Liste des comtes de Gâtinais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gâtinais (homonymie).

Cette page présente la liste des comtes de l'ancien comté français de Gâtinais.

Le Gâtinais se situait entre les villes d'Orléans et de Fontainebleau, et fut possédé par des seigneurs à qui fut confié la vicomté d'Orléans. À la fin du Xe siècle, les vicomtes d'Orléans s'intitulaient comtes de Gâtinais. L'un d'eux, Geoffroy II Ferréol, épouse la sœur d'un comte d'Anjou et leur fils devint comte d'Anjou à l'extinction de la famille des Ingelgeriens. L'un de ses descendants sera Geoffroy V Plantagenêt.

Les vicomtes d'Orléans (Rorgonides)[modifier | modifier le code]

  • Geoffroy/Gausfred(† avant le 31 mars 957), cité comme possessionné dans le Gâtinais en 935, 939 et 941, et vicomte d'Orléans cité en 942
  • Aubry/Albéric († après 966), sans doute son fils, vicomte d'Orléans en 957

Les comtes de Gâtinais[modifier | modifier le code]

En 1068, Foulques IV le Réchin, second fils de Geoffroy II Ferréol et d'Ermengarde, emprisonne son frère, s'empare du comté d'Anjou et cède le Gâtinais au roi Philippe Ier de France en échange de son soutien.

Généalogie[modifier | modifier le code]

La généalogie des comtes de Gâtinais est délicate à établir, car la documentation sur laquelle l'historien peut s'appuyer est plutôt rare et parfois imprécise. Il y a eu dans le passé des tentatives qui se sont révélées erronées, en raison d'erreurs sur la datation de certains actes. Actuellement, il existe deux tentatives de reconstitutions.

Certitudes généalogiques[modifier | modifier le code]

Geoffroy Ier
comte de Gâtinais
 
 
 
Béatrice de Mâcon
 
 
 
Hugues
du Perche
 
Foulques III Nerra
comte d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aubry le Tors
comte de Gâtinais
 
 
 
Geoffroy II
comte de Gâtinais
 
 
 
 
Ermengarde
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy III
comte de Gâtinais
et d'Anjou
 
 
 
Foulques IV
comte d'Anjou

Généalogie, selon Édouard de Saint-Phalle[modifier | modifier le code]

Son raisonnement est basé sur le fait que des enfants des différents mariages de Béatrice de Mâcon se succèdent à la tête du comté, et il en déduit que c'est Béatrice de Mâcon qui apporte le comté à ses maris. Béatrice de Mâcon étant fille d'Aubry II de Mâcon et précédée dans le Gâtinais par Aubry, vicomte d'Orléans, il en déduit que ces deux Aubry n'en sont qu'un seul. Aubry II de Mâcon ayant des fils qui n'héritent pas du Gâtinais et sensiblement plus jeunes que Béatrice, il suppose que cette dernière est née d'une première épouse, qu'il suppose être fille de Geoffroy, vicomte d'Orléans. En outre, il identifie le comte Wal... à Gautier ou Walthar Ier, comte de Vexin, de Valois et d'Amiens, et le considère comme un mari de Béatrice. Cela donne le stemma suivant[1] :

Geoffroy
vte d'Orléans
 
 
 
 
Ne
 
 
 
Aubry II
comte de Mâcon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Béatrice de Mâcon
mariée 3 fois
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
1) avec
Geoffroy Ier
 
2) avec
Gautier Ier
comte de Vexin
 
3) avec
Hugues
du Perche
 
Foulques III
Nerra
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aubry le Tors
 
 
 
 
 
Geoffroy II
 
Ermengarde
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy III
 
Foulques IV

Généalogie, selon Christian Settipani[modifier | modifier le code]

La précédente reconstitution présente cependant plusieurs faiblesses :

  • Nulle part un mariage entre Béatrice et le comte Gautier Ier de Vexin n'est mentionnée, pas plus qu'un premier mariage d'Aubry II de Mâcon.
  • L'argument selon lequel si des enfants issus de différents mariages d'une femme se succèdent à la tête d'un même fief implique que ce fief provient de la mère n'est pas une certitude à cette époque.
  • l'identification entre Aubry II, comte de Mâcon, et Aubry, vicomte d'Orléans, est loin d'être admise par tous.

Christian Settipani considère que Gautier Ier de Vexin, par son mariage avec Adèle d'Anjou, est apparenté avec les vicomtes d'Orléans, et qu'à l'extinction de cette première famille, il en hérite, et son fils Geoffroy, le seul de ses fils à ne pas être pourvu d'un fief, reçoit le Gâtinais. À sa mort, laissant un fils en bas âge, la charge comtale est assurée par son frère Gautier II le Blanc, le temps qu'Aubry le tort parvienne à sa majorité. À la mort de ce dernier, le comté revient tout naturellement à son héritier le plus proche, c’est-à-dire à son demi-frère Geoffroy II Ferréol[2].

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy
vcte d'Orléans
 
 
 
 
 
 
Foulques Ier le Roux
comte d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aubry
vcte d'Orléans
 
 
 
Gerberge
 
 
 
Foulques II le Bon
comte d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gautier Ier
comte de Vexin
 
 
 
Adèle
 
 
 
Aubry II
comte de Mâcon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy Ier Grisegonnel
comte d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gautier II
le Blanc
 
 
 
Geoffroy Ier
comte de Gâtinais
 
 
 
Béatrice de Mâcon
 
 
 
Hugues
du Perche
 
 
 
Foulques III Nerra
comte d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Aubry le tors
comte de Gâtinais
 
 
 
Geoffroy II
comte de Gâtinais
 
 
 
Ermengarde
 
 
 
Geoffroy II Martel
comte d'Anjou
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Geoffroy III
comte de Gâtinais
et d'Anjou
 
 
 
Foulques IV
comte d'Anjou

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Édouard de Saint Phalle, « Les comtes de Gâtinais aux Xe et XIe siècle », dans Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica / 3 », , 310 p. (ISBN 1-900934-01-9), p. 230-246
  2. Christian Settipani, « Les vicomtes de Châteaudun et leurs alliés », dans Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica / 3 », , 310 p. (ISBN 1-900934-01-9), p. 247-261

Voir aussi[modifier | modifier le code]