici en gras.

Cathédrale[modifier | modifier le code]

Églises et basiliques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chapelles[modifier | modifier le code]


Culte protestant[modifier | modifier le code]

Culte néo-apostolique[modifier | modifier le code]

Culte orthodoxe[modifier | modifier le code]

Culte mormon[modifier | modifier le code]

Culte israélite[modifier | modifier le code]

Culte musulman[modifier | modifier le code]

La mairie de Nantes et les différentes communautés musulmanes de la ville ont engagé une politique de construction de mosquées. La municipalité facilite cette construction en octroyant des baux emphytéotiques aux loyers modérés auprès des communautés religieuses qui récoltent alors des fonds notamment auprès de leurs fidèles.

Depuis 2009, trois autres grandes mosquées ont été construites :

Culte bouddhiste[modifier | modifier le code]

Culte antoiniste[modifier | modifier le code]

Culte des témoins de Jéhovah[modifier | modifier le code]

  • Salle du royaume des témoins de Jéhovah, rue Auguste Brizeux.
  • Salle du royaume des témoins de Jéhovah, route de la Jonelière.
  • Salle du royaume des témoins de Jéhovah, rue de Bêle.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. à l’exception de Saint-Médard de Doulon, et de l’église de la Madeleine, reconstruites à la suite de sinistres ayant détruit les édifices datant d’avant 1905.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).
  • Hélène Rousteau-Chambon (dir.) et al., Nantes religieuse, de l'Antiquité chrétienne à nos jours, Département d'histoire et d'archéologie de l'université de Nantes, coll. « Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de la Loire-Atlantique » (no hors série), , 268 p. (ISSN 1283-8454).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Pour l'ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur OpenStreetMap (aide) ou télécharger au format KML (aide).