Liste des genres de metal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un certain nombre de genres de metal sont apparus depuis l'émergence du heavy metal à la fin des années 1960. Même si les genres de metal sont parfois difficiles à distinguer les uns des autres, ils se différencient la plupart du temps par des structures, des styles instrumentaux et vocaux, et des tempos différents. Parfois, une caractéristique est partagée par un genre et plusieurs autres genres ou sous-genres. Les genres de metal sont généralement groupés au regard de ces caractéristiques.

Avant-garde metal[modifier | modifier le code]

L'avant-garde metal ou avant-metal, également connu sous le nom de metal expérimental, est un sous-genre du heavy metal défini par son usage d'expérimentation musicale et caractérisé par l'utilisation d'éléments innovateurs de musique d'avant-garde et l'utilisation de sons, d'instruments, de structures et techniques vocales non conventionnelles. Le sous-genre émerge du rock progressif, du jazz fusion, et du metal extrême, en particulier du death metal et du black metal. Certains scènes locales impliquent celles de Los Angeles et de San Francisco aux États-Unis, d'Oslo en Norvège, et de Tokyo au Japon. Les pionniers du metal expérimental sont Boris, Celtic Frost, Earth, Helmet, Maudlin of the Well, Neurosis, Sunn O))), et Voivod.

Black metal[modifier | modifier le code]

Le black metal est un sous-genre extrême du heavy metal, caractérisé par un tempo rapide, des aboiements, des morceaux de guitares, un blast beat, un enregistrement agressif, et des structures musicales non conventionnelles. Dans les années 1980, de nombreux groupes de thrash metal lancent un premier type de black metal. Cette « première vague » implique des groupes comme Venom, Bathory, Hellhammer et Celtic Frost[1]. Une « seconde vague » est lancée au début des années 1990, avec à sa tête des groupes norvégiens comme Mayhem, Burzum, Darkthrone, Immortal, et Emperor. Le black metal norvégien deviendra un genre à part entière.

À l'origine considéré comme un synonyme de « metal satanique », le black metal se retrouve souvent confronté à des divergences dans l'opinion publique, en principe à cause de sa nature misanthrope et anti-chrétienne revendiquée par certains groupes et musiciens. De plus, de nombreux pionniers du genre ont été associés à des incendies d'église et homicides. Certains ont même été associés au néonazisme, même si le plupart des fans et musiciens de black metal rejettent l'idéologie néo-nazie et s'opposent fermement à son inclusion dans le mouvement black metal[2],[3],[4].

Viking metal[modifier | modifier le code]

Le viking metal est un sous-genre du heavy metal dont les origines se retracent dans le black metal et la musique folk nordique, caractérisé par un intérêt principal (dans sa thématique et ses paroles) pour la mythologie nordique, le paganisme nordique, et le temps des vikings. Son style musical se manifeste typiquement comme du black metal influencé folk nordique. Il se caractérise également de par un style de riff lourd et lent, des chœurs, l'usage de voix claires et saturées, l'usage fréquent d'instruments folks, et souvent l'usage d'un clavier pour un effet atmosphérique. Le viking metal se développe dans les années 1980 en guise de genre musical rejetant le satanisme et l'occultisme pour le thème des Vikings et du paganisme opposé à la chrétienté. La plupart des groupes de viking metal sont originaires des pays nordiques, et presque tous se revendiquent, directement ou indirectement, de descendance viking. Ces musiciens et groupes incluant Led Zeppelin, Yngwie Malmsteen, Heavy Load, et Manowar se concentraient auparavant sur le thème des vikings ; Bathory, originaire de Suède, est considéré comme le groupe fondateur du genre grâce à ses albums Blood Fire Death (1988) et Hammerheart (1990). Enslaved, Burzum, Emperor, Storm et Falkenbach aident au développement du genre au début et au milieu des années 1990.

War metal[modifier | modifier le code]

Le war metal[5], war black metal[6] ou bestial black metal[7], est un genre de black metal agressif[6], cacophonique[5] et chaotique[5],[6] défini par Wolf-Rüdiger Mühlmann, rédacteur au magazine Rock Hard, comme « enragé »[6] et « frappant »[6]. La première vague du black metal orientée war metal implique les groupes Sodom[5],[6], Possessed[6] et d'anciens groupes de grindcore, black et death metal comme Repulsion[5],[6], Autopsy[6], Sarcófago[5],[6],[7],[8], et Sepultura (leurs deux premiers albums)[6],[8]. Le war metal implique les groupes Blasphemy[5],[6],[8] Archgoat[6], Impiety[6], In Battle[9], et Zyklon-B[10].

Cello metal[modifier | modifier le code]

Le cello metal est un sous-genre du heavy metal caractérisé par l'usage de violoncelles, et autres instruments à corde comme le violon.

Crust punk[modifier | modifier le code]

Le crust punk, souvent et simplement appelé crust, est une forme musicale inspirée de l'anarcho-punk, du punk hardcore et du metal extrême[11]. Le style, qui évolue au milieu des années 1980 en Angleterre, utilise souvent des paroles sombres et pessimistes dont les thèmes se centrent sur la politique et la société. Le terme de crust est utilisé pour la première fois par Hellbastard (en) dans leur démo Ripper Crust (1986)[12]. Le crust est partiellement caractérisé par un son plein de basses et distordu. Il est souvent joué à un tempo avec quelques passages lents occasionnels. Les morceaux vocaux sont haituellement gutturaux. Le crust punk s'inspire de l'anarcho-punk de Crass et Discharge[11] et du metal extrême de groupes comme Venom et Celtic Frost[11],[13]. Des groupes de crust punk notables sont Amebix et Antisect.

Dark metal[modifier | modifier le code]

Le dark metal est un sous-genre du heavy metal[14],[15],[16],[17],[18]. De nombreuses divergences d'opinion existent concernant quels éléments, styles, ou thème font du metal une musique sombre (dark)[14],[16],[19],[20],[21],[22],[23].

Robert Palmer, critique musical au New York Times, considère que le metal a adopté les thèmes de l'horreur et de la violence, et utilise des groupes comme Megadeth, Anthrax, Slayer et Danzig en exemple. Dans leurs ouvrages, Robert Walser et Richard D. Barnet s'accordent sur le fait que le dark metal est orienté vers l'occulte. Micah L. Issitt, Jeffrey Kaplan, Bryan Reesman, Joel MacIver, et Chuck Eddy s'accordent sur le fait que le dark metal utilise des thèmes gothiques. Des groupes appartenant à un large spectre de genres metal sont considérés comme dark metal, comme Black Sabbath[24], Slayer[25], Judas Priest[15], Alice in Chains[26], Lacuna Coil[27], Korn[28],[29], Lake of Tears[30], Lillian Axe[31], Evergrey[32], et Tool[33].

Death metal[modifier | modifier le code]

Cannibal Corpse, groupe de death metal.

Le death metal est un sous-genre extrême du heavy metal. Il fait habituellement usage de guitares saturées, de grunts, de blast beat, et de structures musicales complexes. Bien que le thème de la violence soit exploré dans d'autres genres, le death metal se focalise souvent sur des actes extrêmes comme la mutilation, la dissection, la torture, le viol, le cannibalisme, et la nécrophilie.

Construite sur la structure musicale du thrash metal et du premier type de black metal (Blackened thrah metal), le death metal est lancé au milieu des années 1980[34]. Des groupes de metal comme Slayer[35],[36], Kreator[37], Celtic Frost[38] et Venom ont participé au développement du genre[34]. Possessed[39] et Death[40],[41],[42], comme pour Obituary, Carcass, Deicide et Morbid Angel sont souvent considérés comme les pionniers du genre[43]. À la fin des années 1980 et début des années 1990, le death metal gagne l'intérêt de la presse spécialisé, et des labels comme Combat Records, Earache Records et Roadrunner Records commencent leur course effreinée dans la signature de groupes de death metal[44]. Dès lors, le death metal se diversifie, et lance une variété de sous-genres[45].

Death 'n' roll[modifier | modifier le code]

« Death 'n' roll » est un terme qui définit une catégorie de groupes de death metal mêlant des éléments de rock 'n' roll à leur chansons. Le terme est un mélange de death metal et de rock 'n' roll. Le genre mêle grunts, riffs de guitare distordue et éléments de hard rock et de heavy metal des années 1970[46],[47]. Des exemples de groupes notables sont Entombed, Six Feet Under, Gorefest, et Deuteronomium.

Death metal mélodique[modifier | modifier le code]

Le death metal mélodique, melodeath ou MDM, est un style de heavy metal mêlant éléments de la New Wave of British Heavy Metal (NWOBHM) et death metal. Le style se développe au début et au milieu des années 1990, principalement en Angleterre et Scandinavie. La scène du death metal suédois ne popularise pas complètement le style. Certains groupes du genre sont Amon Amarth, At the Gates, Carcass, Dark Tranquillity, Arch Enemy et In Flames.

Death metal technique[modifier | modifier le code]

Le death metal technique, souvent abrégé tech death, est caractérisé par des morceaux de guitare rapides et techniquement complexes. Les chants sont souvent gutturaux. Certains des premiers groupes du genre sont Death, Pestilence, Atheist, Nocturnus, Cynic, Origin et Cephalic Carnage. La musique est souvent de nature sombre.

Doom metal[modifier | modifier le code]

Le doom metal est une forme extrême du heavy metal caractérisée par un tempo lent. La musique et les paroles évoquent particulièrement le désespoir[48]. Le genre s'inspire des premières chansons de Black Sabbath[48] ayant formé un prototype du doom metal avec des chansons comme Black Sabbath, Electric Funeral et Into the Void. Pendant la première moitié des années 1980[48] un nombre de groupes britanniques (Pagan Altar, Witchfinder General), américains (Pentagram, Saint Vitus, The Sword, Trouble) et suédois (Candlemass, Count Raven) font du doom metal un genre distinct.

Death/doom[modifier | modifier le code]

Le death/doom, parfois death-doom ou deathdoom, est un sous-genre extrême du heavy metal. Il mêle tempo lent, humeur dépressive du doom metal, grunts et double-kick issu du death metal[49]. Le genre émerge au milieu des années 1980 et emporte un certain niveau de popularité dans les années 1990, mais décline au début du 21e siècle[49]. Le death/doom popularise le genre funeral doom et le metal gothique plus romantique. Le genre death/doom est lancé dans les années 1980 lorsque Dream Death commence à mêler doom metal traditionnel, thrash et death metal[50]. Les premières chansons de groupes comme Paradise Lost, My Dying Bride et Anathema mêlent les sons de Celtic Frost et Candlemass des années 1980 à des voix féminines[51], au clavier, et, dans le cas de My Dying Bride, aux violons.

Drone metal[modifier | modifier le code]

Le drone metal, ou drone doom, est lancé comme un genre dérivé du doom metal, et est largement inspiré par la musique drone ; les notes des accords sont soutenues et répétées. La guitare électrique se compose d'échos[52] et les chants, si présents, sont habituellement hurlés ou grognés. Les chansons sont souvent longues et manquent de rythme dans un sens traditionnel. Le drone doom est généralement inspiré par la musique drone[52], la musique bruitiste[52] et la musique minimaliste[52]. Le style émerge au début des années 1990 et est lancé par Earth[53], Boris[52] et Sunn O)))[52].

Sludge metal[modifier | modifier le code]

Le sludge metal est dérivé du doom metal, et mêle le punk hardcore à des éléments de rock sudiste. La plupart des groupes de sludge composent des chansons lentes et lourdes avec quelques passages hardcore[54],[55]. Cependant, certains groupes jouent à vitesse accélérée[56]. Les instruments à corde sont distordus. Les morceaux de batterie sont typiquement doom metal, mais le batteur peut faire usage du d-beat ou du double-kick lors de passages plus rapides. Les chants sont souvent hurlés, et les paroles sont de nature pessimiste. La souffrance, la toxicomanie, les politiques et la haine envers la société sont les thèmes lyriques principaux. La Nouvelle-Orléans et sa scène sont souvent considérées comme le lieu de naissance du genre[57]. Le style est lancé au début des années 1990 par des groupes comme Eyehategod[54], Crowbar[55], Buzzov*en[56] et Acid Bath[58].

Folk metal[modifier | modifier le code]

Le folk metal est un sous-genre du heavy metal développé en Europe durant les années 1990. Comme son nom l'indique, le genre est un mélange de heavy metal et de folk traditionnel. Cela inclut l'utilisation d'instruments folk. Le premier groupe notable du genre est Golgotha, dont l'EP Dangerous Games (1984) contient un mélange de New Wave of British Heavy Metal et de folk. Le genre ne subit aucun réel développement avant l'arrivée du groupe Skyclad et de leur premier album The Wayward Sons of Mother Earth publié en 1990. En 1994 et 1995, des groupes du genre commencent à émerger dans les recoins d'Europe et en Israël. Parmi ces groupes, le groupe irlandais Cruachan et le groupe allemand Subway to Sally qui aident au développement de leurs genres régionaux le metal celtique et le metal médiéval, respectivement. Malgré leurs contributions, le folk metal n'est que très peu connu dans les années 1990. Ce n'est pas avant le début des années 2000 que le genre se popularise, en particulier en Finlande avec des groupes comme Finntroll, Ensiferum, Korpiklaani, Turisas, et Moonsorrow.

Metal celtique[modifier | modifier le code]

Le metal celtique est un sous-genre du folk metal ayant émergé dans les années 1990 en Irlande. Comme son nom l'indique, le genre mêle heavy metal et musique celtique. Le premier pionniers du genre sont les trois groupes Cruachan, Primordial et Waylander. Depuis, le genre s'est popularisé au-delà des frontières irlandaises.

Pirate metal[modifier | modifier le code]

Le pirate metal est un sous-genre mêlant heavy metal, thrash metal, et parfois speed metal à l'âge d'or de la piraterie, parfois accompagné de chants marins.

Metal médiéval[modifier | modifier le code]

Le metal médiéval, ou rock médiéval, est un sous-genre du folk metal mêlant hard rock ou heavy metal à la folk médiévale. Le metal médiéval se limite à l'Allemagne, pays dans lequel il est connu sous le nom de « Mittelalter-Metal » ou « Mittelalter-Rock »[55],[59],[60],[61]. Cependant, certains groupes jouent à vitesse accélérée[56]. Les instruments à corde sont distordus. Les morceaux de batterie sont typiquement doom metal, mais le batteur peut faire usage du d-beat ou du double-kick lors de passages plus rapides. Les chants sont souvent hurlés, et les paroles sont de nature pessimiste. La souffrance, la toxicomanie, les politiques et la haine envers la société sont les thèmes lyriques principaux. La Nouvelle-Orléans et sa scène sont souvent considérées comme le lieu de naissance du genre[57]. Le style est lancé au début des années 1990 par des groupes comme Eyehategod[54], Crowbar[55], Buzzov*en[56] et Acid Bath[58].

Glam metal[modifier | modifier le code]

Poison, groupe de glam metal.

Le glam metal, également connu sous les termes de hair metal ou pop metal[62], désigne le style visuel de certains groupes de heavy metal à la fin des années 1970 et début 1980 aux États-Unis, en particulier de la scène Sunset Strip de Los Angeles. Il se popularise dans les années 1980 et brièvement au début des années 1990, mêlant look flamboyant de glam rock et style musicaux hard rock et heavy metal commerciaux.

Grindcore[modifier | modifier le code]

Le grindcore est un genre mêlant crust punk, punk hardcore et thrash metal ou death metal. Il se caractérise par des grunts, des blast beats, et des chansons incroyablement courtes aux paroles souvent centrées sur le gore et la violence, et parfois la politique. Le grindcore, contrairement au death metal, est souvent très chaotique, et manque de signature musicale standard. Le style est lancé par le groupe britannique Napalm Death dans les années 1980. D'autres groupes notables de grindcore sont Brutal Truth, Anal Cunt et Pig Destroyer.

Deathgrind[modifier | modifier le code]

Le deathgrind, souvent écrit death-grind ou death/grind, est un genre musical mêlant death metal et grindcore. Le deathgrind est comme « du grindcore er du death metal brutal qui se percutent de front[63]. » Danny Lilker décrit le deathgrind comme « un mélange de technique du death metal et d'intensité du grindcore[64]. » Le death/grind se concentre sur un brutalité musicale[65].

Goregrind[modifier | modifier le code]

Le goregrind est un sous-genre du grindcore et du death metal[66]. Malgré l'impact des premiers albums du genre comme Horrified de Repulsion, et Ultimo Mondo Cannibale d'Impetigo (en)[67], les origines du genre reposent en réalité sur les épaules de Carcass[68] qui se lancent dans la musique à la fin des années 1980.

Pornogrind[modifier | modifier le code]

Le pornogrind (porno grind, porno-grind ou porn grind), est un sous-genre du grindcore et du death metal, concentré sur les thèmes sexuels. L'ouvrage de Natalie Purcell, Death Metal Music: The Passion and Politics of a Subculture, note que des groupes tels que Gut composent « les chansons les plus simplistes, lentes, et plus axées rock. » Les couvertures d'albums des groupes pornogrind sont notées comme étant extrêmes et potentiellement choquantes, « un bon moyen pour ne pas les mettre en rayon[69]. »

Heavy metal traditionnel[modifier | modifier le code]

Le heavy metal traditionnel (metal classique[70] ou simplement heavy metal) définit une catégorie de groupes ou de musiciens composant de la musique heavy metal comme celle jouée bien avant l'évolution du genre evolved et scindée en différence styles et sous-genres[71],[72]. Des exemples du genre incluent Deep Purple, Black Sabbath, Led Zeppelin, Blue Öyster Cult, Alice Cooper, AC/DC, Kiss, Judas Priest, et Iron Maiden.

Latin metal[modifier | modifier le code]

Le latin metal est un genre de metal dont les origines sont inspirées par des éléments de musique latine comme des chants en espagnol, des percussions et rythmes. Des groupes importants du genre incluent A.N.I.M.A.L., Ill Niño, Nonpoint, Sepultura et Soulfly.

Metal alternatif[modifier | modifier le code]

Tomahawk, groupe de metal alternatif.

Le metal alternatif est un genre de heavy metal et de rock alternatif ayant émergé au milieu des années 1980, et popularisé au début des années 1990[73].

Le metal alternatif mêle habituellement heavy metal et éléments d'autres genres comme le rock alternatif, et dans certains cas, d'autres genres non associé au metal. Les groupes de metal alternatif se caractérisent souvent de par le lourds riffs, leurs chants mélodieux, et leurs sons différents des autres genres de heavy metal, des structures musicales non conventionnelles souvent accompagnées d'une approche expérimentale du heavy[74]. Des groupes importants du genre incluent Alice in Chains, Breaking Benjamin, Chevelle, Faith No More, Helmet, Life of Agony, Soundgarden, System of a Down et Tool.

Funk metal[modifier | modifier le code]

Le funk metal est une fusion entre heavy metal et funk. Il est lancé à la fin des années 1980 comme un sous-genre musical du metal alternatif et est largement inspiré du rock alternatif comme les Red Hot Chili Peppers et Fishbone. Le funk metal est également une inspiration clé du genre nu metal. Des groupes notables de funk metal incluent Living Colour, Infectious Grooves, Mordred, Primus, et Rage Against the Machine.

Nu metal[modifier | modifier le code]

Korn, groupe de nu metal.

Le nu metal est un genre mêlant metal alternatif et éléments de groove metal avec d'autres styles, incluant grunge, musique industrielle, funk et hip-hop. Le style est principalement syncopé, basé sur les riffs[75], et inspiré par le rythme du groove metal[76]. Certains groupes de nu metal font usage de guitares à sept cordes[77]. Des tables de mixage, séquenceurs et échantillonneurs sont souvent utilisés[77]. Le style vocal du nu metal oscille entre chant mélodieux, rap, hurlement et grunts. En 1994, Korn devient le premier groupe étiqueté « nu metal »[78]. Linkin Park[79], Slipknot[80], Papa Roach[81], Kittie[82], et Disturbed[83] sont des groupes importants du genre.

Rap metal[modifier | modifier le code]

Les groupes de rap metal utilisent la forme lyrique et vocale du hip-hop. Des exemples de groupes de rap metal sont Crazy Town, Clawfinger, Stuck Mojo et Rage Against the Machine. Le groupe de thrash metal Anthrax est également un pionnier du genre. Le rap metal est souvent étiqueté à tort sous le nom de rapcore (un genre mêlant punk hardcore et hip-hop) ou nu metal.

Metal chrétien[modifier | modifier le code]

Le metal chrétien, ou white metal[84], est une forme de heavy metal habituellement caractérisée par ses messages liés au thème de la chrétienté. Le metal chrétien est souvent joué par des groupes revendiqués chrétiens ; ceux-ci sont des amateurs de musique heavy metal et sont publié par des labels chrétiens spécialisés[85]. Les groupes de metal chrétien participent à tous les sous-genres du heavy metal, et le seul point commun qui les lie sont leurs paroles chrétiennes[85].

Le metal chrétien émerge à la fin des années 1970 dans un objectif évangéliste dans la scène heavy metal, lancé par des groupes comme Resurrection Band, Petra et Jerusalem (groupe suédois). Stryper, un groupe originaire de Los Angeles, atteint son pic de popularité dans les années 1980. Le groupe californien Tourniquet et le groupe australien Mortification mènent le mouvement dans les années 1990. Le groupe de rap metal P.O.D. et les groupes de metalcore Underoath, Demon Hunter, As I Lay Dying, et Norma Jean attirent l'intérêt de leur mouvement au grand public à la première décennie du 21e siècle en atteignant les classements du Billboard 200[86],[87].

Unblack metal[modifier | modifier le code]

L'unblack metal, ou black metal chrétien, est un genre musical stylistiquement similaire au black metal, mais dans lequel les groupes mettent en avant la chrétienté dans leurs paroles et imagerie[88]. De tels groupes attirent la polémique, en principe chez d'anciens groupes de black metal, en particulier ceux issus de la seconde vague, qui incitent la haine et à montrer de l'hostilité à l'égard de la chrétienté. Il semblerait que cette haine se soit développé du fait que l'unblack metal aille à l'encontre de la nature sombre du metal et des idéaux misanthropes et individualiste de certains groupes[89].

Le commencement exact du black metal chrétien est depuis longtemps débattu. L'album du groupe australien Horde Hellig Usvart amène le concept et le terme holy unblack metal à l'intérêt de la presse spécialisée, tandis que le groupe norvégien Antestor, formé en 1990 comme groupe death/doom, a fait paraître sa démo The Defeat of Satan en 1991.

Metal extrême[modifier | modifier le code]

Le metal extrême se compose de différents sous-genres musicaux liés au heavy metal développés au début des années 1980, habituellement caractérisé par un style ou son plus agressif, abrasif et underground associés au black metal, death metal, doom metal, thrash metal, et parfois au speed metal[90].

Metal industriel[modifier | modifier le code]

Rammstein, groupe de metal industriel.

Le metal industriel mêle éléments de musique industrielle et de heavy metal. Il se centre généralement sur des riffs répétées de guitare, sur l'échantillonnage sonore, le synthétiseur ou séquenceur, et voix distordues[91]. Les groupes du genre les plus importants incluent Ministry, Nine Inch Nails, KMFDM, Rammstein, Fear Factory, Marilyn Manson[92], et Godflesh[93].

Metalcore[modifier | modifier le code]

Metalcore band Killswitch Engage.

Le metalcore mêle thrash metal et punk hardcore. Le genre est lancé en 1984 à l'aide de groupes comme Hogan's Heroes. Généralement, les guitaristes orientés dont usage de lourds riffs de guitare, les batteurs utilisent les d-beats et double-kick du hardcore, et les chanteurs font usage de grunts et de hurlements. Des groupes importants de metalcore incluent Hatebreed, Bury Your Dead, Killswitch Engage, While She Sleeps, Asking Alexandria, Bleeding Through, Integrity, Unearth et Hogan's Heroes[94].

Metalcore mélodique[modifier | modifier le code]

Le metalcore mélodique est un sous-genre mêlant sonorités du death metal mélodique, punk hardcore, metalcore et occasionnellement emo[95]. Les groupes de metalcore mélodique incluent Trivium[96],[97], All That Remains[98], Atreyu[95],[99],[100], Bullet for My Valentine[101], Bury Tomorrow[102], Darkest Hour[99], Asking Alexandria[103], As I Lay Dying[104],[105] August Burns Red[106],[107],[108], et The Devil Wears Prada[109].

Le groupe de metalcore mélodique qui ont influencé le genre sont des groupes originaires du death metal mélodique, en particulier At the Gates[99], Arch Enemy, In Flames et Soilwork[110]. Ils font également et fréquemment usage de mélodies. La plupart des chansons du genre utilisent des chants clairs parfois accompagnés de grunts ou de hurlements. Ils font aussi usage de riffs de guitares et de breakdowns metalcore[111],[112],[113]. Quelques groupes utilisent des solos de guitare[100]. Certains comme Shadows Fall s'identifient dans le glam metal des années 1980[114].

Deathcore[modifier | modifier le code]

Le deathcore mêle éléments de death metal et de metalcore et/ou de punk hardcore[115],[116],[117],[118]. Il est caractérisé par une utilisation « excessive » de riffs de death metal, de blast beats et de breakdowns de punk hardcore[119],[120]. Quelques groupes importants du genre incluent Infant Annihilator, Merauder, Carnifex, Despised Icon, Suicide Silence, Rings of Saturn, et Whitechapel.

Mathcore[modifier | modifier le code]

Le mathcore, à ne pas confondre avec le math metal, est un style dissonant et complexe dans sa rythmique de metalcore. Ses racines sont retracées dans des groupes comme Converge, Botch[121],[122], et The Dillinger Escape Plan[123]. Les groupes importants de mathcore sont associés au grindcore[124],[125],[126],[127],[128].

Electronicore[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Electronicore.

Nintendocore[modifier | modifier le code]

Le Nintendocore (Nintendo rock, video rock, ou nerdcore), est un genre mêlant metalcore, metal, punk hardcore, et post-hardcore[129],[130],[131],[132],[133] à des éléments de musique de jeu vidéo, chiptunes, et de 8-bit[131],[134],[135]. Certains représentants du style incluent Horse the Band[129],[130],[132], The Advantage[135],[136], et Minibosses[135],[137].

Metal gothique[modifier | modifier le code]

Le metal gothique est caractérisé par un mélange d'atmosphères sombres issues du rock gothique et de la lourdeur du doom metal[138]. Le genre est lancé au milieu des années 1990 en Europe et est dérivé du doom-death, un genre mêlant doom metal et death metal. Parmi les groupes du genre Paradise Lost, My Dying Bride, Anathema, Tiamat, The Gathering, Moonspell, Cradle of Filth, Within Temptation, Entwine, HIM, Lullacry, Poisonblack, Evanescence, et Tristania, peuvent être cités.

Metal néoclassique[modifier | modifier le code]

Le metal néo-classique, ou shred metal, est un sous-genre largement inspiré de la musique classique.

Metal progressif[modifier | modifier le code]

Le metal progressif est un genre mêlant rock progressif et heavy metal.

Djent[modifier | modifier le code]

Le djent, connu sous le nom djent metal[139] est un sous-genre musical dérivé du metal progressif[140],[141]. Le mot « djent » est une onomatopée produite par le son d'une guitare haute et saturée emprunté par des groupes comme Meshuggah et Sikth (en). Le terme est à l'origine utilisé par le guitariste de Meshuggah, Fredrik Thordendal. Le mot est utilisé pour décrire des musiques qui font usage de ce son et au son lui-même, ou à la scène dans lequel il s'implique[142]. Des groupes du style incluent Meshuggah, Periphery, Animals As Leaders, TesseracT, et Textures.

Metal symphonique[modifier | modifier le code]

Le metal symphonique définit plus communément des gorupes de metal faisant usage d'éléments orchestraux dans leur musique. Le metal symphonique n'est, la plupart du temps, pas considéré comme un sous-genre du metal mais plutôt comme un éléments qui peut se présenter dans n'importe quel sous-genre de metal[143]. Des exemples de groupes considérés metal symphonique incluent Emperor et Dimmu Borgir, et les groupes de power metal Nightwish et Rhapsody of Fire

Power metal[modifier | modifier le code]

le power metal s'inspire du heavy metal et du speed metal. Le terme est utilisé pour la première fois au milieu des années 1980[144] et définit deux différents styles associés : le premier lancé et largement joué en Amérique du Nord avec un son plus dur similaire au speed metal, et un autre plus populaire lancé en Europe (en particulier l'Allemagne, la Finlande, l'Italie et la Scandinavie), l'Amérique du Sud (Argentine, Brésil) et Japon. Des groupes notables de power metal incluent Blind Guardian, Helloween, DragonForce, Sonata Arctica, Sabaton, Stratovarius, Kamelot, et HammerFall[145].

Speed metal[modifier | modifier le code]

Le speed metal émerge à la fin des années 1970 et au début des années 1980, et est le prédécesseur du thrash metal[146]. Des exemples de groupes de speed metal incluent Venom, Motörhead, Annihilator et Accept.

Stoner metal[modifier | modifier le code]

Le stoner rock, ou stoner metal, se caractérise typiquement par un tempo lent à moyen et une basse bien définie[147]. Il mêle des éléments de rock psychédélique, blues rock et doom metal, souvent à des voix mélodieuses et une « rétro » production[148]. Le genre émerge pendant les années 1990 et lancé par des groupes californiens comme Kyuss[149] et Sleep[150]. D'autres groupes de stoner emtal incluent Acid King, Electric Wizard et Sons of Otis.

Thrash metal[modifier | modifier le code]

Le thrash metal est souvent considéré comme la première forme de metal extrême. Il se caractérise par un tempo rapide et une xomplexité et agressivité musicale. Le thrash metal évolue du speed metal, NWOBHM et des premières chansons du punk hardcore au début des années 1980. Des groupes comme Metallica, Slayer, Megadeth et Anthrax sont les groupes les plus importants du thrash metal, appelés les « Big four ».

Crossover thrash[modifier | modifier le code]

Le crossover thrash, ou simplement « crossover »[151] et parfois punk metal, est une forme de thrash metal utilisant plus d'éléments de punk hardcore que du thrash standard. Le genre repose sur un continuum entre heavy metal et punk rock. Il est souvent confondu avec le thrashcore, qui est essentiellement du punk hardcore rapide[152],[153]. Corrosion of Conformity, Dirty Rotten Imbeciles, Stormtroopers of Death, Suicidal Tendencies et Discharge sont des groupes importants du genre.

Groove metal[modifier | modifier le code]

Le groove metal (neo-thrash, post-thrash, ou power groove) se caractérise par un tempo moyen ou rapide et des riffs thrash, des solos de guitare orientés blues. Des exemples de groupes de groove metal incluent Pantera, Lamb of God, Machine Head, DevilDriver, Sepultura et A.N.I.M.A.L..

Thrash metal allemand[modifier | modifier le code]

Le thrash metal allemand est une forme régionale du thrash metal originaire d'Allemagne durant les années 1980 et largement influencé par la New Wave of British Heavy Metal. Le thrash metal allemand est souvent considéré comme « moins trash » que le trash metal normal. Des groupes notables de la forme incluent Kreator, Destruction, Sodom, Holy Moses, Iron Angel, et Living Death.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sam Dunn. (2005). Metal: A Headbanger's Journey [motion picture]..
  2. (en) Mladen Škot, « Interview with Jotunspor », Maelstrom (consulté le 5 décembre 2011).
  3. « Gorgoroth guitarist Infernus: "I personally am against racism in both thought and practice" », Blabbermouth,‎ (consulté le 5 décembre 2011).
  4. Bill Zebub (réalisateur). (2007). Black Metal: A Documentary [motion picture]..
  5. a, b, c, d, e, f et g (de) Robert Müller: Wollt Ihr den ewigen Krieg?. Der tote Winkel. dans Metal Hammer, novembre 2011.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (de) Wolf-Rüdiger Mühlmann: War Black Metal: Die Extremsten der Extremen. Was bleibt, ist Schutt und Asche. In: Rock Hard, no. 279, p. 71–73.
  7. a et b (en) Wolf-Rüdiger Mühlmann: SARCOFAGO. I.N.R.I. dans Rock Hard, Nr. 304, septembre 2012, p. 73.
  8. a, b et c (en) Wolf-Rüdiger Mühlmann: Impaled Nazarene. Tol Cormpt Norz Norz Norz. Rock Hard, no. 307, décembre 2012, p. 77.
  9. (en) David Ekeroth, Swedish Death Metal, Bazillion Points,‎ (ISBN 978-0-9796163-1-0, lire en ligne), p. 359.
  10. (en) Ian Christe, Sound of the beast: the complete headbanging history of heavy metal, HarperCollins,‎ (ISBN 978-0-380-81127-4, lire en ligne), p. 281.
  11. a, b et c (en) Felix Von Havoc, « Rise of Crust », Profane Existence,‎ 1er janvier 1984 (consulté le 16 juin 2008).
  12. (en) Glasper 2009, 185.
  13. (en) Glasper 2006. Amebix. p. 198-201.
  14. a et b (en) Robert Walser, « Running With the Devil: Power, Gender, and Madness in Heavy Metal Music », Wesleyan University Press,‎ , p. 15–16 (ISBN 0-8195-6260-2).
  15. a et b (en) Tom Pendergast et Sara Pendergast, « St. James encyclopedia of popular culture », St James Press,‎ .
  16. a et b (en) Chuck Eddy, Rock and Roll Always Forgets: A Quarter Century of Music Criticism, Duke University Press,‎ (ISBN 978-0-8223-5010-1), p. 86
  17. (en) Eduardo Rivadavia, « Biography of Insomnium », AllMusic,‎ décembre, ...links to other, neighboring metallic subgenres like doom, melancholy, and dark metal.
  18. (inscription nécessaire) Jim Sullivan, « Heavy metal tour sends a message – loud and clear », The Boston Globe via HighBeam Research,‎ , p. It was Metallica that opened the floodgates to this latest heavy metal subgenre, generally termed thrash metal, dark metal or death metal: fast, bone-crunching, hard rock played with ferocity, strewn with violent, bloody imagery.
  19. Robert Palmer, « POP VIEW; Dark Metal: Not Just Smash And Thrash », New York Times,‎ , The horrific imagery so central to the lyrics of dark metal permeates popular culture, from horror films to illustrated "graphic" novels to the visceral new fiction of "splatter punks"....
  20. Richard D. Barnet et Larry L. Burriss, « Controversies of the Music Industry », Greenwood Publishing Group,‎ (ISBN 9780313310942), p. 86
  21. (en) Micah Issitt, Goths: A Guide to an American Subculture, ABC-CLIO,‎ (ISBN 9780313386046, lire en ligne), p. 25
  22. (en) Jeffrey Kaplan et Heléne Lööw, The Cultic Milieu: Oppositional Subcultures in an Age of Globalization, Rowman Altamira,‎ (ISBN 9780759102040, lire en ligne), p. 143.
  23. Bryan Reesman, « As Darkness Falls, Sales Rise: Goth-Tinged Dark Metal Proves Its Crossover Appeal », Billboard Magazine, vol. 115, no 26,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  24. (en) Robert Walser, « Running With the Devil: Power, Gender, and Madness in Heavy Metal Music », Wesleyan University Press,‎ (ISBN 9780819562609), p. 16.
  25. Robert Palmer, « POP VIEW; Dark Metal: Not Just Smash And Thrash », New York Times,‎ .
  26. Andrew Gilstrap, « Alice in Chains: Greatest Hits », PopMatters (consulté le 18 décembre 2013).
  27. Katherine Turman, « Chicks with Picks », Billboard Magazine,‎ , p. 22.
  28. (en) (inscription nécessaire) Sculley, « `Other Side' of Korn; Latest CD reflects big changes in approach to music, business. », Albany Times Union via HighBeam Research,‎ .
  29. (en) (inscription nécessaire) Linda Laban, « GIGS; What's coming this week. », The Boston Herald via HighBeam Research,‎ .
  30. (en) « Artists :: LAKE OF TEARS », MusicMight (consulté le 17 mai 2012).
  31. (en) (inscription nécessaire) Michael Popke, « Deep Red Shadows », Goldmine via HighBeam Research, Krause Publications,‎ (lire en ligne).
  32. Bryan Rhysman, « As Darkness Falls, Sales Rise », Billboard Magazine, vol. 115, no 26,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  33. J. Edward Keyes, « Tool's Dark Metal and Stunning Visuals Take Over All Points West », Rolling Stone,‎ (lire en ligne).
  34. a et b (en) Dunn, Sam (réalisateur). Metal: A Headbanger's Journey [motion picture]..
  35. (en) Joel McIver Extreme Metal, 2000, Omnibus Press page 14 (ISBN 88-7333-005-3).
  36. (en) The greatest metal band for Mtv
  37. (en) Joel McIver Extreme Metal, 2000, Omnibus Press, page 100, (ISBN 88-7333-005-3).
  38. (en) Joel McIver Extreme Metal, 2000, Omnibus Press, pg.55, (ISBN 88-7333-005-3).
  39. (en) Rivadavia, E. Possessed: Biography. AllMusic.
  40. (en) allmusic ((( Death > Biography ))).
  41. (en) Metal Rules Interview with Chuck Schuldiner.
  42. (en) The Best Of NAMM 2008: Jimmy Page, Satriani Models Among The Highlights | News @ Ultimate-Guitar.Com.
  43. Morbid Angel page @ Allmusic. Formed in 1984 in Florida, Morbid Angel (along with Death) would also help spearhead an eventual death metal movement in their home state.
  44. (en) Is Metal Still Alive? WATT Magazine, Written by: Robert Heeg, Published: avril 1993.
  45. (en) Silver Dragon Records. "During the 1990s death metal diversified influencing many subgenres"
  46. Cosmo Lee, « Stylus magazine review », www.stylusmagazine.com (consulté le 18 juillet 2008), "Death 'n' roll" arose with Entombed's 1993 album Wolverine Blues ... Wolverine Blues was like '70s hard rock tuned down and run through massive distortion and death growls.
  47. Huey, Steve, « ((( Gorefest > Biography ))) », www.allmusic.com (consulté le 15 février 2008), Erase, was released in 1994 and found the band moving subtly toward more traditional forms of metal, partly through its sure sense of groove. That approach crystallized on 1996's Soul Survivor, which combined death metal with the elegant power and accessibility of '70s British metal.
  48. a, b et c « Doom metal », AllMusic (consulté le 21 juin 2008).
  49. a et b (en) Tracey, Ciaran (March 2006). Doom/Death: United in Grief, Terrorizer #142, pages 54–55.
  50. (en) Bardin, Olivier (mai 2006). "Forgotten Doom: Raiders of the Lost Art", Terrorizer #144, page 56.
  51. (en) Nathalie J. Purcell, Death Metal Music: The Passion and Politics of a Subculture, McFarland & Company,‎ (ISBN 0-7864-1585-1, lire en ligne), p. 23.
  52. a, b, c, d, e et f John Wray, Heady Metal, New York Times, 28 mai 2006. [1] Access date: 18 août 2008.
  53. (en) Jason Jackowiak, « Splendid »,‎ (consulté le 27 février 2015).
  54. a, b et c (en) Huey, Steve, « Eyehategod », AllMusic (consulté le 21 juin 2008).
  55. a, b, c et d (en) Huey, Steve, « Crowbar », AllMusic (consulté le 21 juillet 2008).
  56. a, b, c et d (en) York, William, « Buzzov*en », AllMusic (consulté le 21 juillet 2008).
  57. a et b (en) « Doom metal », AllMusic (consulté le 21 juillet 2008).
  58. a et b (en) York, William, « Acid Bath », AllMusic (consulté le 21 juillet 2008)
  59. (en) Huey, Steve, « Crowbar », AllMusic (consulté le 21 juin 2008).
  60. (de) Duden – Das neue Wörterbuch der Szenesprachen (ISBN 978-3-411-71092-8).
  61. (en) York, William, « Buzzov*en », AllMusic (consulté le 21 juillet 2008).
  62. (en) Glam Metal. Urban Dictionary. Pop-culture référence.
  63. (en) "Grind Prix" (2005). Zero Tolerance #004, p. 46.
  64. (en) Lilker, Danny, Grind Your Mind: A History of Grindcore liner notes. Mayan Records, MYNDD056, 2007.
  65. (en) Schwarz, Paul, "Death Metal|Death/Grind" (2006). Terrorizer #150, p. 54.
  66. (en) Natalie J. Purcell, Death Metal Music: The Passion and Politics of a Subculture, McFarland,‎ , 23–24 p. (ISBN 0-7864-1585-1, lire en ligne).
  67. (en) Badin, Olivier (2009). Goregrind. Terrorizer, 181, p. 41.
  68. (en) Matthew Widener, Carcass Clones,‎ (lire en ligne).
  69. (en) Hess, Amanda, « Brick and Mordor: A record store heavy on the metal spins its last gloom and doom », Washington City Paper (consulté le 16 juin 2009).
  70. (en) Ian Christe, The Sound of the Beast: The Complete Headbanging History of Heavy Metal, Flammarion, 2007, p. 91, (ISBN 978-2-08-068797-5).
  71. (en) Bowar, Chad, « What Is Heavy Metal? », About.com (consulté le 8 avril 2008).
  72. (en) Michka Assayas, Dictionnaire du Rock de A à L, Robert Lafond, 2002, pages 776-777, (ISBN 2-221-91260-8).
  73. (en) Tim Grierson, « Alternative Metal – What Is Alternative Metal – Alt-Metal History », About.com (consulté le 7 juillet 2010).
  74. (en) « Alternative Metal », AllMusic (consulté le 15 juillet 2012).
  75. Jonathan Pieslak, « Sound, text and identity in Korn’s ‘Hey Daddy’ », Popular Music, vol. 27,‎ , p. 35–52 (DOI 10.1017/S0261143008001451, lire en ligne).
  76. Joseph Tompkins, « What’s the Deal with Soundtrack Albums? Metal Music and the Customized Aesthetics of Contemporary Horror », Cinema Journal, vol. 49, no 1,‎ (DOI 10.1353/cj.0.0155, lire en ligne).
  77. a et b (en) Joel McIver, Nu-metal: The Next Generation of Rock & Punk, Omnibus Press,‎ , 12–13 p. (ISBN 0-7119-9209-6), « How is nü-metal different from old metal? ».
  78. (en) Joel McIver, Nü-metal: The Next Generation of Rock & Punk, Omnibus Press,‎ , 10; 12 p. (ISBN 0-7119-9209-6), « How did we get to nü-metal from old metal? ».
  79. (en) « Artists :: LINKIN PARK », MusicMight,‎ (consulté le 4 mars 2013).
  80. (en) Tommy Udo, Brave Nu World, Sanctuary Publishing,‎ , 124–138, 237–239 p. (ISBN 1-86074-415-X).
  81. (en) Tommy Udo, Brave Nu World, Sanctuary Publishing,‎ , 166–169, 235 p. (ISBN 1-86074-415-X).
  82. (en) Tommy Udo, Brave Nu World, Sanctuary Publishing,‎ , 139–149, 242 p. (ISBN 1-86074-415-X).
  83. (en) Joel McIver, Black Sabbath: Sabbath Bloody Sabbath, Music Sales Group,‎ (ISBN 085712028X, lire en ligne), p. 295.
  84. (en) John J. Thompson, Raised by Wolves: the Story of Christian Rock & Roll (Ottawa, Ontario, Canada ; Ontario : ECW Press, 2000), (ISBN 1-55022-421-2), pages 153–154.
  85. a et b (en) Marcus Moberg, « Turn or Burn? The Peculiar Case of Christian Metal Music », sur Heavy Fundamentalisms: Music, Metal & Politics, Inter-Disciplinary.Net, Salzburg, Austria,‎ .
  86. (en) « Satellite: Awards », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 14 juin 2012).
  87. (en) Wesley Johnson, « Revolver on Christian metal », Buzz Grinder (consulté le 19 décembre 2007), The cover of the latest Revolver Magazine features members of As I Lay Dying, Norma Jean, Underoath and Demon Hunter. The photo goes along with an extensive write-up on Christian Metal, which they've dubbed "phenomenon of the year.".
  88. Dan Kapelovitz, « Heavy Metal Jesus Freaks – Headbanging for Christ », Mean Magazine,‎ , And where secular Black Metal thrived, so did its Christian counterpart, Unblack Metal, with names like Satanicide, Neversatan, and Satan's Doom. (lire en ligne).
  89. Kittil Kittilsen, Beat the Blizzard.
  90. (en) K. Kahn-Harris, Extreme Metal: Music and Culture on the Edge (Berg Publishers, 2007), (ISBN 1-84520-399-2), p. 31.
  91. (en) « Industrial Metal », AllMusic (consulté le 11 février 2008).
  92. (en) Di Perna 1995a, page 69.
  93. (en) Walters, Martin, « ((( Godflesh > Overview ))) », AllMusic (consulté le 3 juillet 2008).
  94. (en) 1948–1999 Muze, Inc. POP Artists beginning with HOD, Phonolog, 1999, p. 1.No. 7-278B Section 207.
  95. a et b (en) Cosmo Lee et Stewart Voegtlin, « Into the void: Stylus Magazine's Beginner's Guide to Metal – Article – Stylus Magazine », Stylus Magazine (consulté le 17 mai 2010).
  96. (en) « Trivium – In Waves CD Review », Hard Rock Haven,‎ .
  97. (en) « "IN WAVES": LET THE ARGUING ABOUT THE NEW TRIVIUM SONG BEGIN! », MetalSucks,‎ .
  98. (en) Rivadavia, Eduardo, « Overcome review », AllMusic (consulté le 17 février 2012), Overcome offers very dependable melodic metalcore in the spirit of All That Remains' albums past, without succumbing to outright stagnation.
  99. a, b et c (en) D. Taylor, Jason, « Suicide Notes and Butterfly Kisses review », AllMusic (consulté le 24 juin 2008), Atreyu's debut album, Suicide Notes and Butterfly Kisses, is an invigorating foray into melodic metalcore in the vein of Darkest Hour, Poison the Well, and Eighteen Visions.
  100. a et b (en) Taste of Chaos, Revolver, juin 2008, p. 110. This is the Rockstar Taste of Chaos Tour, a night when heavier melodic-metalcore bands like Atreyu and Avenged Sevenfold intend to position themselves as the next generation of bands to actually pack arenas (...).
  101. (en) Apar, Corey, « Bullet for My Valentine », AllMusic (consulté le 8 novembre 2011).
  102. (en) Phil Freeman, « Alternative Press | Reviews | Bury Tomorrow – Portraits », Alternative Press,‎ (consulté le 9 juillet 2012), p. If you're wondering whether they bring anything unique or unexpected to the table, the answer is no. Is Portraits a pleasurable enough melodic metalcore album while it's playing? Absolutely.
  103. Jim, « Asking Alexandria Interview: SXSW 2010 », Spinner,‎ (consulté le 23 juillet 2013).
  104. « As I Lay Dying – Awakened », Rock n Reel Reviews.
  105. « Album Review! As I Lay Dying – Awakened », Headbang or GTFO
  106. (en) « August Burns Red – Constellations », Way Too Loud!,‎ .
  107. (en) « Eternal Closure », Sputnikmusic (consulté le 2 janvier 2012).
  108. (en) « August Burns Red Burns Red Presents Sleddin' Holiday Album », Bradley Zorgdrager,‎ .
  109. (en) « The Devil Wears Prada ‘Dead Throne’ is an Ambush of Sound – Album Review », Audio Ink Radio,‎ .
  110. (en) Metal Injection. 28 août 2007, consulté le 24 juin 2008.
  111. (en) « Ignominious Incarceration – Of Winter Born », Way Too Loud!,‎ .
  112. (en) « It's Through the Approach », El Paisano,‎ (consulté le 24 juin 2008).
  113. (en) « Suicide Notes and Butterfly Kisses review », mp3.com,‎
  114. (en) Dan Epstein, "The Brewtal Truth", Revolver, novembre 2004, p. 65.
  115. (en) allmusic.com. AllMusic, Alex Henderson : What is deathcore? ...it's essentially metalcore... Drawing on both death metal and hardcore...
  116. Eduardo Rivadavia, « Heaven Shall Burn », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 25 mars 2011); Alex Henderson, « Burning Skies », AllMusic, Rovi Corporation (consulté en 25 mats 2011).
  117. (en) Jay H. Gorania, « Despised Icon – Day of Mourning », About.com (consulté le 25 mars 2011).
  118. (en) Alex Henderson, « Desolation of Eden », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 25 mars 2011).
  119. (en) Cosmo Lee, « Doom », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 25 mars 2011).
  120. (en) Dan Marsicano, « Rose Funeral – 'The Resting Sonata' », About.com (consulté le 25 mars 2011).
  121. (en) Botch – We Are The Romans Review.
  122. (en) San Francisco Bay Guardian : Article : The Gap's attack on kids.
  123. (en) TV3 > News > Story > Mathcore band the 'Dillinger Escape Plan' visit NZ.
  124. (en) Contemporary grindcore bands such as The Dillinger Escape Plan [...] have developed avant-garde versions of the genre incorporating frequent time signature changes and complex sounds that at times recall free jazz. Keith Kahn-Harris (2007), Extreme Metal, Berg Publishers, (ISBN 1-84520-399-2), page 4.
  125. (en) Epitaph Records, Dillinger Escape Plan artist info, consulté le 16 septembre 2008.
  126. (en) Vik Bansal, Music OMH, 2 août 2004. Miss Machine review, consulté le 16 septembre 2008.
  127. (en) Whitney Strub, Behind the Key Club: An Interview with Mark "Barney" Greenway of Napalm Death, PopMatters, 11 mai 2006. [2] Access date: September 17, 2008.
  128. (en) Jason Buchanan, Allmovie. The Dillinger Escape Plan: Miss Machine – The DVD review, consulté le 17 septembre 2008.
  129. a et b (en) « Symphonic black metal », sur AllMusic (consulté le 26 avril 2009).
  130. a et b (en) « Horse The Band, Super 8 Bit Brothers, Endless Hallway, and Oceana », sur The A. V. Club, The Onion,‎ (consulté le 10 avril 2011).
  131. a et b (en) Wright, « Subgenre(s) of the Week: Nintendocore (feat. Holiday Pop) », The Quest,‎ (consulté le 21 mars 2011).
  132. a et b (en) Nick Greer, « HORSE the band R. Borlax », Sputnikmusic,‎ (consulté le 14 mars 2011).
  133. (en) Alisha Turull, « New Releases: Lita Ford, the Fall of Troy, Horse the band, Immortal, Inhale Exhale », Noisecreep, AOL,‎ (consulté le 30 mars 2011).
  134. (en) Johnny Loftus, « HORSE the Band », AllMusic, Rovi Corporation (consulté le 14 mars 2011).
  135. a, b et c (en) Will B. Payne, « Nintendo Rock: Nostalgia or Sound of the Future », The Harvard Crimson,‎ (consulté le 14 mars 2011).
  136. (en) Marc Weingarten, « Resurrecting the Riffs, A Nintendo Rock Band », The New York Times,‎ (consulté le 21 mars 2011).
  137. (en) Bayer, Jonah, « Like Video Games? You’ll Love Nintendocore », Gibson Guitar Corporation,‎ (consulté le 15 mars 2011).
  138. (en) « Heavy Metal Artists and Heavy Metal Styles », [heavymetal.about.com] (consulté le 2 décembre 2012).
  139. (en) John Stickler, « You Me At Six, All Time Low, Sum 41, House Of Pain & More Added To Sonisphere Knebworth Line-Up », Stereoboard.com,‎ (consulté le 17 octobre 2011).
  140. (en) Nick Bowcott, « Meshuggah Share the Secrets of Their Sound », Guitar World, Future US,‎ (consulté le 17 octobre 2011).
  141. (en) Brad Angle, « Interview: Meshuggah Guitarist Fredrik Thordendal Answers Reader Questions », Guitar World, Future US,‎ (consulté le 17 octobre 2011).
  142. (en) Djent, the metal geek's microgenre. The Guardian. 3 mars 2011, consulté le 26 juin 2011.
  143. (en) [3], Brief Description of Metal Genres.
  144. (en) Power Metal (guitarmasterclass.net)
  145. Artists. (last.fm).
  146. (en) « Speed metal rock history », www.silver-dragon-records.com (consulté le 14 décembre 2006).
  147. Garry Sharpe-Young, « Rockdetector – Kyuss biography », Rockdetector,‎ (consulté le 10 décembre 2007), [Kyuss] almost single handed invented the phrase 'Stoner Rock'. They achieved this by tuning way down and summoning up a subterranean, organic sound....
  148. (en) « Stoner Metal », Allmusic (consulté le 10 décembre 2007), Stoner metal could be campy and self-aware, messily evocative, or unabashedly retro.
  149. Eduardo Rivadavia, « Kyuss biography », Allmusic (consulté le 10 décembre 2007) : « ...they are widely acknowledged as pioneers of the booming stoner rock scene of the 1990s... »
  150. (en) Eduardo Rivadavia, « Sleep biography », AllMusic (consulté le 21 juin 2008).
  151. (en) Sean Claes, « Superjoint Ritual Feature Interview », Blistering (consulté le 8 septembre 2009).
  152. (en) Powerviolence: The Dysfunctional Family of Bllleeeeaaauuurrrgghhh!!. Terrorizer no. 172. Juillet 2008. p. 36-37.
  153. (en) Felix von Havoc, Maximum Rock'n'Roll #198, consulté le 20 juin 2008.