Liste des compagnies aériennes à bas coûts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les compagnies aériennes à bas coûts (en anglais low cost airlines) sont des sociétés spécialisées pour vendre des vols à des tarifs inférieurs à ceux proposés par les compagnies aériennes classiques ou régulières, en général sur les court et moyen courriers. Le concept semble avoir été inventé par la compagnie américaine Southwest Airlines au début des années 1970. Cette entreprise en est à 32 années consécutives de bénéfices.

En novembre 2004, on recensait 106 compagnies de cette catégorie dont 56 en Europe.

Afrique[modifier | modifier le code]

Amériques[modifier | modifier le code]

Asie - Pacifique[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Quelques compagnies à bas coûts faillies récemment ou en difficultés notoires[modifier | modifier le code]

SkyEurope Airlines (Slovaquie), Spanair (Espagne), Central Connect Airlines (République tchèque), Cimber Sterling ex-Cimber Air(Danemark), Skyways (Suède), City Airlines (Suède), OLT Express (Pologne), Windjet, MyAir (Italie), Air Finland (Finlande), Islas Lineas Aeras (Espagne), le 2/11/12 1time (Afrique du Sud), Hello Airlines (Suisse), le 25/01/13 OLT Germany (Allemagne) et le 31/01/13 Batavia Air (Indonésie).

Difficultés financières: Kingfisher Airlines (Inde): pilotes impayés depuis début 2012, plus aucun des 2930 vols hebdomadaires depuis le 1/10/12. Licence d'opération suspendue le 20/10/12. Blue Panorama Airlines incluant donc Blu-Express (Italie): : licence provisoire attribuée en octobre 2012 pour une année suite à une endettement important[1].

Pour information, en Europe, sur les 11 premiers mois de 2012, 11 compagnies, dont 8 low cost, (Spanair, Central Connect Airlines, Malev, Cimber Sterling, Skyways, City Airlines, Air Finland, OLT Express, Islas Lineas Aeras, Hello Airlines et WindJet), ont fait faillite, tandis que nombre d’autres affichent d’importants déficits dont, pour les réguliètres, 597 millions d’euros de pertes au premier semestre pour Air France, 381 millions pour Lufthansa, ou encore 212 millions pour IAG, le groupe issu de la fusion de British Airways et Iberia.

Compagnie disparues[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]