Liste des langues du Tchad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Tchad compte environ 150 langues locales[1] auxquelles s'ajoutent les deux langues officielles du pays que sont le français[2] depuis 1960 et l'arabe classique depuis 1978[3]. Une forme d'arabe, appelé arabe tchadien, sert de langue véhiculaire pour 60 % de la population, principalement dans le Nord du pays[4].

Voir aussi : Langues au Tchad

Langues nationales[modifier | modifier le code]

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

  • le barma (nommée également baghirmi, bagirmi, bagrimma, baguirme, baguirmi, lis, lisi, mbarma, tar bagrimma ou encore tar barma) ;
  • le bedjonde (nommée également doba, gor ou mango) ;
  • le beraku ;
  • le besme ;
  • le bideyat ;
  • le bidiyo ;
  • le bilala ;
  • le boua ;
  • le buduma.

C[modifier | modifier le code]

D[modifier | modifier le code]

  • le dangaléat ;
  • le daza ;
  • le day ou daï ;
  • le dadjo ;
  • le doba (nommée également bedjonde, gor ou mango).

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

  • le gabri ;Langue parlée par les habitants des villages et cantons de Laï, appelé Tobanga matrice desur langues Lélè Nangchéré Zimé Guinegueu Kim Mousgoum;200 000h
  • le gouleï, goulay ;
  • le goundo ;
  • le gorane ;
  • le gor (nommée également bedjonde, doba ou mango).

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

  • le lakka ;
  • le lélé.

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Q[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

  • le sar ;
  • le sara-kaba.

T[modifier | modifier le code]

  • le toumak ;
  • le tounia ou en toun est une langue parlée par un groupe au sud. Très proche du niellim, le toun est parlée dans le canton Kokaga devenu Fort Archambault puis Sahr aujourd'hui ;
  • le toupouri ;
  • le téda ;
  • l'arabe tourkou ;
  • le torom, langue parlée dans la sous-préfecture d'Aboudeïa, plus particulièrement dans le canton Torom.

V[modifier | modifier le code]

W[modifier | modifier le code]

X[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://glottolog.org/glottolog/language.map.html?country=TD
  2. (en) « Constitution du Tchad de 1996 (rév. 2005) », sur le site ConstituteProject.Org (2013).
  3. « L'arabe tchadien. L'émergence d'une langue véhiculaire » (consulté le 7 mai 2018)
  4. La langue française dans le monde, 2014, Éditions Nathan, p. 132