Liste des devises de villes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cette page présente, par pays, la liste des devises de villes :

Allemagne[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Séville : NO8DO (rébus : le 8 est en fait un écheveau de laine (madeja), ce qui fait no-madeja-do ou no me ha dejado, « elle ne m'a pas abandonné »)[9]

États-Unis[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

A[modifier | modifier le code]

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

Les armoiries de Cognac sculptées sur la façade du couvent des Récollets.

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

L'Île-d'Yeu : In Altum Lumen Et Perfugium « Lumière et refuge en haute mer »[réf. nécessaire].

J[modifier | modifier le code]

  • Jargeau : Lilia terna gero, triplex mihi et annulus armis (Je porte trois lys et un triple anneau dans mes armes)[HT 92],[159]
  • Joinville : Omnia tuta time (Tout ici est sous protection, prends garde !)[HT 97],[160]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

  • Nancy :
    • Non inultus premor (Qui s’y frotte s’y pique)[HT 112],[201]
    • Aculei mei acuti in corda inimicorum regis (Mes piquants acérés dans le cœur des ennemis du roi)[HT 112],[202]
  • Nantes :
    • Oculi omnium in te sperant, Domine (Tous les yeux sont pleins d'espoir en toi, Seigneur)[HT 113],[203]
    • Favet Neptunus eunti (Neptune le favorise quand il s'en va)[HT 113],[204]
  • Nérac : Christus sol justitiæ (Christ, soleil de justice)[OBM 10],[205]
  • Nice : Nicæa civitas fidelissima (Nice cité très fidèle)[HT 114],[206]
  • Nîmes : Colonia Nemausensis (Colonie nîmoise)[207]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Q[modifier | modifier le code]

  • Quimper : Unanet e vimp kreñv (Unis nous serons forts)[219]

R[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

U[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

X[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Algérie française[modifier | modifier le code]

  • Arzew : Portus magnus (Grand port).
  • Attatba : Ense et aratro (Par l'épée et par la charrue), Devise du maréchal Bugeaud, alors qu'il était gouverneur de l'Algérie.
  • Bône : Ferit et alit (Il pique et il nourrit).
  • Boufarik : Ense et Aratro (Par l'épée et par la charrue), Devise du maréchal Bugeaud, alors qu'il était gouverneur de l'Algérie.
  • Bougie : Je parviendrai.
  • Cherchell : Cæsare Jubæ regia urbs Apollonis.
  • Collo : Audaces fortuna juvat (La fortune sourit aux audacieux).
  • Marnia : Numerus syrorum (ancien nom latin de Marnia).
  • Nemours : Fratres Semper Vigilantes (Frères toujours vigilants).
  • Orléansville : Castellum tingitanum.
  • Philippeville : Laborem honoremque fati nostri pignora habemus (Le travail et l'honneur sont les gages de notre avenir).
  • Saint-Arnaud : Labor improbus omnia vincit (Un travail opiniâtre vient à bout de tout).
  • Sétif : Sitifis colonia (ancien nom latin de Sétif).
  • Sidi-Bel-Abbès : Pax et labor (Paix et travail).
  • Souk Ahras : Labuntur anni illa viret (Passent les années, lui est vigoureux).

Haïti[modifier | modifier le code]

Irlande (République)[modifier | modifier le code]

  • Cork : Statio Bene Fida Carinis (Un port sûr pour les navires)[255]
  • Dublin : Obedientia Civium Urbis Felicitas (Heureuse est la ville où les citoyens obéissent)[256]
  • Limerick : Urbs Antiqua Fuit Studiisque Asperrima Belli (Une ville ancienne bien versée dans les arts de la guerre)[257]
  • Waterford : Urbs Intacta Manet Waterfordia (Waterford reste la ville insoumise)[258]

Italie[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

  • Auckland : Advance (Avance)[259]
  • Christchurch : Fide condita, fructu beata, spe fortis (Fondée par la foi, riche de son fruit, forte d'espérance)[259]
  • Dunedin : Maiorum institutis utendo (Suivant les pas de nos ancêtres)[259]
  • Wellington : Suprema a situ (Dominante par sa position)[259]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

  • Amsterdam : Heldhaftig, vastberaden, barmhartig (Vaillant, déterminé, charitable)[260]

Pérou[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Angleterre[modifier | modifier le code]

Écosse[modifier | modifier le code]

Irlande du Nord[modifier | modifier le code]

  • Belfast : Pro tanto quid retribuamus (Que rendrai-je à Yahweh pour tous ses bienfaits à mon égard !) Ps 116, verset 12[307]
  • Derry : Vita, Veritas, Victoria (La vie, la vérité, la victoire)[308]

Pays de Galles[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

  • Genève : Post Tenebras Lux (Après les ténèbres, la lumière)[312]

Turquie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a b et c p. 36
  2. a b et c p. 37
  3. a b c d et e p. 38
  4. a b c et d p. 39
  5. a b c et d p. 40
  6. a b c d e f g h et i p. 41
  7. p. 42
  8. a b c d et e p. 45
  9. p. 43
  10. a b et c p. 44
  11. a b c et d p. 46
  12. a b et c p. 47
  1. p. 228
  2. p. 99
  3. p. 130
  4. p. 118
  5. p. 395
  6. p. 104
  7. p. 12
  8. p. 40
  9. p. 184
  10. a b c et d p. 391
  11. p. 259
  12. p. 24
  13. p. 345
  14. p. 179
  15. p. 356
  16. p. 338
  17. p. 6
  18. p. 32
  19. p. 80
  20. p. 263
  21. p. 33-34
  22. p. 269
  23. p. 167
  24. a et b p. 216
  25. p. 26
  26. a et b p. 385
  27. p. 79
  28. p. 379
  29. p. 39
  30. p. 70
  31. p. 373
  32. p. 53-54
  33. p. 286
  34. p. 253-254
  35. p. 133
  36. p. 159
  37. p. 346
  38. p. 100
  39. p. 163
  40. p. 54
  41. p. 41
  42. p. 226
  43. p. 73-74
  44. p. 418-419
  45. a et b p. 376
  46. p. 273
  47. p. 161
  48. p. 383
  49. p. 113
  50. p. 334
  51. p. 185
  52. p. 84
  53. p. 384
  54. p. 274
  55. p. 46-47
  56. p. 337
  57. p. 198
  58. p. 331
  59. p. 94-95
  60. p. 239
  61. p. 47-48
  62. p. 375
  63. p. 48
  64. p. 24-25
  65. p. 270
  66. p. 137
  67. p. 292-293
  68. p. 58
  69. p. 66
  70. p. 412
  71. p. 236
  72. p. 151
  73. a et b p. 297
  74. p. 146-147
  75. p. 13
  76. p. 27
  77. p. 352
  78. p. 131-132
  79. p. 234
  80. p. 149-150
  81. a et b p. 399
  82. p. 199
  83. p. 171
  84. p. 141
  85. p. 126
  86. a et b p. 355
  87. p. 106
  88. p. 291
  89. p. 289
  90. p. 111
  91. p. 366
  92. a et b p. 294
  93. p. 144
  94. p. 369
  95. p. 191
  96. p. 222
  97. p. 251
  98. p. 180
  99. a et b p. 175
  100. p. 201
  101. a et b p. 220
  102. p. 81
  103. p. 322
  104. p. 142
  105. p. 244
  106. p. 103
  107. p. 2
  108. a et b p. 250
  109. a b c d e f et g p. 93
  110. p. 97-98
  111. a et b p. 64
  112. a et b p. 231
  113. a et b p. 248
  114. p. 227
  115. p. 328
  116. p. 165
  117. p. 387
  118. p. 8
  119. p. 23
  120. p. 88
  121. p. 29
  122. p. 329
  123. p. 21
  124. p. 119
  125. a et b p. 160
  126. p. 378
  127. p. 389-390
  128. p. 374
  129. p. 55
  130. p. 393
  131. p. 55-56
  132. p. 353-354
  133. p. 382
  134. p. 401
  135. p. 77
  136. p. 245
  137. p. 247

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Harz-Zeitschrift 2015, p. 92.
  2. « Une ville française en Allemagne? Salü Saarlouis ! » sur le site de ac-nancy-metz.fr
  3. (en)« Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  4. (en) « Coat of Arms and Symbols » sur le site brisbane.qld.gov.au
  5. (en) « Coat of Arms » sur le site hobartcity.com.au
  6. (en) « Coat of Arms » sur le site melbourne.vic.gov.au
  7. « Hotel de ville de Verviers - la restauration » (consulté le 4 janvier 2015)
  8. Symboles identitaires, Ville de Québec, consulté en ligne le 24 mai 2011.
  9. (es) « Un libro revela verdadero significado del símbolo sevillano NO8DO y desmonta la leyenda del 'no-madeja-do' » sur le site lukor.com
  10. La devise a été ajoutée au sceau de la ville par une ordonnance du 2 janvier 1823 (et s'est conséquemment retrouvée sur le drapeau, dont le centre est occupé par le sceau, en 1917) ; (en) Boston City Council, Documents of the City of Boston, Volume 1, , p. 53.
  11. File:Seal of Brooklyn, New York.svg
  12. Cette devise latine a été inscrite sur le drapeau de la ville, de chaque côté du sceau qui occupe son centre, à l'initiative de Gabriel Richard, après l'incendie de 1805.
  13. Les armes initiales de la ville étaient les pleines armes du Ponthieu. En récompense de l'aide des Abbevillois lors de la reconquête du comté et de son rattachement au royaume, Charles V leur permit, par des lettres patentes du 19 juin 1369, d'ajouter à leurs armes un « chef d'azur semé de fleurs de lys d'or ». La devise officielle fut ajoutée plus tard mais à une époque inconnue. On la retrouve parfois sous la forme « Fidelissima ».
  14. Cette devise officielle est un souvenir des guerres civiles du XVIe siècle qui, très souvent, portèrent atteinte à la cité. Elle est tirée des Psaumes (CXXVI ; 1)
  15. « Blason d'aix-en-provence », sur aixcentre.ifrance.com (consulté le 3 juillet 2011)
  16. En souvenir des services rendus par les Aixois lors de l'incursion militaire du roi d'Aragon dans la région marseillaise, Louis III d'Anjou, souverain de Provence, leur donna cette devise officielle, le 10 mars 1431.
  17. La description sommaire des armes est contenue dans la devise officielle qui est moins ancienne que le blason. Le lion est ici « léopardé » car il est vigilant et protecteur. Les armoiries sont décrites dans une charte de 1236 : la croix épiscopale a, depuis, remplacé la crosse épiscopale originelle, et la tour crénelée, un mur crénelé. Enfin, le lion était, d'abord, absent de dessus les créneaux (il apparaissait seulement à l'avers d'un sceau attaché à une charte de 1236) mais il est représenté depuis plusieurs siècles. La devise se rencontre pour la première fois dans un ouvrage du XVIIe siècle d'où elle a été extraite (D'Hozier : Armorial des États du Languedoc ; 1764) qui la contient, d'ailleurs, sous la forme d'un distique : « Stat baculus, vigilatque leo turresque tuetur. Macte animo, ô cives, quis vos impune lacesset ? » ([…] Montrez un cœur courageux citoyens ! qui pourra vous provoquer impunément ?). H. Tausin (p. 344-345)
  18. Les armes « de gueules plein, au chef d'azur semé de lys d'or » furent données à la ville par Philippe-Auguste en 1185. Plus tard, Louis XI, après que la ville, possession du duc de Bourgogne, fut réunie à la couronne, accorda des branches de lierre d'argent en pointe de l'écu, avec cette devise officielle qui commémore son rattachement (H. Tausin ; p. 208).
  19. La devise officielle qui se rapporte au triple quintefeuilles du blason, est extraite du premier Psaume (verset 3). Elle est citée par Guy Le Borgne dans son Armorial breton (1667). Les armoiries sont reprises aux anciens barons d'Ancenis. M. Hyacinthe Glotin (1896), cité par H. Tausin, explique : la ville « bâtie sur la rive de la Loire, est comparée à un arbre planté sur le bord des eaux vives. Les feuilles ne tomberont pas parce que les racines sont toujours baignées par une source féconde. C'est la Loire qui fait et a surtout fait jadis la prospérité d'Ancenis ».
  20. La ville n'a pas de devise héraldique, mais on peut accepter une officieuse qui apparaît sur des jetons du XVe siècle. Parfois, on lui attribue à tort la devise du roi René : « Ardent désir » que ce souverain fit graver près d'un réchaud pour témoigner son amour à Isabelle de Lorraine (et plus tard sur le tombeau de celle-ci). Cf : Armand Guérand : Revue des provinces de l'Ouest ; 1855 ; t. 3 ; p. 500 & Victor Godard Faultrier : Le château d'Angers, au temps du roi René ; 1866 ; p. 37.
  21. Pierre Dubourg-Noves (dir.), Histoire d'Angoulême et de ses alentours, Toulouse, Éditions Privat, coll. « Univers de la France et des pays francophones », , 319 p. (ISBN 2-7089-8246-X, notice BnF no FRBNF35072424, présentation en ligne), p. 97
  22. Cette devise officielle, d'abord gravée sur la porte du Palet à la fin du XVIe siècle, remonte au XIVe siècle, rappelant la résistance des habitants qui repoussèrent les Anglais en 1372. En vertu de la fidélité constante de la ville au royaume, ses édiles furent anoblis. Le lys d'or du blason fut un temps remplacé par une étoile, en 1851, par Normand de la Tranchade, maire de la ville. [H. Tausin (p. 135-137)] N.B. : Cognac et Périgueux ont choisi la même devise.
  23. La ville a d'abord porté au XIVe siècle les armes : « Échiqueté d'argent et de gueules » (celles des Roussillon-Annonay) puis vers 1835, elles furent rectifiées : « Échiqueté d'or et de gueules » (celles des Ventadour). La devise qui est officielle est postérieure à la Révolution et pourrait provenir de Mathieu Duret qui fut maire en 1815 et laissa des « Notes pour servir à l'histoire d'Annonay. On peut en déduire que la solidarité des habitants, constante à toutes les époques, en est le sujet. (H. Tausin ; p. 49-50)
  24. Devise accordée à la ville en 1815 par Louis XVIII en remerciement de sa fidélité
  25. « Guide municipal », sur le site officiel de la mairie d'Antony (consulté le 3 juillet 2011)
  26. En 1874, la ville qui doit sa prospérité au bassin minier qui l'entoure, conçoit de nouvelles armes « à la bande de sable veinée d'argent » (qui représente une coupe de bassin houiller). Ce blason a été critiqué comme une erreur héraldique. Théodore Leuridan, dans son Armorial des communes du département du Nord (1909 ; p. 168) rappelle l'ancien écu inspiré de celui de l'abbaye d'Hasnon qui avait reçu de Charles le Chauve le territoire d'Anzin : « de sable, à quatre clefs d'argent, mises en pal, 2 et 2, le panneton en haut et à dextre ». La devise appropriée qui s'adresse au feu des nouvelles armoiries (« trois foyers ardents de gueules rangés en fasce »), fut ajoutée dans le même temps. Elle paraît empruntée à la Dissertation sur le feu de Voltaire qui a mis en exergue le distique suivant (en latin) : « Ignis ubique latet naturam amplectitur omnem » « Cuncta parit, renovat, dividit, urit, alit »
  27. Devise officielle non héraldique du XVe siècle, reprise d'un vers de Claudien (poème De Bello getico : O meritum nomen felicibus…). Plus anciennement, un sceau d'Apt représentant deux cavaliers armés, avait cette légende : Pugno et expugno (Je combats et je repousse) ; au revers, deux hommes debout et la légende : « Sigillum curie civitatis Aptensis »
  28. a b c d e f g h et i « Devises des villes de Franche-Comté », sur Identité comtoise (consulté le 3 juillet 2011)
  29. La devise fait allusion au pélican du blason, oiseau qui nourrit ses petits jusqu'au sacrifice. H. Tausin (p. 333)
  30. La devise en français mais « pas aussi bien » que la latine remarque H. Tausin (p. 12 & 333). Dieu remplace le pélican mais, en effet, l'idée de sacrifice disparaît.
  31. C'est la devise officielle qui date de 1860. M. Lamarque de Plaisance qui a conçu les armoiries de la ville et la devise s'était inspiré de l'inscription de la cloche de l'église Saint-Ferdinand, gravée le 12 août 1855 : «  Nox heri, Hodie aurora, Cras lux » (Hier la nuit, aujourd’hui l'aurore, demain le jour). (H. Tausin ; p. 155-158)
  32. Selon la tradition, cette devise officielle a été accordée aux Ardrésiens par François Ier au Camp du Drap d'Or, en récompense de leur bravoure et de leur fidélité. Les armes « à l'aigle à deux têtes éployée de sable » ont pour supports adéquats un homme armé et un chien. L'érudit artésien, Roger Rodière, explique que la devise est amplement méritée : « une brave petite ville qui fut, depuis 1377 jusqu'au traité de Nimègue, le boulevard et le poste avancé de la France, entre l'Angleterre (Calais) et l'Artois, successivement bourguignon et espagnol… On ne compte pas les sièges qu'a subi cette bicoque, sans presque jamais être prise. »
  33. Le blason « d'argent à l'aigle de sable », rétabli le 7 août 1816, était tout indiqué pour la devise probablement adoptée pour la circonstance. Les armoiries, plus anciennes, remontent, selon Léon de la Sicotière, aux alentours de la Renaissance.
  34. Ancienne devise trouvée sur une bulle municipale de 1210, et citée par César de Nostradamus dans ason ouvrage « Histoire et chronique de Provence » (1614 ; p. 189)
  35. Cette autre ancienne devise figurant sur une bulle municipale de 1221 est également citée par César de Nostradamus
  36. Cette ancienne devise accompagnait le blason où figurait une tour en place du lion, c'est-à-dire au temps des rois d'Arles, avant que la ville devienne une république et fasse alliance avec les Vénitiens (Lion de Saint-Marc)
  37. Cette devise qui est restée définitivement peut être considérée comme la résultante des deux plus anciennes. Cependant, les mœurs ayant changé, les auteurs se divisent entre deux interprétations : craindre la colère du lion (la ville menacée) ou appel à la protection de la ville (« Défendez-la, Seigneur, de la colère du lion »). On trouve, en effet, un sceau de la ville de 1628 qui arbore cette devise tirée du Livre des Juges : « Ex forti dulcedo » (De la force vient la douceur) [L. Blancard in « Iconographie des sceaux et bulles conservées aux archives départementales des Bouches-du-Rhône » (1860 ; (p. 75)
  38. Cette devise apparut au temps de Louis XIV qui venait de prendre puis de démanteler la cité. Armentières fut réunie à la couronne de France le 2 mai 1668, par le traité d'Aix-la-Chapelle. Selon M. Ringot, bibliothécaire de la ville (1911), une députation de bourgeois armentiérois, ruinés par les guerres, partirent en chariot au-devant du roi qui tenait alors sa cour à Bruxelles. Pour faire meilleure figure et faire croire qu'ils étaient venus à cheval, ils s'étaient munis d'éperons d'argent ; mais la supercherie fut connue et ils furent moqués. Armentières fut alors surnommée « pauvre et fière », mais cette pseudo-devise n'est pas portée.
  39. On ne sait pas grand-chose de cette devise donnée pourtant comme officielle par H. Tausin. À défaut de la relier à ses armes ou à un événement, on dit qu'elle est extraite d'un poème d'Ausone. On la retrouve dans un poème macaronique : Les jeux de la Saint-Ladre ou La Guerre autunoise où l'on peut penser qu'il n'existe que la présence du nom de la ville.
  40. « Le Blason d'Aspremont », sur le site de la Circonscription de Nice 3 (consulté le 3 juillet 2011)
  41. Une devise officielle qui a simplement fait appel à un jeu de mots avec le nom de la ville : A[sta]f[fort]
  42. Les armes parlantes de la ville fournissent le sujet à la devise officielle. Le nom originel de la cité, « Aubuisson » contient déjà la figure végétale du blason (sans doute, une aubépine). Cyprien Pérathon (Histoire d'Aubusson ; 1886) cité par H. Tausin, fait remarquer qu'une ville espagnole Loja porte une devise similaire : « Loxa flor entre espinas »
  43. Cette devise, en dialecte gascon, n'est pas portée mais elle résume la situation politique ancienne de la ville. Auch fut jadis gouvernée par deux seigneuries en paréage : les comtes d'Armagnac (à senestre, le « lion de gueules armé de sable » du blason mi-parti) et l'archevêché (à dextre, l'« agneau pascal d'argent »)
  44. C'est la devise officielle mais « il ne paraît pas qu'Autun ait jamais eu une devise dans le sens propre du mot ». La phrase est sans doute inspirée des Annales de Tacite (ch. 25 - Livre XI) et ne se rencontre pas avant le XVIIIe siècle dans les actes officiels. Depuis la fin du XIXe siècle, on ajoute habituellement : « Roma celtica » ; expression qui rappelle son prestigieux passé et qui est dérivée de l'ouvrage de Nérée d'Auxerre : « Vita metrica sancti Germani » [Th. Charcot de la Société éduenne (1896)]
  45. La devise qui est allusive à la tour du blason, se lit en exergue dans l'« Armorial de la généralité de Bourgogne » de 1696. [H. Tausin (p. 87)]
  46. Elle est donnée comme une variante de la première devise et son empreinte est conservée aux archives départementales (fond des Doctrinaires) en exergue et apposée en noir de fumée par un cachet de 1701. (A. Dey : « Armorial historique de l'Yonne » ; 1860 ; p. 149)
  47. H. Tausin donne cette devise comme officielle. Le sens est obscur puisqu'elle est issue de l'écu de l'échevinage de la ville. Avesnes fut érigée en duché-pairie en 1784 et porte les armes des comtes d'Artois qui y séjournaient au XIIIe siècle. Quant à la devise, on retrouve le même problème qu'avec celle de Montlhéry qui émanait, elle aussi, d'une autorité judiciaire indépendante (il s'agit, ici, des actions judiciaires) et elle est beaucoup moins transposable à une municipalité.
  48. Cette devise officielle se rapporte au gerfaut (aigle, la tête tournée à droite) du blason mais l'oiseau fut remplacé par les clefs papales lors du séjour de la papauté, et ne sert plus que de support. (H. Tausin p. 380)
  49. Cette devise, non portée, serait, selon Julien Sacaze, antérieure à 1789. Les sources ferrugineuses de Luchon (Bagnères dérive du latin « balneum ») et de Naples (Baïes) soignaient, déjà à l'époque romaine, les mêmes maladies. Les armes parlantes de la ville remonteraient au règne de Louis VII qui vit l'essor de son thermalisme. Paul Joanne indique qu'une divinité locale, « Ilixo » ou « Lixion », serait l'éponyme de la ville (Lixion). On lit, d'ailleurs, sur son blason l'inscription « ILIXONI DEO » (à noter que « lixio » désigne, en latin, un porteur d'eau).
  50. Cette devise officielle d'un port bien abrité, attestée depuis le XVIIIe siècle, se rapporte aux astres qui orientaient jadis les marins et représentés sur son blason par « l'étoile d'or sur champ d'azur »
  51. Devise établie au XVIIe siècle.
  52. « ni prise, ni compromise ». Si la ville, au cours de son histoire, résista vaillammant à des sièges, elle fut prise plusieurs fois (par les Anglais avec la collusion d'habitants en 1294). La devise n'est vérifiée que depuis sa réunion définitive à la France (1451). A. Gréhan : La France maritime (1837) ; tome 3 ; p. 294
  53. Les armes de la ville représentant la décapitation de Jean le Baptiste découle d'une ancienne légende où une femme qui assista à l'événement rapporta un linge teinté de sang du martyr. La devise commémore l'accueil officiel fait par les habitants et leur maire, au fils du comte d'Artois, neveu du futur Louis XVIII, alors même que Napoléon n'avait pas encore quitté le pouvoir. Selon H. Tausin, cette devise, de son temps, n'était plus portée (début du XXe siècle) ainsi que le « chef fleurdelysé » du blason, accordé par le roi, le 14 juin 1817.
  54. Cette devise paraît remonter aux guerres de religion, au cours desquelles la ville demeura résolument du côté catholique. H. Tausin écrit qu'officielle, elle marque, en effet, une grande détermination ; et que, de plus, ses armes « à l'écartelé d'or et de gueules » sont soutenues à dextre par une levrette, symbole de fidélité, « les pattes de devant appuyées sur une croix haute ».
  55. Cette devise officielle de la ville, qui s'adresse au lion de son blason et joue sur son nom, fut d'abord celle des comtes Beaufort en Vallée. (Joseph Denais : Armorial général de l'Anjou ; T1 ; p. 135)
  56. Les armes « fascé d'or et d'azur de six pièces, semé de fleurs de lys de l'un en l'autre » expliquent la devise. Elles ont été confirmées par le brevet de Louis XVIII, le 15 février 1821. Elles auraient été accordées par Henri IV, selon J. N. Pellieux (Essais historiques sur la ville et le canton de Beaugency ; 1856 ; p. 211), mais le sinople y remplaçait l'azur. Ce roi remerciait la cité de son courage dans les vicissitudes des guerres : celles de Cent ans et de religion. H. Tausin indique que le « semé de lys » et la devise sont encore visibles sur la façade de l'hôtel de ville (bâti en 1526 et endommagé pendant la Révolution). La devise est également celle de la famille de Sèze depuis Louis XVIII.
  57. La ville a pris comme il se doit les armes et la devise des seigneurs qui la possédèrent depuis le Xe siècle. Elles traduisent, à travers un jeu de mot, la fierté de ses nobles défenseurs de jadis.
  58. Cette pieuse et ancienne devise s'adresse à la Vierge à l'Enfant du blason (qui supplanta en 1540 une Bellone païenne de 1203). Cependant, comme cette Vierge tenait une grappe à la main, elle fut remplacée pour écarter l'ambiguïté.
  59. Depuis le XVIIe siècle, c'est la devise officielle. Elle n'a pourtant pas entièrement évité, à cause de la réputation mondiale de cette cité de négociants en vins, la confusion de la Vierge et la grappe. La municipalité utilise aussi et plus prosaïquement la légende: « Belna Eduorum » (Beaune ville des Éduens)
  60. La devise qui est officielle, a trait au « pal patté » du blason. On pense tout de suite à l'héroïque résistance de la ville avec Jeanne Hachette pendant le siège de 1472 et l'échec de Charles le Téméraire.
  61. On a pensé d'abord que cette devise (officielle) se rapportait à la mythique salamandre qui vit dans le feu sans se consumer, et orne son blason puisque la cité a jadis appartenu à François 1er. Plus concrètement, depuis Jules César, la ville s'est relevée avec courage de toutes les vicissitudes de l'Histoire : la guerre des Gaules, la Guerre de Cent ans, les guerres de religion, la Ligue, la Révolution, etc. ; et à des cataclysmes mémorables : inondations, incendies, pestes…
  62. La devise officielle, probablement du XIXe siècle, ne surprend pas pour cette station balnéaire et sa plage réputée, même si une ancre rappelant l'ancien port d'échouage orne son blason.
  63. La devise est officielle depuis le XIXe siècle selon L.P. Desvoyes (Appendice aux armes de Berre ; 1882) Le blason contient un « lambel de cinq pendants de gueules, qui est de Sicile » et d'un second « semé de fleurs de lys d'or, brisé d'une bordure de gueules, qui est d'Anjou ».
  64. ou « Plaise à Dieu ! » (« Pleut à Dieu ! » est l'ancienne orthographe). C'est la traduction de l'expression latine « Utinam ! » et la plus ancienne devise de la ville.
  65. Devise datant du XVe siècle, selon Jules Gauthier, in « Les sceaux et les armoiries des villes et bourgs de Franche-Comté »
  66. Instituée en 1815 par lettres patentes du 18 novembre, cette devise ne survécut pas longtemps et « Utinam ! » fut rétablie
  67. Société des sciences, des lettres et des arts de Bayonne (bulletin no 108 ; p. 242 ; 1965). Cette devise officielle et très récente (milieu du XIXe siècle) qui s'adresse à la barque baleinière de son blason, est celle d'un port important qui exploita d'abord le produit de la pêche à la baleine jusqu'au XVIe siècle.
  68. Cette ancienne devise agressive fut celle de la famille d'Orléans et de Louis XII, un natif de la ville. Ce roi porta lui-même l'emblème, fort usité à l'époque, du porc-épic qui était déjà celui de l'Ordre du Porc-épic fondé par son grand-père Louis d'Orléans et qui, enfin, figure sur les armes de la ville, lesquelles étaient « d'or, au porc-épic de sable levé et tenant un écusson d'azur à la fleur de lys d'or ». Chronologiquement, il apparaît une certaine confusion dans les armoiries blésoises : de « la fleur de lys d'or en champ de sable » chez Bernier (1682 : « Histoire de Blois ») jusqu'à « d'azur, à la fleur de lys d'or » chez Tausin (1914) qui l'annonce comme les « armes actuelles de la ville ». Le « loup de sable à senestre soutenant l'écu » semble avoir été ajouté par la suite, à une époque indéterminée, pour rappeler l'origine du nom de la ville qu'on pense venir d'un mot gaulois désignant cet animal.
  69. Cette devise officielle, apparue la première fois sur la façade de l'hôtel de ville inauguré en 1884, ne se rapporte pas directement à une figure du blason. Le château, au cours de l'Histoire, subit pourtant une douzaine de sièges connus. Elle fait allusion à la ville elle-même qui fut longtemps une ville frontière, jadis surnommée, d'ailleurs, « Bohain-la-Frontière ». On ignore l'événement qui lui valut la couronne royale surmontant ses armes. La cité fut encore honorée de la Croix de guerre le 26 octobre 1920, décoration qui figure au support de ses armoiries.
  70. Les armes de Bolbec sont, à l'origine, celles des seigneurs de Bolbec : un écu en six quartiers (Gauthier Giffart ; Hugues de Bolbec ; D'Émalleville ; Fontaine-Martel ; D'Harcourt) mais la ville ne conserva, au milieu du XIXe siècle que le sixième, « de gueules, à trois navettes d'argent, au chef cousu d'azur, à trois fleurs de lys d'or ». La devise officielle rappelle donc les quartiers de noblesse et son industrie textile prospère. Les tenants des armoiries sont à dextre : le génie ailé de la Noblesse, de carnation, à l'écharpe de pourpre semée de fleurs de lys d'argent, tenant une épée abaissée ; à senestre le génie ailé de l'Industrie, de carnation, à l'écharpe de sinople, semé d'abeilles d'or, la main appuyée sur une roue d'engrenage d'or (Alfred Canel : Armorial des villes et corporations de la Normandie ; 1863 ; p. 75-76)
  71. Cette devise officielle fut longtemps interne à l'écusson, contrairement à la science héraldique. Les armoiries « au château d'or, surmonté des clefs papales » figurent déjà sur un sceau municipal du XVIIIe siècle. Les « deux clefs en sautoir » furent momentanément supprimées sous la Révolution française pour les remplacer par une « foi » (deux mains serrées) qui s'adaptait à la courante devise.
  72. La ville n'a pas d'armoiries authentiques, ni officiellement de devise. La municipalité fut seulement instaurée en 1790 avec comme premier maire François Martin. Pour se doter d'un sceau administratif, les officiers s'inspirèrent de la forêt environnante très appréciée à l'époque (hormis un temps ancien où elle fut réputée un repaire de brigands) pour faire graver une forêt et instaurer une sorte de devise mise en exergue à l'intérieur d'une légende circulaire : Municipalité de Bondy. H. Tausin note que de son temps, le cachet n'était plus employé.
  73. Les éléments du blason aident à traduire cette devise officielle qui proclame son rattachement définitif à la couronne de France (la Lune est le quartier portuaire de la ville). H. Tausin donne le sens vrai de « camp » à « castra » mais cette acception est aujourd'hui affaiblie et, à cause des tours crénelées, il faut élargir le sens à « défenses militaires », traduit ici par « fortifications » Le mot « leonem » se traduit logiquement par « lion » mais, à l'occasion, il s'agit évidemment du « Léopard de Guyenne », symbole de l'occupant anglais chassé par le roi de France. En héraldique, le lion regardant du blason est, d'ailleurs, nommé « léopard ».
  74. Cette devise officielle du XVIe siècle rappelle l'antique origine de ce peuple celte. Elle est, selon l'archiviste M. Gandilhon (1910), inspirée de Tite-Live (Livre V, 34) qui rapporte que, sous Tarquin l'Ancien, les Bituriges avaient placé un roi, Ambigatus, à la tête de la Confédération celtique.
  75. Avant sa réunion avec Jallieu en 1967, Bourgoin avait adoptée dans la seconde moitié du XIXe siècle une devise proposée par un Bergusien latiniste. Ses armoiries sont confuses car elles ont évolué dans le temps. Selon Louis Fochier, elles étaient « d'azur aux trois croissants montants d'argent au chef d'or, chargé d'un dauphin d'azur » (Souvenir historiques sur Bourgoin ; 1880 ; p. 419). De son côté, H. Tausin (1914) indique un écusson coupé « au 1er d'or, au dauphin de gueules ; au 2e d'azur, à trois croissants d'argent » (1914). Le dauphin est, bien sûr, le symbole de l'ancienne province du Dauphiné et les croissants seraient les lumières attendues. Cette note ne concerne que la ville de Bourgoin et non la nouvelle municipalité qui a pu se doter d'une nouvelle illustration.
  76. La devise est officielle et, avec les armes de la ville, se rapporte entièrement à saint Andéol, grand saint du Vivarais qui a été exécuté à cet endroit. Le sabre au chef de l'écusson rappelle l'instrument de son martyre, tandis que les « bourdons » (bâtons de pèlerins) sont le symbole du pèlerinage sur son tombeau. Enfin, son culte fut un espoir d'unité au temps des guerres de religion.
  77. Allusion aux abeilles du blason (travailleuses collectives). Ce blason, sculpté sur le fronton de l'hôtel de ville, n'a été adopté que depuis le 10 septembre 1789 quand fut constitué le corps municipal.
  78. Les armes « d'azur à neuf épis de blé disposés en forme de trois fleurs de lys d'or, 2 et 1 » qui conjuguent astucieusement sa fidélité au roi et le symbole de sa richesse agricole sont très anciennes et se rencontrent déjà sur des sceaux du XIIIe siècle. À cette époque, Brive avait la sénéchaussée de la région du Bas-Limousin, mais la ville fut longtemps en concurrence avec Tulle. Louis XI, par les lettres patentes de 1463, confirma le bailliage de Brive qui le perdit sous François Ier pour le retrouver, en 1552, sous Henri II et le partager avec Tulle sous Louis XIII, en 1637. La devise, officielle, n'apparaît pour la première fois qu'en 1738, entourant son blason.
  79. Journal municipal, no 30, juin 2011, [lire en ligne]
  80. Autrement dit : Beaucoup plus vieux que Paris. Cette devise qui se donne le genre des anciennes inscriptions a été officialisée en 1900 par la municipalité. H. Tausin la trouve prétentieuse mais elle nous paraît aujourd'hui plutôt gentiment ironique. Le blason « parti », très parlant, composé par le Vincennois, M. Dandois, est de la même époque : 1er « d'azur, au pont antique d'argent sur une rivière du même » (la Marne dont la cité est riveraine), surmonté d'une roue à aubes d'or (un moulin, symbole de l'ancienne meunerie bryarde) ; 2e : de gueules, à l'orme au naturel terrassé du même (qui est le vieil orme dont probablement parle la devise, une célébrité de la ville qui daterait du règne de Charles VII) ; au chef cousu de sinople, à trois épis d'or (un rappel de ses blés qui nourrirent Paris du Ve siècle au XVe siècle).
  81. Le blason « au dauphin pâmé d'azur brochant sur le buis » indique que cette ville, dont le nom fait jeu de mot, appartient au Dauphiné (son nom exact était Le Buis). Les émaux peuvent varier selon les auteurs. La devise qui n'est pas officielle selon H. Tausin, était gravée sur les boutons d'uniforme des officiers de la milice buxoise. Elle consacre la délivrance inespérée de la ville assiégée en 1621 par Montbrun (A. Vincent :Notice historique sur Le Buis ; 1858 ; p. 101)
  82. Les armes et la devise que H. Tausin donne comme officielle, ont été empruntées aux Rolland de Cabannes. Cette famille faisait remonter son origine à Roland, le fameux neveu de Charlemagne et, n'ayant pas de gloires militaires dans sa lignée, elle a choisi le cor (celui de Roncevaux), symbole de la renommée, pour figure principale de son blason.
  83. Selon H. Tausin (1914), c'est une devise très ancienne citée par l'historien normand Charles de Bourgueville (« Recherches et Antiquités de la province de Neustrie » de 1588) mais aujourd'hui délaissée puisque la ville n'en a point adoptée. Cette sorte de « légende » est généralement supposée datée du temps des guerres de religion mais sans preuves.
  84. Site de Caluire-et-Cuire.
  85. H. Tausin indique que « la devise n'est pas portée » (1914). L'allusion est évidemment dirigée vers la palme d'argent du blason, inspiré de celui de l'abbaye de Lérins qui possédait le fief cannois (deux palmes d'or sur sinople)
  86. OLDJP? la banque du blason 2, lonsultée le 5 septembre 2012.
  87. La ville haute, la Cité, avait des armes « d'azur, à la porte d'argent, hersée et ajourée de sable » tandis que la ville basse arborait « de gueules, à l'agneau pascal regardant, auréolé d'or, supportant une croix du même avec un guidon d'argent chargé d'une croix de sable, à la bordure cousue d'azur semé de fleurs de lys ». Les armoiries actuelles furent composées avec les unes et les autres. Cette devise ancienne mais non officielle, fut celle de la ville basse et se rapporte à l'agneau pascal, emblème du Christ, probablement parce que ce dernier s'est imagé comme un pasteur guidant son troupeau ; mais, pour H. Tausin, ce n'est qu'une hypothèse.
  88. C'est une ancienne devise qui ne montre pas de rapport avec les armoiries « de gueules, au mors d'argent » mais avec les anciennes armes qui comportaient un faisceau de verges. Elle accompagne pourtant l'actuel blason qui, lui-même, s'explique par une légende: le mors illustré est celui du cheval de l'empereur Constantin formé avec un clou de la Passion du Christ. Il aurait été commandé par la princesse Hélène pour rendre son fils invulnérable pendant les batailles.
  89. Ville de Carquefou, « Carquefou à travers les âges » (consulté le 2 juillet 2011)
  90. La devise officielle qui daterait du XVe siècle, fait allusion au chêne « englandé d'or » du blason et s'explique par l'origine latine du nom de la ville : « quercus foliata ». Malgré la facilité apparente de cette transposition littérale que l'on trouve dans des documents anciens, cette origine est controversée et on avance, parfois, l'étymon « fagus » : hêtre (ou paon-fagus). H. Tausin (p. 290)
  91. L'ancienne devise se rapporte à la fois au courage de ses habitants et au château fortifié de son blason. Cependant, les avis divergent sur sa composition : soit un « tranché d'or et de sable, avec un château d'argent brochant sur le tout » ( L. Vaïsse & H. Traversier : Armorial de France ; 1860 ; p. 53) soit un « taillé de gueules et d'argent, avec une tour d'or brochant sur le tout, surmontée de trois tourelles du même, celle du milieu plus haute que les deux autres » (H. Tausin)
  92. C'est la devise officielle, extraite des Psaumes (26,3). Elle s'explique par ses armes qui furent celles des anciens seigneurs de Casteras : « de gueules, au château d'argent, ouvert et ajouré ». Cette famille, originaire d'Espagne, vint s'établir dans le Comté de Foix après avoir été dépossédée du Comminges et de la Navarre. Le fief leur a été concédé par Catherine de Navarre et le bourg s'est établi autour du château, construit par Arnauton de Casteras. (H. Duclos : Histoire des Ariégeois ; 18587 ; T 7 ; pp. 33-34]
  93. La devise officielle est une date commémorative, célèbre entre toutes puisqu'elle symbolise la fin de la Guerre de Cent Ans. Un obélisque lui fut élevé sur une place de la ville. Fidèle à la royauté, Castillon (autrefois : Castillon-sur-Dordogne) porte des armes « de gueules, à la croix d'azur cantonnée de quatre fleurs de lys d'or et chargée en cœur d'un château d'argent, ouvert et ajouré de sable »
  94. Il y a eu plusieurs explications à cette devise officielle, laquelle n'apparaît vraiment que dans deux ouvrages du XVIIe siècle. La plus probable est la promptitude des Castrais, fidèles au roi, « à marcher quand il s'agit de son service » (Gastelier de la Tour : Armorial des États du Languedoc ; 1767). Les armes « d'argent, emmanché à senestre de quatre pièces de gueules, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or » comporte au cimier une chausse-trappe dont l'explication pourrait être une quelconque victoire sur la cavalerie (Gastelier de la Tour). On ne la trouve d'abord qu'au-dessus du blason gravé à la clef de voûte du porche de l'église Saint-Jacques (un clocher du XIVe siècle) [H. Tausin ; pp. 68-69]
  95. La devise officielle fait parler l'arbre de l'ancien blason de la ville, « d'argent, au chêne de sinople terrassé du même » (aujourd'hui, «..., futé d'or et englanté du même »). Si la région, au sol argileux, est, en partie, devenue vinicole, elle fut jadis essentiellement forestière.
  96. Cette devise qui date du XVIIe siècle « ne fut jamais portée par la ville ». Elle fait allusion aux trois anneaux d'or du blason qui proviennent d'une ancienne monnaie du XIIe siècle. On y distingue une malice puisqu'en latin, « orbs, orbis » désigne tout autant : le monde, l'univers.
  97. Selon L. Barbat (« Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne » (1855) cité par Tausin, la légende parfois ajoutée « Decus et honor » reprise d'un jeton de 1754, est inappropriée. Le cartouche des armes de la ville s'accompagne à droite d'une feuille de chêne et à gauche d'un rameau d'olivier. Le blason est ancien et « la croix de gueules » s'y voit dès 1308 mais la devise est plus récente et remonterait au XVIIIe siècle pas plus. Le 2 août 1817, Louis XVIII confirme les anciennes armoiries de la ville où, sous l'Empire, les abeilles avaient remplacées les lys ; et la croix devient d'or comme les fleurs.
  98. Custodibus istis Autrement dit : « sous la garde de ces lévriers-là [vertagis] », allusion au blason de la ville qui est flanqué de deux lévriers, symboles de fidélité. Voir Histoire des communes savoyardes, Volume 1 ; Éditions Horvath, Roanne, 1980 ; p. 19 . Chambéry 73000 : Devises et Armes de la Ville de Chambéry sur Genealogie.com
  99. L'importance du pont fortifié, au confluent de la Marne et de la Seine, qui servit de défense près de Paris, a fourni naturellement les armoiries de la ville : « d'azur, au pont de quatre arches, soutenant une tour donjonnée et girouettée, le tout d'argent, maçonné et ajouré de sable, sur une rivière au naturel ». Quant à la devise, tirée de Horace, H. Tausin la donne comme douteuse.
  100. Le blason de la ville « d'azur, au taureau furieux ailé d'or » (on dit aussi un bœuf) explique en partie la légende en provençal qui lui sert de devise officielle. Composée par l'illustre Frédéric Mistral, elle a été gravée sur la nouvelle porte de la mairie, autour des armes créées en 1750 par César III de Cadenet, seigneur de Charleval, bienfaiteur du pays.
  101. La devise, officielle, est adressée à Charles de Gonzague qui, le 23 avril 1608, fonda la ville dont il fit la capitale de l'ancienne principauté d'Arches (qui avait pour propre devise : Arches, de Dieu seul toujours dépendue). Les armes de Charleville était « d'azur, au dextrochère de carnation mouvant d'une nuée d'argent, armé d'une épée du même, elle-même garnie d'or, surmontée d'un soleil du même et accostée de deux rameaux, d'olivier à dextre, de palmier à senestre » (on trouve, chez certains auteurs, d'autres espèces de rameaux). La ville est associée désormais à Mézières qui portait « de gueules, à trois râteaux d'or ». Le blason actuel est une composition des deux.
  102. La devise qui est officielle, témoigne, par un jeu de mot, de la fidélité des Carpiniens envers les ducs de Lorraine. Les armes que l'on trouve par ailleurs sur un des vitraux de l'église, sont « d'azur, à la levrette rampante d'argent, tenant en ses pattes une croix de Lorraine d'or ». Le lévrier est le symbole traditionnel de la fidélité (On figure parfois cet animal sans mamelles et sans collier (régulièrement, c'est alors un « levron »).
  103. Ad. Lecocq dans « Notice historique sur les armoiries de la ville de Chartres » (1858) fait remonter la devise à 1775. Une pièce frappée au portrait du roi par le graveur Duvivier, portait cette légende de l'autre côté qui représentait les armes de la ville entourée d'une couronne de chêne. La devise, aujourd'hui officielle mais dont on ignore l'origine, a réapparu en 1816 sur un cachet armorié de la mairie.
  104. Cette devise officielle se rencontre dans un mémoire de 1522, mais Jean-Baptiste Bordas, natif de la ville, pense qu'elle serait antérieure au XIVe siècle (Histoire sommaire du Dunois ; 1762). Elle fait allusion aux nombreuses destructions de la ville par le feu au cours de son histoire. La première fois se passe en 578 ; ensuite, en 1590, par les Ligueurs ; puis en 1685. Le dernier incendie afflige si gravement la ville, le 20 juin 1723, qu'elle est entièrement reconstruite. Malheureusement, le 18 octobre 1870, elle n'est pas épargnée par les Prussiens lors de sa résistance héroïque qui lui valut de recevoir la Légion d'honneur. Son blason est « de gueules, à trois croissants d'argent ; au chef cousu d'azur chargé de l'étoile de la Légion d'honneur » (la position de base du croissant étant montante (tournée vers le chef) il n'est pas nécessaire de la préciser, de même que la disposition de trois meubles en 2 et 1))
  105. Allusion au château à quatre tours ornant le blason des comtes de Provence.
  106. La devise fait allusion à l'ancien blason aux deux branches de houx qui n'existent plus qu'en ornement extérieur. Le changement d'armoiries fut validé par Louis XVIII (lettres patentes du 17 décembre 1823)
  107. C'est une ancienne devise en forme de cri de guerre. Elle a trait à l'attachement à sa ville de Hugues III, seigneur bourguignon qui y séjournait souvent et la fit protéger par des fortifications que l'on retrouve dans ses armes «...au château d'argent à quatre tours… »
  108. Une ancienne devise qui rappelle les loyaux services rendus à la royauté par la ville. Les armoiries sont « d'azur, semé de fleurs de lys d'or, à trois tours du même, ajourées de sable » (on trouve une disposition plus moderne avec huit fleurs de lys en orle). Elles furent aussi adoptées par l'abbaye de Saint-Éloi-Fontaine
  109. C'est une devise officielle qui était à l'origine « Chevaliers pleuvent ! Jérusalem ! », devise ancienne des vicomtes de Brosse de Chauvigny et qui avait trait aux nombreux chevaliers de la région qui partirent aux croisades. La ville possédait cinq châteaux : Gonzon, Montléon, Harcourt, Flins et le baronnial des évêques de Poitiers. H. Tausin donne les armoiries suivantes : « d'argent, à cinq fusées et deux demies de gueules posées en fasce, au lambel d'azur de six pendants ».
  110. La municipalité de la capitale auvergnate (les Arvernes) n'a pas cherché la complication pour former sa devise officielle. Les armoiries sont « d'azur, à la croix de gueules, bordée d'or et cantonnée de quatre fleurs de lys du même »
  111. La ville qui n'a eu le droit de députer aux États de Bretagne qu'à partir de 1600, a repris les armoiries de la maison de Clisson « de gueules, au lion d'argent, armé, lampassé et couronné d'or ». Les seigneurs de Clisson n'ayant pas de devise, il n'existe que celle du versatile connétable Olivier V de Clisson mais, comme elle lui est toute personnelle, la ville ne l'a pas officiellement portée.
  112. La devise est commune à Périgueux et Angoulême, en vertu de leur résistance opposée aux Anglais durant la Guerre de Cent ans.
  113. La municipalité adopta cette devise qu'avait proposée A. Clesse (Notes relatives aux armoiries de la ville de Commercy in Mémoires de l'Académie Stanislas ; Nancy ; 1877 ; p. 289). La devise est dérivée de la sentence seigneuriale Raison et justice, « deux vertus qui honorent ceux qui les pratiquent, les maintiennent en sécurité et les font vivre avec mesure… ». Elle a été sculptée au fronton du marché couvert inauguré le 12 décembre 1875, accompagnant les armoiries « d'azur, semé de croix d'argent recroisetées et au pied fiché »
  114. Selon les documents d'archives, les armoiries « au lion d'azur chargé de six fleurs de lys » auraient été accordées par Philippe-Auguste en remerciement de l'aide des habitants à la bataille de Bouvines en 1214. La devise dont on trouve une inscription datant de 1668 sur une porte de la ville, a été officialisée postérieurement. H. Tausin (p. 301)
  115. « Blason », sur Le site officiel de la mairie de Contrexéville (consulté le 3 juillet 2011)
  116. L'origine de la devise qui est officielle est inconnue mais on la trouve dès le début du XVe siècle brodée sur un drapeau d'une compagnie royale d'arquebusiers de Corbeil. On discerne un jeu de mot avec « Cor bello » et le nom de la ville
  117. C'est une devise « aussi ancienne que le blason » ; ce blason ancien lui a d'abord donné son sens : « deux serpents croisés et rampant au-dessus avec des pigeons voltigeant près la couverture, laquelle est surmontée [de cette] légende portant ces mots… » Cette légende qui « convient tant à l'esprit des habitants qu'à leur bonhomie » ne paraît pas avoir été officialisée.
  118. Cette devise n'est livrée que par de rares ouvrages tels que « Géographie départementale » de Badin et Quantin (1847) sans autre commentaire. Elle peut être simplement une légende inscrite dans des en-têtes d'éditeur. On peut penser qu'elle fait allusion aux oiseaux du blason qui volent autour du colombier, symbole de la ville. Il existe des variantes de la description des armoiries.
  119. À partir d'un jeu de mot évident avec le nom de la ville et une antithèse, cette devise fut adoptée le 13 mars 1900 par la municipalité dont le maire était L. Boursier. Les armes sont alors « d'azur, au pont courbe à trois arches d'or, maçonné de sable, sur une rivière d'argent ; au chef cousu de gueules, à la tente d'argent et aux trois ceps grappés d'or ».
  120. Le Coutançais, Hilaire de Morel, relate que cette ancienne devise accompagnait déjà les armes de la ville lors de l'entrée de Claude Auvry en son évêché, le 15 septembre 1648. Il rappelait la relation entre le terme de la sentence : « constantia », et le nom romain du lieu : « Castra Constantia ». Les armes sont « d'azur, à trois colonnes d'argent posées en pal ; au chef cousu de gueules, au léopard d'or ». La devise n'est pas portée par la ville.
  121. Cette devise fut proposée au moment de la Restauration pour accueillir la royauté. Mais les louvoiements politiques d'une cité qui fit front d'abord contre Louis XI, avec la Ligue du Bien public, ensuite contre Louis XIII, avec le parti des Va-nu-Pieds, enfin contre Louis XIV, du côté de la Fronde, rendirent cette devise rapidement inappropriée.
  122. Littéralement : je défais les nœuds par le courage. Cette devise était celle de Jacques d'Albon de Saint-André (mais elle ne lui est pas particulière). La devise est sans doute officieuse car elle est absente des armes de la ville ornées du puits d'Henri IV et n'est compréhensible qu'avec le blason du maréchal qui représente le bras armé d'Alexandre s'apprêtant à trancher le nœud gordien ( J.E. Fellonneau : « Histoire de la ville de Coutras et de ses environs », 1878)
  123. La ville qui est une ancienne baronnie du IXe siècle, a repris la devise et les armes « au losangé d'or et de gueules » des seigneurs de Craon. Les habitants fidèles à la Ligue résistèrent vaillamment, en 1592, contrairement à la ville de Château-Gontier. La prise sans combat de cette dernière fut à l'origine du dicton populaire : « Tourne-toi, Château-Gonthier, et tu verras Craon »
  124. « Créteil en chiffres », sur Le site officiel de la mairie de Créteil (consulté le 3 juillet 2011).
  125. Aujourd'hui, « l'œil au naturel rayonnant » qui chargeait « la croix pattée d'or » a disparu du blason. La « fasce ondée » représente la Marne qui traverse la ville et la grappe de raisin rappelle l'ancien vignoble du Mont-Mesly. La commune ayant été sous la tutelle de l'archevêché de Paris au Xe siècle, ses armoiries étaient normalement supportées par la masse du Chapitre de Notre-Dame. La devise et la croix du blason viennent des armoiries de Georges Darboy, archevêque de Paris qui acheta, en 1863, le château construit en 1855 par la famille de Caumont (un de ses membres fut maire de la ville de 1846 à 1856) et le transforma en résidence archiépiscopale. Ce prélat fut un des martyrs de la Commune. H. Tausin (p. 191-192)
  126. Les armes et cette devise ont été officialisées par le Conseil municipal, le 20 février 1899. Elles se sont accommodées d'un rébus avec le nom de la ville (Crepicordium). Les armoiries étaient alors « de sinople, au chevron brisé d'argent, avec en pointe une gerbe de blé d'or liée du même, posée en pal et chargée d'un cœur de gueules transpercé d'un glaive d'argent ; au chef chef cousu d'azur chargé d'un écusson : de gueules, à trois chevrons d'or et accosté de deux étoiles du même ». L'écusson était de la maison de Crècecœur qui s'illustra du XIIe siècle au XVIe siècle où elle s'éteignit.
  127. Cette ancienne devise a été portée à l'avènement de la Restauration mais elle est « aujourd'hui supprimée ». Elle signifiait que la ville n'avait « jamais relevé que du roi ». Cependant, il faut entendre tous les rois : de France et d'Angleterre.
  128. Pour H. Tausin (1914), la ville n'a pas de devise officielle et qualifie celle-là de « douteuse ». Elle est, en réalité, celle de Philippe le Hardi qui l'aurait donnée à la ville en 1383, « avec le droit de prendre une partie de ses armoiries ». La circonstance qui la lierait au fameux assaisonnement dijonnais n'a jamais été précisément identifiée.
  129. En matière héraldique, on ne peut remonter au-delà de 1479, date de la destruction de la ville qui fit disparaître tous les documents. L'ouvrage de Louis Gollut (« Mémoires historiques de la république séquanaise » de 1592 ; p. 213) apporte quelques premières indications : c'est Othon IV qui remplaça l'ancien « aigle d'argent » par le « lion d'or en champ d'azur billeté d'or » et accorda la devise : « Justitia » car, à ce moment-là, Dole avait une cour suprême de justice réputée. La mention « et armis » serait intervenue après l'échec du siège de la cité par Pierre de Craon. Cette devise officielle s'est rencontrée durant tout le XVIe siècle et le XVIIe siècle sur de multiples documents et diverses inscriptions.
  130. Selon André Pidoux (archiviste dolois, cité par H. Tausin), cette autre ancienne devise apparut après la reconstruction des fortifications par Charles Quint et on la grava sur la toute neuve porte Saint-André, bénite le 30 novembre 1603. D'autre part, cette ville très religieuse abrita nombre de couvents. La présente devise devint très fréquente au XVIIIe siècle et alterna avec la première jusqu'à la Révolution. Des lettres patentes de Napoléon 1er en date du 20 juin 1811, modifia les seules armoiries doloises. À partir de 1830, la précédente devise figura de nouveau dans les documents municipaux, tandis que l'église collégiale réemployait celle-ci.
  131. Il n'apparaît pas que la ville ait eu une devise héraldique. Selon Félix Brassard (« Les armes de Douai » ; 1896 ; p. 6 et 36), officieuse, la devise est toute moderne et quelque peu ambitieuse car aucun événement commémoratif ne se rattache réellement à la cité. En effet, la participation des habitants à la bataille de Mons-en-Pévèle et à un siège soutenu avec succès en 1302 n'est pas attestée. Les archives ne remontant pas avant 1383, on a avancé qu'elle viendrait du cri de guerre de la compagnie des Arbalétriers, dissoute en 1770. Un nouveau blason « percé en cœur d'une flèche d'or lancée d'en haut à dextre, faisant jaillir un flot de sang au naturel, d'où découlent six gouttes de sang aussi au naturel » fut créé en souvenir de six cents Douaisiens qui seraient morts à la bataille de Pont-à-Vendin en 1304. Il fut récusé comme hérésie héraldique (du rouge sur du rouge) et on revint au simple écu « de gueules plein ».
  132. Allusion au « semé de lys » de son blason accordé par le roi Charles V (Eugène Delgove : « Histoire de Doullens » ; 1865)
  133. Allusion au dragon légendaire qui orne le blason de la ville. La devise fut ajoutée lors de la période sanglante qui dura pendant toutes les années 1650 où des factions politiques s'entretuèrent. Raymond Poule : Histoire de l'église paroissiale de Notre Dame et Saint-Michel à Draguignan ; Éditions Garcin ; 1865 ; p. 259+
  134. Une devise ancienne qui fait allusion à la cueillette par les druides du gui, plante aux grandes vertus. Ces derniers habitèrent le pays des Durocasses dont Dreux était la capitale. L'ancien blason, rencontré dans un manuscrit de Dorat de Chameulles datant de 1740, était « d'argent au chêne de sinople » accompagné de la dite légende. Ce fut la ville préférée du comte Robert Ier qui lui accorda ses armes « échiqueté d'or et d'azur », hormis la bordure de gueules qui fut remplacée par l'entourage d'une branche de chêne, en souvenir de son passé. La ville de Dreux a renoncé à toute devise.
  135. a et b « Les armoiries de la ville », sur Le site officiel de la mairie de Dunkerque (consulté le 14 novembre 2011)
  136. Une des deux devises officielles de la ville et celle qui est portée « à dextre », c'est-à-dire du côté de la Croix de Lorraine, symbole de la famille des Lorraine-Guise. La ville fut, grâce à cette influence, élevée, en 1581, au rang de « duché-pairie » (Guilmeth :« Histoire d'Elbeuf » ; 1842 ; p. 157).
  137. La seconde devise (la légende complète : « La ville d'Elbeuf est une ruche, tout le monde y travaille » qui fait allusion cette fois à la ruche environnée d'abeilles du blason, fut inscrite en encadrement orbiculaire, vers 1840, par le maire Mathieu Bourdon. On ajouta, au milieu, au-dessous de la ruche : « Paroles de Bonaparte, 1er consul, le 3 novembre 1802 ». A.Canel qui le rapporte dans son « Armorial des villes et corporations de la Normandie » (1863 ; p. 134 et +) doute tout de même de l'exactitude des paroles du consul.
  138. Ce n'est qu'une devise officieuse, car elle est particulière à une sentence gravée au fronton de l'établissement thermal de la ville, fondé, en 1821, par J.B. Péligot, ancien administrateur de l'Hôpital Saint-Louis, et qui donna naissance à la commune en 1851.
  139. La devise officielle fait allusion au blason « de gueules, à l'étoile d'argent ». L'étoile est peut-être relative à la ville qui fut un grand carrefour. Mais, selon H. Tausin, la devise, par elle-même, est une énigme, si l'on excepte le strict jeu de mot.
  140. Le nouveau blason étant « d'argent, au léopard de gueules », la devise officielle peut donc se traduire au masculin. Les anciennes armes étaient « de sable, à l'aigle d'argent », où le mot « aigle » est, en héraldique, au féminin. L'oiseau ne sert plus que de support, mais au vol abaissé. Le fauve, plus terrifiant, fut préféré, en 1873, par le maire Richebraque. Il permit ainsi pour une foire la traduction de la même devise, à l'attention des visiteurs : « Ne craignez rien, il ne sévit que contre les ennemis »
  141. Cette devise, la plus ancienne connue, date du XVIe siècle et entourait le blason de la ville. Ce dernier représente, en fasce, un gros poisson (le mythique rémora) attrapant dans sa bouche un petit. Quant à l'interprétation, selon Albert Duplan, de l’Académie chablaisienne, on en est réduit aux conjectures. Cependant, il rappelle qu’Évian subit diverses occupations au temps des guerres d'Italie et de religion : les Français, les Bernois, les Valaisans… puis pillée en 1591 par les Genevois. Ce qui laisse à penser que la ville ait pu désirer être le prédateur plutôt que la victime.
  142. Cette seconde devise date du XVIIIe siècle. La légende fut portée en reconnaissance des séjours réguliers que faisait, même devenu roi, le duc de Savoie Victor-Amédée dans la ville d’eaux.
  143. Cette devise officielle est un proverbe provençal, et elle correspond au blason de la ville, « d'azur, à l'aiguière d'argent »
  144. La devise qui a été officielle fait allusion au signe de Constantin, et se rapporte au blason « d'or, à la croix ancrée de gueules ». H. Tausin ne dit rien sur son origine. Il ne semble pas que ces armes aient été conservées jusqu'à nos jours telles quelles, et que la devise, de ce fait, soit encore portée.
  145. Cette légende flotte officiellement au-dessus du blason, mais, selon H. Tausin, elle ne constitue pas une devise. En effet, elle se contente de rappeler les origines de la ville.
  146. Cette devise officielle joue, à l'évidence, sur le nom de la ville. Les armes de Fleurance date du XIIIe siècle et sont « d'argent, à l'aigle bicéphale de sable » ; c'est Jean le Bon qui lui accorde, en récompense de sa fidélité, les armes de France ; d'où le chef de l'écu « d'azur, à trois fleurs de lys d'or ». H. Tausin donne la description « aigle éployée » pour « aigle à deux têtes », ce qui, en héraldique, est non conforme ; une « aigle éployée » ne se dit pas non plus puisque cet oiseau l'est « de position » (par défaut).
  147. La légende est en idiome béarnais. On rencontre d'autres formules mais, selon les auteurs béarnais (dont Vastin Lespy, auteur d'un dictionnaire) toute autre orthographe est défectueuse. La devise de 1286 qui fut d'abord, en réalité, un cri de défi guerrier, avant de devenir par habitude celle de la famille de Foix, n'est pas portée par la ville. Cependant, une tradition des commerçants fuxéens la fit paraître régulièrement en tête de leurs divers écrits commerciaux, sous la forme : « Toco y se gaousos ». On retrouve cette même légende pour Orthez qui était alors la résidence principale des comtes de Foix avant la construction de leur château de Pau.
  148. La devise aurait été rédigée par François Rabelais (qui passa sa jeunesse dans la ville, au couvent des Cordeliers) sous le roi François 1er qui a donné ses armes à la ville en 1542. Le blason représente une fontaine et sa fécondité concerne ses illustres enfants dont Brisson, François Viète, Nicolas Rapin, André de Rivaudeau, etc. (René Valette, de la Société française d'archéologie, in « Revue du Poitou ; 1896 ». La légende se rencontre aussi sous plusieurs formes, depuis la plus simple : « Felicium ingeniorum scaturigo » à la plus longue : « Fontanacum, felicium ingeniorum fons et scaturigo » (orthographié aussi « Fontanacium »). À noter : un jeu sur les sens voisins de « Fons » (source, origine) et de « scaturigo » (source abondante, fontaine).
  149. La devise officielle qui est moderne, est en rapport avec le nom de la localité, sise à proximité du bois de Vincennes ; ses armes parlantes, composées en 1893 sous l'autorité du maire M. Squéville, sont « d'or, au chêne de sinople, englanté d'or, soutenu d'une terrasse de sinople, elle-même traversée en fasce par une rivière courante d'argent ; au chef d'azur, au rais d'escarboucle d'or, fleuronné et pommeté du même et allumé du champ ». Le chef est repris des armes de l'abbaye de Saint-Victor, qui en eut la seigneurie de 1113 à 1789.
  150. La devise fut ajoutée lors des Jeux floraux de mai 1882, tenus par les sociétés félibréennes, à l'occasion de la pose de la première pierre du viaduc sur le Vion, qui devait permettre le passage de la no 100 et de la voie ferrée (note du citoyen Cyprien Bernard [1910], citée par H. Tausin).
  151. C'est le type même d'armoiries modernes : la devise officielle rappelle la source d'eau ferrugineuse qui a fait la prospérité de la ville ; et le blason « de gueules, à la fasce d'or chargée d'une enclume de sable, avec en chef et en pointe douze marteaux d'argent, posés en fasce six et six, deux par deux » fait simplement jeu de mots avec le nom de la localité.
  152. La devise adoptée par la ville est ni plus ni moins la formule en français de la devise latine de Roubaix. Selon Théodore Leuridan, la localité fit partie de la pairie d'Avesnes et a repris ses armes au « bandé d'or et de gueules, de six pièces » (Armorial des communes du département du Nord ; 1909 ; p. 23). Un ancien cachet de cuivre retrouvé rappela que la terre d'Avesnes fut la propriété de Louise d'Albret, veuve de Charles de Croï, prince de Chimay (mort en 1527) : l'écu en losange (attribut exclusif des femmes à partir du XVIe siècle) de cette princesse était « parti, au premier, des armes de Croï et d'Albret ; au deuxième, des armes d'Avesnes » (Archives historiques et littéraires du Nord de la France et du Midi de la Belgique ; tome 4 ; 1842 ; p. 482
  153. Thiery Garnier, « Gaillon Historique et mystique », sur Le Mercure de Gaillon (consulté le 24 juin 2013).
  154. Le blason portant un chardon et un gant est le type même du rébus et la devise (non portée) joue sur le nom de la ville. H. Tausin donne en premier la variante : « Qui s'y frotte s'y pique si gan a » mais cite M. Peigue (« Tablettes d'Auvergne » ; tome II) qui trouve la formule un peu trop moderne pour une devise du XVe siècle
  155. La devise officielle n'est rien d'autre qu'un jeu de mot sur le nom de la localité. Les armoiries parlantes sont « d'hermine » (qui rappelle l'ancienne spécialité gentilléenne de la peausserie); « à la fasce ondée d'azur » (qui aurait pu être une « rivière courante » puisqu'elle représente probablement la Bièvre, la rivière des tanneurs ; au « chef tiercé », « au premier, qui est de Neufville de Villeroy » ; « au deuxième, qui est d'Aumont » (les armes accolées des derniers seigneurs) ; « au troisième d'azur, au siège antique d'or » (qui commémore le séjour de Dagobert) ; « chargé en pointe d'un livre de gueules, frappé d'un B d'or » (en souvenir du poète Benserade qui vécut longtemps à Gentilly et y mourut)
  156. Cette devise officielle a remplacé, en 1791, une autre plus ancienne et similaire : « Ex triplici cinere novus ignis » (D'une triple cendre un feu nouveau). Les armes sont : « coupé au premier d'azur, billetté d'or, au lion issant du même, armé et lampassé de gueules, qui est de Bourgogne-Comté ; au deuxième de gueules, à trois flammes d'or » ; le deuxième quartier rappelant les trois incendies qui ravagèrent la ville, d'abord en 1324, puis en 1478 et 1480. Une troisième devise avait été adoptée vers 1770, au cours d'une période d'un regain de dévotion à la statuette miraculeuse de Notre-Dame de Gray : « Faveat Deipara urbis tutela » (Mère de Dieu, protectrice de la ville). Elle fut retirée vingt ans plus tard.
  157. La ville qui s'est développée grâce à de nombreuses fabriques : huiles de lin et de colza, de bougies, de poteries, de lingerie, etc. a adoptée cette fière devise. Ses armoiries qui illustrent le vieux château-fort de la famille de Gramont, sont « d'azur, à la tour d'or, ouverte et ajourée de sable, donjonnée de deux tourelles couvertes de gueules, et soutenant un arbre de sinople »
  158. C'était la devise et, en même temps, le cri de guerre du connétable Louis de Luxembourg-Saint-Pol, seigneur de Ham ; elle fut d'abord gravée au fronton de la porte d'entrée du château. À comprendre par : « Je fais toujours de mon mieux ». Elle a été abandonnée par la ville. Ses armoiries étaient « d'azur, aux trois croissants d'argent, chargé en cœur d'une fleur de lys d'or »
  159. Cette devise officielle du XVIIe siècle se contente de traduire en un vers latin (probablement les chanoines du chapitre de Saint-Vrain) les armes accordées par Louis XI : trois lys d'or et trois annelets d'argent.
  160. La devise officielle de la ville est celle de ses anciens seigneurs dont elle jouissait de la puissante protection. Les armoiries sont composées de deux : d'abord, « d'azur, à trois broyes d'or liées d'argent » qui sont d'Étienne, premier sire de Joinville, de la Maison de Broyes (d'où le jeu de mot avec l'ancien outil qui servait à broyer le chanvre) ; puis, en chef, un lion issant de gueules en champ d'argent, c'est-à-dire la moitié des armes de Richard Cœur de Lion avec lequel Geoffroy V de Joinville combattit en Palestine et qu'il lui avait autorisé à prendre.
  161. Cette devise très ancienne et officielle ne comportait pas d'abord la mention « sub Lilio » qui fut ajoutée quand, après la tourmente des guerres de religion, le duc d'Anjou eut repris la ville aux Huguenots, en 1576, après un siège de deux mois et que le prieuré fut mis sous la garde du Roi. Les remparts illustrés par les armoiries, confirmées en 1816, « d'azur, à trois tours d'argent, posées en fasce et surmontées de trois fleurs de lys d'or, soutenues d'une champagne échiquetée d'argent et de gueules de trois traits » furent alors démantelés.
  162. La devise officielle résume l'histoire de la cité : la renommée de sa roseraie et sa résistance au cours de la guerre de 1870. Au début du XXe siècle, la municipalité adopta les armoiries parlantes composées par le graveur Gaston Gandon : « écartelé : au premier d'argent, à la grappe de raisin pourpre tigée et feuillée de sinople [la région était alors plantée de nombreuses vignes] ; au deuxième d'or, à la fontaine au naturel [une fontaine offerte par M. Brouzac, qui symbolisait les sources d'une eau fort appréciée] ; au troisième d'or, au monument funèbre portant le millésime 1870 surmonté d'une épée en fasce, la pointe à senestre, le tout au naturel, soutenu par un tertre de sinople [monument offert par la ville de Paris et commémorant sa défense contre l'ennemi]; au quatrième d'argent, à la rose de gueules tigée et feuillée de sinople [hommage à Jules Gravereaux qui créa une fameuse roseraie de douze sections ». Le blason a sans doute été simplifié depuis car il apparaît que la municipalité arbore un écu « d'or, aux huit roses de gueules, pointées du même, boutonnée d'argent et rangées en orle »
  163. Ce n'est pas une devise officielle. La légende reproduit simplement les termes du décret de la Convention nationale, en date du 17 mars 1795 (27 ventôse an III). La ville avait, en effet, bien mérité de la patrie lors d'un siège soutenu héroïquement en 1794. Elle résista de nouveau à un siège en 1871. Ce qui lui valut d'être décorée de la Légion d'honneur le 29 septembre 1900.
  164. Cette devise officielle ne fait que marquer l'origine de la ville, chef-lieu des Lingons, peuple gaulois resté « attaché à César ».
  165. On n'a aucune preuve que cette ancienne devise en faveur au XVIIe siècle ait jamais été portée au-dessus de l'écusson et elle apparaît seulement dans un ouvrage de 1649 de Denis Gaultherot ; et probablement pour dire l'attachement des Langrois à la royauté pendant la Fronde.
  166. L'origine des armes primitives est inconnue. Louis XVIII confirma ces armoiries par lettres patentes du 3 avril 1824. Les trois lys furent accordés par Charles VII en 1453. Cependant, H. Tausin indique que de son temps (début du XXe siècle) ils avaient été supprimés. La légende qui sert de devise se contente de nommer la situation géopolitique de la ville. Tausin, dans sa traduction, a laissé le nom latin « Regula ».
  167. L'origine de cette devise officielle est obscure. Mot à mot : je serai gardé par Dieu mon guide. Jules Pandin de Lussaudière pense qu'elle remonte au siège de la ville protestante de 1573 (cité par H. Tausin).
  168. La devise qui est officielle, a été prise à la famille des Montmorency-Laval. Le sens n'est pas donné. Peut-être est-elle tirée de saint Luc (VI, 38) : « Eadem mensura qua mensi fueritis remetietur vobis » (vous serez jugés à la même aune que vous aurez jugé)
  169. Cette devise officielle est moderne, selon H. Tausin, ainsi que ses armoiries qui font toutes allusion au « cygne d'argent » du blason, lui-même inspiré du nom de la ville.
  170. Cette ancienne devise était la légende qui entourait l'écusson « d'or, au roseau de canne arraché de sinople ». Selon C.F. Achard (Géographie de Provence ; 1787) le blason, à cette époque, comportait trois roseaux. Le roseau qui se dit « canet » en provençal, est l'emblème de la ville, et la phrase latine qui y fait allusion, est tirée d'un verset du Livre de la Sagesse (III, 7)
  171. La devise fait allusion à la salamandre portée par le blason et symbole de François 1er qui fut le fondateur de la ville et lui accorda cette faveur en même temps que sa devise (Louis d'Expilly : « Dictionnaire des Gaules et de la France » ; 1752)./ La devise est identique à celles de Vitry-le-François et de Villers-Cotterêts.
  172. « « Travail vaut richesse », telle est la devise de la ville du Neubourg. », sur Ville du Neubourg (consulté le 24 juin 2013).
  173. Patrick Saudemont, Les 100 ans du Touquet-Paris-Plage, Michel Lafon, octobre 2011, p. 18.
  174. La devise officielle a trait à la réunion, en septembre 1789, des deux villes : le grand Andeli et le petit Andeli. À cette occasion, les deux armoiries furent également réunies en « mi parti », celle de la première à droite et celle de l'autre à gauche, l'écusson étant surmonté de la devise (Brossard de Ruville : « Histoire de la ville des Andelis » ; 1854 ; t II ; p. 281)
  175. La terre des Mées appartenait à l'origine à la famille Roger qui l'avait reçue de la reine Jeanne en la personne de Guillaume, vicomte de Beaufort-Canillac, en 1348. Son blason comportait six roses de gueules. Cette terre finit par être réunie au domaine royal en 1572. La devise officielle commémore donc les deux appartenances : trois lys et trois roses.
  176. Cette devise mystérieuse est officielle. Son interprétation peut être donnée par son blason du XVIe siècle : « coupé ; au premier d'argent au feu de gueules mouvant du chef, qui est de Saint-Antoine ; au deuxième, ondé d'azur qui est de Velorgues ». Son support est tenu par deux hérons. La commune de L'Isle, en effet, fut principalement constituée par deux hameaux, Saint-Antoine (jeu de mot avec le feu Saint-Antoine) et Velorgues. L'eau faisant allusion à la fontaine de Vaucluse qui est à proximité. On a visiblement recherché l'antithèse « eau-feu ». Par ailleurs, un sceau de 1209 donnait un écu « d'azur ?, à la truite d'argent en pal » (H. Tausin) ; mais on a pu compter deux ou trois truites (cf : Jean-Joseph Expilly, Dictionnaire géographique, historique, politique des Gaules et de la France ; tome 3 ; 1764)
  177. La devise et le blason (le soleil levant) rappellent que la ville doit sa fondation à la Compagnie française des Indes orientales qui établit un comptoir dans les années 1660.
  178. La devise fut concédée à la ville par Charles VIII dans un acte signé à Lusignan en mai 1441. L'acte met une majuscule à « franc ». Le roi récompensait la résistance acharnée de ses habitants devant les Anglais qui finirent par prendre la ville et se livrèrent ensuite à des vexations et cruautés envers les Lovériens, sans pourtant entamer leur fidélité au roi. De plus, la ville reçut l'honneur rare de porter en blason un « L » couronné (« probablement la première ville de France qui eut [cet] honneur » (M. Barbe : « Louviers décoré au XVe siècle » ; p. 9)
  179. Cette ancienne devise se rapporte au soleil et se rencontre sur des sceaux du XVIIe siècle et du XVIIIe siècle
  180. La devise principale et la plus historique (La ville de Lyon n'a pas officiellement de devise héraldique), venue d'un cri guerrier de la grande « rebeyne » de la bourgeoisie lyonnaise de 1269 contre le clergé. Fréquemment reprise par l'Université de Lyon. (« Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon » (1910) et par la publication « Lyon-Revue (1880-1887) ». Le blason actuel montre un lion désarmé mais les armoiries authentiques de la ville (1816) sont « de gueules, au lion grimpant d'argent, tenant de sa patte dextre un glaive de même, au chef cousu de France », ce dernier chef ayant lui-même remplacé celui de Bourgogne « bandé d'or et d'azur ». Les armoiries furent inspirées du sceau des anciens consuls lyonnais qui représentait un lion grimpant non armé placé sur un pont entre deux tours (Léon Vaïsse : « Armorial national de France » ; 1842 ; p. 34)
  181. Vers extraits d'un poème de Clément Marot sur la ville. La devise apparaissait sur les jetons de la Chambre du Commerce au début du XIXe siècle, ainsi que sur « la Revue du lyonnais » (1835-1901). On trouve également un blason avec cette mention sur la façade de la Salle Rameau
  182. Vers extrait d'un poème de Pierre Gringore, poète de la fin du XVe siècle. Parfois citée pour Lyon à l'époque de la Ligue mais elle est loin de lui être particulière.
  183. Cette devise lui est parfois attribuée parce qu'elle est inspirée d'une lettre de Cicéron à Lucius Munatius Plancus, le fondateur de la ville (Ad Familiares ; X.3). Elle a d'abord été popularisée par l'éditeur lyonnais, Sébastien Gryphe, qui l'utilisait en tête de ses éditions. On la trouvait, avant la Révolution, gravée au fronton de l'ancienne Loge du Change (Henri Tausin). Elle était également l'adage d'Érasme (Denis Bjaï : La Franciade sur le métier; Librairie Droz, 2001 ; p. 307).
  184. Citée par Ernest Lavisse dans son ouvrage « Études et étudiants » de 1890 (p. 270). Autre formule courante : « Lyonnais un jour, Lyonnais toujours ! »
  185. Cette ancienne devise fut prise en souvenir de la reine Jeanne qui appela la cité « Manosque la ville fleurie » quand elle vint à la période des amandiers en fleurs (C.F. Achard : « Géographie de la Provence » (II, 22 ; 1787)
  186. Cette seconde devise, selon V. Lieutaud, ne semble pas dater avant le XVIIe siècle et fait allusion cette fois au blason qui porte « quatre mains appaumées d'argent » (les quatre bourgs primitifs réunis de la cité). La légende est tirée de la Bible.
  187. La devise qui date du XIIIe siècle (elle apparaît sur un sceau de 1237) fut officiellement reprise lors des fêtes du 25e centenaire de la ville. « De sos grands facts respland la cieutat de Marselha » en est la traduction en provençal du XIVe siècle.
  188. C'est au revers du sceau de 1237 qu'on lit cette devise secondaire qui a été courante à partir de 1691. Le saint marseillais était représenté à cheval, chargeant une tarasque [Douet d’Arc : Collection des sceaux ; tome II /no 5809]. « Victor defend verament Marselha et sos cieutadans » en est la traduction en provençal du XIVe siècle.
  189. En 1810, la ville reprit possession de ses anciennes armes « d'argent à la croix d'azur ». Cette devise plus sobre mais non moins fière fut alors officieusement employée.
  190. « Famat volat… », « Illustrat quos… », « Regibus suis… » et cette dernière ont été des devises éphémères.
  191. Une devise officielle qui fait allusion au siège par les Anglais, long de six mois, que subit la ville en 1420. Les habitants, pour subsister, en furent réduits à manger des souris et des rats. La légende très succincte a été heureusement révélée par Sébastien Rouillard qui s'en donne la paternité : « Fidelle de murs jusqu'à manger souris » (« Histoire de Melun » ; 1628 ; p.  539)). Selon H. Tausin, on rencontre une autre devise mais douteuse (et sibylline, de surcroît) : « Ex uno, per plurima, tendit ad unum » qui pourrait faire allusion aux trois quartiers de la ville (des quartiers comme à Paris).
  192. Devises de la ville de Metz
  193. C'est la devise des Malet de Graville, seigneurs de Milly que la ville a officialisée. Allusion probable au château qu'ils firent construire à la fin du XVe siècle. La ville en a aussi repris les armes « de gueules, à trois fermaux d'or »
  194. Devise officielle datant de 1494 et figurant sur les notices de l'office de Miramont-de-Guyenne.
  195. Blason et devise de la ville (Image sur cancoillotte.net
  196. Les armes et la devise ont été confirmées par les lettres patentes du 7 juillet 1825, et la devise reprend à peu près l'ancienne du XVIe siècle : « En Dieu est mon appui » (H. Tausin)
  197. (le feu du Ciel) « pour expier le crime ennemi ». Allusion à la foudre qui détruisit le donjon du château (qui apparaît sur le blason) d'où le baron des Adrets avait précipité la garnison de la ville le 14 juillet 1562. E. Bonnefous : La prise de Montbrison par le baron des Adrets en 1562 ; 1830 ; p. 19
  198. La ville possède ses armes depuis Philippe le Bel. La devise est rencontrée dans l'ouvrage du géographe Philippe Biet: « Parallela geographiæ veteris et novæ» de 1648.
  199. Cette sentence inscrite en lettres d'or sur un mur de l'hôtel de ville au-dessus du siège du prévôt et retrouvée au milieu du XIXe siècle au cours d'une rénovation (1850-1854) fut adoptée comme devise par la municipalité. Le prévôt n'étant désormais plus concerné, la devise ne peut s'adresser qu'à la ville.
  200. Le jeu de mot avec le nom de la ville est évident. La légende était adressée au lion, emblème de la ville, qui servait de support au blason, faisant face à un chien censé symboliser l'ennemi (E. de Boceret :« Devisaire de Bretagne » ; 1894 ; p. 192). La devise date du XVIe siècle, après le saccage et la destruction de la ville par les Anglais en 1522. Les Morlaisiens eurent pourtant le courage de poursuivre l'ennemi mais ne purent massacrer que son arrière-garde. Les archives de la ville furent alors détruites par les Anglais dans l'incendie de la maison du mayeur Dominique Calloët. [H. Tausin ; pp. 335-336]
  201. Cette devise qui fait allusion au chardon de son blason, remonte traditionnellement au siège de Nancy en 1477 par Charles le Téméraire mais elle ne fut ajoutée réellement aux armes de la ville qu’en 1575 par Charles III. Pour C. Lapaix in « Armorial des villes, bourgs et villages de Lorraine, du Barrois et des Trois-Évêchés » (1868 ; p. 173-174), c’est la meilleure traduction de cette devise (littéralement : Je ne suis pas comprimé sans que je me rebiffe). Cependant, selon Léon-Germain de Maidy (« Le Chardon lorrain sous les ducs René II et Antoine » ; 1885 ; (p. 233-234) la devise n’est pas héraldique mais d’encadrement et n’a pas trait au caractère de la ville mais à celui du chardon, en général.
  202. C'est une ancienne devise, toujours adressée au chardon, qui accompagna les armes de la capitale lorraine sous Stanislas.
  203. Cette devise remonte à 1565 et elle est, selon Stéphane de La Nicollière-Teijeiro, « la seule devise consacrée par l'usage immémorial qui, en pareille matière, fait foi. » La phrase est extraite du Psaume 144, verset 15. Parfois, la devise s'écrit : « In te sperant, Domine, oculi omnium ».
  204. La devise mythologique s'adresse au navire du blason, symbole représentant la ville. Probablement une autre allusion aux dangers courus sur mer. Cette légende, selon H. Tausin, se rencontre la première fois en frontispice de l'ouvrage de Me Bertrand, un avocat nantais friand de poésie latine : « Livre doré de l'Hôtel de ville de Nantes » (1752). En 1814, quand les municipalités furent autorisées par l'ordonnance royale du 26 septembre à reprendre leurs armoiries traditionnelles, le préfet, M. de Barante, préféra substituer officiellement à l'ancienne, cette nouvelle devise, malgré les lettres patentes de 1816 qui prescrivaient le retour aux anciennes armes.
  205. Devise officielle. Dans les armes primitives de la ville, sur fond d'azur, le centre du soleil dont on ne voyait que les rayons était couvert d'un tourteau de gueules chargé du monogramme d'or du Christ, « le tout enfermé dans une orle d'argent chargée de ces mots ». Du temps de H. Tausin, seuls subsistaient le soleil entier avec une orle cousue de gueules, et la légende en banderole placée au-dessus de l'écu.
  206. La devise consacre la fidélité de cette ville à la Maison de Savoie dont elle fit partie de 1388 à 1860. La mention fidelissima disparaît en 1860 avec le rattachement à la France. Réf.
  207. (ou colonie de Nîmes) La ville n'ayant pas de devise héraldique, on se contente de reproduire sur l'écu l'abréviation latine trouvée sur les colonnes romaines : « COL. NEM. ». On traduit aussi « Colonia Nemausus [augusta] », Nemausus étant le nom romain de Nîmes (au féminin), l'autre, l'adjectif s'y rapportant. On pense généralement que cette colonie ait été fondée avec les vétérans de l'armée emmenée par Auguste à la conquête de l'Égypte ; ce qui expliquerait le crocodile du Nil enchaîné sur le blason. Cf : Joseph Vaissette : Histoire du Languedoc ; 1840 ; p. 125-126
  208. Jeu de mot limpide avec le nom de la ville.
  209. Selon l'archiviste Jacques Soyer du Loiret (1911), la devise fait allusion aux pièces de l'écu à trois cœurs de lis d'argent (en même temps, on y voit le jeu de mot sur la ville, cœur de la France). La tradition veut qu'elle eût été octroyée par Louis XII mais le fait n'est pas confirmé. Cependant, elle est attestée depuis la fin du XVe siècle.
  210. voir la devise de la ville de Foix.
  211. La ville a eu diverses devises. La dernière adoptée eut elle-même plusieurs variantes comme celle-ci : « Fluctuat at numquam mergitur » lue sur un jeton de 1581 qui montrait un navire tourmenté par un vent contraire mais aidé par une main sortant des nuages. La devise (qui ne lui est pourtant pas particulière : voir Aimargues) fut définitivement officialisée par un arrêté préfectoral du baron Haussmann, en date du 24 novembre 1853. Elle rappelle bien le passé de la cité : « Semblable au vaisseau qui, battu par la tempête, se relève plus fier sur le flot qu'il a vaincu et met à profit la fureur même des vents pour arriver plus vite au port […] » (Coëtlogon & Tisserand : « Les Armoiries de la ville de Paris » [1874 ; p. 181-192 ; auteurs cités par H. Tausin]
  212. H. Tausin garde tel quel le mot « palladium » (statue de Pallas ou Minerve) qui fut le symbole protecteur de la ville de Troie. La devise fait allusion au chef du blason qui porte une écaille de tortue, en même temps une carapace protectrice (château de Pau) et le berceau du roi Henri IV consacré par la tradition.
  213. Guy Penaud, Le Grand Livre de Périgueux, éditions la Lauze, p. 177-178, 2003, (ISBN 2-912032-50-4)
  214. La ville, selon H. Tausin, a repris « officieusement » au tout début du XXe siècle les armes de son célèbre château. Elle s'appropria aussi la devise de celui qui le fit bâtir vers la fin du XIVe siècle : le duc Louis d'Orléans, frère de Charles VI.
  215. http://www.historia.fr/mensuel/754/la-devise-01-10-2009-46591
  216. C'est un avatar de la formule « Plût à Dieu » et, en particulier, le « Utinam » de Besançon, la métropole jurassienne. Cette devise officielle, remarque H. Tausin, se libelle aussi : « À Dieu plaise Poligny », qui semble inspirée d'une ancienne devise : « Dieu aide Poligny » . Les armoiries ont été confirmées par des lettres patentes de Louis XVIII en date du 7 septembre 1816.
  217. Devises et Armoiries des villes de France
  218. La ville n'a pas officiellement de devise. En 1814, en effet, les anciennes armoiries ont bien été reprises, mais pas la devise.
  219. Ville de Quimper, « Carte d'identité de Quimper » (consulté le 16 avril 2016)
  220. La devise officielle reprend, selon Charles Givelet (« Armorial des lieutenants des habitants de Reims » ; 1887 ; p. 16-17) la parole de Louis le Débonnaire quand on lui demanda comment la ville allait désormais être protégée, alors qu'il venait d'autoriser à prendre les pierres des murailles défensives pour restaurer en priorité la cathédrale.
  221. Rennes 35000 : Devises et Armes de la Ville de Rennes sur Genealogie.com C'était la devise des ducs de Bretagne mais on ignore quand elle fut adoptée par la ville. Elle est attestée au moins par des estampes du XVIIe siècle.
  222. C'est une devise abandonnée du XVIIe siècle que rapporte Pierre-Louis Gras dans son ouvrage « Armorial général du Forez » (1874). La prospérité de la ville venait, en effet, des forêts et des voies navigables de la région. Ses armes, alors, étaient tenues par un Sylvain et une Neptune (H. Tausin)
  223. C'est la devise officielle depuis 1864, et elle s'applique au croissant d'argent du blason. La ville s'est depuis tournée vers le commerce et l'industrie. (Paul Bonnaud : « La navigation à Roanne sur la Loire et les canaux (Éditions de Borée, 2001, (ISBN 9782844940544) ; p. 168 » + [H. Tausin]
  224. Selon Louis Vialettes, chanoine et archiviste à Rodez (1896), c'est la devise authentique de la ville qui fut, d'abord, la première à chasser les Anglais du duché d'Aquitaine ; mais elle ne semble pas avoir été officialisée. Cependant, en 1861, la municipalité impose un blason simplifié : « de gueules, chargé de trois roues d'or » mais que les érudits ruthénois jugent fantaisiste. L'authentique écusson est mi-parti : « au 1er de gueules plein ; au second de gueules, à trois roues d'or, à la bordure engrelée d'or, et au chef d'azur, à trois fleurs de lys d'or » (surmonté d'une couronne comtale et de la devise). Il a l'avantage de réunir les armes complètes de la ville qui fut divisée en deux communautés indépendantes jusqu'au XVIIe siècle : épiscopale (« de gueules plein et la légende : « Civitas Ruthena fidelis Deo et Regi semper ») pour le cœur de la cité (autour de l'église) et comtale pour le bourg, chacune étant fortifiée. Le « chef » fut ajouté au moment du rattachement au royaume sous Henri IV. (H. Tausin : p. 310-317)
  225. C'est la devise officielle. À l'origine, elle avait la particularité de paraître « en lettres de sable » à l'intérieur même du blason.
  226. Cette devise est construite en jeu de mots avec le nom de la ville : Ro (donne) et Sco (Frappe) et sa simplicité a séduit certains auteurs. Néanmoins, selon H. Tausin, elle n'a pas été portée.
  227. Rouen n'a pas de devise héraldique. On trouve, en revanche, de nombreuses inscriptions latines qui désignent simplement la ville sur le modèle romain, au revers de pièces de monnaie frappées sous la Restauration. « Revue munismatique » (éditions Les Belles Lettres ; 1909). « Bulletin de la commission des antiquités de la Seine-maritime » (1971 ; p. 122). On rencontre aussi les légendes du type « Sigillum communie urbis rothom[agensis] » ; ou encore : « Sigillum majoris urbis rhotom[agensis] » qui accompagnent sur les actes municipaux le sceau officiel de la ville, écusson à « l'agneau pascal » [N. Périaux : Histoire sommaire et chronologique de la ville de Rouen (1874 ; p. 144
  228. La formule savoyarde, écrit H. Tausin, s'écrit plus couramment : « Et capoé ! » (Et quand bien même !) Cette devise officielle serait la réponse des habitants assiégés en 1630 par l'armée française et qui ne voulurent pas se rendre à l'injonction malgré les prises annoncées de Chambéry et d'Annecy (J.F. Croisollet (« Histoire de Rumilly » (1869 ; p. 96-100). Selon une note de C. Burnod, ce serait une sentinelle nommée Marcoz d'Hècle qui aurait répondu.
  229. Cette devise officielle vient du cri des chevaliers qui, avant de partir en guerre, venaient prendre l'oriflamme royale placée dans l'église abbatiale, durant la période de Suger à Louis XI. « Montjoie » viendrait du nom de la colline parisienne où fut martyrisé saint Denis (mont de joie). Ensuite les « montjoies » ont désigné les monticules de pierres pour marquer les chemins. H. Tausin cite l'ouvrage « État des communes du département de la Seine à la fin du XIXe siècle ».
  230. La ville fut réunie à la couronne en 1371 et, plus tard réformée, accueillit pourtant Louis XIII avec chaleur en 1620. On ne connaît pas l'origine de cette devise officielle : le plus couramment, on suppose qu'elle commémore l'attachement de la ville au royaume. Pour les uns, la légende n'a pas été établie avant le XVIIe siècle ; pour d'autres, « elle est très moderne » Louis Audiat fait remarquer qu'elle ressemble à celle de Philippe le Bon : « Aultre naray » (Autre n'aurai)
  231. Autrement dit : 5 septembre 1638. La municipalité demanda à Louis XVIII de nouvelles armoiries qui lui furent accordées en août 1820, ainsi que la devise représentant la date de naissance de son enfant le plus illustre : Louis XIV. Alors que le blason n'était avant la Révolution que « d'azur, à trois fleurs de lys d'or », on ajouta un « berceau semé de lys d'or » et la date qui, inscrite comme devise au cœur même du blason, est une exception.
  232. Cette devise officielle se rapporte à la clef qui orne par deux fois le blason nazairien. En effet, le port de la ville est le vigile de l'embouchure de la Loire.
  233. Selon Justin de Pas (de saint-Omer) la devise fut adoptée en 1814 par le conseil municipal qui désirait que la ville soit honorée par le roi (apparemment sans raison particulière) de titre de « bonne ville » mais elle ne fut patentée ni par Louis XVIII, ni par Charles X, malgré des demandes réitérées en 1821, 1824 et 1825. Elle est donc restée officieuse.
  234. La devise officielle se rapporte au sanglier qui était autrefois seul sur le blason, ayant lui-même remplacé un lion (il faisait alors jeu de mot avec le pays de Léon). Les deux sont maintenant visibles, chacun d'un côté.
  235. « Le blason de Saint-Tropez », sur le site officiel de Saint-Tropez
  236. Selon H. Tausin, cette devise officielle se rapporte sans aucun doute au saint représenté sur le blason et qui fut décapité. Mot à mot : « Fidèle jusque-là » ; c'est-à-dire jusqu'au martyre.
  237. Une ancienne devise qui date vraisemblablement du XVIIe siècle et se rapporte « à la muraille crenelée d'argent, maçonnée de sable » du blason (Joseph Denais : « Armorial général de l'Anjou » ; 1885 ; tIII ; p. 187)
  238. C'est la devise officielle qui doit dater du temps de Charles VII. H. Tausin ajoute qu'on trouve aussi la légende en deux parties « incomplètes » (non signalées par Denais). Le second fragment serait : « tormentum dextra domat » que l'auteur reconnaît avoir du mal à traduire ; peut-être : c'est la dextérité qui vient à bout des machines de guerre (probablement en opposition à la puissance passive des murs).
  239. La maison de La Marck avait conféré à la ville ses propres armoiries et sa devise que la ville garda jusqu'en 1592, au passage de cette seigneurie dans la maison de La Tour d'Auvergne.
  240. Henri de La Tour d'Auvergne, devenu prince de Sedan après son mariage avec Charlotte de La Marck, substitua à l'ancienne devise cette légende latine qui, faisant allusion aux fortifications de la ville, en est toujours la devise officielle. La ville a repris et confirmé ses armes par l'ordonnance du 10 mai 1817 (Henri Fleury & Louis Paris : « La Chronique de Champagne » 1838 ; volume 3 ; p. 90)
  241. C'est une ancienne et complète devise, non officialisée, qui a été lue au XVIe siècle sur la porte Notre-Dame, et qui fait référence à la « tour d'argent maçonnée de sable » du blason. Elle paraît rappeler les deux sièges infructueux d'Henri IV au temps des Ligueurs mais M. Quantin, archiviste de l'Yonne pense que c'est une simple devise de circonstance. A. Morin de Champrousse, bibliothécaire de la ville (en 1896) donne cette conclusion : « Quant à la devise […], comment l'expliquer, Sens ayant été tant de fois prise et reprise ? ». La devise a d'autres formes dérivées (la devise permanente étant « Urbs antiqua Senonum »).
  242. Cette devise officielle a été relevée sur la couverture de divers registres du XVIIe siècle et se justifie pleinement par la topographie : trois montagnes et un confluent de deux rivières.
  243. H. Tausin indique simplement que c'est une ancienne devise. Accordée par le roi René vers 1458, elle n'a pas trait au blason mais aux jeux de la Tarasque que ce roi avait créés et qui permettaient aux villes voisines souvent en querelle de se retrouver dans la bonne humeur.
  244. Ancienne devise qui définit bien cette cité : fière de ses origines (capitale des Leuques), pieuse (siège d'un évêché ; saint Mansuy), fidèle (son héroïsme en 1870 lui a valu par décret l'honneur de la citation « Toul a bien mérité de la Patrie »)
  245. Mot à mot : les petites choses grandissent. Devise officieuse (douteuse pour H. Tausin) C'est, en réalité, « une inscription qui aurait été gravée en 1772 sur une porte latérale de l'hôtel de ville ». Mais elle n'a jamais été attestée dans les armes de la ville.
  246. (ou Toulouse la palladienne). La phrase est extraite d'une épigramme de Martial (9,100,3). Cette ville d'arts et de sciences était tenue en grande estime par les poètes latins qui la connurent. Plus tard, Ausone la nommait encore « ville de Pallas ». Cependant, pour H. Tausin, la ville ne porte pas de devise héraldique.
  247. Cette ancienne devise, en honneur sous la Restauration, n'est plus portée par la ville, selon H. Tausin, qui indique que les fleurs de lys, à son époque, avaient disparu du blason.
  248. Cette devise officielle est identique à celle d'Avignon. Elle se rapporte aux deux griffons qui apparaissent sur le support des armoiries.
  249. Devise adoptée par la ville qui reçut la Légion d'honneur le 13 octobre 1900, en souvenir de sa résistance au cours du siège de 1793. La devise reproduit la mention officielle du décret de la Convention nationale daté du 19 vendémiaire an IV (soit le 11 octobre 1795).
  250. C'est la même devise officielle que celle de Reims. H. Tausin se demande s'il ne faut pas y voir le même sens dans les deux cas. Le blason de Vervins a l'avantage de montrer une fortification avec « trois tours d'argent, crénelées, maçonnées et ajourées de sable »
  251. Le devise officielle reflète bien la qualité de cette ville aux nombreux saints et martyrs. On comptait, au XVIe siècle, de multiples confréries et congrégations religieuses. La « Fête du Saint-Sacrement », créée en 1311, donnait lieu à des processions menées par les administrateurs des hôpitaux. C'est leur bannière qui constitua l'illustration même des armes de la ville : « un orme de sinople, chargé d'un ciboire d'or » (le ciboire étant « un calice surmonté d'une hostie ») La devise, reprise par la ville et inscrite de même, entourait l'arbre. Cf : Thomas Mermet : Histoire de Vienne ; 1854 ; p. 275-276
  252. Site internet de Vigneux histoire http://www.vigneuxhistoire.com/accueil.html
  253. La devise provient de François Ier qui fit construire le château en 1537. Le blason reprend les divers symboles rencontrés dans cette demeure : salamandres, F couronnés (le roi), H (Catherine de Médicis), croissants (Diane de Poitiers, car le bâtiment fut terminé par Henri II). Ainsi les armes authentiques sont « d'azur, à la salamandre d'argent, surmontée d'une couronne royale d'or, accostée d'un F et d'un H d'or, la lettre H brochant sur un croissant aussi d'or » C'est, enfin, ce même château où fut signée l'ordonnance de 1539. La devise est identique à celles du Havre et de Vitry-le-François.
  254. Comme sa devise le montre et le nom même qui lui fut donné, la ville, autrefois Vitry-en-Perthois, fut fondée à partir de ses ruines, par François Ier avec l'ordonnance du 31 mai 1545, à Moncourt. Le blason se distingue de celui du Havre par une « divise d'or ». La devise est identique à celles du Havre et de Villers-Cotterêts.
  255. (en) « Cork Coat of Arms » sur le site du conseil
  256. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  257. (en) « Limerick city crest registered 400 years later », sur Limerick Leader, (consulté le 8 avril 2015)
  258. « Waterford - La Région Sud-Est », sur myguideIreland (consulté le 3 juillet 2011)
  259. a b c et d (en) « New Zealand - Civic Coats of Arms », sur Teara Encyclopedia of New Zealand
  260. (nl) « Het wapen van Amsterdam » sur le site amsterdam.nl
  261. (en) « Coat of Arms » sur le site civicheraldry.co.uk
  262. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  263. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  264. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  265. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  266. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  267. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  268. (en)« Canterbury - Traditions and Regalia » sur le site officiel du conseil
  269. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  270. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  271. (en) « Coat of Arms » sur le site cheltenham.gov
  272. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  273. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  274. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  275. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  276. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  277. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  278. (en) « Coat of Arms » sur le site Leeds Civic Trust
  279. (en) « Coat of Arms » sur le site leicesterlodges.org
  280. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  281. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  282. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac et ad (en)« Civic Heraldry of the United Kingdom - Greater London » sur le site Civic Heraldry of England and Wales
  283. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  284. (en)« Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  285. (en)« Coat of arms of Newcastle upon Tyne » sur le site officiel du conseil.
  286. (en) « Nottingham City Council - The Coat of Arms sur le site du conseil
  287. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  288. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  289. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  290. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  291. (en) Sheffield's Coat of Arms sur le site du conseil
  292. (en) « City of Stoke-on-Trent Arms » sur le site The Potteries.
  293. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  294. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  295. (en) « Coat of Arms » sur le site National Museums Scotland
  296. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  297. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  298. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  299. (en) « Coat of arms » sur le site Heraldry of the World
  300. (fr) « Coat of Arms » sur le site vie.nouvelle.over-blog.com
  301. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry Society of Scotland
  302. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry Society of Scotland
  303. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  304. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  305. (en) R. M. Urquhart, Scottish Burgh and County Heraldry, Heraldry Today, 1973 (édition), n 108-109
  306. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  307. (en) Belfast Coat of Arms sur le site du conseil
  308. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  309. (en) « Coat of Arms » sur le site Heraldry of the World
  310. (en) « Coat of Arms » sur le site Conseil Municipal de Newport
  311. (en)« Coat of arms of Swansea » sur le site du conseil.
  312. « Armoiries de Genève » sur le site de ville-geneve.ch