Liste des familles françaises subsistantes les plus anciennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette liste des familles françaises subsistantes les plus anciennes recense les familles françaises subsistantes au XXIe siècle qui ont pu prouver leur filiation en ligne masculine, naturelle, et légitime, sans interruption jusqu'à un premier ancêtre attesté par un acte antérieur à 1200. Il ne s'agit donc pas de la date la plus ancienne à laquelle un nom de famille est cité. Les dates de filiation suivie retenues dans le présent article sont tirées d'une liste limitative d'ouvrages de référence, cités en bibliographie (voir en fin d'article).

Certaines familles ont hérité leur nom, à une ou plusieurs reprises (principalement au cours du Moyen-Âge), par le biais d'une filiation cognatique (de mère à fils). Dans ce cas, c'est la filiation agnatique (de père à fils) qui est prise en compte, et non la filiation patronymique, généralement plus ancienne.
A contrario, il existe quelques familles dont la filiation agnatique est plus ancienne que leur filiation patronymique, parce que leur ascendance paternelle est prouvée au-delà de la date d'adoption de leur patronyme.

Un certain nombre de familles, mentionnées anciennes dans certains des ouvrages de référence de la bibliographie, mais dont l'ancienneté est contestée dans d'autres ouvrages de la même liste, font l'objet d'une deuxième série de familles dites "controversées".

Les familles d'origine étrangère et reconnues nobles en France sous l'Ancien Régime ont dû fournir à l'époque aux généalogistes du Roi les pièces prouvant leur filiation dans leur pays d'origine. Ces probations n'ayant généralement pas fait l'objet d'un soin aussi rigoureux que pour les familles d'origine française, les familles revendiquées anciennes d'origine étrangère sont classées dans une troisième liste.

Liste par ancienneté[modifier | modifier le code]

IXe siècle[modifier | modifier le code]

Xe siècle[modifier | modifier le code]

XIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Familles controversées[modifier | modifier le code]

XIe siècle[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Familles d'origine étrangère reconnues nobles en France[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nobiliaires nationaux[modifier | modifier le code]

  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, éditions Robert Laffont, Paris, 2007.
  • Dictionnaire de la vraie / fausse noblesse, éditions Tallandier, Paris, 2008.
  • Patrice du Puy de Clinchamps, Dictionnaire et Armorial de la Noblesse, 5 volumes, Patrice du Puy éditeur, Paris, 2005-2009.
  • Étienne de Séréville et Fernand de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, et Dictionnaire de la noblesse française, supplément, 1977.
  • Philippe du Puy de Clinchamps, L'ancienne noblesse française, Les cahiers nobles, 1955, réédition en 2001, Patrice du Puy éditeur (ISBN 2-908003-12-0)
  • Henri Jougla de Morenas et Raoul de Warren, Grand Armorial de France, 7 volumes, Paris, 1934-1952
  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, 20 volumes (lettres A à Gau), 1903-1929
  • Jean-François Houtart, Anciennes familles de Belgique, éd. OGHB, Bruxelles, 2008

Nobiliaires et ouvrages régionaux[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Ruchaud (dir.), Généalogies limousines et marchoises, 20 volumes, Editions Régionales de l'Ouest, 1982-2016
  • Gilles Le Barbier de Blignières (dir.), Généalogies périgourdines, 2 volumes, Patrice du Puy éditeur, Paris, 2014-2017
  • Aymar d'Arlot de Saint-Saud, Généalogies périgourdines, 4 volumes, Bergerac, 1898-1942
  • Gontran du Mas des Bourboux, L'ancienne noblesse du Périgord subsistant en Dordogne, Périgueux, 2001
  • Jean-Marie Thiébaud, Officiers seigneuriaux et anciennes familles de Franche-Comté, 3 volumes, Pontarlier, 1981-2010
  • Hubert de Vergnette de Lamotte, Filiations languedociennes, 3 volumes, Mémodoc, 2006
  • Bernard Mayaud, Dictionnaire des familles de l'Anjou, 16 volumes, Angers, 1996
  • Hugues-A. Desgranges, Nobiliaire du Berry, 3 volumes, St-Amand-Montrond, 1971-1989 (lettres A-B)
  • Louis de Ribier, Preuves de la noblesse d'Auvergne, 6 volumes, éd. Honoré Champion, Paris, 1907-1933
  • Amédée de Foras et F.C. de Mareschal de Luciane, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, 6 volumes, Grenoble, 1863-1938
  • Georges Le Gentil de Rosmorduc, La Noblesse de Bretagne devant la Chambre de Réformation, 4 volumes, St-Brieuc, 1896-1905
  • Adolphe de Villenaut, Nobiliaire de Nivernois, Nevers, 1900
  • Roger de Lurion, Nobiliaire de Franche-Comté, 1 volume 890 pages, Besançon, 1890

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Issue de Robert le Fort, comte d'Anjou et duc de France, tué en 866
  2. Première maison de La Rochefoucauld suivie depuis 1019 et éteinte au XIIe siècle, nom relevé par Guy de Marthon, fils de Robert de Marthon et d'Emma de La Rochefoucauld, vivant en 1147
  3. Le premier ancêtre prouvé serait Raimond-Aimeri de Montesquiou, chevalier vers 1190.
  4. Selon un ouvrage de Félix-Victor Goethals de 1857, « Miroir des notabilités nobiliaires de Belgique, des Pays-Bas et du nord de la France », la famille de Hennin de Boussu Walcourt, appartenant aujourd'hui à la noblesse belge, et la famille de Haynin de Bry, famille française non noble, sont issues de l'ancienne Maison de Haynin, dont la tige est Etienne de Denain cité de 1172 à 1205. Des généalogistes contemporains émettent des réserves sur ce rattachement ou le rejettent (voir les différents points de vue dans l'article Maison de Haynin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 1, 1934
  2. a, b, c, d, e, f, g et h Raoul de Warren, Grand Armorial de France, tome 6, 1948
  3. a, b, c, d et e Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 4, 1939
  4. a, b et c Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 2, 1938
  5. a et b Philippe du Puy de Clinchamps, L'ancienne noblesse française en 1955, Les Cahiers nobles, 1955
  6. a et b Jean-François Houtart, Anciennes familles de Belgique, éd. OGHB, Bruxelles, 2008
  7. Dictionnaire de la vraie / fausse noblesse, éditions Tallandier, Paris, 2008
  8. André Debord, La société laïque dans les pays de la Charente : Xe-XIIe, Picard, 1984, page 511
  9. Louis de Ribier, Preuves de la noblesse d'Auvergne, tome 1, p. 441-44 et 598, 1907
  10. a et b Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 3, 1935
  11. a et b Raoul de Warren, Grand Armorial de France, tome 5, 1948
  12. a, b et c Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, Paris, 2007
  13. Almanach de Gotha 1902, page 880
  14. Félix-Victor Goethals, « « Miroir des notabilités nobiliaires de Belgique, des Pays-Bas et du nord de la France », Volume 1 », Polack-Duvivier, , p. 7 à 126.

Articles connexes[modifier | modifier le code]